Amélie Mauresmo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amélie Mauresmo
Amélie Mauresmo
Carrière professionnelle
1993 – 2009
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (34 ans)
Drapeau : France St-Germain-en-Laye
Taille / poids 1,75 m (5 9) / 69 kg (152 lb)
Prise de raquette Droitière
Revers à une main
Gains en tournois 15 022 476 $
Palmarès
En simple
Titres 25
Finales perdues 23
Meilleur classement 1re (13/09/2004)
En double
Titres 3
Finales perdues 1
Meilleur classement 29e (26/06/2006)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (1) 1/4 V (1) 1/2
Double 1/4 1/16 F (1) 1/8
Mixte 1/16
Médailles olympiques
Simple 1
Titres par équipe nationale
Fed Cup 1 (2003)

Amélie Simone Mauresmo est une joueuse de tennis française, professionnelle de 1993 à 2009, née le à Saint-Germain-en-Laye.

Numéro un mondiale à la WTA en 2004, puis en 2006, elle a gagné vingt-cinq tournois en simple dans sa carrière dont deux titres du Grand Chelem décrochés en 2006 à l'Open d'Australie et à Wimbledon, ainsi que les Masters de fin d'année en 2005. Elle est la Française la plus titrée en simple depuis les débuts de l'ère Open en 1968, devant Mary Pierce et Julie Halard.

Elle est l'une des trois seules françaises avec Mary Pierce et Marion Bartoli à avoir gagné au moins un titre du Grand Chelem et a avoir atteint les quarts de finale en simple dans les quatre tournois du Grand Chelem. Elle a également gagné la Fed Cup en 2003 et obtenu une médaille d'argent aux Jeux olympiques d'Athènes en 2004.

Biographiemodifier | modifier le code

Débutsmodifier | modifier le code

Inspirée en regardant à la télévision Yannick Noah gagner à Roland-Garros en 1983, Amélie Mauresmo s'initie au tennis dès l'âge de quatre ans. Talentueuse, elle devient championne du monde junior en simple filles en 1996 grâce, entre autres, à ses victoires dans les tournois juniors de Roland Garros (finale remportée en deux sets contre l'Américaine Meghann Shaughnessy) et de Wimbledon.

1999 - 2003 : l'éclosionmodifier | modifier le code

Dotée d'un remarquable revers à une main, elle se fait connaître du grand public en 1999 en atteignant, à 19 ans, la finale de l'Open d'Australie qu'elle perd contre Martina Hingis sur le score de 6-2, 6-3. Elle révèle également à cette occasion son homosexualité.

En 2000, elle fait son entrée dans le top 10 mondial, qu'elle ne quittera quasiment plus jusqu'en 2007. Cependant de nombreuses blessures et un relatif manque de confiance en elle la font stagner au-delà de la 5e place jusqu'en 2003.

2003 - 2006 : le sommetmodifier | modifier le code

Amélie Mauresmo au service à Wimbledon en 2006.

Le 13 septembre 2004, enchaînant avec régularité d'excellents résultats dans les principales épreuves du calendrier, elle devient la 15e joueuse classée numéro un mondial depuis l'apparition du classement informatique en 1975. Cette année-là, elle décroche aussi une médaille d'argent aux Jeux olympiques d'Athènes.

Numéro un mondiale, victorieuse de la Fed Cup (en 2003), Amélie Mauresmo ne parvient pas à gagner de tournoi du Grand Chelem à cause de sa fragilité psychologique. Le déclic survient le 13 novembre 2005 lorsqu'elle s'impose aux Masters à Los Angeles contre sa compatriote Mary Pierce.

