Amphithéâtre d'El Jem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amphithéâtre d’El Jem
Façade de l’amphithéâtre
Façade de l’amphithéâtre

Lieu de construction Thysdrus (Afrique)
Dimensions externes 148 m × 122 m
Dimensions de l’arène 65 m × 39 m
Capacité 27 000 places (3e)
Protection  Patrimoine mondial (1979)
Géographie
Coordonnées 35° 17′ 47″ N 10° 42′ 25″ E / 35.29639, 10.70694 ()35° 17′ 47″ Nord 10° 42′ 25″ Est / 35.29639, 10.70694 ()  

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

(Voir situation sur carte : Tunisie (administrative))
Amphithéâtre d'El Jem
Liste des amphithéâtres romains

L’amphithéâtre d’El Jem (قصر الجم), aussi appelé Colisée de Thysdrus, est un amphithéâtre romain situé dans l’actuelle ville tunisienne d’El Jem, l’antique Thysdrus de la province romaine d’Afrique.

Construit vraisemblablement vers le premier tiers du IIIe siècle, même si sa datation a fait l’objet de débats, il prend la succession de deux édifices du même genre, dont l’étude a permis d’analyser la genèse de ces constructions monumentales destinées aux loisirs. Il a probablement abrité des combats de gladiateurs ainsi que des courses de chars et autres jeux du cirque, mais surtout des exhibitions de bêtes sauvages et des reconstitutions de chasses aux fauves particulièrement prisées1.

Selon Jean-Claude Golvin, l’édifice marque avec quelques autres l’apogée de ce genre de monument, au « terme d’une évolution architecturale étalée sur près de quatre siècles »2. Cependant, la situation de Thysdrus, avec ses trois amphithéâtres étudiés scientifiquement, « paraît unique au monde » selon Hédi Slim3.

Ce « Grand amphithéâtre », le monument romain le plus célèbre de la Tunisie4, est l’amphithéâtre le mieux conservé d’Afrique du Nord. Il a fait l’objet d’un classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979. L’amphithéâtre accueille chaque année environ 530 000 visiteurs.

Histoiremodifier | modifier le code

Un édifice qui prend la succession d’édifices précédentsmodifier | modifier le code

Vue générale de l’arène du site des anciens amphithéâtres

L’édifice de spectacles est le troisième amphithéâtre construit dans la ville de Thysdrus, cité enrichie « par l’oléiculture et le commerce »5 ; il en est à la fois le plus abouti et le mieux conservé. La cité est la seule à posséder un tel nombre de vestiges de ce type, permettant ainsi aux spécialistes d’en appréhender l’évolution6.

Le second amphithéâtre, dont la présence avait déjà été devinée par Charles Tissot, a été dégagé dans les années 1960, alors que le troisième a été mis en évidence grâce à des fouilles menées par Hédi Slim à partir de 19737. Le premier édifice d’une capacité d’accueil de 6 000 spectateurs8,9 a été qualifié de rudimentaire5, d’embryonnaire10 ou de « très ancien »11.

Jean-Claude Golvin le date du Ier siècle12 alors qu’il aurait été abandonné dès la fin du même siècle13 ; il semble donc devoir être rapproché des édifices de l’époque républicaine qui utilisaient la configuration du terrain. Le lieu choisi pour sa construction, qui avait abrité des sépultures à l’époque pré-romaine7, est le seul relief naturel de la zone propice à un édifice. Le bâtiment a en effet été taillé dans une colline de tuf sans aucune maçonnerie10 et avec des formes irrégulières. Les gradins, en nombre restreint, ont été taillés dans la roche7 et la cavea y a été creusée.

L’arène mesurait 49 mètres sur 4012 alors que les gradins, qui semblent s’être érodés assez rapidement, ont été réparés au moyen de briques crues14. La présence de l’édifice semble devoir être rapprochée de l’implantation dans la cité d’une communauté italienne férue de spectacles5, peut-être d’origine campanienne15 ou étrusque, ces deux régions étant le berceau des jeux en amphithéâtre14. Le deuxième édifice, d’une forme répandue à structure pleine14, a été construit sur la même colline que le précédent à la fin du Ier siècle14 ou au IIe siècle11, avec cependant une forme plus elliptique du fait d’un remblai placé sur l’arène et les gradins de l’édifice antérieur. Le remblai de l’arène, haut de 2,50 mètres, a permis d’obtenir une forme régulière9.

