Claude Autant-Lara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claude Autant-Lara

Nom de naissance Claude Autant
Naissance
Luzarches, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 98 ans)
Antibes, France
Profession Réalisateur
Député européen
Films notables Le Diable au corps
Occupe-toi d'Amélie
L'Auberge rouge
La Traversée de Paris
En cas de malheur

Claude Autant-Lara, ou Claude Autant, est un réalisateur français, né le à Luzarches (Val-d'Oise) et mort le à Antibes (Alpes-Maritimes) à l'âge de 98 ans.

Il a connu le succès après la Seconde Guerre mondiale et dans les années 1950 avec l'adaptation du roman de Raymond Radiguet, Le Diable au corps (1947), puis L'Auberge rouge, l'adaptation du Rouge et le Noir de Stendhal, et enfin La Traversée de Paris. À partir des années 1960, son cinéma rencontre moins de succès. Il s'engage en politique dans les années 1980 aux côtés du Front national.

Biographiemodifier | modifier le code

Des débuts difficilesmodifier | modifier le code

Fils de l'architecte Édouard Autant et de la comédienne Louise Lara, sociétaire de la Comédie-Française où elle avait été engagée après un premier prix de comédie au Concours du Conservatoire, Claude Autant-Lara suit sa scolarité au lycée Janson-de-Sailly et découvre rapidement le cinéma, une véritable révélation.

Renvoyé du lycée en 1915, il part en Angleterre dans un collège à la discipline sévère et revient pour s'inscrire à l’École des arts décoratifs où il se lie d'amitié avec le futur comédien Julien Carette. Son diplôme en poche, il commence à travailler dans un atelier de sculpture puis il est engagé par Marcel L'Herbier comme décorateur d'abord pour une pièce de théâtre, puis en 1920 comme assistant-réalisateur et décorateur pour le film L'Homme du large d'après Honoré de Balzac. En 1923, L'Herbier produit le premier court-métrage d'Autant-Lara, Faits-divers, dans lequel ce dernier dirige sa mère. La collaboration entre les deux hommes durera jusqu'en 1926. Cette année-là, Autant-Lara dessine les décors de Nana de Jean Renoir d'après Émile Zola. Il devient ensuite assistant–réalisateur de René Clair.

Grand admirateur de Georges Méliès et fasciné par les nouvelles techniques, il tourne en 1929 son second film Construire un feu, d’après Jack London, en utilisant le procédé d'anamorphose de l'hypergonar1, qui sera connu plus tard sous le nom de CinemaScope. C'est un échec. Déçu et criblé de dettes, il s'embarque pour les États-Unis, où il réalise les versions françaises de films américains, notamment de Buster Keaton et de Douglas Fairbanks Jr. Il fréquente alors des Européens exilés comme lui, parmi lesquels Françoise Rosay et Luis Buñuel. Mais l'ambiance de travail et le style de vie américain ne conviennent pas à Autant-Lara qui décide deux ans plus tard de revenir en France.

Il réalise en 1932 des courts métrages d’après Georges Courteline. En 1933, il signe son premier long-métrage, Ciboulette, adaptation excentrique de la célèbre opérette de Reynaldo Hahn mise en dialogue par Jacques Prévert. Encore un échec. Il survit en travaillant pour Maurice Lehmann puis fait à nouveau parler de lui avec Le Mariage de Chiffon, en 1941, avec Odette Joyeux dans le rôle principal. Le bon accueil du film l'encourage à poursuivre. Il dirige à nouveau la comédienne dans Lettres d'amour en 1941, et l'année suivante dans Douce, considéré comme le premier film où il donne libre cours à son humour noir.

Le succès et les critiquesmodifier | modifier le code

Après le succès populaire, en 1946, de Sylvie et le Fantôme, toujours avec Odette Joyeux, il met en scène, en 1947, Micheline Presle et Gérard Philipe dans Le Diable au corps, tiré du roman de Raymond Radiguet. Le film, qui retrace l’histoire passionnée de deux jeunes amants partagés entre leur fougue et leur peur de s’engager, provoque de vives réactions dans la presse et dans le public. Il permet à Autant-Lara de confirmer sa réputation de réalisateur aussi original qu'imprévisible. Anticonformiste et provocateur, il affirme : « Si un film n'a pas de venin, il ne vaut rienréf. souhaitée] ». Le film est salué à sa sortie par le critique André Bazin mais quelques années plus tard, il devient l'une des cibles de François Truffaut dans son pamphlet contre le cinéma français dit « de qualité » intitulé « Une certaine tendance du cinéma français »2,3.

