Association des nations de l'Asie du Sud-Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Association des nations de l'Asie du Sud-Est
Image illustrative de l'article Association des nations de l'Asie du Sud-Est
Carte de l'organisation

Création
Type Communauté économique régionale
Secrétariat général Drapeau de l'Indonésie Jakarta
Coordonnées 6° 14′ 20″ S 106° 47′ 57″ E / -6.238962, 106.799253 ()6° 14′ 20″ S 106° 47′ 57″ E / -6.238962, 106.799253 ()  
Langue(s)
Membre(s)
Secrétaire général Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Le Luong Minh (en)
Site web asean.org

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Association des nations de l'Asie du Sud-Est

L’Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE ou ASEAN1) est une organisation politique, économique et culturelle regroupant dix pays d'Asie du Sud-Est. Elle a été fondée en 1967 à Bangkok (Thaïlande) par cinq pays dans le contexte de la guerre froide pour faire barrage aux mouvements communistes, développer la croissance et le développement et assurer la stabilité dans la région. Aujourd'hui, l'association a pour but de renforcer la coopération et l'assistance mutuelle entre ses membres, d'offrir un espace pour régler les problèmes régionaux et peser en commun dans les négociations internationales. Un sommet est organisé chaque année au mois de novembre. Son secrétariat général est installé à Jakarta (Indonésie).

En 2005, les pays de cette organisation représentaient :

  • 558 millions d'habitants (environ 8.5 % de la population mondiale)
  • 862 milliards $USD de PIB
  • 26 milliards $USD d'investissements étrangers

Membresmodifier | modifier le code

Les États membres de l'ASEAN

L'ASEAN a été fondée par cinq États, principalement de l'Asie du Sud-Est maritime : Philippines, Indonésie, Malaisie, Singapour, et Thaïlande. Le Brunei les rejoint 6 jours après son indépendance du Royaume-Uni le 8 janvier 1984. Le Viêt Nam entre en 1995, suivi du Laos et de la Birmanie (actuel Myanmar) le 23 juillet 1997 et du Cambodge le 30 avril 1999.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée a le statut d'observateur depuis 1976 et réfléchit à une possible candidature2,3 . Le 23 juillet 2006, le Timor oriental a posé sa candidature et pourrait devenir membre d'ici à 20124. L'Australie est aussi intéressée mais certains pays membres s'y opposentréf. souhaitée].

Dates d’adhésionmodifier | modifier le code

Possibilité d'adhésion :

Histoiremodifier | modifier le code

Formationmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

██ Membres de l'ASEAN
██ Observateurs de l'ASEAN
██ Membres candidats de l'ASEAN
ASEAN Plus Trois
Sommet de l'Asie de l'Est
ASEAN Regional Forum

L'ASEAN a été précédée par l'organisation appelée Association of Southeast Asia (ASA), une alliance entre les Philippines, la Malaisie et la Thaïlande formée en 1961.

L'ASEAN se forme le 8 août 1967 quand les ministres des affaires étrangères de cinq pays (Indonésie, Malaisie, les Philippines, Singapour et Thaïlande) se rencontrent à Bangkok où ils signent la déclaration ASEAN communément appelée Déclaration de Bangkok. Les cinq ministres des affaires étrangères, Adam Malik pour l'Indonésie ; Narciso R. Ramos pour les Philippines ; Tun Abdul Razak pour la Malaisie, S. Rajaratnam pour Singapour et Thanat Khoman pour la Thaïlande sont considérés comme les pères fondateurs de l'organisation. Cette création peut surprendre si on considère les différences de taille, de culture, d'expérience coloniale et les tensions dans la région depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle a abouti grâce à la diplomatie thaïlandaise qui s'est appuyée sur l'ASA.

Le souhait originel était de promouvoir la croissance, le développement et la coopération dans les domaines économiques, sociaux, culturels, scientifiques et administratifs, ainsi que la stabilité et la paix dans la région.

Deux facteurs expliquent cette nouvelle dynamique : Premièrement, la volonté de lutte contre la subversion communiste par le développement économique et social. Deuxièmement la volonté que la région ne soit pas utilisée comme terrain de bataille de la guerre froide, notamment par une extension de la guerre du Viêt Nam. L'ASEAN n'a jamais été envisagée comme une alliance militaire.