Détail des vestiges des gradins compartimentés du second amphithéâtre

Les gradins ont été placés dans des compartiments maçonnés, de tailles diverses et séparés par des espaces9, pour une capacité d’accueil totale de 7 000 spectateurs8. Il semble y avoir eu 24 compartiments dont 16 subsistent dans des états de conservation divers16. L’arène mesurait 60 mètres sur 40, pour une taille totale de 92 mètres sur 7216. Golvin évoque aussi une loge et une chapelle situées sur l’axe ouest16. L’esthétique est absente de la construction mais les améliorations techniques y sont importantes, la rendant plus fonctionnelle9.

À l’époque de la dynastie sévérienne, au début du IIIe siècle17,3, la cité est en forte croissance, du fait d’un commerce florissant de l’huile d'olive et du blé favorisé par une situation au carrefour de routes commerciales18. Le deuxième amphithéâtre étant devenu insuffisant, il est remplacé par l’édifice actuel, plus important, construit sur un terrain plat8,3, méthode également utilisée à Carthage, Nîmes ou Rome19. Sa construction serait liée à une manifestation d’évergétisme de l’élite de la cité8.

Pour Hédi Slim, son coût tranche avec le peu de traces épigraphiques d’un évergétisme local, notamment en matière d’organisation de jeux20. Le côté tardif de la construction a entraîné la correction des problèmes soulevés lors des précédentes édifications, pour davantage de fonctionnalité20, et ces innovations ont constitué aussi un facteur de longévité5.

Datation controverséemodifier | modifier le code

Vue complète de l’arène

Le monument, qui figure parmi les mieux conservés de son genre, n’a été que peu étudié21. L’exploration récente du monument n’a pas livré d’inscription permettant de dater sa construction22. De même, les fouilles archéologiques récentes n’ont pas livré d’éléments précis hormis des tessons d’un type de poterie datable de la première moitié du IIIe siècle23. On a considéré de manière hasardeuse, car non corroborée par des éléments tangibles, que l’édifice aurait été construit en 238 ap. J.-C. en relation avec la révolution de cette année-là24, ou sous le proconsulat de Gordien2 devenu empereur romain en avril de la même année. On place généralement sa date de construction entre 230 et 25023, durant la période de l’anarchie militaire, mais des études anciennes l’ont avancée sous le règne des Antonins25 voire à la fin de l’empire26.

Le coût du mode de construction en pierre de taille ainsi que le besoin en nombre de places de spectateurs semblent cependant la placer de façon assurée pendant l’apogée de la cité, à la fin du IIe siècle et au début du IIIe siècle22, sous la dynastie des Sévères. Alexandre Lézine suivi par Golvin propose une fourchette de datation plus étroite, de 230 à 238, avec un inachèvement lié aux événements de cette dernière année22.

Hédi Slim se pose pour sa part en partisan d’un achèvement du chantier27.

De la fin de l’Antiquité au Moyen Âgemodifier | modifier le code

Bien que la ville soit supplantée peu à peu par Sufetula comme capitale économique de la région et que les routes commerciales s’en détournent peu à peu, Thysdrus continue à jouer un rôle militaire du fait de la transformation en forteresse de la bâtisse28. Les fouilles archéologiques ont pu dater l’abandon de l’amphithéâtre de la seconde moitié du Ve siècle, donnant une durée d’activité approximative de deux siècles29.

Carte postale montrant l’amphithéâtre vers 1900 avec les épais remblais ayant comblé l’intérieur du monument
Percée dans l’enceinte

Dès l’époque byzantine, l’amphithéâtre est devenu une forteresse et un lieu de refuge ; cela est attesté en 647 après la défaite byzantine de Sbeïtla face aux armées arabes28. La transformation s’est opérée en bouchant les arcades du rez-de-chaussée et en aménageant d’autres installations dont une tour qui a été retrouvée lors des fouilles récentes30. Le monument est parfois appelé « ksar de la Kahena », du nom d’une princesse berbère du VIIe siècle qui a rassemblé les tribus pour repousser l’avancée de l’envahisseur musulman. Vaincue et traquée, elle se réfugie avec ses partisans dans l’amphithéâtre et y résiste durant quatre ans. Selon la légende, elle aurait été trahie par son jeune amant, qui l’aurait poignardé avant d’envoyer sa tête embaumée au chef des armées arabes. L’édifice est cité par Al-Bakri, au XIe siècle, et par Tijani, qui laissent tous deux entendre qu’il offrait une protection efficace28, ce qui est difficilement conciliable avec un état de ruines.

