Bernard Pardo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pardo.
Bernard Pardo
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance (53 ans)
Lieu Gardanne
Taille 1,73 m (5 8)
Période pro. 1978-1992
Poste Milieu défensif
Parcours junior
Saisons Club
??-1978 Drapeau : France AS Gardanne
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1978-1979 Drapeau : France US Boulogne 033 0(4)
1978-1979 Drapeau : France Lille OSC 002 0(0)
1979-1985 Drapeau : France Stade Brestois 192 (13)
1985-1986 Drapeau : France AS Saint-Étienne 020 0(2)
1986-1989 Drapeau : France Sporting Toulon 118 0(8)
1989-1990 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 041 0(2)
1990-1991 Drapeau : France Olympique de Marseille 031 0(1)
1991-1992 Drapeau : France Paris SG 006 0(0)
1978-1992 Total 443 (30)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1987 Drapeau : France France Olympique 003 0(0)
1988-1991 Drapeau : France France 013 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 17 juillet 2011

Bernard Pardo est un footballeur français né le 19 décembre 1960 à Gardanne dans le département des Bouches-du-Rhône. Il évolue au poste de milieu de terrain défensif du début des années 1980 au début des années 1990. Il remporte avec l'Olympique de Marseille le titre de champion de France en 1991.

Il compte 13 sélections en équipe de France entre 1988 et 1991.

Biographiemodifier | modifier le code

Bernard Pardo début le football au sein de l'AS Gardanne, club où son père a également joué1. En 1977-1978, il participe à l’accession du club gardannais à la division 4. En fin de saison, Daniel Langrand, l'entraîneur de l'US Boulogne-sur-mer, club de division 2, lui propose de venir faire un essai dans son club1. L'essai se révèle concluant et il s'engage avec le club boulonnais. Il s'impose au milieu de terrain et dispute 33 des 34 rencontres du championnat. Le club ne peut cependant éviter la relégation en fin de saison en ne terminant 16e et premier relégable du groupe B et perd ainsi son statut professionnel2. Bernard Pardo rejoint l'année suivante le Lille OSC en tant que stagiaire. Arnaud Dos Santos et Didier Simon étant les milieux défensifs de l'équipe, il ne dispute que deux rencontres lors de cette saison. Son premier match en division 1 a lieu le 21 novembre 1979, lors de la 17e journée, face au Stade brestois. Le match se termine sur un match nul un à un3.

En fin de saison, il quitte le club nordiste et s'engage toujours comme stagiaire au Stade brestois. Le club termine 1er du groupe B de division 2 et retrouve ainsi la première division. Pardo et ses coéquipiers remportent également le titre de champion de division 2 face au Montpellier PSC sur le score de cinq à deux sur les deux matchs4. Il signe alors son premier contrat professionnel5. Milieu de terrain travailleur, il devient une des pièces essentielles du club brestois où il reste cinq ans6. En fin de contrat avec les Brestois, Il rejoint l'AS Saint-Étienne et malgré une blessure à l'intersaison qui le prive d'une quinzaine de matches, il contribue à la remontée en division 1.

Il signe ensuite au Sporting Toulon en 1986. Ses bonnes performances dans le club toulonnais lui valent d'être appelé en équipe de France olympique en février 1987. Il dispute trois rencontres sous le maillot bleu dont deux qualificatives pour les jeux olympiques7. En 1987-88, le Sporting termine 5e du championnat et Bernard Pardo reçoit l'Étoile d'or France Football récompensant le joueur le plus régulier de la saison8. Ses bonnes performances sont remarqués par Henri Michel, le sélectionneur de l'Équipe de France, et le 18 novembre 1987, il est appelé chez les « Bleus ». Il assiste du banc de touche à la défaite un à zéro des Français face aux Allemands de l'Est9. Sa seconde convocation en équipe de France intervient la saison suivante et, le 24 août 1988, il fait ses débuts en Bleu face à la Tchécoslovaquie au poste de milieu défensif gauche. La rencontre se termine sur un match nul un partout10. Bernard Pardo rejoint ensuite les Girondins de Bordeaux avec qui il termine vice-champion de France en 1990. Michel Platini, le nouveau sélectionneur de l'équipe de France, le rappelle chez les Bleus et il dispute alors douze matchs de suite en tant que titulaire au poste de milieu défensif récupérateur. Il remporte avec les Bleus le tournoi du Koweït et devient capitaine de l'équipe face à la Hongrie, le 28 mars 199011.