Le 28 janvier 2006, à 26 ans, elle signe son premier sacre en Grand Chelem à Melbourne, face à Justine Henin en finale. Elle remporte le tournoi sur abandon d'Henin du fait de maux de ventre. En demi-finale, elle l'avait également emporté sur abandon de Kim Clijsters, blessée. Sur sa lancée, elle remporte l'Open Gaz de France et le tournoi d'Anvers. Elle aligne alors une impressionnante série de quinze victoires consécutives. Le 20 mars, elle devient numéro un mondiale pour la seconde fois. À Roland-Garros, elle essuie néanmoins un nouvel écueil, sèchement sortie au 4e tour par la jeune Tchèque Nicole Vaidišová. Le 8 juillet, elle remporte son second titre du Grand Chelem à Wimbledon, toujours contre Henin (2-6, 6-3, 6-4), performance inédite pour une Française depuis Suzanne Lenglen en 1925 ; comme pour Nathalie Tauziat (finaliste en 1998), ce résultat d'exception est quelque peu occulté par la finale des Bleus à la Coupe du monde de football, le lendemain. Elle réalise un bon US Open, mais s'incline lourdement en demi-finales devant Maria Sharapova qui gagne 6-0 4-6 6-0. Néanmoins, la victoire de la Russe en finale devant Justine Hénin (Hardenne) empêche la Belge de ravir la première place mondiale à la Française.

Le 12 novembre, enfin, elle débute la défense de son titre acquis en 2005 au Masters. Ce dernier commence très mal pour Amélie qui est sèchement battue lors de son premier match par la Russe Nadia Petrova 2-6 2-6. Elle se reprend par la suite et bat coup sur coup Martina Hingis et Justine Henin. Elle se défait ensuite de Kim Clijsters pour finalement s'incliner en finale face à Justine Henin qu'elle avait pourtant battue lors des matchs de poules, lui abandonnant in extremis le trône de numéro un qu'elle occupait depuis 34 semaines1 .

Lors de l'Open d'Australie 2007, elle perd son titre dès les 1/8e de finales face à Safarova.

Le 18 février 2007, dans la foulée de son formidable bilan 2006, elle s'empare de la raquette de diamants à Anvers. Mais, en mauvaise condition physique (appendicite), elle se démobilise peu à peu.

2007-2009 : le déclinmodifier | modifier le code

Amélie Mauresmo à US Open 2008

Elle s'aligne à Roland Garros presque à contre-cœur et sans grande ambition où elle perd au troisième tour, à nouveau contre Safarova. La chute est plus difficile à Wimbledon où Amélie est contrainte d'abandonner son titre, battue au quatrième tour par Vaidisova. Minée par des défaites de plus en plus nombreuses, elle décide de faire un break et fait l'impasse sur l'US Open, abandonnant par la même occasion la place de numéro un française qu'elle occupait depuis de nombreuses années à Marion Bartoli. Elle termine l'année 18e mondiale, son moins bon résultat depuis 1998.

En 2008, elle tombe dès le 3e tour à l'Open d'Australie. Elle perd contre une qualifiée à Roland Garros et contre Serena Williams à Wimbledon. Elle fait l'impasse sur les Jeux olympiques, n'étant qualifiée qu'en double par la FFT, du fait de son mauvais classement. Toujours en recherche de confiance, elle réalise un résultat plus probant à l'US Open où elle atteint les huitièmes de finale, elle perd néanmoins lourdement 4-6 0-6 face à Flavia Pennetta. Peu avant ce même tournoi, Amélie avait déclaré ne plus penser retrouver la place de numéro un mondiale, mais pouvoir peut-être profiter de l'absence d'une chef de file pour pouvoir encore s'imposer en Grand Chelem.

En janvier 2009, à l'Open de Brisbane, Amélie, tête de série no 5, bat successivement Jelena Dokić, puis sa compatriote Julie Coin. Qualifiée pour les quarts de finale, Amélie crée la surprise en dominant la tête de série no 1, la Serbe Ana Ivanović, sur un score sans appel (6-3 6-2). Elle rallie donc les demi-finales d'un tournoi, la première fois depuis le Tournoi de New Haven. Mais, blessée, elle abandonnera face à Marion Bartoli alors qu'elle était menée 4-0. Cette même blessure l'empêchera de jouer les Internationaux de Sydney.