La disparition des gradins et des éléments du dernier étage aurait donc été postérieure et progressive31. La ruine du monument a entraîné un dépôt considérable de déblais, d’une hauteur variant de 1,50 à trois voire quatre mètres31.

Époque modernemodifier | modifier le code

Malgré une destruction partielle due à l’utilisation de ses pierres pour la construction de la ville d’El Jem, le troisième amphithéâtre est encore remarquablement bien conservé et on suppose qu’il est resté entier jusqu’au XVIIe siècle. Le voyageur Victor Guérin précise dans son récit que « c’est vers 1695, d’après la tradition arabe, que l’on commença à démolir la façade extérieure, jusque-là demeurée à peu près intacte »32.

Édifice sur une gravure de 1843, illustrant la vision romantique qui fut longtemps celle des visiteurs du site
Visiteurs déambulant au début du XXe siècle

Le pouvoir beylical aurait maté à cette date une révolte d’origine fiscale et créé des brèches à coup de canon afin d’empêcher que le site ne serve de refuge aux populations locales31. Le lieu a néanmoins été encore utilisé à cette fin au milieu du XIXe siècle lors d’une dernière révolte. Après de nouvelles dégradations, les populations puisent largement dans les ruines33.

Le site fait l’objet de visites dès le XVIIe siècle et surtout au XIXe siècle, puis ce mouvement s’amplifie avec la mise en place d’une protection des vestiges. Des restaurations ont lieu sur la partie de la façade détruite dans la première moitié du XXe siècle, tout comme le dégagement de l’arène et des espaces souterrains34. Le tourisme prend de l’ampleur au XXe siècle, pour arriver à environ 530 000 visiteurs annuels en 200835, ce qui en fait le second site le plus visité en Tunisie36.

Époque contemporainemodifier | modifier le code

Vue de l’édifice en 1975, peu d’années après le début de la campagne d’étude et de restauration du monument menée en particulier par l’INAA

Le site est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979. L’inégal état de conservation du matériau de construction ainsi que des chutes de pierres voire de voûtes37 ont rendu nécessaire une campagne de consolidation et de restauration38 financée par le gouvernement tunisien et une fondation privée39. La consolidation a permis d’éviter les nouvelles chutes de pierres et de prélever les parties irrémédiablement endommagées40. La restauration, au moyen de matériaux prélevés dans les remblais de démolition dégagés41, a eu pour objet, outre la préservation du monument, de l’ouvrir davantage à la visite de la façon la plus pédagogique possible. L’un des moyens pour cette accessibilité accrue a été la restitution de voûtes et d’escaliers40.

Vue vers l’amphithéâtre depuis l’espace à l’aménagement paysager

La remise en état de gradins destinés à 500 spectateurs permet en outre de « contribuer à la réanimation culturelle de l’édifice » selon Hédi Slim31. Les travaux de reconstitution de piliers ont aussi aidé à reconstituer la forme elliptique de la construction42. La campagne a également permis de compléter la connaissance du monument, notamment le système de récupération des eaux pluviales et les fondations43. On a par ailleurs mis au jour de nombreux fragments des gradins dans l’arène43.

En raison des différences de niveau entre la ville contemporaine et l’édifice, son environnement immédiat a été aménagé à la fois par des moyens végétaux et minéraux42.

Du fait de sa bonne acoustique et des restaurations effectuées, l’amphithéâtre accueille chaque été depuis 1985 le Festival international de musique symphonique d'El Jem43.

Architecturemodifier | modifier le code

Amphithéâtre d’El Jem *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Partie restaurée des gradins
Partie restaurée des gradins
Pays Tunisie Tunisie
Type Culturel
Critères (iv) (vi)
Numéro
d’identification
38
Zone géographique États arabes **
Année d’inscription 1979 (3e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO
Amphithéâtre vu d’avion vers 1960, se détachant nettement des constructions environnantes et du paysage

En raison de sa situation « au milieu des immensités steppiques plus ou moins nues » (Hédi Slim), l’amphithéâtre impressionne non seulement par son aspect massif mais aussi par la beauté de la patine de ses murs8,44. Il est construit sur un terrain plat au nord du site de la cité antique22.