Son statut d'international lui vaut d'être recruté par l'Olympique de Marseille de Bernard Tapie. Titulaire tout le long de la saison, il est victime, en mars 1991, juste avant le quart de finale retour contre le Milan AC en Coupe des clubs champions 1990-1991 d'une rupture des ligaments croisés du genou lors d'un entraînement12. Il attend la fin de la saison pour se faire opérer et assiste en spectateur à la finale de la coupe d'Europe contre l'Étoile rouge de Belgrade ainsi qu'à celle de la coupe de France contre l'AS Monaco. À l'issue de la saison, l’Olympique du Marseille l'échange, ainsi que Bruno Germain et de Laurent Fournier, contre le joueur du Paris Saint-Germain Jocelyn Angloma. Arrivé blessé, il n'entre pas dans l'équipe type d'Artur Jorge et ne dispute que 6 matches durant toute la saison perdant ainsi sa place en équipe de France13.

À 32 ans, Bernard rejoint alors le Sporting de Toulon, en tant qu'amateur et dispute 12 matchs avec la réserve14. Sa carrière s'arrête cependant brusquement en cours de saison. Soupçonné de trafic de cocaïne, il est inculpé et effectue 6 mois de prison préventive. Libéré, il est ensuite acquitté de toutes les charges en 199715. En 1998, Il connaît de graves problèmes physiques et doit subir une transplantation cardiaque15. Il effectue sa convalescence à Gardanne où, en 1999, il achète un café en compagnie de son frère.

Il revient dans le milieu du football en 2004 en devenant adjoint de Bernard Casoni, nommé à la tête de l'équipe d'Arménie pour les éliminatoires du championnat d'Europe16. Cette expérience dure jusqu'en avril 2005 et le renvoi de Casoni pour résultats insuffisants17. Bernard Pardo est depuis 2008 conseiller municipal de la commune de Gardanne où il a pour délégation le développement commercial, l'animation du centre ville et les foires et marchés18. Il est également consultant pour OM TV13.

Palmarèsmodifier | modifier le code

Bernard Pardo compte à son palmarès un titre de Champion de France obtenu en 1991 avec l'Olympique de Marseille. Il est également vice-Champion de France en 1990 avec les Girondins de Bordeaux.

Avec le Stade brestois, il remporte en 1981 le Championnat de France de division 2. Dans cette compétition, il est également vice-Champion de France en 1986 avec l'AS Saint-Étienne.

Sous le maillot de l'équipe de France, il gagne en 1990 le tournoi du Koweït. Il compte avec les Bleus 13 sélections dont 10 victoires et trois nuls.

À titre personnel, il remporte en 1988 l'Étoile d'or France Football récompense le joueur le plus performant et régulier de la saison du championnat de France.

Statistiquesmodifier | modifier le code

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel de Bernard Pardo durant sa carrière de joueur professionnel19,20.

