Années 1600

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
XVIe siècle | XVIIe siècle | XVIIIe siècle
Années 1580 | Années 1590 | Années 1600 | Années 1610 | Années 1620
1600 | 1601 | 1602 | 1603 | 1604 | 1605 | 1606 | 1607 | 1608 | 1609

Événementsmodifier | modifier le code

Carte politique de l'Europe et du monde méditerranéen en 1600.

Personnages significatifsmodifier | modifier le code

Inventions, découvertes, introductionsmodifier | modifier le code

Religion et philosophiemodifier | modifier le code


  • Politique tolérante à l'égard des chrétiens (Kirishitan) au Japon, dans le but de favoriser les échanges commerciaux, jusqu'en 1614. En 1606, le jésuite espagnol Luis de Cerqueira obtient une audience avec le shogun retiré Ieyasu Tokugawa. Le vice-provincial jésuite Francisco Pasio (1554-1612) et le dominicain Francisco Morales (1567-1622) sont également présentés à Ieyasu et à son fils Hidetada, respectivement en 1607 et 1608. En 1606, Ieyasu accorde au Franciscains la permission de construire une église à Uraga7.
  • Communauté juive à Amsterdam (vers 1604-1610). Elle se compose de Juifs portugais qui ont pour rabbin l’ashkénaze Mossé Uri ha-Levi, venu d’Emden, sans doute originaire de Rhénanie. Elle se réunit pour prier dans la maison privée de Jacob Tirado et prend le nom de « Beit-Jacob ». Son chef est un Juif du Maroc, Samuel Palache, qui est ambassadeur du Maroc aux Pays-Bas. Il favorise l’installation à Amsterdam de nombreux « Portugais » venus de la péninsule ibérique, de Madère, des Açores, des Colonies du Maroc et d’Anvers. Six à huit mille Juifs peuplent rapidement la ville, où s’organisent deux autres communautés, « Neveh Shalom » avec Isaac Uziel, de Fès, et « Beit Jisraël » avec Joseph Pardo, de Salonique, venu à Venise en 1589 puis à Amsterdam en 1608. En 1639, ces trois groupes se réunissent en une seule congrégation, influencée par celle de Venise, la « Sainte Communauté de l’enseignement de la Torah », Kahal Kadish Talmud Torah (K.K.T.T.). Parallèlement s’organise une communauté des ashkénazes, moins nombreuse mais tenant à son originalité (rites et langues différents)8.

Art et culturemodifier | modifier le code

  • 16 % de la population en France sait lire et écrire. Un réseau de collèges d’enseignement secondaire, s’ouvrant sur le supérieur, couvre la France vers 1600-1610, au terme d’un siècle d’efforts : 200 collèges de tout bords à la mort d’Henri IV, qui compteront jusqu’à 80 000 élèves sous Louis XIII.
  • 15 % de la population en Écosse et 26 % en Angleterre sait lire et écrire.
  • En France, début de la publication de L'Astrée, d'Honoré d'Urfé, en 1607, roman qui aura une influence considérable sur la morale galante du XVIIe siècle et sur la préciosité. La publication s'étalera jusqu'en 1619. Le roman sera achevé en 1627 par Balthazar Baro, après la mort de l'auteur.
  • François de Malherbe devient en 1605 le poète officiel de la cour de France.

Économie et sociétémodifier | modifier le code

Asiemodifier | modifier le code

  • Au Japon, Edo est reliée à Kyōto et au reste du Japon par un réseau routier (gokaidō) doté d’un système de contrôle des voyageurs rigoureux afin d’empêcher toute introduction d’armes à feu à Edo comme la divagation incontrôlée des femmes.
  • Les shoguns Tokugawa contrôlent grâce à leurs fiefs le quart de la production agricole japonaise9.