En l’absence de calcaire dans cette région de Tunisie, les murs et supports du grand amphithéâtre ont été construits en grès dunaire, matériau facile à tailler provenant des carrières côtières de Rejiche-Salakta situées à une trentaine de kilomètres45,2. L’édifice est le seul du monde romain à avoir été bâti en pierre de taille2 et la seule construction de la cité bâtie avec ce matériau, signe du prestige lié au monument22. Le matériau, blanc au moment de son extraction, est devenu ocre avec le temps2. Toutefois, la pierre utilisée, peu résistante, est sensible à l’érosion et à l’usure46.

Cette fragilité de la pierre est selon Golvin une explication à l’épaisseur des murs et donc au côté massif du bâtiment47. Les fouilles des fondations ont pu déterminer que le site avait été utilisé pour tailler sur place une grande partie de ses éléments dont ceux du décor30. La taille précise de découpe des blocs est responsable de choix esthétiques, en particulier pour les voussoirs qui ont ici un angle rentrant alors qu’ils sont ailleurs fréquemment d’angle saillant44.

En dépit d’éléments de décor inachevés, les traces de restauration antique démontrent que le monument a été utilisé27. Les voûtes ont été bâties pour leur part en moellons alors que la brique a été utilisée largement dans d’autres constructions du même type48. Ce mode de construction en fait un édifice spécifiquement africain46.

Dimensionsmodifier | modifier le code

Plan du rez-de-chaussée et coupe de l’amphithéâtre

La forme générale de l’édifice est celle d’une ellipse dont les axes mesurent 148 et 122 mètres ; les axes de l’arène mesurent respectivement 65 et 39 mètres45, son périmètre se monte à 427 mètres8. La construction avait une hauteur de 36 mètres49.

L’unité de mesure utilisée par les bâtisseurs est la coudée punique50, d’une longueur d’environ 50 centimètres48, « préférée comme souvent par les maçons du pays au pied romain »51. La capacité d’origine est estimée selon Ammar Mahjoubi à 27 000 places24 et entre 27 000 et 30 000 selon Hédi Slim8. Golvin évoque pour sa part une capacité d’accueil de 45 000 spectateurs45.

De ce fait, il est souvent considéré, en particulier par Slim52, comme le troisième plus grand amphithéâtre du monde romain après le Colisée et celui de Capoue, bien que ceux de Vérone, Carthage ou Pouzzoles reçoivent aussi ce titre. L’importance de l’édifice peut s’expliquer en partie par le fait que Thysdrus était siège de conventus et donc susceptible de recevoir une population nombreuse quand le gouverneur venait y siéger.

Extérieurmodifier | modifier le code

La façade comportait 64 arcades sur trois étages, avec utilisation de l’ordre corinthien au rez-de-chaussée et au troisième niveau, et de l’ordre composite au second45, ce qui le différencie du Colisée dans lequel les ordres se succèdent différemment (dorique, ionique, corinthien) et contribue à démontrer la personnalité africaine de l’édifice46. Du fait de la faible résistance à l’écrasement du matériau de construction, l’épaisseur du mur est de 4,56 mètres et contribue au caractère massif de l’édifice.

Vue extérieure de l’amphithéâtre avec les trois niveaux de galeries et les deux ordres utilisés

L’amphithéâtre d’El Jem est le seul au monde, avec le Colisée de Rome, à posséder encore une façade intacte à trois niveaux de galeries en dépit de la perte de son attique50,2. Ce dernier niveau a été perdu mais devait s’apparenter à la situation du dernier niveau du Colisée avec un élément plein et des éléments de décor dont des pilastres27. En outre, les recherches n’ont pas encore mis en évidence la présence d’un velum27, même si Golvin considère pour sa part qu’il est probable que la construction en ait possédé un du fait du climat local chaud44.

Le raccourcissement du podium et une accentuation de la pente des gradins ont permis de réduire les angles morts. L’épaisseur des murs et des piles et la faible saillie des entablements participent à cette impression de masse, par une prédominance des pleins sur les vides dans la façade, au contraire du Colisée de Rome où cette proportion est inversée24. Cette dominante est accentuée davantage du fait de l’usage du grand appareil dans la construction2.