Saison Club Pays Championnat Coupes nationales Coupe d'Europe Sélection
Division Matchs Buts Matchs Buts Type Matchs Buts Matchs Buts
1978 - 1979 US Boulogne Drapeau : France France Division 2 33 4 - - - - - - -
1979 - 1980 Lille OSC Drapeau : France France Division 1 2 0 - - - - - - -
1980 - 1981 Stade brestois Drapeau : France France Division 2 32 3 2 0 - - - - -
1981 - 1982 Stade brestois Drapeau : France France Division 1 36 2 5 0 - - - - -
1982 - 1983 Stade brestois Drapeau : France France Division 1 38 1 7 0 - - - - -
1983 - 1984 Stade brestois Drapeau : France France Division 1 36 2 1 0 - - - - -
1984 - 1985 Stade brestois Drapeau : France France Division 1 32 5 3 0 - - - - -
1985 - 1986 AS Saint-Étienne Drapeau : France France Division 2 18 2 2 0 - - - - -
1986 - 1987 Sporting Toulon Drapeau : France France Division 1 38 1 - - - - - - -
1987 - 1988 Sporting Toulon Drapeau : France France Division 1 37 5 2 1 - - - - -
1988 - 1989 Sporting Toulon Drapeau : France France Division 1 36 0 5 1 - - - 1 0
1989 - 1990 Girondins de Bordeaux Drapeau : France France Division 1 37 1 4 1 - - - 8 0
1990 - 1991 Olympique de Marseille Drapeau : France France Division 1 26 1 1 0 C1 4 0 4 0
1991 - 1992 Paris SG Drapeau : France France Division 1 6 0 - - - - - - -
Total 407 27 32 3 - 4 0 13 0

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a et b Marc Notar, « De Beausoleil au Vélodrome », sur www.ville-gardanne.fr, Énergies,‎ 1er novembre 1990 (consulté le 18 juillet 2011), p. 5
  2. Dominique Fecquet, « Historique de Boulogne (partie 2 : l'USGB) », sur www.allezusbco.net (consulté le 18 juillet 2011)
  3. L'Équipe Football 81, L'Équipe,‎ septembre 1980, 290 p. (ISSN 0153-1069), p. 112
  4. « Saison 1980-81 (Division 2 - Groupe B) », sur www.sb29.com (consulté le 18 juillet 2011)
  5. « Bernard Pardo : « Brest, c'était les copains ! » », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 22 décembre 2010 (consulté le 18 juillet 2011)
  6. « Au Stade brestois - Brest », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 8 avril 2011 (consulté le 18 juillet 2011)
  7. (en) Erik Garin, « France - Olympic - International Results - Details », sur www.rsssf.com,‎ 23 janvier 2005 (consulté le 18 juillet 2011)
  8. (en) Erik Garin et José Luis Pierrend, « France - Footballer of the Year », sur www.rsssf.com,‎ 21 janvier 2011 (consulté le 18 juillet 2011)
  9. « France 0-1 R.D. Allemagne », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 18 juillet 2011)
  10. « France 1-1 Tchécoslovaquie », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 18 juillet 2011)
  11. « Hongrie 1-3 France », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 18 juillet 2011)
  12. « Bernard Pardo, « ici je suis un enfant du village » », sur www.ville-gardanne.fr, Énergies,‎ 21 septembre 2010 (consulté le 18 juillet 2011), p. 4
  13. a et b Nicolas Couet, « Que deviens-tu ? / Bernard Pardo : « Je tiens un café » », sur www.football365.fr, Football365.fr,‎ 28 décembre 2010 (consulté le 18 juillet 2011)
  14. « Fiche de Bernard Pardo », sur www.anciensverts.com (consulté le 18 juillet 2011)
  15. a et b Steven Imbert, « Football : Bernard Pardo savoure sa nouvelle vie de greffé », sur www.laprovence.com, La Provence,‎ 4 décembre 2008 (consulté le 18 juillet 2011)
  16. « Bernard Casoni, sélectionneur de l'Arménie », sur www.fff.fr, FFF,‎ 2 août 2004 (consulté le 18 juillet 2011)
  17. « Bernard Casoni renvoyé d'Arménie », sur www.liberation.fr, Libération,‎ 6 avril 2005 (consulté le 18 juillet 2011)
  18. « Le conseil municipal », sur www.ville-gardanne.fr,‎ 10 mars 2008 (consulté le 18 juillet 2011)
  19. « Fiche de Bernard Pardo », sur www.footballdatabase.eu (consulté le 18 juillet 2011)
  20. « Bernard PARDO » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur fff.fr

Liens externesmodifier | modifier le code









Creative Commons License