Premières annéesmodifier | modifier le code

L'ASEAN reste minimale durant la première décennie et s'articule principalement autour de la rencontre annuelle des ministres des affaires étrangères. L'organisation remplit néanmoins des fonctions importantes.

  • Elle offre un cadre pour la négociation sur les conflits régionaux, notamment à propos des frontières, comme la contestation de Sabah en Malaisie par les Philippines.
  • Elle permet de coordonner leurs positions pour la négociation économique dans les forums internationaux, comme pour l' OMC et pour des négociations sur des questions particulières avec l' Union européenne, le Japon, ou l'Australie.

En 1971, ils signent la Déclaration de Kuala Lumpur qui proclame la région neutre et indépendante vis-à-vis des puissances extérieures, souhaitant éviter d'être impliqué dans la guerre froide.

La première rencontre des chefs de gouvernement a lieu avec le Sommet de Bali de 1976 qui aboutit au Treaty of Amity and Cooperation in Southeast Asia et à la Declaration of ASEAN Concord5 qui affirment les principes de non-ingérence dans les affaires intérieures des pays membres, la résolution des conflits par des moyens pacifiques, le développement de l'identité régionale et la poursuite de la coopération pour le développement économique et social.

Ces déclarations traduisent le souhait des pays membres de coexister pacifiquement avec leurs voisins communistes : le Cambodge, le Laos et surtout le Viêt Nam unifié l'année précédente. Ces États signent le Treaty of Amity and Cooperation in Southeast Asia à l'invitation de l'ASEAN. Une seconde rencontre en 1977 à Kuala Lumpur réaffirme la politique de 1976.

La crise cambodgiennemodifier | modifier le code

Fin décembre 1978, le Viêt Nam envahit le Cambodge des Khmers rouges qu'il occupera pendant une décennie. Cette action va à l'encontre du Treaty of Amity and Cooperation in Southeast Asia et menace la stabilité de la région.

Les pays de l'ASEAN sont divisés entre d'une part la Thaïlande et Singapour souhaitant opposer une réponse forte et d'autre part la Malaisie et l'Indonésie qui souhaitent une réponse modérée justifiée par leurs craintes que la Chine profite du trouble pour intervenir et renforcer son influence dans la région.

Les pays membres cherchent à résoudre la crise en passant par l'ASEAN. Un accord émerge entre eux, consistant en l'isolement du Viêt Nam tout en offrant au Viêt Nam la possibilité de négocier pour retirer ses troupes du Cambodge. Ils convainquent les institutions internationales et les pays occidentaux de mettre une pression diplomatique et financière sur le Viêt Nam qui permettra parmi d'autres facteurs de résoudre la crise. L'opposition commune à l'occupation du Viêt Nam permet aux pays de l'ASEAN de consolider leurs liens politiques. L'ASEAN acquiert une stature et une crédibilité dans la communauté internationale qui renforce en retour les pays membres.

Le bloc s'agrandit avec l'entrée du Brunei le 8 janvier 1984, une semaine après son indépendance.

Sur la scène mondialemodifier | modifier le code

À côté du renforcement politique de l'ASEAN, les pays membres connaissent une forte croissance économique grâce au flot d'investissement direct provenant du Japon qui y installe des usines, suivi par les entreprises d'autres pays qui cherchent à rester concurrentielles (Corée du Sud, Hong Kong, Taïwan, États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni).

Les grandes puissances commencent à considérer les pays de l'ASEAN comme des partenaires commerciaux. De plus les pays d'Afrique et d'Amérique latine se tournent vers eux pour trouver un modèle de développement économique.

En 1989 est créée la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique qui réunit les pays du Pacifique (pays de l'ASEAN, EU, Japon, Canada et Nouvelle-Zélande).

En 1994 est créé le Forum Régional ASEAN qui permet de discuter des questions de sécurité d'Asie du Sud-Est. L'ASEAN réussit à rassembler les grandes puissances et les pays membres sont ainsi garantis d'être au centre et de peser sur les débats sur la sécurité de la région.

Les initiatives de l'après-guerre froidemodifier | modifier le code

La fin de la guerre froide en Asie du Sud-Est peut être datée du retrait de l'armée vietnamienne du Cambodge en 1989. La crainte du Viêt Nam constituait le ciment de l'ASEAN. Les pays membres cherchent donc de nouvelles directions pour l'ASEAN qui se traduisent au Sommet de Singapour de 1992 par deux initiatives, l'AFTA et l'élargissement vers les pays de l'ex-Indochine.