Intérieurmodifier | modifier le code

Vue de l’amphithéâtre prise de l’arène, en direction de l’un des axes principaux et avec vue sur le podium percé de portes qui sépare l’espace des spectateurs de l’arène

Les gradins de pierre de la cavea sont les éléments qui ont le plus souffert des déprédations du temps, même s’ils sont encore en bon état de conservation au XIe siècle lorsqu’Al-Bakri les décrit. Ils mesuraient environ quarante centimètres de haut pour soixante centimètres de large47.

Divisée en trois sections, la section la plus proche de l’arène en était séparée par un podium haut de 3,50 mètres53 et large de 90 centimètres, bâti en grand appareil sur sept rangs, avec un décor peint géométrique qui imitait le marbre22. Sous ces derniers court un couloir de service en forme d’anneau qui communique avec l’arène par six portes22.

Dans l’axe principal du monument, une série de quatre pièces en forme de trapèze et au sol mosaïqué principalement orné de losanges et entrelacs47 ont été identifiées comme des lieux de culte disposant de niches abritant des statues cultuelles aux divinités indéterminées47 ; certains auteurs considèrent qu’elles étaient probablement liées aux sodalités locales54. L’une des pièces a été identifiée comme consacrée au culte impérial55.

Les aménagements intérieurs, dont les accès et les évacuations, semblent davantage élaborés ici que dans d’autres monuments du même type56.

Arène et partie souterrainemodifier | modifier le code

L’arène et ses annexes sont très bien conservées. La première possède encore son mur de podium de 3,50 mètres de hauteur53. Les deux portes principales de 4,50 mètres de large, dont le seuil est conservé22, permettaient l’accès des divers protagonistes57.

Plan et coupe des sous-sols de l’amphithéâtre

À la différence de la plupart des autres amphithéâtres, pour lesquels les animaux étaient installés sous le podium puis dans le sous-sol de l’arène creusé ultérieurement, le plan d’origine avait conçu les aménagements souterrains comme une partie intégrante de l’édifice56. Ils sont constitués de deux galeries creusées à 3,90 mètres de profondeur, se coupant à angle droit. Les extrémités du petit axe, large de sept mètres, conduisent aux escaliers permettant d’accéder au rez-de-chaussée47. Il est également doté de deux ouvertures qui permettaient de hisser la cage des fauves à l’aide de treuils50,43. Ces monte-charges servaient également à la mise en scène des spectacles, les apparitions d’animaux suscitant la surprise des spectateurs47.

Sous la partie supérieure des gradins, l’entrée du couloir de service
Vue sur les gradins rénovés et le couloir de service

La deuxième galerie, plus large, comporte de chaque côté huit cellules où étaient déposés les cages des animaux et les cadavres de gladiateurs tués. L’aération et l’éclairage se font par une ouverture de la partie centrale50,58 à laquelle on accède par des rampes douces et qui était couverte d’un plancher amovible durant les jeux. On y trouvait aussi un puits43 pourvoyant aux besoins en eau du monument58, en particulier des pièces souterraines47. De manière plus générale, la facilité de circulation et d’accès direct aux gradins par des escaliers intégrés aux substructures participent à faire de l’amphithéâtre d’El Jem l’un des mieux étudiés59 et apportent une réponse optimale à sa destination45. On peut encore y voir un système très élaboré de récupération et de canalisations des eaux de pluie ainsi que de citernes56 pour l’alimentation hydrique du bâtiment mais aussi de l’ensemble de la cité44.

L’eau qui tombait sur les gradins aboutissait à un canal collecteur d’eau qui possédait des espaces de visite à une distance régulière ; les installations de stockage d’eau se situaient à environ cent mètres de l’amphithéâtre30,44.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Jeux de l’amphithéâtre à Thysdrusmodifier | modifier le code

Lions dévorant un sanglier, mosaïque de lutte entre animaux exposée au musée archéologique d'El Jem, 2,30 m sur 1,60 m, milieu du IIe siècle