À l'Open d'Australie 2009, elle chute au troisième tour face à la Biélorusse Victoria Azarenka, tête de série no 13.
En février, à l'Open Gaz de France, Amélie se qualifie pour la finale en écartant sereinement Sara Errani (6-2 6-0), Monica Niculescu (6-1 6-2), puis Agnieszka Radwańska, alors pensionnaire du Top 10, en quarts de finale (6-2 6-0). En demi-finale, elle s'impose face à l'ancienne no 1 mondiale Jelena Janković, dans un match maîtrisé malgré un passage à vide dans le deuxième set (6-2 0-6 6-1). Elle bat en finale la Russe Elena Dementieva (7-6 2-6 6-4), no 4 mondiale, et remporte ainsi son 25e titre en simple, après deux années de disette.

De retour sur les courts lors de l'Open d'Indian Wells mi-mars, Amélie Mauresmo passe avec difficulté le 2e tour en battant l'Allemande 65e mondiale Anna-Lena Grönefeld (14e à la WTA en 2006), puis au troisième tour elle chute face à Li Na (7/5 6/2). Elle enchaine avec le tournoi de Miami ou elle atteint le 4e tour en battant Magdalena Rybarikova et Flavia Pennetta (15), elle tombe face à Samantha Stosur (6/4 6/4). Elle remporte cependant ce tournoi en double aux côtés de la Russe Svetlana Kuznetsova.

Elle est l'artisane de la victoire de la France en barrages de la Fed Cup, les 25 et 26 avril, à Limoges, quand victorieuse de ses deux simples face à Dominika Cibulková (4-6, 6-2, 6-3) et Daniela Hantuchová (7-5, 6-4) puis du double aux côtés de Nathalie Dechy, elle permet de sauver l'équipe française d'une relégation en groupe 2. Visiblement fatiguée par ce week-end éprouvant, elle s'incline au 1ertour des Internationaux d'Italie, battue par María Martínez, tout en étant passée à quelques points du match dans le 2e set.

En lice à l'Open de Madrid, elle élimine au 2e tour Zheng Jie, tête de série no 15, puis la Russe Elena Dementieva, 5e mondiale, en trois sets (1-6, 6-4, 6-2). Elle sort au tour suivant la Hongroise Ágnes Szávay et se qualifie pour sa première demi-finale sur terre battue depuis Strasbourg 2007. Elle s'incline en demi face à la jeune espoir Caroline Wozniacki en deux sets accrochés 7-6 6-3, elle a notamment eu 2 balles de premier set à 5/4.

Lors d'une interview[réf. nécessaire] pour Canal+, Amélie Mauresmo déclare qu'il n'y aura pas d'autre saison sur le circuit WTA après 2009 et se dit prête pour Roland-Garros, mais la Française y chute dès le 1er tour devant l'Allemande Groenefeld.

Sa saison sur gazon commence à Eastbourne. Après avoir sorti au premier tour Vera Zvonareva, 7e mondiale, elle chute au tour suivant face à la modeste Ekaterina Makarova. Elle atteint les huitièmes de finale à Wimbledon, s'inclinant face à la no 1 mondiale du moment, Dinara Safina, en trois sets (4-6, 6-3, 6-4).

Elle reprend la compétition en août, à l'Open du Canada. Elle s'incline dès le premier tour à Toronto, face à l'Italienne Francesca Schiavone (6-2, 3-6, 6-1). Elle poursuit sa tournée nord-américaine en participant au Tournoi de New Haven, où elle élimine sèchement Ai Sugiyama (6-4, 6-1) puis Alona Bondarenko (6-1, 6-1). En quarts de finale, elle parvient à se défaire de la tête de série no 1, la Russe Svetlana Kuznetsova, au terme d'un match disputé en trois sets (7-69, 2-6, 6-3). son parcours s'arrête en demi-finale, battue par une autre joueuse russe, Elena Vesnina (7-5, 1-6, 2-6). Elle s'incline ensuite 6-4 6-0 au deuxième tour de l'U.S. Open face à Aleksandra Wozniak. C'est son dernier match de l'année, qui l'aura vu réaliser de jolies performances mais ne lui aura pas permis de retrouver une place parmi l'élite, en particulier dans les tournois du Grand Chelem, objectif qu'elle s'était fixée pour cette saison.

