Armageddon (film, 1998)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armageddon (homonymie).

Armageddon

Description de cette image, également commentée ci-après

L'équipe du film lors de la première au Kennedy Space Center en 1998.

Réalisation Michael Bay
Scénario Jonathan Hensleigh
J. J. Abrams
Acteurs principaux
Sociétés de production Touchstone Pictures
Jerry Bruckheimer Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Catastrophe
Science-fiction
Sortie 1998
Durée 145 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Armageddon est un film américain réalisé par Michael Bay et sorti en 1998.

Synopsismodifier | modifier le code

Alors qu'elle se trouve en mission en orbite terrestre, la navette Atlantis est détruite par une pluie de météorites qui termine sa course sur New York. Ceci est le prélude d'une catastrophe majeure : un astéroïde de la taille du Texas s'écrasera sur Terre dans exactement dix-huit jours. Dan Truman, directeur des opérations de vol à la NASA, envisage la mission de la dernière chance : envoyer des astronautes sur l'astéroïde pour qu'ils y creusent un puits dans lequel sera insérée une charge nucléaire. Pour ce faire, il fait appel à Harry Stamper, le plus grand spécialiste en forage pétrolier. Mais ce dernier, ainsi que ses hommes, n'ont aucune notion d'astronautique.

Indépendance et Libertémodifier | modifier le code

De leurs noms originaux Independence et Freedom, ce sont les deux navettes spatiales que la NASA envoie sur l'astéroïde avec à son bord l'équipe des foreurs menés par Harry Stamper. Censé être un projet top secret mené de front avec l'United States Air Force, ces X-71 (modèle naturellement imaginaire) sont décrits comme les plus résistants des véhicules spatiaux conçus à ce jour, sur l'image des navettes spatiales américaines d'origine mais dans un format toutefois plus grand et avec une armature renforcée de titane. Ce qui n'empêche pas les lourdes pertes de cette expédition de la dernière chance ; dans l'ordre :

  • Le lieutenant Halsey, Tucker, le colonel Davis, Oscar Choi et Freddy Noonan dans le crash de l'Indépendance, dès l'arrivée sur l'astéroïde. Halsey et Tucker sont éjectés du vaisseau depuis la vitre avant, percée par des micro-météorites, et rebondissent sur la carlingue du Liberté, l'autre vaisseau. Oscar Choi percute violemment l'habitacle après que son siège se soit décroché avec le choc du crash, ce qui fissure son casque ;
  • Max Lenner, suite à un dégazage de la fissure qu'il forait (le Scarabée avec lequel il travaillait est également soufflé par le choc) ;
  • Gruber, lors d'une pluie de météorites sur l'astéroïde lui-même, alors exposé en plein soleil ;
  • Harry Stamper, enfin, qui se sacrifie en restant sur l'astéroïde après le départ de l'équipage afin d'actionner la bombe nucléaire ; en effet la pluie de météorites a détruit le système de mise à feu à distance de celle-ci.

Fiche techniquemodifier | modifier le code

Distributionmodifier | modifier le code

Bande originalemodifier | modifier le code

La bande originale est composée de quatorze titres, dont quatre du groupe Aerosmith (dont le chanteur Steven Tyler est le père de l'actrice Liv Tyler, qui joue dans le film) :

  1. I Don't Wanna Miss a Thing - Aerosmith
  2. Remember me - Journey
  3. What Kind of Love Are You On - Aerosmith
  4. La grange - ZZ Top
  5. Roll me away - Bob Seger & the Silver Bullet Band
  6. When the rainbow comes - Shawn Colvin
  7. Sweet Emotion - Aerosmith
  8. Mister big time - Jon Bon Jovi
  9. Come Together - Aerosmith
  10. Wish I were you - Patti Smith
  11. Starseed - Our Lady Peace
  12. Leaving on a jet plane - Chantal Kreviazuk
  13. Theme from Armageddon composed and performed by Trevor Rabin
  14. Animal crackers - Vocals by Steven Tyler - Dialogue spoken by Liv Tyler et Ben Affleck

Distinctionsmodifier | modifier le code

Récompensesmodifier | modifier le code

Nominationsmodifier | modifier le code

Armageddon a été nommé quatre fois lors de la 71e cérémonie des Oscars :

Le film est également nommé six fois lors de la 19e cérémonie des Razzie Awards :

Autour du filmmodifier | modifier le code

Insigne de mission

La première partie du scénario reprend la trame du film Les Feux de l'enfer (Hellfighters, 1968) d'Andrew McLaglen qui conte les aventures d'un spécialiste des extinctions de puits de pétrole (inspiré de Red Adair) et ses rapports conflictuels avec sa fille qui vient d'épouser son jeune et intrépide associé.

La même année (1998) est sorti un autre film américain avec la même trame de scénario : Deep Impact qui lui est plus axé sur le côté humain de la catastrophe.

À ne pas confondre avec le film français Armaguedon d'Alain Jessua, dans lequel joue Jean Yanne.

Le film a été adapté en une attraction, Armageddon : Les Effets Spéciaux dans le parc à thème Walt Disney Studios. Un des Scarabées à 12 roues est exposé juste devant l'attraction.

Pour l'occasion du film, a été créée une insigne factice de mission, portant la mention For all mankind (Pour l'humanité tout entière) et le numéro STS-9?. Le dernier chiffre n'est pas montré mais impose tout de même, se situant entre les missions STS-90 et STS-99, que l'action du film se situe entre ces deux missions, soit entre le 17 avril 1998 et le 11 février 2000. Le film étant pour sa part sorti le aux États-Unis.

Parmi ceux qui regardent l'aperçu satellite de l’astéroïde, la personne qui assemble les quatre parties du transparent en vue infrarouge n'est autre que le réalisateur Michael Bay.

On remarque qu'une partie de l'Indépendance brûle après son crash, et ce dans l'espace.

Certaines scènes du film ont été tournées en France (Paris, Dinan, Saint-Coulomb, baie du mont Saint-Michel)1.

Une séquence montre (par effets spéciaux numériques) la quasi-destruction de Paris par une météorite, un cratère se formant sur l'emplacement des Champs-Élysées.

Le scénario de l'explosion nucléaire à l'intérieur du géocroiseur n'est pas viable sur le plan pratique, la NASA ayant identifié 168 erreurs techniques2.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Voir aussimodifier | modifier le code

Article connexemodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License