Outre les amphithéâtres, la cité possédait un théâtre et un cirque, qui n’ont pas encore été fouillés à ce jour60. La parure monumentale de la cité permettait la diffusion des loisirs appartenant au mode de vie romain : les archéologues ont ainsi retrouvé de nombreuses représentations des jeux de l’amphithéâtre dans l’habitat privé, en particulier dans les mosaïques61. Pour Hédi Slim, les trois amphithéâtres thysdritains témoignent d’un « engouement permanent pour les jeux »48. Même si la présence d’Italiens permet d’expliquer la précocité de l’installation d’un tel monument en ce lieu, l’adhésion des populations locales a pu s’exprimer notamment au travers des goûts pour certains types de spectacles, ceux qui mettaient aux prises des animaux sauvages dénommés venationes et dans une moindre mesure ceux qui opposaient des gladiateurs62. Les animaux sont figurés comme éléments de détail mais aussi parfois comme sujet principal : des combats sont illustrés par deux mosaïques découvertes dans la « Maison de la procession dionysiaque », celle des Lions dévorant un sanglier et celle du Tigre attaquant des onagres63.

Les restitutions de chasse pouvaient être aussi de simples simulations de capture des animaux sauvages avec, dans les mains des prétendus chasseurs, des armes fictives64. L’amphithéâtre pouvait également servir de lieu de supplice des condamnés à mort livrés aux bêtes, comme le montre une mosaïque du musée archéologique d'El Jem65.

Bestiaires festoyant dans l’arène, mosaïque de Thysdrus au musée national du Bardo

Le grand amphithéâtre n’a pas servi à l’organisation de naumachies, du fait de la difficulté d’approvisionnement en eau de la région29 et de l’absence d’étanchéité sans laquelle de telles démonstrations auraient pu être dangereuses pour l’édifice48. L’amphithéâtre a permis de développer dans la cité de Thysdrus diverses associations professionnelles dénommées sodalités, qui possédaient des animaux qu’elles mettaient à disposition des organisateurs de jeux contre rémunération. Une telle concurrence a pu générer des tensions dans la ville antique66. La mosaïque dénommée bestiaires festoyant dans l’arène, datée du IIIe siècle et exposée au musée national du Bardo, a été rapprochée de cette présence des sodalités : des convives sont autour d’une table, devant eux se trouvent des personnages, sans doute des domestiques, dont l’un dit Silentiu(m) dormant tauri (« Silence ! Les taureaux dorment ») ; au premier plan des taureaux sont allongés. Ces convives ont divers symboles à leurs côtés67. La discussion est bruyante et aboutit au réveil de certains des taureaux qui portent tous des symboles sur leur croupe66.

Mosaïque de Smirat au musée archéologique de Sousse avec des scènes de combats entre hommes et animaux, 225-250 ap. J.-C.

La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre de Smirat, datée des années 235-250 (voire 240-250) selon Azedine Beschaouch68, est un document exceptionnel sur le même sujet : des chasseurs y sont figurés au moment où des léopards s’effondrent alors qu’un texte explique que le dernier moment du spectacle est celui du paiement des festivités69 ; un héraut demande 500 deniers par léopard70 qu’un dénommé Magerius paye après avoir été sollicité par la foule71. Il débourse le double de la somme demandée, soit 4 000 deniers ; cet évergétisme témoigne en quelque sorte d’une imitation de ce qui se passe à Rome dans la procédure des jeux questoriens72.

L’argent est versé aux Telegenii, un groupe organisateur connu comme sodalité par d’autres documents, qui avaient pour symbole un croissant sur hampe figuré sur la mosaïque73 et pour divinité protectrice Dionysos74.

Un certain nombre d’autres sodalités exerçaient leur activité dans l’Afrique romaine, avec des emblèmes et des divinités tutélaires diverses75. Les sodalités avaient une organisation complexe76 et, outre le rôle d’organisation de spectacles, elle pouvait orchestrer des obsèques et avoir un rôle économique dont celui d’exportateur d’huile d'olive50, voire d’armateur77 et donc des activités lucratives66.

