École péripatétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’école péripatétique, ou école péripatéticienne, est l'école philosophique fondée par Aristote en 335 av. J.-C. au Lycée d'Athènes. Elle désigne également par extension ses sectateurs, tant juifs que musulmans. Elle tire son nom du grec ancien περιπατητικός, peripatetikós (« qui aime se promener en discutant »). Aristote enseignait au Lycée d'Athènes en marchant avec ses élèves1.

Courant philosophiquemodifier | modifier le code

L'aristotélisme est une notion étroite, qui renvoie strictement à Aristote, tandis que le « péripatétisme » désigne l'ensemble du courant philosophique qui succéda au maître. On parle aussi d'« aristotélisme radical » quand on désigne l'averroïsme latin et qu'on l'oppose au thomisme. En effet, l'aristotélisme de Thomas d'Aquin et des thomistes préserve la multiplicité des âmes et la spécificité de l'âme (d'essence intellective) dans son union avec le corps (matériel)2 ; pour le péripatétisme au contraire, l'âme (intellective) est soit matérielle, soit unique pour tous les hommes3, à partir des postulats que « l'âme est séparée » du corps4, et que les genres sont universels, i.e. identiques pour tous les hommes.

La philosophie péripatéticienne a la particularité de considérer qu'Aristote a découvert et révélé la vérité, et que le travail philosophique consiste dorénavant à commenter et à expliciter ses thèses. S'instaure alors l'ère des « commentateurs » (avec Alexandre d'Aphrodise et Thémistios notamment), qui rédigent des « paraphrases » (il s'agit de réécrire des passages entiers d'Aristote et d'y joindre un commentaire sur les points litigieux, tels la question de l'intellect agent dans le livre III du traité De l'âme d'Aristote)5. Aristote est surnommé « le Philosophe » dans les traités scolastiques médiévaux, et de la même manière, Averroès est surnommé « le Commentateur ».

Les péripatéticiens enseignaient que l'âme n'est qu'une aptitude — une faculté capable d'atteindre toutes les sortes de perfection passive — et qu'alors, par la connaissance et la vertu elle devenait apte à s'unir à l'Intelligence agente, qui procédait de Dieu.

L'influence du péripatétisme sera considérable dans l'Occident latin6 :

Principaux philosophes péripatéticiensmodifier | modifier le code

Aristote, le « Philosophe »

Antiquitémodifier | modifier le code

Straton de Lampsaque mit en exergue les éléments naturalistes contenus dans la doctrine d'Aristote, et, contrairement à son maître qui avait conclu à l'existence d'un Premier moteur, se tourna résolument vers une certaine forme d'athéisme.

Alexandre d'Aphrodise écrivit un De anima, dans lequel il identifiait l'intellect possible avec une fonction corporelle : il ouvrait ainsi la voie au monopsychisme et à la négation de l'immortalité individuelle.

Moyen Âgemodifier | modifier le code

Averroès, dit le « Commentateur », détail de L'École d'Athènes

Renaissancemodifier | modifier le code

Glissement de sens du motmodifier | modifier le code

L'adjectif péripatéticien est passé dans le langage des étudiants pour désigner plaisamment ce qui « s'effectue en marchant » ; sous sa forme de substantif, il a fini par désigner les prostituées, du moins celles qui font le trottoir12.