L'instauration d'une zone de libre échange : l'ASEAN Free Trade Area (AFTA)modifier | modifier le code

Le projet de coopération économique remonte à la fondation de l'ASEAN, mais ne démarre sérieusement qu'en 1991 sur l'initiative thaïlandaise de créer la zone de libre-échange des pays de l'ASEAN. L'AFTA doit servir à augmenter les investissements dans la région et à poursuivre la libéralisation des économies des pays membres. Les négociations et la crise financière de 1997 font que l'accord n'est signé qu'en 2002. Il diminue radicalement les barrières douanières.

L'élargissement à 10 membresmodifier | modifier le code

Les négociations pour aboutir à l'ASEAN 10 débutent après le sommet de Singapour et aboutissent à l'entrée du Viêt Nam (1995), puis du Laos et de la Birmanie (1997) et enfin du Cambodge (1999). L'ASEAN regroupe alors la quasi-totalité des États d'Asie du Sud-Est. Elle renforce son poids démographique grâce aux 80 millions d'habitants du Viêt Nam, offre un grand marché pour l'AFTA, améliore la stabilité de la région et améliore la visibilité internationale de la région.

L'ASEAN élargie connaît cependant des problèmes et des divisions entre les pays fondateurs et les nouveaux arrivants. Les premiers sont en partie des démocraties (Thaïlande, Philippines, Indonésie), sont plus riches et veulent accélérer l'intégration alors que les seconds sont parfois autoritaires (Birmanie et Viêt Nam), plus pauvres et souhaitent le statu quo dans les institutions. En particulier, ils souhaitent que soit maintenue la politique de non-ingérence et préfère que l'accent soit mis sur l'aide et l'assistance et non sur le commerce. Ces divisions affaiblissent l'ASEAN dans les négociations internationales et donnent le sentiment à la fin de la décennie que l'organisation stagne.

La crise économique asiatiquemodifier | modifier le code

La crise économique asiatique débute par une crise monétaire, avec la dévaluation du baht thaïlandais en juillet 1997 et se répand en Indonésie et en Malaisie et dans une moindre mesure aux autres pays de l'ASEAN. L'intégration des économies d'Asie du Sud-Est, l'action contre-productive du FMI et des problèmes structurels transforment la crise monétaire en grave crise financière qui atteint toute l'Asie.

La crise montre l'incapacité de l'ASEAN à régler la crise mais convainc les pays d'améliorer la coopération financière et monétaire pour éviter une nouvelle crise.[évasif]

L'ASEAN + 3modifier | modifier le code

Parallèlement, émerge l'ASEAN Plus Trois (APT) à partir d'une idée de Singapour en 1995. Il comprend les pays de l'ASEAN ainsi que la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Il prend ses origines dans la préparation de la première Réunion Asie-Europe (ASEM).

La première rencontre APT a lieu informellement en 1997 lors du sommet de Singapour, puis à tous les sommets de l'ASEAN afin d'établir des positions communes en vue de l'ASEM.

En mai 2000 à Chiang Mai, ils s'accordent pour lutter contre une nouvelle crise financière. En 2001, la Chine lance une initiative majeure destinée à établir une Zone de libre échange entre elle et l'ASEAN. Un accord cadre est signé en 2002 en vue d'établir la zone en 2010 pour l'ASEAN 6 et en 2015 pour l'ASEAN au complet. Des initiatives similaires ont été lancées en réponse par le Japon et la Corée. L'APT a également d'autres projets comme le développement de la région du bassin du Mékong, la formation dans les technologies environnementales, la promotion du tourisme.

À la fin des années 2000 les pays de l'ASEAN réalisaient plus de 50 % de leur commerce extérieur avec l'ASEAN + 3, ce qui représente un niveau d'intégration supérieur à celui de l'ALENA et proche des 65 % atteints par les quinze États membres de l'UE. En 2005 près de 70 % des investissements directs étrangers dans les quinze États d'Asie orientale (ASEAN + 3, Hong Kong et Taïwan) provenaient également de la région, un niveau d'intégration comparable à celui alors observé au sein de l'UE6.

L'APT permet aux pays de l'ASEAN de se renforcer dans les négociations internationales notamment à l'OMC pour contrebalancer l'influence de l'UE et de l'ALENA.

