Époque de Nara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nara (homonymie).

Époque de Nara
奈良時代

710 – 794

Description de cette image, également commentée ci-après

Le grand Bouddha de Nara (Tōdai-ji), 752

Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Nara
Langue japonais ancien
Religion shintō, Bouddhisme
Histoire et événements
710 Déplacement la capitale de Fujiwara-kyō à Heijō-kyō
784 Déplacement de la capitale de Nara à Nagaoka
794 Déplacement de la capitale à Heiankyō
Empereur
707-715 Gemmei
737-806 Kammu

Entités précédentes :

Entités suivantes :

déplacement de la capitale de Nara à Nagaoka

L'époque de Nara (奈良時代, Nara-jidai?) est l'une des 14 subdivisions traditionnelles de l'histoire du Japon. Elle s'étend entre 710 et 7941.

Cette époque débute avec l'installation de la capitale par l'impératrice Gemmei à Heijō-kyō (平城京?, kyō voulant dire capitale) aujourd'hui connu sous le nom de Nara. Elle prend fin, lorsque l'empereur Kammu déplaça la capitale à Nagaoka pour échapper à l'influence des Six écoles de la capitale du sud (南都六宗, Nanto roku shū?). Ce site fut rapidement quitté au profit de Heian-kyō (平安京?), future Kyōto, car le lieu semblait néfaste.

Cette époque vit également l'accession au trône de la dernière Impératrice japonaise pour presque mille ans. Suite à l'influence néfaste exercée par le moine Dōkyō sur l'impératrice Shōtoku, il fut en effet décidé que plus aucune femme ne serait autorisée à monter sur le trône, ces dernières semblant trop sujette à la « dévotion ».

La majorité des Japonais se consacraient à cette époque à l'agriculture et vivaient dans des villages ou des hameaux autour des puits. La plupart des villageois croyaient dans la religion appelée plus tard, au XIIIe siècle, shintō, basée sur l'adoration des kamis, c'est-à-dire les forces de la nature et les esprits des ancêtres.

Histoiremodifier | modifier le code

En 710, le gouvernement japonais, qui souhaite un pouvoir fort, fonde sa capitale permanente à Nara, qui est la première capitale japonaise fixe. Construite sur le modèle chinois de la ville de Chang'an (capitale des Tang), la ville abrite rapidement plusieurs monastères bouddhiques. L'influence étouffante de ces derniers pousse l'Empereur Kammu à déplacer la capitale à Nagaoka en 784 puis à Heian (Kyōto) qui restera le lieu de résidence de l'Empereur pendant plus de mille ans (jusqu'à la restauration de Meiji, 1868).

Les Japonais intègrent et transforment les apports de la civilisation chinoise, et particulièrement l'influence de la dynastie Tang. Ils développent un système administratif, une écriture, une religion et des arts spécifiques. La réforme Taika de 645 commence un processus de centralisation du pouvoir sur un modèle chinois qui va cumuler avec les codes de l'ère Taihō en 701, et donner naissance au régime des codes (律令, ritsu-ryō?) qui va régir le Japon jusqu'en théorie la fin de l'époque de Heian (fixée à 1185 généralement). Mais les structures mises en place à cette époque (bureaucratie centrale, système de répartition des rizières...) connaissent des difficultés dès l'époque de Nara.

En 712 et 720 furent compilés respectivement le Kojiki et le Nihon Shoki, qui retracent l'histoire du Japon, le premier écrit en sino-japonais, et le second en chinois pur.

Empereurs de l'époque Naramodifier | modifier le code

Artmodifier | modifier le code

L'art de l'époque de Nara est marqué par une grande influence de l'art de la dynastie chinoise des Tang.

Céramiquemodifier | modifier le code

Les potiers japonais décorent fréquemment leurs terre cuite par une glaçure à trois couleurs. Les objets ainsi décorés sont désignés sous le terme de sansai. Cette technique est utilisée par les potiers chinois de la dynastie Tang, mais elle devait déjà être connue des potiers japonais avant cela.

Sculpturemodifier | modifier le code

Si la période précédente est marquée par de nombreux témoignages de statues en bronze, la période de Nara est avant tout associée à la technique de la terre séchée et à la technique de la sculpture en laque sec. Ces deux techniques sont importées de Chine à la fin du VIIe siècle et se développent au début du VIIIe siècle. Le bois va être de plus en plus utilisé, et le bronze sera encore très présent.

La technique de laque sec est illustrée par la statue d'Asura, un des protecteurs du Bouddha, commandé par l'impératrice Komyô pour le temple du Kofukuji. Une armature en bois est réalisée afin d'être habillée d'argile modelée pour donner la forme globale de la statue. On va recouvrir l'ensemble sur toute sa hauteur de couches de chanvre imbibées de laque liquide, avec un temps de séchage intermédiaire entre chaque couche. Ceci formera une coque rigide est solide de la même forme que l'argile modelée. Une fois toutes ces opérations réalisées, une ouverture sera pratiquée à l'arrière de la statue pour retirer l'argile qu'il y a dedans, ne conservant que la coque et l'armature en bois. Le chanvre ayant séché, ça ne bouge plus. L'ouverture est ensuite recousue de fils de chanvre, et l'ensemble de la statue est recouvert d'une dernière couche de laque et d'argile, ce qui va permettre de retravailler le modelé final de la statue. Une fois l'ensemble durci, on rajoute la polychromie et la dorure. Cette technique permet des statues très légères et un grand modelé.

La fin de l'époque de Nara marque pour la sculpture une phase de transition vers la sculpture sur bois, qui deviendra le support de prédilection dès l'époque de Heian.

Métallurgiemodifier | modifier le code

Peinture et calligraphiemodifier | modifier le code

La peinture de l'époque de Nara va connaître un très grand développement. On va l'utiliser pour transposer visuellement des textes bouddhiques importants. Elle témoigne d'une connaissance de la peinture indienne (notamment celle d'Ajanta) et y fait une référence lointaine. Elle est en effet très influencée par le style des Tang, avec un canon à la fois extrêmement réaliste, mais aussi très rond et sensuel.

L'époque de Nara voit aussi se développer les rouleaux enluminés, ou emakimono. Ils sont destinés, dans un premier temps, à représenter des sūtra. C'est le début de la peinture narrative au Japon, qui reste à l'époque de Nara extrêmement proche de leurs modèles chinois. Les couleurs sont posées en aplat, afin que la peinture ne craquelle pas lorsque les rouleaux de papier sont enroulés, et le plus souvent issues de pigments minéraux (azurite, malachite...). Un seul emakimono de l'époque subsiste de nos jours : le Sūtra illustré des Causes et des Effets.

Architecture et urbanismemodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. À noter que dans certains ouvrages, la période de Nara s'arrête en 784, lors du . Les auteurs, considérant que la proximité de Nagoaka de Heian, font démarrer la période Heian en 784 et non en 794

Voir aussimodifier | modifier le code








Creative Commons License