Référencesmodifier | modifier le code

  1. Guillemette Mansour, Tunisie. Musée à ciel ouvert, éd. Dad, Tunis, 2003
  2. a, b, c, d, e, f et g Jean-Claude Golvin et Christian Landes, Amphithéâtres et gladiateurs, éd. CNRS, Paris, 1990, p. 141
  3. a, b et c Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », CRAI, vol. 130, n° 3, 1986, p. 468
  4. (fr) Hédi Slim, Ammar Mahjoubi et Khaled Belkhodja, Histoire générale de la Tunisie, tome I « L’Antiquité », éd. Maisonneuve et Larose, Paris, 2003, p. 250
  5. a, b, c et d Hédi Slim et Nicolas Fauqué, La Tunisie antique. De Hannibal à saint Augustin, éd. Mengès, Paris, 2001, p. 176
  6. Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, éd. Alif, Tunis, 2007, p. 84
  7. a, b et c Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 462
  8. a, b, c, d, e, f et g Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 89
  9. a, b, c et d Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 466
  10. a et b Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 463
  11. a et b Jean-Claude Golvin et Christian Landes, op. cit., p. 89
  12. a et b Jean-Claude Golvin, L’amphithéâtre romain, essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, éd. De Boccard, Paris, 1988, p. 84
  13. Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 85
  14. a, b, c et d Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 464
  15. Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 97
  16. a, b et c Jean-Claude Golvin, L’amphithéâtre romain, essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, p. 131
  17. Jean-Claude Golvin, L’antiquité retrouvée, éd. Errance, Paris, 2003, p. 110
  18. Jean-Claude Golvin, L’antiquité retrouvée, p. 111
  19. Hédi Slim et Nicolas Fauqué, op. cit., p. 178
  20. a et b Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 451
  21. Jean-Claude Golvin, L’amphithéâtre romain, essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, p. 209
  22. a, b, c, d, e, f, g et h Jean-Claude Golvin, L’amphithéâtre romain, essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, p. 210
  23. a et b Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 450
  24. a, b et c Ammar Mahjoubi, Villes et structures urbaines de la province romaine d’Afrique, éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2000, p. 173
  25. Thomas Shaw cité par Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 450
  26. Henri Saladin cité par Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 450
  27. a, b, c et d Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 459
  28. a, b et c Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 124
  29. a et b Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 460
  30. a, b et c Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 458
  31. a, b, c et d Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 447
  32. (fr) Victor Guérin, Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, éd. Plon, Paris, 1862, p. 91
  33. Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, pp. 124-125
  34. Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 442
  35. (fr) [PDF] Jean Medhi Chapoutot, Suivi de la stratégie méditerranéenne pour le développement durable. Promouvoir un tourisme durable en Tunisie, éd. Plan Bleu, 2008, p. 26
  36. (fr) [PDF] Fiche sur El Jem (Ville jumelée de Romans)
  37. Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 443
  38. Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », pp. 444-445
  39. Hédi Slim et Mustapha Khanoussi, « Trois grandes opérations archéologiques », La Tunisie, carrefour du monde antique, éd. Faton, Paris, 1995, p. 121
  40. a et b Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 445
  41. Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 449
  42. a et b Hédi Slim et Mustapha Khanoussi, op. cit., p. 122
  43. a, b, c, d et e Jean-Claude Golvin et Christian Landes, op. cit., p. 144
  44. a, b, c, d et e Jean-Claude Golvin, L’amphithéâtre romain, essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, p. 212
  45. a, b, c, d et e Jean-Claude Golvin, L’antiquité retrouvée, p. 112
  46. a, b et c Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 453
  47. a, b, c, d, e, f et g Jean-Claude Golvin, L’amphithéâtre romain, essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, p. 211
  48. a, b, c et d Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 96
  49. Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 92
  50. a, b, c, d et e Hédi Slim et Nicolas Fauqué, op. cit., p. 179
  51. Ammar Mahjoubi, op. cit., p. 174
  52. Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », pp. 451-453
  53. a et b Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 93
  54. Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », pp. 454-457
  55. Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 454
  56. a, b et c Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 91
  57. Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, pp. 93-94
  58. a et b Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 94
  59. Ammar Mahjoubi, op. cit., p. 171
  60. Hédi Slim, El Jem l’antique Thysdrus, p. 84
  61. Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », p. 469
  62. Hédi Slim, El Jem l’antique Thysdrus, p. 97
  63. Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, p. 116
  64. Mohamed Yacoub, Splendeurs des mosaïques de Tunisie, éd. Agence nationale du patrimoine, Tunis, 1995, p. 278
  65. Mohamed Yacoub, op. cit., pp. 287-289
  66. a, b et c Mohamed Yacoub, op. cit., p. 271
  67. Mohamed Yacoub, op. cit., p. 269
  68. Azedine Beschaouch, « La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », CRAI, vol. 110, n° 1, 1966, p. 148
  69. Azedine Beschaouch, « La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », p. 136
  70. Azedine Beschaouch, « La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », p. 138
  71. Azedine Beschaouch, « La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », p. 141
  72. Azedine Beschaouch, « La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », pp. 143-145
  73. Azedine Beschaouch, « La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », pp. 151-152
  74. Azedine Beschaouch, « La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », p. 156
  75. Six d’entre elles sont citées, outre les Telegenii, dans Azedine Beschaouch, « La mosaïque de la chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », p. 157 ; il en cite d’autres dans son article de 1977.
  76. Azedine Beschaouch évoque une approche de cette organisation des sodalités dans « Nouvelles observations sur les sodalités africaines », CRAI, vol. 129, n° 3, 1985, pp. 469-475.
  77. Azedine Beschaouch, « Nouvelles recherches sur les sodalités de l’Afrique romaine », CRAI, vol. 121, n° 3, 1977, pp. 498-500