La lutte contre le terrorisme islamistemodifier | modifier le code

La question du terrorisme islamiste émerge après les attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center. L'ASEAN a signé trois accords antiterroristes avec la Chine, le Japon et les États-Unis. Ce dernier est le plus important des trois et a été signé à la suite d'une pression considérable exercée par les États-Unis.

L'attentat de Bali du 12 octobre 2002 accroît la pression sur les pays de l'ASEAN. Ils craignent pour leur économie, notamment par une baisse du tourisme et des investissements.

Au sommet de janvier 2007, ils ont signé un pacte antiterroriste qui facilitera les procédures d'extradition régionale7.

Organisationmodifier | modifier le code

L'ASEAN est composée d'une présidence tournante qui comprend le sommet des chefs d'État et de Gouvernement ASEAN, les conférences ministérielles des États membres, un comité permanent qui se réunit tous les mois et des commissions spécialisées chargées des questions maritimes, de transport, d'aviation, du commerce et de l'industrie, des télécommunications, etc.

Secrétariat généralmodifier | modifier le code

Le Secrétaire général de l'ASEAN, M. Surin Pitsuwan, à Jakarta, Indonésie, le 19 février 2009.

Le secrétariat général n'a qu'une fonction administrative, les décisions sont prises en réunion par les représentants des pays membres8.

Secrétaires généraux de l'ASEAN
Nom Mandat Pays
Hartono Dharsono 7 juin 1976 - 18 février 1978 Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Umarjadi Notowijono 19 février 1978 - 30 juin 1978 Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Datuk Ali Bin Abdullah 10 juillet 1978 - 30 juin 1980 Drapeau de Malaisie Malaisie
Narciso G. Reyes 1er juillet 1980 - 1er juillet 1982 Philippines Philippines
Chan Kai Yau 18 juillet 1982 - 15 juillet 1984 Drapeau de Singapour Singapour
Phan Wannamethee 16 juillet 1984 - 15 juillet 1986 Drapeau de Thaïlande Thaïlande
Roderick Yong 16 juillet 1986 - 16 juillet 1989 Drapeau du Brunei Brunei
Rusli Noor 17 juillet 1989 - 1er janvier 1993 Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Ajit Singh 1er janvier 1993 - 31 décembre 1997 Drapeau de Malaisie Malaisie
Rodolfo Severino Jr. 1er janvier 1998 - 31 décembre 2002 Philippines Philippines
Ong Keng Yong 1er janvier 2003 - 31 décembre 2007 Drapeau de Singapour Singapour
Surin Pitsuwan 1er janvier 2008 - 31 décembre 2012 Drapeau de Thaïlande Thaïlande
Lê Luong Minh 1er janvier 2013 - Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Vietnam

Sommet de l'ASEANmodifier | modifier le code

Participants au Sommet de l'ASEAN :
  •      ASEAN
  •      ASEAN Plus Trois
  •      Membres additionnels
  •      Observateurs

L'ASEAN tient des sommets où les chefs de gouvernement de chaque pays membre discutent des questions régionales. D'autres rencontres ont lieu avec des pays non membres de l'organisation.

Le premier sommet se tient à Bali en Indonésie en 1976. Au 3e sommet de 1987 de Manille, il est décidé qu'il aura lieu tous les cinq ans. Le 4e sommet se tient donc à Singapour en 1992 où les dirigeants décident de se réunir tous les trois ans. En 2001, les sommets deviennent annuels. Les pays accueillent le sommet de l'ASEAN par ordre alphabétique, à l'exception de la Birmanie qui a renoncé à ce droit en 2006-2007 devant les pressions des États-Unis et de l'Union européenne (elle fut remplacée par les Philippines). Chaque pays préside à tour de rôle l'organisation pour l'année civile.