Amériquemodifier | modifier le code

  • L'Espagne afferme le commerce des esclaves pour l'Amérique.
  • 291 tonnes d’équivalent argent sont envoyées d’Amérique vers l’Espagne.
  • Un million d’Indiens au Mexique en 1605.
  • Le Brésil, colonie portugaise, produit 1 200 000 arrobes de sucre (1 arrobes = 14 kg). Il est plus grand producteur au monde. Ses exportations de sucre atteignent 750 000 arrobes en 1601.
  • Plus de quinze mille esclaves noirs (4 000 par an de plus en moyenne jusqu’en 1650) et dix mille blancs au Brésil : ces derniers forment le noyau des villes (marchands, fonctionnaires, maîtres de moulin à canne, fermiers aisés). Tous sont Portugais sauf quelques jésuites italiens. Les Juifs sont officiellement interdits, mais beaucoup sont là comme « nouveaux-chrétiens ». Les blancs imposent leur civilisation. Il se crée, autour du senhor de engenho, une structure aristocratique, patriarcale, où l’intermédiaire entre le Noir, l’Indien et le Blanc est le métis ou le mulâtre.

Empire ottomanmodifier | modifier le code

  • Vers 1600, des exilés séfarades tentent la colonisation rurale de quelques bourgades de Haute-Galilée, à Kfar Yasif, Pékiin et Shefaram. Les Juifs payent leurs taxes au sultan en livraisons de coton, la vie rurale est active et chaque village à ses tisserands de soieries. Les Bédouins les protègent jusqu’au XVIIIe siècle, mais tout périclite au début du XIXe siècle.

Europemodifier | modifier le code

  • Série de printemps et d’étés chauds ou moyens de 1601 à 161610.
  • Vers 1600, Amsterdam devient la ville la plus dynamique du monde, « le pôle de l'économie monde » (Braudel) jusque vers 1780, remplaçant Gênes.
  • 1601 : promulgation de la Poor Law en Angleterre, réglementation officielle de l'assistance aux pauvres et de leur surveillance.
  • 1601-1603 : famine en Russie.
  • La production de charbon et de fonte se développe en Angleterre. Le nombre de hauts-fourneaux est passé de 3 à 1 000 au cours du siècle (Sussex, Weald, Forêt de Dean).
  • Le déficit du budget de l’État britannique passe de 430 000 £ en 1603 à 900 000 £ en 1620.
  • Développement du port de Livourne au détriment de Venise grâce à l’appui des grands-ducs de Toscane, l’équipement du port (1580), l’ouverture de la ville au Juifs et un régime douanier libéral. La ville est passée de 563 habitants en 1560 à 5000 en 1601.
  • À Florence, le nombre de pièces de laine fabriquées passe de 30 000 en 1590 à 15 000 en 1600 et chute à 5 000 vers 1650.
  • Le trafic du Sund est de 6 000 passages par an aux alentours de 1600 (blé, bois, goudron, fourrures et métaux d’Europe du Nord et produits manufacturés d’Europe de l’Ouest). 2/3 des navires qui franchissent le Sund danois portent le pavillon des Provinces-Unies.
  • Pays-Bas : chaque année, une vingtaine de vaisseau va en Afrique, autant au Brésil et 150 aux Antilles.
  • L’armée et la flotte Espagnole sont les premières d’Europe avec celles de l’Empire ottoman, avec 150 000 hommes au début du siècle. L’infanterie, organisée en tercios, est redoutable.
  • La mine de Schwaz (Tyrol) produit 2 000 kg d’argent, soit le sixième de la production de 1500.
  • Émigration luthérienne de l’Autriche actuelle vers les villes impériales de Ratisbonne, Nuremberg, Augsbourg, Ulm, le Wurtemberg, la Suède ou les pays Baltes, à partir de 1600 (près de 100 000 personnes).
  • Les Portugais reprochent à Philippe III de détourner le revenu de l’impôt au profit de la Castille.

Francemodifier | modifier le code

  • Les revenus net de l’État plafonnent à 200 tonnes d’équivalent-argent (1600-1630), soit moins de 26 millions de livres. 20 millions de livres de dépenses extraordinaires et de guerre en moyenne pour 1600-1610).
  • Reprise de l’activité économique, notamment sur l’axe Rhône-Saône et la façade atlantique (1600-1620).

