Appalaches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 00′ N 78° 00′ O / 40, -78 ()

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Apalaches.
Appalaches
Carte de localisation des Appalaches
Carte de localisation des Appalaches
Géographie
Altitude 2 037 m, Mont Mitchell
Longueur 2 400 km
Largeur 480 km
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Géologie
Âge Ordovicien
Roches Roches métamorphiques et sédimentaires

Les Appalaches sont une chaîne de montagnes située à l'est de l'Amérique du Nord qui s'étend de Terre-Neuve (Canada) au nord, jusqu'au centre de l'État de l'Alabama au sud (États-Unis). Elle culmine au mont Mitchell (2 037 mètres) en Caroline du Nord.

Les Appalaches séparent la plaine côtière atlantique (à l'est) du bassin du fleuve Mississippi et des Grands Lacs (à l'ouest). Elles s'étirent sur près de 2 000 km de longueur.

L'exploitation du charbon, qui fournit la moitié de l'électricité américaine, y a fortement périclité, et l'industrie métallurgique est en grande difficulté.

Les Appalaches ont donné leur nom à un type de relief, le relief appalachien, qui désigne les vestiges d'une ancienne montagne fortement arasée. De longs couloirs s'étendent parallèlement à des échines rectilignes. Les cluses appalachiennes forment des passages étroits à travers les chaînons de la montagne.

Le Sentier des Appalaches (AT) en parcourt les sommets du Maine jusqu'à la Géorgie et le Sentier international des Appalaches (SIA - IAT) passe par les sommets du nord du Maine jusqu'au cap Gaspé, en Gaspésie. Leur point d'intersection est le sommet du mont Katahdin.

Toponymiemodifier | modifier le code

Détail de la carte de Gutierrez de 1562

La première mention du nom par des Européens remonte au 15 juin 1528. Elle a été faite par Álvar Núñez Cabeza de Vaca et Pánfilo de Narváez, membres de l'expédition de Narváez, venant de Cuba. Lors de leur exploration des côtes du nord-ouest de la Floride ils découvrirent un village amérindien près de l'actuel Tallahassee. Le nom de la tribu a été pour la première fois transcrit « Apalchen » ou « Apalachen » [a.pala.tʃɛn].

Le nom a rapidement été modifié pour « Apalachee ». Maintenant orthographié « Appalachia », il est le quatrième plus ancien nom de lieu donné par des Européens aux États-Unis. Après l’expédition de Soto de 1540, les cartographes espagnols commencèrent à appliquer le nom de la tribu aux montagnes elles-mêmes. La première mention « Apalchen » figurant sur une carte est celle de Diego Gutiérrez datant de 1562. Quant à la première utilisation désignant la chaîne de montagne, elle figure sur la carte de Jacques Le Moyne de Morgues de 1565.

Le nom n'a pas été couramment utilisé pour la chaîne entière, avant la fin du XIXe siècle. Un nom souvent concurrent et plus populaire était le « Allegheny Mountain », ou « Alleghania ». Au début du XIXe siècle, Washington Irving proposa même de rebaptiser les États-Unis « Appalachia » ou « Alleghania »1.

Géographiemodifier | modifier le code

Topographiemodifier | modifier le code

Appalaches dans l'État du Tennessee, États-Unis

La chaîne des Appalaches occupe dans sa plus grande partie le territoire américain et déborde sur le sud-est du Canada. Elle s'étend entre la latitude 49°N (monts Chic-Chocs au Québec, Canada) et la latitude 32°N (Alabama, États-Unis). Le point culminant dans la partie canadienne du massif est le mont Jacques-Cartier (1 268 mètres d'altitude). Les Appalaches forment une zone de moyenne montagne large de 160 à 480 km et longue de 2 400 km entre l'île de Terre-Neuve et le centre de l'Alabama. Il existe en réalité deux séries de chaînes montagneuses : la plus haute culmine à 2 037 mètres d'altitude au Mont Mitchell en Caroline du Nord, qui est le plus haut sommet des États-Unis à l'est du Mississippi.

Le nom « Appalaches » (Appalachia en anglais) désigne plusieurs régions associées à la chaîne de montagne. La plupart du temps, il est utilisé pour décrire toute la chaîne avec ses collines environnantes et le plateau disséqué. On l'emploie parfois dans une acception plus restreinte pour désigner les régions du sud et du centre de la chaîne, dans les États du Kentucky, du Tennessee, de Virginie, du Maryland, de Virginie-Occidentale et de Caroline du Nord.

Article détaillé : Liste des sommets des Appalaches.

Du nord au sud, les Appalaches sont composées des chaînes suivantes :

Terre-Neuve-et-Labrador
Québec
États-Unis

Hydrologiemodifier | modifier le code

Les ruisseaux et rivières des Appalaches présentent une orientation très particulière : malgré la présence de la Grande vallée des Appalaches, la plupart des cours d'eau s'écoulent en effet le long des versants est ou ouest. La ligne de partage des eaux des Appalaches suit donc un cours tortueux : elle recoupe l'axe de la chaîne tout au nord de la New River en Virginie ; mais au sud de la New River, les ruisseaux s'écoulent vers la Blue Ridge, traversent la chaîne des Unakas supérieurs, collectent le ruissellement de la Grande vallée, et après avoir traversé le plateau de Cumberland en y découpant des gorges, se déversent par le Cumberland et la Tennessee dans l’Ohio et le Mississippi, et enfin dans le golfe du Mexique. Dans la partie centrale du massif, au nord du lit de la New River, les cours d'eau prenant naissance au milieu des Valley Ridges rejoignent par d'impressionnants défilés la Grande vallée des Appalaches, puis traversent le pli de la Blue Ridge pour confluer vers les estuaires atlantiques du Roanoke, de la James River, du Potomac ou de la Susquehanna.

