Années 1160 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Années -1160)
Aller à : navigation, rechercher

XIIIe siècle av. J.-C. | XIIe siècle av. J.-C. | XIe siècle av. J.-C.

Années -1190 | Années -1180 | Années -1170 | Années -1160 | Années -1150 | Années -1140 | Années -1130

Événementsmodifier | modifier le code

  • 1169 av. J.-C. : Première grève de l'histoire, celle-ci ayant eu lieu en Égypte en l'an 29 du règne de Ramsès III, à Deir el-Médineh. Les ouvriers chargés de la décoration des monuments de la Vallée des Rois protestent contre le retard de ravitaillement. Les fouilles du village de Deir el-Médineh , près de Thèbes, révèlent la condition des artisans qui travaillent sur les tombes royales de la Vallée des Rois pendant le Nouvel empire. Véritables fonctionnaires, dépendant directement du vizir, ils bénéficient de livraisons régulières d’un personnel attaché (pêcheurs, jardiniers) et semblent jouir de conditions relativement favorables. La documentation permet d’approcher la réalité de leur vie quotidienne. On garde même la mention du premier mouvement de grève connu de l’Histoire, qui obtient la satisfaction des revendications. Ce type de conflits s’inscrit dans un contexte plus large de tensions dues à l’augmentation des phénomènes de corruption, concussion, abus de pouvoirs, dont les sources du Nouvel Empire gardent mémoire, et qui sont significatives d’un individualisme de plus en plus affirmé.
Ostracon représentant Ramsès IV combattant ses ennemis
  • 1166-1085 av. J.-C. : Règnes en Égypte du pharaon Ramsès IV et de ses successeurs. Ramsès IV, fils de Ramsès III et d’Isis, règne 6 ans; Ramsès V, fils de Ramsès IV, règne 4 ans ; Ramsès VI, fils de Ramsès III et d’Isis, règne 6 ans ; Ramsès VII, règne 7 ans ; Ramsès VIII, fils de Ramsès III et d’Isis ; Ramsès IX, Ramsès X, Ramsès XI (19 ans) règnent encore pendant une cinquantaine d’années.
    • Ramsesnakht, puis Nesiamon et Amenhotep, grand prêtre d'Amon.
    • Le règne de Ramsès IV, après des années de difficultés intérieures, semble être bien accueilli, et le nouveau roi rétablit un temps la cohésion du pays et une certaine confiance dans le pouvoir royal. Puis l’empire se décompose moralement et matériellement : mauvaises récoltes, misère, hausse des prix, corruption du clergé et des fonctionnaires, révoltes dans le delta (Libyens), pillage des tombes royales à partir du règne de Ramsès IX, ruine de Pi-Ramsès et influence croissante du clergé d’Amon, dirigée par la même famille de Ramsès IV à Ramsès XI, qui mène à la crise définitive (cf. 1085 av. J.-C.). Roi bâtisseur, Ramsès IV organise quelques expéditions au Ouadi Hammamat (carrières) et au Sinaï (turquoises). Mais peu à peu, la prospérité diminue. Les tributs des pays de l’empire ne sont plus versés régulièrement. L’argent manque pour mener des expéditions en Nubie ou en Syrie. Les Phéniciens et les Hébreux drainent alors la majeure partie du commerce de la mer Rouge par le port d’Asiongaber (Eilath).
  • 1160 av. J.-C.1 : Le roi d’Élam, Shutruk-Nahhunté Ier envahit et pille la basse Mésopotamie. Il entre dans Babylone et emporte de nombreuses œuvres d’art, dont le code d'Hammourabi à Suse ou la stèle de Naram-Sîn à Sippar. Il dépose le dernier souverain kassite Enlil-nadin-ahhê (-1157) et annexe le pays. Il nomme gouverneur de Babylonie son fils aîné Kutir-Nahhunte2.
  • Les Hébreux, pasteurs nomades se sédentarisent et deviennent agriculteurs lors de leur arrivée dans les régions montagneuses de Canaan. Ils sont répartis en clans et tribus selon un système patriarcal avec les traces d’un matriarcat primitif. Il ne semble pas que les tribus qui ont formé Israël aient eu la notion de l’existence d’un seul dieu. Lorsqu’elles se sont sédentarisées en s’installant en Palestine, elles ont adoré simultanément les Baal locaux, divinités liées aux activités agricoles, et Yahvé. L’évolution vers le monothéisme se fera lentement sous la contrainte de plusieurs forces indépendantes : plus qu’un rejet du polythéisme originel, on assistera à la prépondérance grandissante de Yahvé sous l’action des prophètes et des religieux, sans faire obstacle à une réelle absorption des religions cananéennes, ou à un syncrétisme, que l’on retrouve clairement dans la pratique et dans les rites.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Selon la chronologie moyenne qui place le règne d'Hammurabi entre 1792 et 1750
  2. Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil,‎ 1995 (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)







Creative Commons License