Bissau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bissau
Blason de Bissau
Héraldique
Drapeau de Bissau
Drapeau
Image illustrative de l'article Bissau
Administration
Pays Drapeau de la Guinée-Bissau Guinée-Bissau
Démographie
Population 400 000 hab. (2007)
Densité 5 195 hab./km2
Géographie
Coordonnées 11° 52′ N 15° 36′ O / 11.867, -15.6 ()11° 52′ Nord 15° 36′ Ouest / 11.867, -15.6 ()  
Superficie 7 700 ha = 77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guinée-Bissau

Voir sur la carte Guinée-Bissau administrative
City locator 14.svg
Bissau

Bissau est une ville d'Afrique de l'Ouest, capitale de la Guinée-Bissau. Selon une estimation de l’Instituto Nacional de Estatística e Censos1 datant de 2007, la ville compte environ 400 000 habitants, la langue la plus parlée est le créole. Le dernier recensement officiel dans le pays a eu lieu en 1991, la ville avait alors 195 389 habitants que l'on nomme les Bissaliens.

Géographiemodifier | modifier le code

La ville est située à l'estuaire du Rio Geba dans l'océan Atlantique. C'est la plus grande ville du pays, son port principal et son centre administratif et militaire.

L'aéroport international Osvaldo Vieira qui dessert la ville est identifié sous le code AITA : OXB.

Histoiremodifier | modifier le code

La ville fut fondée, en 1687, par les Portugais qui en firent un comptoir fortifié.

En 1942, elle devint la capitale de la Guinée portugaise. Après la déclaration d'indépendance, en 1973, par la guérilla, c'est Madina do Boe qui devint la capitale du nouvel État auto-proclamé, mais Bissau resta la capitale des régions toujours sous contrôle du Portugal. En 1974, lorsque les Portugais reconnurent l'indépendance de la Guinée-Bissau et se retirèrent, Bissau redevint la capitale.

Religionmodifier | modifier le code

Article détaillé : Liste des évêques de Bissau.

Bissau est le siège d'un évêché catholique.

Tourisme et loisirsmodifier | modifier le code

La ville est connue pour son carnaval qui se déroule chaque année, en février, autour de mardi gras.

Les lieux, les plus fréquemment visités par les touristes, comprennent la Forteresse d'Amura (Fortaleza de São José da Amura) où se trouve le mausolée d'Amílcar Cabral, le Mémorial Pidjiguiti dédié aux dockers tués lors de la grève du , l'Institut national des arts de Guinée-Bissau, le musée ethnologique de Bissau et les plages.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Michel Cahen (dir.), « Bissau, ville coloniale », in « Vilas » et « cidades » : bourgs et villes en Afrique lusophone, L'Harmattan, Paris, 1989, p. 81-97 (ISBN 2-7384-0431-6)







Creative Commons License