Archives secrètes du Vatican

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Archives secrètes.
Sceau des Archives secrètes du Vatican.

Les Archives secrètes du Vatican, en latin Archivum Secretum Apostolicum Vaticanum, sont les archives centrales du Saint-Siège contenant tous les actes et documents (parchemins, manuscrits, volumes anciens reliés de cuir ou de bois, bulles papales) concernant le gouvernement et l'activité pastorale du Pontife romain et des organismes du Saint-Siège. En tant que telles, les Archives secrètes sont « avant tout et principalement [au service] du Pape et de sa Curie, c'est-à-dire du Saint-Siège » (motu proprio de Léon XIII du 1er mai 1884).

Histoiremodifier | modifier le code

Débutées avec le rassemblement de documents par le pape Innocent III en 1198, les archives vaticanes sont conservées dans la Bibliothèque apostolique vaticane créée par le pape Nicolas V en 1448, mais les Archives secrètes du Vatican sont officiellement fondées le par Paul V lorsque le pape les sépare de la bibliothèque du Vatican, formant ainsi deux institutions bien distinctes1.

Un milliard de documents du VIIIe au XXIe siècle répartis dans 600 fonds sont actuellement conservés sur deux étages dans 85 kilomètres linéaires de tablettes d'étagères dans un bâtiment climatisé construit sous la cour du musée du Vatican et inauguré par Jean-Paul II en 19822. Bien que le qualificatif de « secret » signifie « privé » (terme latin secretum faisant référence depuis le XVIIe siècle à l'usage privé de ces documents, par le pape et son entourage), de nombreux volumes restent interdits de consultation, notamment ceux précédant le VIIIe siècle3. Cependant en 1881, les Archives secrètes ont été ouvertes à la libre consultation des universitaires par Léon XIII (pour toute la période allant du VIIIe jusqu'au congrès de Vienne en 18154) afin de répondre à une historiographie hostile au christianisme, donnant ainsi naissance à la commission cardinalice pour l’étude des sciences historiques5. Paul VI ouvre aux chercheurs les documents relatifs au Concile Vatican II, Jean-Paul II à ceux des prisonniers de guerre 1939-1947 et Benoît XVI autorise l'ouverture de toutes les pièces relatives à l'entre-deux-guerres de 1920 à 19396.

En 2012, marquant le 400e anniversaire de la création de ces archives secrètes, l'exposition « Lux in Arcana, les archives du Vatican révélées » dans le musée du Capitole à Rome dévoile pour la première fois au public une centaine de documents7.

Organisationmodifier | modifier le code

L'archiviste des Archives secrètes du Vatican est Mgr Jean-Louis Bruguès, également bibliothécaire de la Sainte Église romaine.

Le préfet des Archives secrètes du Vatican est le P. Sergio Pagano.

Le secrétaire général est Luca Carboni. Les archivistes sont Mgr Giuseppe Croce et Giuseppina Rosselli. Le conservateur des sceaux est Luca Becchetti.

Les Archives comprennent une Salle d'études et une Salle des index (ouvertes aux chercheurs), ainsi que des Laboratoires (conservation et restauration des sceaux ; conservation, restauration et reliure ; photographie et reproduction numérique), des services informatiques, ainsi qu'une école de paléographie.

L'École vaticane de paléographie, diplomatique et archivistiquemodifier | modifier le code

Appelée de nos jours Scuola Vaticana di Paleografia, Diplomatica e Archivistica, cette école, rattachée aux Archives secrètes du Vatican, fut instituée par Léon XIII (motu proprio Fin dal principio du 1er mai 1884), sous le nom de « Scuola Vaticana di Paleografia e Critica applicata ». Cette fondation s'inscrivait dans un vaste programme d'approfondissement de la recherche historique concernant la Papauté et l'Église.

Dès le début, avec son premier enseignant Isidoro Carini (1843-1895), l'école combine l'étude théorique et la recherche pratique sur les originaux (des Archives ou de la Bibliothèque apostolique vaticane), caractère qui la rend unique jusqu'à nos jours. C'est aussi le seul « Athénée pontifical » qui soit situé à l'intérieur des murs de la Cité du Vatican.

L'école forme des paléographes et des archivistes. Le cycle des cours dure à l'origine 1 an puis, selon les matières, 2 ans. Très vite, le groupe des étudiants s'internationalise et se laïcise.

D'abord située dans les Musées du Vatican, son siège est transféré dans la Cour du Belvédère en 1968, avec la réforme opérée par le pape Paul VI (statut définitivement approuvé en 1975). Dès lors, est instauré un cours annuel de paléographie grecque (dirigé par Mgr Paul Canart, Scriptor graecus de la Bibliothèque apostolique) à côté du cours annuel d'archivistique et du cours biennal de paléographie, diplomatique et archivistique.

Archivistesmodifier | modifier le code

De 1610 à 1879, le cardinal responsable des archives était le même que celui de la Bibliothèque apostolique vaticane.

Depuis 1912, le cardinal-bibliothécaire de la Bibliothèque apostolique vaticane est de nouveau responsable des archives vaticanes.

Voir aussimodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

Article connexemodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. (en) Owen Chadwick, Acton and History, Cambridge University Press,‎ 2002, p. 35
  2. Myriam Seurat, « La lumière sur les archives secrètes du Vatican », émission Télématin sur France 2, 2 juillet 2012, 27 min 30 sec.
  3. J'ai visité les caves secrètes du Vatican, « Florence Evin », sur Le Monde,‎ 7 mars 2012
  4. Paul Poupard, Connaissance du Vatican. Histoire, organisation, activité, Éditions Beauchesne,‎ 1974, p. 161
  5. Site des Archives du Vatican : http://asv.vatican.va/fr/arch/1_ieri.htm
  6. Simona Verrazzo, « Les Archives secrètes du Vatican dévoilées », sur Swissinfo,‎ 22 mars 2012
  7. « A Rome, l’exposition « Lux in arcana » ouvre des archives secrètes du Vatican », sur RFI,‎ 2 mars 2012







Creative Commons License