Sommets formels de l'ASEAN
Date Pays Lieu
1er 23‒24 février 1976 Drapeau de l'Indonésie Indonésie Bali
2e 4‒5 aout 1977 Drapeau de Malaisie Malaisie Kuala Lumpur
3e 14‒15 décembre 1987 Philippines Philippines Manille
4e 27‒29 janvier 1992 Drapeau de Singapour Singapour Singapour
5e 14‒15 décembre 1995 Drapeau de Thaïlande Thaïlande Bangkok
6e 15‒16 décembre 1998 Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam Hanoi
7e 5‒6 novembre 2001 Drapeau du Brunei Brunei Bandar Seri Begawan
8e 4‒5 novembre 2002 Drapeau du Cambodge Cambodge Phnom Penh
9e 7‒8 octobre 2003 Drapeau de l'Indonésie Indonésie Bali
10e 29‒30 novembre 2004 Drapeau du Laos Laos Vientiane
11e 12‒14 décembre 2005 Drapeau de Malaisie Malaisie Kuala Lumpur
12e 11‒14 janvier 2007note 1 Philippines Philippinesnote 2 Cebu
13e 18‒22 novembre 2007 Drapeau de Singapour Singapour Singapour
14e 28 février‒1er mars 2009note 3 Drapeau de Thaïlande Thaïlande Cha-am
15e 23-25 octobre 2009 Drapeau de Thaïlande Thaïlande Cha-am et Hua Hin
16e 8-9 avril 2010 Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam Hanoï
17e 28-30 octobre 2010 Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam Hanoï
18e 7-8 mai 2011 Drapeau de l'Indonésie Indonésienote 4 Jakarta
19e 21-23 octobre 2011 Drapeau de l'Indonésie Indonésie Bali
20e 3-4 avril 2012 Drapeau du Cambodge Cambodge Phnom Penh
21e 17-20 novembre 2012 Drapeau du Cambodge Cambodge Phnom Penh
22e 24-25 avril 2013 Drapeau du Brunei Brunei Bandar Seri Begawan
23e 9-10 octobre 2013 Drapeau du Brunei Brunei Bandar Seri Begawan
24e 2014 Drapeau de la Birmanie Birmanie Naypidaw
  1. À l'origine prévu du 10 au 14 décembre 2006, mais déplacé à cause du typhon Seniang.
  2. Initialement la Birmanie devait organiser le sommet mais a dû renoncer à la suite des pressions des États-Unis et de l'Union européenne.
  3. À l'origine prévu du 12 au 17 décembre 2008, déplacé pour cause de crise politique interne.
  4. L’Indonésie a inversé sa place avec le Brunei étant donné qu'en 2013 le pays organise déjà le sommet de l'APEC.

Le sommet dure trois jours et se compose généralement de :

  • une rencontre internationale entre les pays membres ;
  • une conférence entre les dirigeants des pays membres avec les ministres des affaires étrangères du Forum régional ASEAN ;
  • la rencontre ASEAN+3, avec la Chine, le Japon et la Corée du Sud.

Autres rencontresmodifier | modifier le code

À côté de ces rencontres, d'autres réunions ont lieu. Elles incluent la rencontre annuelle ministérielle de l'ASEAN ainsi que d'autres rencontres qui se concentrent sur des sujets spécifiques comme la défense ou l'environnement où les ministres discutent et non les chefs de gouvernement. Il existe des centres tels que le Southeast Asian Fisheries Development Center.

Associations et sommets découlant de l'ASEANmodifier | modifier le code

Le sommet de l'Asie de l'Est (EAS) est un forum asiatique annuel regroupant les chefs d’État de 16 pays d'Asie de l'Est avec l'ASEAN en position de meneur. La Russie a posé sa candidature pour être membre et a le statut d'observateur. Le premier sommet s'est tenu à Kuala Lumpur le 14 décembre 2005.

ASEAN Regional Forum :
  •      Membres de l'ASEAN
  •      Autres participants de l'ASEAN Regional Forum

L'ASEAN Regional Forum (ARF) est le premier grand forum multilatéral de la région pour des consultations officielles sur les questions de sécurité en Asie Pacifique. Initié en 1993, il regroupe désormais 26 membres.

L'ASEAN Plus Trois est une rencontre entre l'ASEAN, la République populaire de Chine, le Japon et la Corée du Sud qui se tient durant les sommets de l'ASEAN.

Le Dialogue Asie-Europe (ASEM) est un processus de dialogue informel créé en 1996, réunissant l'Union européenne et le groupe ASEAN + 3.

Le sommet ASEAN-Russie est une rencontre entre les chefs d’État de l'ASEAN et le président de la Russie.

Zone de libre-échange de l'ASEANmodifier | modifier le code

La zone de libre-échange de l'ASEAN (AFTA) est un accord entre les nations de l'ASEAN.

