Batu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batu (homonymie).
Batuhan.JPG
Batu selon un dessin chinois médiéval

Batu1 ou Batu Khan (en mongol Bat Xaan2), né vers 1205, mort en 1255 à Saraï3, dans l'actuelle Russie, petit-fils de Gengis Khan, est le premier khan de la Horde d'or ou khanat de Kiptchak, après avoir dirigé, sous le règne de son oncle, le grand khan Ogodeï, la conquête des principautés russes (1237-1240).

Biographiemodifier | modifier le code

Origines familiates et avènementmodifier | modifier le code

Batu est le fils de Djötchi (mort en 1227), fils aîné de Gengis Khan (mort lui aussi en 1227) et de Börte.

Il succède à son père dans l'apanage des steppes de l'Oural et du Tourgaï, que Djötchi avait reçu de Gengis Khan vers 1220.

L'invasion de la Russie (1236-1240)modifier | modifier le code

En 1236, il reçoit de son oncle et suzerain, le grand khan Ogodeï, de concert avec le grand général Subotaï, le commandement, d'une armée mongole de peut-être 150 000 cavaliers, parmi lesquels se trouvent plusieurs princes Gengiskhanides : Güyük et Kadan, fils d’Ögödei, Qaïdu, petit-fils d'Ogodeï, Mongke, fils de Tolui, Baïdar, fils de Djaghataï, Buri petit-fils de Djaghataï, ainsi que les trois frères de Batu : Orda, Berké et Chayban.

Siège de Kozelsk, 1238

Leur objectif est la conquête de l'ouest. Le khanat bulgare de la Volga est soumis durant l'automne 1236 et Bolgar est incendiée, ce qui permet aux Mongols de passer la Volga gelée durant l'hiver 1236-1237. Au printemps, Batu soumet les Kiptchaks qui se rallient. Seul le khan Batchman résiste un peu plus longtemps ; vaincu, il est exécuté sur l'ordre de Mongke.

Durant l'hiver 1237-1238, les Mongols marchent contre les principautés russes divisées. Le , ils dévastent Riazan. Sa population est exterminée et la ville incendiée. Batu prend Kolomna, Moscou, Vladimir (), Souzdal (8 février), massacrant ou réduisant en esclavage la population de ces villes.

Le 4 mars, le prince Iouri II Vladimirski est vaincu et tué sur la rivière Sit. Batu marche le lendemain sur Tver et Torjok, qu’il assiège.

Au printemps, Novgorod est sauvée des Mongols par le dégel qui empêche la cavalerie de manœuvrer dans les bourbiers. Batu met alors le siège devant Kozelsk qui résiste sept semaines, puis sa population est massacrée.

Batu retourne ensuite vers le sud où il établit définitivement l’ordre dans les steppes Coumans. Le khan Kotian, vaincu à nouveau[réf. nécessaire], se présente aux frontières orientales de la Hongrie avec 40 000 de ses sujets et obtient l'asile du roi Béla IV.

En 1239, Batu mène une seconde campagne en Russie. Il rejoint Möngke dans la vallée du Don, puis occupe Pereiaslav et Tchernikov en Ukraine à la fin de l’année. Mongke réduit les Alains pendant l’hiver 1239-1240.

Batu reprend l'offensive au début de l’été 1240. Il met à sac Pereïaslav, Tchernigov et les principautés de la Russie méridionale. Kiev est détruite le 6 décembre.

L'invasion de l'Europe centrale (1240-1242)modifier | modifier le code

En novembre 1240, les Mongols entrent en Pologne.

Le les troupes d'Orda franchissent la Vistule gelée et incendient Cracovie désertée par ses habitants, puis ravagent la Silésie, dont le duc Henri II le Pieux est tué lord de la bataille de Legnica (Liegnitz) le 9 avril.

Dans le même temps, celles de Chayban ravagent l'actuelle Roumanie avant de rejoindre les troupes de Batu. Le 11 avril les armées de Batu et de Chayban réunies battent les Hongrois à la bataille de Mohi, sur la rivière Sajó et prennent Pest. Les Mongols pillent la Hongrie et massacrent une partie de la population. Il atteignent Neustadt près de Vienne en juillet.

En mars 1242, il lance des raids en Croatie. L’avant garde de Batu, commandée par Kadan, atteint Spalatto et Cattaro sur la mer Adriatique.

À l’annonce de la mort d’Ögödei, Batu et ses troupes refluent vers l’orient pour participer au quriltay organisé pour l’élection de son successeur. L’Europe est sauvée. Batu traverse la Bulgarie jusqu’à la mer Noire, puis la Moldavie pendant l’hiver 1242-1243, et rentre dans ses campements installés le long du cours inférieur de la Volga.

L'Oulous de Batu (1243-1255)modifier | modifier le code

En 1243, Batu établit sa capitale à Saraï sur la basse Volga et fonde la Horde d'or ou khanat de Qiptchaq. Les khans de la Horde d’Or règneront sur la Sibérie occidentale et le sud de la Russie jusqu’à la fin du XVe siècle (1241-1480).

L’oulous de Batu se divise en trois parties indépendantes. Batu et sa cour s’établissent en été sur le territoire central dans la région de la Volga, près de la Kama et de l’ancienne Bolgar. En hiver, ils établissent leurs campements plus au sud, autour de Saraï. Le frère de Batu, Orda, reçoit en apanage la région située à l'Est de la mer d'Aral jusqu’au villes de Sugnak et d’Otrar et au nord jusqu’aux montagnes Oulogtag. Un autre frère de Batu, Chayban, reçoit les territoires au sud et au sud-est de l’Oural

Batu reçoit l'hommage des princes russes dont les États n'ont pas été annexés, comme Alexandre Nevski, prince de Novgorod. Les coutumes, les lois et le gouvernement des Tatars sont partout imposés en Russie. La région de Kiev est presque complètement dépeuplée en raison des massacres et de la fuite vers l’ouest des survivants. Un groupe, influencé culturellement par les Polonais et les Lituaniens, devient les Biélorusses (Russes Blancs). Un deuxième groupe, formé par la population slave de Kiev et des régions environnantes, devient les Malorusses (Petits-Russes). La région de la Kiévie, influencée par des langues et coutumes étrangères qui se superposèrent aux traditions initiales, est appelée Ukraine. Les habitants de la Russie du Nord deviennent les Grands-Russes, le principal groupe de Russes, principalement influencés par les diverses branches de la population finno-ougrienne[réf. nécessaire].

En 1250, Batu favorise son parent Möngke pour accéder au titre de grand khan.

Au moment de sa mort en 1255, Sartak, son fils et successeur désigné, séjourne à Karakorum près du grand khan Möngke en qualité de plénipotentiaire. Möngke le nomme à la tête du l’oulous kiptchak, mais il meurt brusquement ; c’est son fils, Ulakchi, qui est désigné comme khan de la Horde d'or, sous la régence de Boraktchik, veuve de Batu.

Bibliographiemodifier | modifier le code

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Lien externemodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. « Batu » peut aussi se trouver orthographié « Batou »
  2. Bat Xaan : de bat : fort, solide et xaan : prince
  3. Saraï : près de l’actuelle Volgograd
Précédé par Batu Suivi par
aucun
Khan de la Horde bleue et la Horde d'or
1243-1255
Sartaq







Creative Commons License