Arthur Henderson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arthur Henderson (Glasgow, 13 septembre 186320 octobre 1935) était un homme politique britannique, un syndicaliste et un partisan du désarmement qui reçut le prix Nobel de la paix en 1934. Il dirigea le Parti travailliste à trois reprises, en 1908-1910, en 1914-1917 et en 1931-1932.

Arthur Henderson

Une jeunesse ouvrièremodifier | modifier le code

Fils d'un ouvrier du textile qui mourut alors qu'il n'avait que dix ans, Arthur Henderson naquit à Glasgow, en Écosse, en 1863. Après la mort de son père, sa famille déménagea à Newcastle upon Tyne, dans le nord-est de l'Angleterre. Il commença à travailler dans une usine de locomotives à l'âge de douze ans. À 17 ans, son apprentissage terminé, il partit pour Southampton puis revint à Newcastle pour travailler dans une fonderie. Il se convertit au méthodisme en 1879 et la religion l'influença fortement. Ayant perdu son travail en 1884, Arthur Henderson se consacra à son éducation et à la prédication religieuse.

Toutefois, Henderson intégra le monde complexe des trade-unions. En 1892, il travaillait comme organisateur rétribué pour le syndicat des fondeurs (Iron Founders Union) qu'il représentait au North East Conciliation Board. Henderson pensait que les grèves faisaient plus de mal que de bien et il s'efforçait de dissuader les ouvriers d'y recourir. C'est pour cette raison qu'il s'opposa à la formation de la General Federation of Trade Unions, convaincu que cela mènerait à plus de grèves.

Dirigeant du Labour Partymodifier | modifier le code

En 1900, Arthur Henderson fut l'un des 129 délégués, syndicalistes et socialistes, qui votèrent la motion de James Keir Hardie créant le Labour Representation Committee, dont il devint le trésorier en 1903. Cette année-là, il fut aussi élu député de Barnard Castle lors d'une élection partielle. Le Labour Party, officiellement fondé en 1906, remporta cette même année son premier succès électoral. En 1908, Arthur Henderson fut élu pour remplacer Keir Hardie à la tête du parti travailliste qu'il dirigea pendant deux ans.

En 1914, Ramsay MacDonald démissionna de la direction du parti travailliste pour protester contre l'entrée en guerre de la Grande-Bretagne. Arthur Henderson reprit la direction du parti et rejoignit en 1915 le gouvernement de coalition d'Herbert Henry Asquith, devenant le premier travailliste membre d'un cabinet, en tant que ministre de l'Éducation. Lorsqu'en 1916 David Lloyd George remplaça Asquith, Henderson entra dans le cabinet de guerre restreint comme ministre sans portefeuille. Deux autres travaillistes entrèrent au gouvernement, John Hodge (ministre du travail) et George Barnes (ministre des retraites). Henderson quitta le gouvernement en août 1917 suite au rejet par le cabinet de sa proposition de conférence internationale sur la guerre. Peu après, il quitta la tête du parti travailliste.

Battu et réélu plusieurs fois à la Chambre des Communes au cours des années suivantes, lors d'élections générales ou partielles, Henderson entra en 1924 dans le premier gouvernement travailliste constitué par MacDonald. Soumis à une campagne de presse intense orchestrée par le Daily Mail lui reprochant ses complaisances vis-à-vis de l'URSS, ce cabinet ne dura guère. Après la chute du gouvernement, Henderson refusa de disputer à MacDonald la direction du Parti travailliste, en dépit des prières de plusieurs députés. Regrettant les divisions internes du Labour, il exposa son programme pour le parti dans un pamphlet intitulé Labour and the Nation.

Ministre des Affaires étrangèresmodifier | modifier le code

En 1929, le parti travailliste constitua un nouveau gouvernement minoritaire et MacDonald nomma Henderson au poste de Ministre des Affaires étrangères. Il s'efforça de réduire les tensions internationales en Europe, rétablissant les relations avec l'Union soviétique et apportant le soutien complet de la Grande-Bretagne à la Société des Nations. Le gouvernement travailliste parvenait à fonctionner sans majorité parlementaire. Mais la Grande Dépression le plongea dans une crise fatale.

En 1931, le déficit budgétaire atteignit un niveau tel que toute la confiance envers le système financier britannique en fut ébranlée. Le gouvernement voulait maintenir le système du Gold Standard mais se divisa sur les mesures à prendre. Une minorité du cabinet, derrière Arthur Henderson, refusa d'amputer les indemnités de chômage pour réduire le déficit budgétaire. MacDonald annonça alors, le 24 août 1931, la formation d'un gouvernement d'union nationale d'urgence constitué de membres de tous les partis ayant pour but de combattre la crise. Le Labour party désavoua ce gouvernement et exclut MacDonald et ses partisans.

Henderson reprit la direction du Parti travailliste qu'il orienta dans une politique critique à l'égard du gouvernement. Ce dernier organisa et remporta largement des élections générales en 1931. Les travaillistes n'eurent plus que 46 députés, Henderson lui-même ayant perdu son siège. L'année suivante, il quitta pour la dernière fois la tête du parti travailliste. Il retourna une dernière fois au parlement à l'issue d'une élection partielle.

Henderson consacra les dernières années de son existence à la lutte contre la guerre. Il présida la Conférence de Genève pour le désarmement et fut récompensé par le prix Nobel de la paix en 1934. Il mourut l'année suivante, à l'âge de 72 ans.

Deux de ses fils menèrent une carrière politique au sein du parti travailliste. Ils furent anoblis. William Henderson, son deuxième fils, devint baron Henderson en 1945 et son troisième fils, Arthur, fut créé baron Rowley en 1966.

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License