Le jeudi 3 décembre 2009, la Française convie symboliquement la presse dans un restaurant pour y annoncer la fin de sa carrière. Émue, mais souriante, Amélie Mauresmo a fait dans la simplicité : « Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Si je vous ai réunis ici, c’est pour vous annoncer la fin de ma carrière. »

L'après-carrièremodifier | modifier le code

En 2010, elle devient consultante auprès des médias. Étant sur France Télévisions aux côtés de Lionel Chamoulaud à l'occasion de Roland-Garros2, elle travaille ensuite pour Eurosport en tenant un blog pour le site internet durant l'US Open3 puis anime une émission durant l'Open d'Australie 20114.

Quelques jours après la fin de Roland Garros 2010, elle devient conseillère de Michaël Llodra5.

Début 2011, elle est désignée codirectrice de l'Open GDF Suez6.

En 2012, elle rejoint l'équipe de la biélorusse Victoria Azarenka, numéro 1 mondiale, en tant que conseillère7.

Le 19 juillet 2012, elle est officiellement nommée capitaine de l'Équipe de France de Fed Cup8.

Style de jeumodifier | modifier le code

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Depuis le début de sa carrière, Amélie Mauresmo est considérée comme l'une des joueuses les plus talentueuses du circuit. Elle possède ainsi tous les coups du tennis dans sa raquette, son point fort reste son revers à une main où elle est capable de trouver des angles courts croisés ou de le jouer en long de ligne, son revers slicé est aussi l'un des meilleurs du circuit. Elle est également l'une des rares joueuses à encore faire des enchaînements service-volée. Quand sa première balle passe, elle peut facilement prendre l'avantage dans l'échange et prendre le filet d'assaut. Cependant, coup fort au début de sa carrière, le service l'est aujourd'hui[Quand ?] un peu moins notamment lors de points importants. Elle est capable de servir au-delà de 190 km/h. Dans des instants de fébrilité, son coup droit paraît le moins stable.

Palmarèsmodifier | modifier le code

En simple damesmodifier | modifier le code

En double damesmodifier | modifier le code

Parcours en Grand Chelemmodifier | modifier le code

Parcours en « Premier Mandatory » et « Premier 5 »modifier | modifier le code

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Parcours aux Mastersmodifier | modifier le code

Parcours aux Jeux olympiquesmodifier | modifier le code

Parcours en Fed Cupmodifier | modifier le code

Classements WTAmodifier | modifier le code

Distinctionsmodifier | modifier le code

  • Élue joueuse du mois de mars 2001 par la WTA

Hors des courtsmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Mauresmo termine finalement la saison 2006 au 3e rang, derrière Maria Sharapova.
  2. « Mauresmo: la carrière de consultante lui va si bien », sur gala.fr (consulté le 26 mai 2010)
  3. « Le rendez-vous est pris... », sur eurosport.fr (consulté le 28 août 2010)
  4. « Mauresmo et Leconte sur Eurosport pour l’Open d’Australie », sur info2tele.com (consulté le 24 janvier 2011)
  5. « Mauresmo aide Llodra », sur lequipe.fr (consulté le 9 juin 2010)
  6. « Mauresmo nommée codirectrice », sur lequipe.fr (consulté le 24 janvier 2011)
  7. « Mauresmo épaule Azarenka », sur www.lavenir.net (consulté le 28 mai 2012)
  8. « Mauresmo nommée capitaine », sur lequipe.fr,‎ 19 juillet 2012 (consulté le 19 juillet 2012)
  9. a, b, c et d Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.

Voir aussimodifier | modifier le code

Meilleures performances des joueuses françaises de tennis

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Navigationmodifier | modifier le code








Creative Commons License