Chanson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une chanson est une œuvre musicale composée d'un texte et d'une mélodie. Elle peut être interprétée sans accompagnement instrumental, c'est-à-dire a capella, ou au contraire d'un ou plusieurs instruments (guitare, piano, groupe, voire un big band ou un grand orchestre symphonique). Elle peut-être à une voix (monodie) ou à plusieurs (polyphonie) comme dans un choral.

Simple comptine enfantine de quelques mots ou longue chanson de geste (voir les 4 002 vers de La Chanson de Roland du XIIe siècle), cette expression littéraire et musicale peut revêtir des formes et des structures diverses (couplet/refrain, strophe ou laisse, canon, mélodie accompagnée ou lied allemand… ) et couvrir des genres bien différents comme la musique traditionnelle ou folklorique, la musique classique ou ethnique, le rock 'n' roll ou le jazz, le rap ou le slam.

« Longtemps, longtemps après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues... » Charles Trenet, 1951.

Genèse d'une chansonmodifier | modifier le code

La création d'une chanson nécessite généralement la complicité de deux artistes : l'auteur des paroles (parolier), le compositeur de la musique. Leur travail se fait à leur gré, la mélodie naissant parfois du texte ou le texte de la mélodie, ou même les deux simultanément comme pour certains auteurs-compositeurs. Par exemple, pour la France, Alain Souchon/Laurent Voulzy, Boris Bergman/Alain Bashung, Mylène Farmer/Laurent Boutonnat, Jacques Lanzmann/Jacques Dutronc ont formé des duos auteur/compositeur devenus célèbres.

Intervient ensuite l'interprète (le chanteur ou la chanteuse) qui donnera vie à la création. Certains artistes comme Georges Brassens, Jacques Brel, Charles Aznavour ou Jean-Jacques Goldman, (parmi bien d'autres), réunissent les trois fonctions et sont alors nommés auteurs-compositeurs-interprètes ou chansonniers dans la tradition jusqu'au début du XXe siècle.

Parfois, un quatrième musicien intervient : l'arrangeur musical, celui qui harmonise et donne la couleur particulière à la chanson par son orchestration (organisation des instruments d'accompagnement, notamment lors d'un enregistrement).

Débuts de la chanson françaisemodifier | modifier le code

Présente dans toutes les activités humaines et dans toutes les civilisations, la chanson s'est adaptée aux besoins très divers des hommes. La plus ancienne forme que l'on rencontre est le chant sacré, qui accompagne les cérémonies religieuses dans presque toutes les civilisations. En Europe au Moyen Âge naquit ainsi le chant grégorien, puis, au XVIe siècle, sous la Réforme, les cantiques populaires chantés dans la langue du peuple.

Presque aussi anciennes sont les chansons de divertissement. À l'opposé des chants religieux, généralement graves et solennels, ces chansons sont vives et rythmées, car elles sont destinées à être dansées. Ou des chansons écrites sur des musiques de rock and roll, qui donnent envie de bouger.

D'autres chansons de distraction, par exemple le chevalier de la table ronde, se chantent lors des repas.

Mais il est encore d'autres usages de la chanson. Le besoin de rythmer les gestes du travail et de mieux supporter l'effort a donné naissance aux chansons de métiers.

Chansons engagéesmodifier | modifier le code

Longtemps jusqu’au milieu du XIXe siècle, la chanson a joué le rôle du journal : des chanteurs ambulants allaient de village en village, répandant, par des complaintes, les tristes récits de crime ou les hauts faits des grands généraux. Dans les périodes de crise, la chanson se transformait en arme contre le roi et le gouvernement : ainsi, des mazarinades (dirigées contre le cardinal Mazarin), nées par centaines à Paris sous la Fronde, ou des chansons ouvrières, chantées dans les manifestations de rues, servaient à répandre des idées et à exprimer des aspirations communes à un groupe ou un peuple. Il en est de même des hymnes patriotiques comme la Marseillaise. D'autres chansons, enfin, expriment des émotions, des sentiments et des idées de façon plus personnelle. Plutôt que chanter en cœur, elles sont destinées à être écoutées, dans les salles de spectacle ou chez soi.

