Carnuntum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carnuntum
Amphithéâtre de Carnuntum
Amphithéâtre de Carnuntum
Localisation
Pays Drapeau de l'Autriche Autriche
Coordonnées 48° 06′ 58″ N 16° 51′ 31″ E / 48.116, 16.8586 ()48° 06′ 58″ Nord 16° 51′ 31″ Est / 48.116, 16.8586 ()  

Géolocalisation sur la carte : Autriche

(Voir situation sur carte : Autriche)
Carnuntum
Carnuntum

Carnuntum était la capitale de la province romaine de Pannonie. Édifiée sur la route de l'ambre, elle se situait au bord du Danube, près de Petronell et Bad Deutsch-Altenburg en Basse-Autriche, entre l'actuelle Vienne et Bratislava.

La colonie romainemodifier | modifier le code

Dédicace à Jupiter retrouvée dans le sanctuaire du Pfaffenberg où étaient célébrées chaque 11 juin des cérémonies religieuses impliquant les habitants de Carnuntum

Carnuntum était dans l'Antiquité une étape importante de la route de l'ambre. La ville doit son nom à la population autochtone connue des Romains. En l'an 6 de notre ère, Tibère, alors commandant de l'armée de Germanie, y établit son camp au cours d'une campagne contre les Marcomans. Carnuntum est évoquée pour la première fois sous la plume de l'historien romain Velleius Paterculus. Vers 40, la legio XV Apollinaris y édifia un premier fort, qui fut reconstruit en pierre sous Vespasien. Outre un fortin auxiliaire, ce fort possédait son propre amphithéâtre ainsi qu'une colonie de peuplement administrée par l'armée (Canabæ). La ville s'étendait un peu plus à l'ouest, avec ses thermes, son forum et son grand amphithéâtre (près de 8 000 places). Pline l'Ancien indique à cette époque que cette ville de marche est un camp d'hiver de l'armée romaine, tête de pont contre les Sarmates et les Daces1. En 114 au plus tard la légion XIV Gemina prend la place de la XV Apollinaris qui est envoyée en Orient.

La ville devint capitale de Pannonie Supérieure sous l'empereur Trajan, et résidence du gouverneur de province. Hadrien lui accorda, sans doute en 124, le statut de municipe (Municipium Ælium Carnuntum). Marc Aurèle y tint son quartier général en alternance avec Sirmium pendant sa guerre contre les Marcomans.

Septime Sévère, gouverneur de Pannonie Supérieure, fut proclamé empereur par ses troupes à Carnuntum en 193. Peu après, la ville fut promue au rang de Colonie (« Colonia Septimia Aurelia Antoniniana Carnuntum »), ce qui redynamisa l'expansion de la région et plaça Carnuntum au sein de l'empire sur un pied comparable à celui d'autres grandes villes des provinces comme Cologne (alias Colonia Claudia Ara Agrippinensium), Trèves (Augusta Treverorum).

En 260, l'imposteur Regalianus fut proclamé empereur à Carnuntum, mais son autorité ne s'étendit pas au-delà de la ville. En 308, la Conférence impériale de Carnuntum réunit le 11 novembre Dioclétien, Maximien Hercule et Galère afin de restaurer l'ordre dans l'Empire romain. Un tremblement de terre survenu en 350 amorça le déclin de cette ville des marches de l'empire ; dix ans plus tard, Carnuntum se trouvait sur la ligne de front dans la guerre qui opposait les Romains aux Quades et aux Sarmates.

La « porte des païens » à Carnuntum

Le parc archéologique de Carnuntummodifier | modifier le code

Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, on se débarrassa des ruines antiques qui encombraient le passage et gênaient le développement de l'agriculture. Le marbre était utilisé pour produire de la chaux. Ce n'est que vers 1850 qu'on entreprit les premières fouilles, mais les participants étaient surtout des collectionneurs. À partir de 1877 eurent lieu des fouilles ouvertes plus intéressantes ; un quart de la surface du fort fut dégagé. Le parlement de la province de Basse-Autriche vota l'acquisition d'une partie de la commune, où l'on soupçonnait que le sous-sol recélait des vestiges importants, et le déblaiement se poursuivit alors à un rythme soutenu. Les chercheurs mirent ainsi en évidence sept strates d'occupation successives, remontant jusqu'à l'époque des Grandes invasions. Les deux guerres mondiales interrompirent les recherches archéologiques, qui reprirent en 1955. Mais comme les méthodes de conservation étaient alors moins perfectionnées, plusieurs vestiges subirent des dégradations, que l'on s'efforce de réparer aujourd'hui.

Carnuntum est devenu un parc archéologique. Le monument le plus marquant du site est le « Heidentor », fragment encore intact d'un arc de triomphe en ruines. On peut aussi voir les deux amphithéâtres, les thermes, ainsi qu'une partie de la ville antique. Des lieux de culte païens et paléo-chrétiens ont en outre été mis au jour. Le musée archéologique de Carnuntum se trouve dans la ville voisine de Bad Deutsch-Altenburg, inauguré en 1904 par l'empereur François-Joseph.

Un parc voisin, le Nationalpark Donau-Auen accroît l'attrait de la région. Des manifestations culturelles ont commémoré en 2006 les 2 000 ans de la colonie romaine de Carnuntum.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Pline l'Ancien, Hist. Nat., livre IV, chap. XXV, 1 : « Dans les parties supérieure entre le Danube et la forêt Hercynienne, jusqu'aux camps d'hiver de Carnuntum en Pannonie et jusqu'à cette frontière germanique, les campagnes et les plaines sont possédées par les Sarmates Jazyges, les montagnes et les forêts par les Daces, qu’ils ont repoussés jusqu'au fleuve Pathissus. »

Annexesmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Werner Jobst : Provinzhauptstadt Carnuntum. 1983
  • M. Kandler ; Hermann Vetters (Hrsg.): Der römische Limes in Österreich. 1986
  • K. Genser : Der österreichische Donaulimes in der Römerzeit. 1986
  • Werner Jobst (éd.) : Carnuntum. Das Erbe Roms an der Donau. 1992
  • Musilová M. et Turcan Vl., Roman monuments on the middle Danube from Vindobona to Aquincum, Bratislava, 2011

Sourcemodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License