Démographiemodifier | modifier le code

  • La population de la Terre s'élève à quelque 578 millions d'êtres humains.
  • 85 à 105 millions d’habitants en Europe.
    • La France en compte de 16 à 18 millions (19 dans les frontières actuelles). Paris dépasse 200 000 âmes. Lyon en compte 50 000, Rouen et Toulouse viennent ensuite. 14 % de la population vit dans des villes de plus de 2 000 habitants.
    • L’Espagne et le Portugal comptent 11 millions d’habitants (8,5 en Espagne). Séville (120 000) et Lisbonne (110 000) dépassent 100 000 habitants. Madrid, Grenade et Valence comptent 50 000 habitants.
    • Le Saint Empire compte 15 millions d’habitants. Les pays tchèques 4 millions. Hambourg, Augsbourg, Nuremberg, Vienne et Prague atteignent 50 000 habitants.
    • Le Royaume-Uni compte de 3,8 à 4,5 millions d’habitants (niveau de 1340). 5 % de la population résident dans des villes de plus de 5 000 habitants. La population de Londres est passé de 40 000 habitants en 1525 à 250 000.
    • L’Italie est peuplée de 12 à 13,2 millions de personnes. Naples compte 280 000 habitants. Venise 148 000. Palerme, Rome, Milan et Messine, plus de 100 000. Gênes, Bologne, Florence et Vérone, plus de 50 000. Quinze villes dépassent 20 000.
    • Les Provinces-Unies comptent 1,5 million d’habitants. Les Pays-Bas espagnols 1,4. Anvers compte 110 000 habitants, Gand, Bruxelles, Bruges, Lille et Amsterdam de 40 000 à 50 000. Dix autres villes dépassent 10 000.
    • La Scandinavie compte au maximum trois millions d’habitants.
    • La Hongrie compte moins de 3 millions d’habitants. Le nombre des nobles atteint 4 à 5 % de la population en Hongrie et en Pologne, 8 % en Transylvanie. L’immense majorité de ces nobles vit dans des conditions économiques à peine au-dessus de celles d’un paysan, mais leur statut social et politique est stable. La société se fige en un « système des États » dominé par la noblesse alors que le reste de la population est voué à la servitude.
    • La Pologne et le grand-duché de Lituanie comptent dix millions d’habitants pour 890 000 km². Cette population, de faible densité (surtout dans l’est et le sud de la Lituanie) est variée (Polonais, Ukrainiens, Biélorusses, Lituaniens, Lettons, Allemands, Juifs, Tchèques, Slovaques, Tatars, Italiens). Toutes les confessions s’y trouvent représentées. (catholiques, orthodoxes, luthériens, calvinistes, juifs et même quelques villages musulmans).
    • La Moscovie compte 2 à 3 millions d’habitants. La Russie de 11 à 15 millions. Moscou 80 000.
    • L’Empire ottoman compte 20 millions d’habitants. Constantinople dépasse 200 000 habitants.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Tea for 2 : les rituels du thé dans le monde, Renaissance Du Livre,‎ 1999 (ISBN 9782804603250, présentation en ligne)
  2. Philippe Le Failler, Opiums : les plantes du plaisir et de la convivialité en Asie, Éditions L'Harmattan,‎ 2000 (ISBN 9782738491237, présentation en ligne)
  3. H.S. Singha, Sikh Studies, vol. 7, Hemkunt Press,‎ 2005 (ISBN 9788170102458, présentation en ligne)
  4. Pierre Bühler, Prédestination et providence, Labor et Fides,‎ 1999 (ISBN 9782830909302, présentation en ligne)
  5. Marc Ferro, La colonización : una historia global, Siglo XXI Editores,‎ 2000 (ISBN 9789682322228, présentation en ligne)
  6. Hans Rudolf Guggisberg, La liberté de conscience (XVIe-XVIIe siècle), Genève, Librairie Droz,‎ 1991 (ISBN 9782600039178, présentation en ligne)
  7. Ikuo Higashibaba, Christianity in early modern Japan : Kirishitan belief and practice, BRILL,‎ 2001 (ISBN 9789004122901, présentation en ligne)
  8. Béatrice Leroy, L'aventure séfarade, A. Michel,‎ 1986 (ISBN 2226025103, Uri ha-Levi&pg=PA128 lire en ligne)
  9. Chantal Kozyreff, Les arts du japon de la période d’Edo (1603-1868), Renaissance Du Livre,‎ 2003 (ISBN 9782804607333, présentation en ligne)
  10. Emmanuel Leroy-Ladurie, Histoire du climat depuis l’An Mil, vol. 1, Flammarion,‎ 1983 (ISBN 9782080811080), p. 71







Creative Commons License