La chanson française au XXe sièclemodifier | modifier le code

Depuis les années d'après guerre et même avant, on retrouve deux grandes tendances dans la chanson française : d'un côté une tentation de chansons faciles et légères, promues par des artistes de music hall, tels que Maurice Chevalier, Charles Trenet, Patachou ou encore Yves Montand, fer de lance de la chanson populaire. Une tendance que l'on retrouve au début des années 1960, avec l'avènement d'une nouvelle génération de chanteurs dit Yéyé, tantôt légers, voire insouciants, qui favorisent le rythme (alors en phases avec des danses à mode, comme le Twist et le Madison) aux paroles ; Tantôt interprètes de chansons sentimentales, nostalgiques, ou d'amour, qui renouvelle le genre de la variété française. Citons : Dalida, Eddy Mitchell et ses Chaussettes noires, Claude François, Sylvie Vartan, Sheila, France Gall, Salvatore Adamo, Hervé Vilard, Pascal Danel, Richard Anthony, Christophe... À partir du milieu des années 1960, l'arrivée de chanteur tels que Antoine ou Michel Polnareff marquent la fin des années yéyé et livrent sur des rythmes contemporains, rock, Folk ou Pop des textes plus aboutis, voir engagés ; ils sont en cela précédés par des artistes tels que Hugues Aufray et même Eddy Mitchell ou Johnny Hallyday, (fer de lance de la vague yéyé) qui chantent les mots, les envies, ou le mal être de leur générations : Les élucubrations (Antoine), Le bal des lazes (Polnareff), Les crayons de couleurs (Aufray), Société anonyme (Mitchell), La génération perdue (Hallyday). Les années 1970 sont marquées par la pérennité de chansons dites de variétés avec des artistes tel que Claude François, Dalida, Mireille Mathieu, , Michelle Torr, Carlos... et des nouveaux venus comme Julien Clerc, Maxime le Forestier, où qui se révèlent "tardivement" comme Serge Lama, Michel Sardou, Michel Berger ou Michel Jonas. Les années 1970 sont aussi l'occasion de l'avènement de nouveaux auteurs-compositeurs-interprètes tel que Renaud, Alain Souchon, Francis Cabrel, Daniel Balavoine, Jean-Jacques Goldman, ou de groupe comme Indochine, Téléphone ou Trust. La variété actuelle est marquée par les chanteuses et chanteurs comme Garou, Grégoire, Hélène Ségara, Alizée, Amel Bent...

Léo Ferré en concert, 1991.

De l'autre côté, la chanson dite « chanson à texte[réf. nécessaire] ». Parfois engagée, ou simplement plus exigeante sur l'écriture et/où son propos, qui toutes générations confondues sembles une constante indissociable de la chanson made in France, représenté par Boris Vian, Juliette Gréco, Anne Sylvestre, Francis Lemarque, Serge Gainsbourg, Jacques Brel, Georges Brassens, Claude Nougaro, Léo Ferré, Jean Ferrat, Barbara, Charles Aznavour, Serge Reggiani, Jean-Roger Caussimon... Et aussi par Renaud, Francis Cabrel, Alain Souchon, Jacques Higelin, Lavilliers, Daniel Balavoine, puis dans les années 1980 à nos jours, l'affirmation de nouveaux artistes tels que : Zazie, Juliette, Têtes Raides, Matthieu Chedid, Jean-Louis Murat, Miossec, Mathieu Boogaerts, Dominique A, Daniel Darc, Vincent Delerm, Bénabar, Cali, Benjamin Biolay...

On notera que ces deux « grandes » tendances, ne sont nullement des frontières infranchissables, ainsi un auteur-compositeur-interprète comme Charles Trenet alterne sans difficulté et avec la même reconnaissance des chansons faciles" tels que Boum ou Y'a d'la joie" avec des chansons aux textes plus « aboutis » comme La mer. Il en va de même pour Henri Salvador, Pierre Perret, ou encore Yves Montand qui d'artiste de music hall chantant Dans les plaines du Far-west, devint (aussi) l'interprète de textes poétiques comme Les feuilles mortes, ou engagé Mon frère, Casse-têtes... Serge Lama et Michel Sardou, (pour ne citer qu'eux), s'inscrivent aussi bien dans la catégorie "Chanteur de variété" - Les p'tites femmes de Pigalle (Lama), Et mourir de plaisir" (Sardou) - que celle de "chanteur (dit) à texte" - L'Algérie (Lama), Les villes de solitude (Sardou). Une mixité que se confirme avec le « cas » Gainsbourg, interprète et/ou auteur de chansons faites d'onomatopées - Comic Strip, Zig zig avec toi - jouant sur la musicalité des mots, à d'autres aux paroles plus « fouillées » - Couleur café, Juif et dieu.