AIPAmodifier | modifier le code

AIPO (ASEAN Interparliamentary Organisation) est une organisation parlementaire régionale, lancée en 1977, comprenant des délégations des Parlements des États de l'ASEAN (le sultanat de Brunei, qui n'a pas de Parlement, est membre de l'ASEAN, mais pas de l'AIPO). L'AIPO a laissé place en 2007 à l'AIPA (ASEAN Interparliamentary Assembly) lors de la session d'avril à Kuala Lumpur. Cette modification a été conçue comme une intégration nouvelle de la coopération inter-parlementaire dans la région.

Activités culturelles et sportivesmodifier | modifier le code

L'organisation accueille des activités en vue d'améliorer l'intégration régionale.

Activités culturellesmodifier | modifier le code

S.E.A. Write Awardmodifier | modifier le code

Le S.E.A. Write Award est une récompense donnée aux écrivains et poètes d'Asie du Sud-Est depuis 1979. La récompense est donnée pour une œuvre spécifique ou pour l'ensemble de l'œuvre d'un auteur.

ASAIHLmodifier | modifier le code

ASAIHL ou Association of Southeast Asian Institutions of Higher Learning est une ONG créée en 1956 qui cherche à renforcer les institutions d'enseignement supérieur ; en particulier pour l'enseignement, la recherche et le service public, avec l'intention de cultiver l'identité régionale.

ASEAN Heritage Parksmodifier | modifier le code

ASEAN Heritage Park est une liste de parc naturel crée en 1984 puis relancée en 2004. Elle a pour but de protéger les trésors naturels de la région. Elle comprend 35 parcs.

Sportsmodifier | modifier le code

Jeux d'Asie du Sud-Estmodifier | modifier le code

Les Jeux d'Asie du Sud-Est (Southeast Asian Games, abrégés SEA Games), sont une compétition multisports qui a lieu tous les deux ans et auxquels participent 11 pays. Les jeux sont organisés par la Fédération des Jeux d'Asie du Sud-Est et supervisés par le Comité international olympique et le Conseil Olympique d'Asie.

Championnat de l'ASEAN de footballmodifier | modifier le code

Le Championnat de l'ASEAN de football (ASEAN Football Championship) est une compétition sportive internationale opposant les sélections nationales de football de l'association. Cette compétition est organisée par la fédération de l'ASEAN de Football, accréditée par la FIFA. Elle a débuté en 1996 sous le nom Tiger Cup.

Jeux sportifs d'Asie du Sud-Est pour handicapésmodifier | modifier le code

Les ASEAN ParaGames (Jeux sportifs d'Asie du Sud-Est pour handicapés) sont une rencontre multisports pour athlètes handicapés auxquels participent 11 pays d'Asie du Sud-Est qui a lieu tous les deux ans.

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • ASEAN: Building national cooperation de Richard Stubbs dans Contemporary Southeast Asia édité par Mark Beeson, éditions Palgrave Macmillian, 2004.
  • Badié et Vidal, Nouveaux acteurs, nouvelle donne, La Découverte, 2011
  • Aséanie, Revue francophone bi-annuelle de sciences humaines concernant l'Asie du Sud-Est (17 numéros en ligne en 2012 avec 290 contributions pour 1997-2005), fondée en 1998 et publiée par le centre EFEO de Bangkok avec le Sirindhorn Anthropology Centre, sous le haut patronage de S. A. R. la princesse Maha Chakri Sirindhorn, soutenu par l'IRD (Institut de recherche pour le développement), l'Institut de recherche sur le Sud-Est asiatique et le ministère français des Affaires étrangères.

Notesmodifier | modifier le code

  1. On emploie désormais plus couramment le sigle anglais ASEAN (Association of Southeast Asian Nations) bien que le sigle officiel français soit ANASE. Le sigle ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique) n'est plus utilisé.
  2. http://www.op.gov.ph/index.php?option=com_content&task=view&id=22879&Itemid=2
  3. http://www.gmanews.tv/story/154860/Papua-New-Guinea-asks-RP-support-for-Asean-membership-bid
  4. http://www.acp-eucourier.info/Timor-s-key-concern-prep.162.0.html
  5. Texte de la déclaration
  6. Badié et Vidal, p.35
  7. Article sur le site france24.com
  8. Présentation de l'ASEAN, sur le site du Ministère des affaires étrangères et européennes.

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License