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Aristote, De l'âme, éd. GF-Flammarion, 1999. L'un des textes les plus commentés par la tradition péripatéticienne.
  • Aristote, Métaphysique, éd. GF-Flammarion, 2008. Source de toute la métaphysique ultérieure. Avicenne s'en inspire abondamment.
  • Alexandre d'Aphrodise, De l'Âme, éd. Vrin, Textes & Commentaires, 2008. La psychologie d'Alexandre d'Aphrodise fonde la théorie de l'âme comme fonction du corps (matérialisme).
  • Averroès, L'intelligence et la pensée, éd. GF-Flammarion, 1999. Il s'agit du Grand Commentaire au traité De l'âme d'Aristote, qui fonde la théorie de l'Intellect unique pour tous les hommes (monopsychisme).
  • Averroès, L'Islam et la raison, éd. GF-Flammarion, 2000. Précédé d'un essai d'Alain de Libera, Pour Averroès.
  • Thomas d'Aquin, Contre Averroès, éd. GF-Flammarion, 1999. Ce livre, polémique à l'égard du Commentateur et des tenants du monopsychisme, fait le point sur les doctrines péripatéticiennes de l'âme. Il regroupe le traité De l'unité de l'intellect contre les averroïstes et des textes choisis dans les grandes œuvres du Docteur angélique.
  • Thomas d'Aquin, Boèce de Dacie, Sur le bonheur, éd. Vrin, Translatio, 2006. Ce livre regroupe les deux théories du bonheur respectives des deux auteurs, l'un fondateur du thomisme, l'autre appartenant à l'averroïsme latin, les deux principaux courants du péripatétisme occidental au Moyen Âge.
  • Ernest Renan, Averroès et l'averroïsme. Étude historique sur Averroès et la philosophie arabe.
  • Franz Brentano, Aristote. Les significations de l'être, éd. Vrin, 2000. La thèse de doctorat de Brentano relance les discussions péripatéticiennes au XIXe siècle.
  • Ernst Bloch, Avicenne et la gauche aristotélicienne, éd. Premières Pierres, 2008. Un marxiste hétérodoxe étudie le péripatétisme arabe.
  • Étienne Gilson, La philosophie au Moyen Âge, éd. Payot, 1988.
  • Alain de Libera, La Philosophie médiévale, éd. PUF, Que sais-je, 2001.
  • Catherine König-Pralong, Avènement de l'aristotélisme en terre chrétienne, éd. Vrin, Études de philosophie médiévale, 2005.
  • Louis Valcke, Pic de la Mirandole : Un itinéraire philosophique, éd. Belles Lettres, Le Miroir des Humanistes, 2005. Pour appréhender l'influence du péripatétisme sur un grand philosophe de la Renaissance italienne.
  • Fritz Wehrli (Ed.): Die Schule des Aristoteles. Texte und Kommentare. 10 volumes und 2 Supplements. Basel 1944-1959, 2. Édition 1967-1969.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Cf. Cicéron, Académiques (-45), I, 17. Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres (vers 200), V, 2, trad., Le livre de poche, 1999, p. 556.
  2. Cf. Thomas d'Aquin, De l'unité de l'intellect contre les averroïstes.
  3. Cf. Alexandre d'Aphrodise, De l'âme, et Averroès, Grand Commentaire du Traité de l'Âme d'Aristote.
  4. Cf. Aristote, De l'âme, III, 4, 429b.
  5. Cf. Alain de Libera, La Philosophie médiévale, PUF, coll. Que sais-je ?, 2001.
  6. Le péripatétisme fut réprimé en la personne d'Averroès par les autorités religieuses dans le monde musulman. Il n'eut guère de postérité dans cette partie du monde après la mort du philosophe andalou. Dans le monde chrétien, le péripatétisme eut une grande influence, malgré la condamnation de 1277 concernant des thèses aristotéliciennes promulguée par l'évêque de Paris Étienne Tempier.
  7. Cf. Kurt Flasch, D'Averroès à Maître Eckhart, Vrin, 2008.
  8. Notamment dans son De Monarchia, comme l'explique Étienne Gilson dans Les métamorphoses de la cité de Dieu, Vrin, 2005, au chapitre sur Dante.
  9. Notamment dans son Defensor pacis. Le péripatétisme d'origine averroïste, en séparant la foi et la raison, conduit à la volonté politique de séparer l'Église et l'État, c'est-à-dire à la laïcité. Il en est de même chez Dante, qui sépare la fonction d'empereur (pouvoir temporel) et celle de pape (pouvoir spirituel) dans son De Monarchia.
  10. Cf. Louis Valcke, Pic de la Mirandole. Un itinéraire philosophique, ch.1, Les Belles Lettres, 2005.
  11. Cf. Avicenne et la gauche aristotélicienne, éd. Premières Pierres, 2008. Le monopsychisme (un seul Intellect divin pour tous les hommes, qui n'ont donc qu'un corps et pas d'âme individuelle) des philosophes arabes a pu être interprété comme un matérialisme, et ainsi intéresser des philosophes marxistes comme Bloch. Averroès a d'ailleurs été inquiété pour hérésie, preuve concrète de l'aspect subversif de sa pensée. Rémi Brague, au contraire, fait d'Averroès un conservateur, dans son livre Au moyen du Moyen Âge (Champs-Flammarion, 2008, « Averroès est-il un gentil ? »).
  12. Charles Baudelaire, traduisant de Quincey, 1860 : Cf. Dictionnaire historique de la langue française, dir. Alain Rey, Robert, 3e éd. 2001.

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code








Creative Commons License