Bibliographiemodifier | modifier le code

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages sur l’amphithéâtre et les sodalitésmodifier | modifier le code

  • Azedine Beschaouch, « La mosaïque de chasse à l’amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », CRAI, vol. 110, no 1, 1966, p. 134-157 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Azedine Beschaouch, « Nouvelles observations sur les sodalités africaines », CRAI, vol. 129, no 3, 1985, p. 453-475 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Azedine Beschaouch, « Nouvelles recherches sur les sodalités de l’Afrique romaine », CRAI, vol. 121, no 3, 1977, p. 486-503 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Claude Golvin, L’amphithéâtre romain, essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, éd. De Boccard, Paris, 1988 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Claude Golvin et Christian Landes, Amphithéâtres et gladiateurs, éd. CNRS, Paris, 1990 (ISBN 2876820463) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hédi Slim, « La sauvegarde et la mise en valeur du grand amphithéâtre d’El Jem », Africa, X, 1988, p. 325-358
  • Hédi Slim, « Les amphithéâtres d’El-Jem », CRAI, vol. 130, no 3, 1986, p. 440-469 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Il était une fois... Le « Colisée » d’El Jem ou Thysdrus de 46 av. J.C. à l’an 800, éd. Alyssa, Tunis, 1992

Ouvrages générauxmodifier | modifier le code

  • Claude Briand-Ponsart et Christophe Hugoniot, L’Afrique romaine. De l’Atlantique à la Tripolitaine. 146 av. J.-C. - 533 ap. J.-C., éd. Armand Colin, Paris, 2005 (ISBN 2200268386)
  • Paul Corbier et Marc Griesheimer, L’Afrique romaine. 146 av. J.-C. - 439 ap. J.-C., éd. Ellipses, Paris, 2005 (ISBN 2729824413)
  • Jean-Claude Golvin, L’antiquité retrouvée, éd. Errance, Paris, 2003 (ISBN 287772266X) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christophe Hugoniot, Rome en Afrique. De la chute de Carthage aux débuts de la conquête arabe, éd. Flammarion, Paris, 2000 (ISBN 2080830031)
  • André Laronde et Jean-Claude Golvin, L’Afrique antique, éd. Taillandier, Paris, 2001 (ISBN 2235023134)
  • Yann Le Bohec, Histoire de l’Afrique romaine, éd. Picard, Paris, 2005 (ISBN 2708407511)
  • Ammar Mahjoubi, Villes et structures de la province romaine d’Afrique, éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2000 (ISBN 9973937953) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Guillemette Mansour, Tunisie. Musée à ciel ouvert, éd. Dad, Tunis, 2007 (deuxième édition) (ISBN 9973512130)
  • Hédi Slim, El Jem, l’antique Thysdrus, éd. Alif, Tunis, 2007 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hédi Slim et Nicolas Fauqué, La Tunisie antique. De Hannibal à saint Augustin, éd. Mengès, Paris, 2001 (ISBN 285620421X) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Mohamed Yacoub, Splendeurs des mosaïques de Tunisie, éd. Agence nationale du patrimoine, Tunis, 1995 (ISBN 9973917235) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif, La Tunisie, carrefour du monde antique, éd. Faton, Paris, 1995 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif, L’Afrique romaine, 69-439, éd. Atlande, Neuilly-sur-Seine, 2006 (ISBN 2350300021) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Annexesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesmodifier | modifier le code

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 13 juin 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.







Creative Commons License