Dans la moitié nord les hauteurs se trouvent du côté continental de la chaîne de mountagnes, et ainsi la ligne de partage des eaux est orientée nord-sud, comme le montre nettement le cours de l’Hudson. Cela dit, la vallée de l’Hudson s'est formée par le mouvement des grands glaciers lors des dernières glaciations — les mêmes glaciers dont les moraines du sud de l’État de New York ont formé l'ouest de Long Island.

Géologiemodifier | modifier le code

Géologie des Appalaches aux États-Unis

La chaîne des Appalaches s'est formée en trois étapes principales :

  • la première phase, appelée orogenèse taconique intervient au cours de l'Ordovicien, entre -450 Ma et -440 Ma. Une chaîne se forme alors par la collision d'un arc insulaire avec le paléocontinent Laurentia (ancêtre de la plaque nord-américaine et assise du bouclier canadien). Une partie de l'océan Iapétus est comblé ;
  • l'orogenèse acadienne marque une deuxième phase dans la formation des Appalaches vers -400 Ma / -360 Ma : la paléocontinent Baltica (qui correspond à l'actuelle Europe occidentale) entre en collision avec la Laurentia. Au nord des Appalaches actuelles se forme une chaîne avec des intrusions granitiques (par exemple en Gaspésie). Puis cette région subit une forte érosion. Au sud, l’arc insulaire et terrane d’Avalonia (Terre-Neuve, Nouvelle-Écosse et Nouvelle-Angleterre) entre en collision avec la Laurentia, comblant la partie ouest de l’océan Iapetus. Ce processus entraine l'élévation de sédiments d’origine océanique et du volcanisme ;
  • l'orogénie alléghanienne constitue la troisième phase de formation des Appalaches. Le Gondwana, plus précisément le nord-ouest de l'Afrique actuelle heurte la Laurasia, dans le processus de formation de la Pangée au Permien-Pennsylvanien. Cela provoque l'élévation du cœur métamorphique des Appalaches, la formation de failles et du métamorphisme. L'érosion continue de produire d’importantes quantités de sédiments qui se déposent dans la mer peu profonde située à l'ouest des Appalaches.

Climatmodifier | modifier le code

Faune et floremodifier | modifier le code

Végétationmodifier | modifier le code

La végétation dépend de l'altitude, de la latitude et de l'exposition : la toundra alpine recouvre les sommets de l'est de la Gaspésie2. Dans le reste du Québec on trouve des forêts de bouleaux et d'érables.

Faunemodifier | modifier le code

Dans la chaîne des appalaches, on trouve plusieurs animaux sauvages dont le Cerf de Virginie, le lynx roux, le lynx du Canada, le raton laveur, la martre d'Amérique, le puma, le loup, l'ours noir, le chat sauvage, le lièvre et la Gélinotte huppée.

Populationmodifier | modifier le code

Histoiremodifier | modifier le code

Après la Guerre de Sept Ans (1756-1763), la Grande-Bretagne acquiert les colonies françaises d'Amérique du Nord. La Proclamation royale de 1763 a pour objectif d'établir et d'organiser l’empire colonial britannique dans cette région du monde. Il est également question pour la Couronne de pacifier les relations avec les Amérindiens. Elle est destinée à apaiser les craintes indiennes d’une arrivée massive de paysans blancs sur leurs terres. La Proclamation interdisait aux habitants des Treize colonies de s’installer et d’acheter des terres à l’ouest de la ligne de partage des eaux qui court le long des Appalaches3. La Couronne se réservait par ailleurs le monopole dans l’acquisition des terres indiennes et le roi garantissait la protection des peuples indiens3,4. Londres avait prévu la construction de forts britanniques le long de la limite de colonisation ; ce dispositif devait permettre le respect de la Proclamation mais aussi favoriser le commerce des fourrures avec les Indiens3. La Proclamation royale de 1763 souleva le mécontentement des colons américains qui s’étaient déjà implantés dans les territoires indiens. Ils devaient rendre la terre et revenir dans les Treize colonies. Certains étaient persuadés que le roi souhaitait cantonner les colons américains sur la bande littorale afin de mieux les contrôler3. Les colons refusaient de financer la construction et l’entretien des avant-postes royaux sur la ligne définie par la Proclamation. En fermant la colonisation américaine vers l'ouest, la Grande-Bretagne soulève le mécontentement des fermiers et des propriétaires fonciers, dans un contexte de croissance démographique des Treize colonies.

Activités humaines et économiquesmodifier | modifier le code

Carte de la région sous juridiction de la Appalachian Regional Commission, organisme distribuant des subventions dans les régions économiquement faibles des Appalaches aux États-Unis

Les ressources naturelles de la région des Appalaches sont mises en valeur depuis les premiers temps de la colonisation : les terroirs les plus favorables sont cultivés. Les forêts du massif sont exploitées. L'extraction des minerais (cuivre, amiante dans la partie canadienne2, houille) et le tourisme (Gaspésie, parcs nationaux et régionaux américains) constituent les autres activités économiques.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. George R. Stewart, Names on the Land, Boston, Houghton Mifflin Company, 1967
  2. a et b (fr) « Province A - Les Appalaches », gouvernement du Québec (consulté en 14-05-2008)
  3. a, b, c et d (en) Thomas Kindig, « Proclamation of 1763 », Independence Hall Association,‎ 1999-2007 (consulté en 26-06-2007)
  4. (en) « The Royal Proclamation - October 7, 1763 », The American Revolution (consulté en 16-02-2008)

Voir aussimodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License