On assiste aussi à une plus grande fluidité et mixité des genres depuis les années 1960-1970, qui virent les artistes soigner à part égales, texte, mélodie, orchestration, souvent dans un genre musicale défini et identifiable, rock, new wave, reggae, accompagné par un recyclage permanent des modes passées comme le disco, le funk, notamment sous l'influence des compilations, éléments de rentabilité maximum pour les maisons de disques.

On retrouve la même distinction auprès des chanteurs pour enfants ou pour jeune public : à côté d'artistes de grande variété (Chantal Goya, Dorothée, Henri Dès, etc.), on trouve des artistes qui s'efforcent de faire des chansons alternatives (Mamemo, Jofroi, Raphy Rafaël, etc.).

De plus en plus d'artistes populaires tentent d'obtenir une certaine indépendance par rapport à l'industrie n'hésitant pas à se produire exclusivement sous leur propre label afin de pouvoir maîtriser l'ensemble de leur production (Prince aux États-Unis) ou à attaquer en justice leur maison de disques (Johnny Hallyday).

Certains artistes passés par les grosses machines comme Star Academy (phénomène médiatique des années 2000 ou pour la première fois la télévision génère ses propres chanteurs et les met elle-même sur le marché du disque) se tournent ensuite vers un parcours plus classique, cherchant à travailler avec des auteurs de qualité : Olivia Ruiz avec Juliette ou les Têtes Raides, Jenifer avec Marc Lavoine et Calogero, Vanessa Paradis avec Serge Gainsbourg et Matthieu Chedid, Nolwenn Leroy avec Laurent Voulzy, etc.

En dehors de ces émissions de fabrique d'hypothétiques et rares « nouvelles stars » la télévision des années 2000 accorde une place moins importante à la chanson actuelle de qualité, sauf lors des Victoires de la musique ou des concerts enregistrés live de Taratata.

La crise du Disque des années 2000 a entraîné la non-reconduction de contrat de certains grands noms de la chanson comme Alain Chamfort ou de talents émergents moins connus par exemple Françoiz Breut.

L'industrie du disquemodifier | modifier le code

Face aux géants du disque de l'époque (CBS, Sony, Phonogram, Polygram…) les années 1980 ont vu l'éclosion de nombreux labels indépendants en Europe dont certains se sont maintenus jusqu'à aujourd'hui… Des sociétés comme Universal, Virgin, TF1, la Fnac mais aussi Harmonia Mundi et son réseau de disquaires ont pris une importance croissante dans l'industrie musicale. Les disquaires indépendants ont vu leur nombre se réduire, très sensiblement en France, la grande distribution s'appropriant de nombreuses parts de marché.

Dans le même temps les radios ont tendance à passer une diversité de titres inférieure à ce qu'elle était dans les années 1990.

La diffusion et la vente se font aujourd'hui de plus en plus fréquemment par l'Internet. Le marché du disque serait en crise, à cause de l'avènement du numérique et le téléchargement gratuit, bouleversements techniques que l'industrie musicale a tardé à prendre en compte.

Certains voient dans les mutations récentes (Téléchargement gratuit, mp3, iTunes, podcast, etc.) une transformation profonde des usages de consommation de musique.

La chanson populaire (variétés) est au centre d'un important marché dont les principaux acteurs se réunissent chaque année lors du marché international de l'édition musicale (MIDEM).

Les meilleures ventes de disques donnent lieu à différents types de classements (Charts, Hit-Parade) qui peuvent être hebdomadaire, annuel, par genre, par format (single ou album), par pays, etc. Un de ces classements le plus connus est le Top 50 pour la France.

voir : Classement des meilleures ventes de disques en France

Chanteurs et chanteusesmodifier | modifier le code

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code








Creative Commons License