En 1949, il adapte à l’écran la pièce de Feydeau, Occupe-toi d'Amélie, qu'il considérera comme son film préféré. Puis il enchaîne les comédies sombres et les aventures douces-amères, notamment L’Auberge rouge (Fernandel) en 1951, Le Blé en herbe d'après le roman de Colette (1954), La Traversée de Paris (Jean Gabin, Bourvil et Louis de Funès) en 1956, La Jument Verte (Bourvil), inspirés de Marcel Aymé et En cas de malheur (Jean Gabin et Brigitte Bardot) en 1959, d’après Simenon.

Son adaptation du roman de Stendhal, Le Rouge et le Noir, en 1954, lui vaut de violentes critiques des futurs cinéastes de la Nouvelle Vague, qui lui reprochent d'incarner un cinéma dépassé. Dans un article publié dans les Cahiers du cinéma, le jeune critique François Truffaut s'en prend à ce symbole d'« une certaine tendance du cinéma français », dont les conceptions artistiques relèvent selon lui d'un autre âge. En réaction, Autant-Lara critiquera invariablement l'ensemble du mouvement de la Nouvelle Vague.

Il tourne encore une quinzaine de films avant de cesser ses activités de réalisateur dans les années 1970.

Il publie alors plusieurs livres de souvenirs, des recueils de discours et des pamphlets comme Télé-Mafia, Les Fourgons du malheur ou Le Coq et le Rat. Ses mémoires, intitulés La Rage dans le cœur, publiés en 1984, témoignent de son amertume.

Politique et polémiquemodifier | modifier le code

Claude Autant-Lara
Fonctions
Député européen
Élection 15 juin 1989
Législature IIIe Parlement européen
Biographie
Parti politique Front national

Le , il déjeune avec Jean-Marie Le Pen et annonce qu'il se présente avec le Front national aux élections européennes4.

Le , il revint sur le devant de la scène médiatique, de manière controversée, en étant élu au Parlement européen sur la liste du Front national, alors qu'il avait été président de la Fédération nationale du spectacle CGT (syndicat proche des communistes) pendant seize années, de 1947 à 1963[réf. nécessaire]. Doyen d'âge de la nouvelle assemblée, il présida, comme le voulait alors la tradition, la session inaugurale, en juillet 1989. Il prononça un discours où il exprimait notamment ses « inquiétudes face à la menace culturelle américaine ». La quasi-totalité des députés sortirent de l'hémicycle afin de ne pas assister au discours d'un élu du Front national. Comme il avait été prévu avant l'élection,[réf. nécessaire] Claude Autan-Lara démissionne de son siège de député européen aussitôt après.

À la suite de cette polémique, il tint des propos reproduits par le mensuel Globe en septembre 1989, disant au sujet de Simone Veil : « Que vous le vouliez ou non, elle fait partie d'une ethnie politique qui essaie de s'implanter et de dominer… Oh elle joue de la mandoline avec ça [les camps de concentration]. Mais elle en est revenue, hein ? Et elle se porte bien… Bon alors quand on me parle de génocide, je dis, en tout cas, ils ont raté la mère Veil ! ». Le garde des Sceaux d'alors, Pierre Arpaillange, fit engager des poursuites pour « injures raciales, diffamation raciale et incitation à la haine raciale. » Claude Autant-Lara fut relaxé. En outre, les membres de l'Académie des beaux-arts, dont il était vice-président pour l'année, lui demandèrent de ne plus siéger parmi eux. Il fut remplacé, à sa mort, par le cinéaste Francis Girod, lequel prononça, le 17 décembre 2003, son éloge sous la Coupole.

Comme le dit Francis Girod : « les errements de la fin de vie de Claude Autant-Lara entachent l’image de l’artiste et masquent la force d’une œuvre. » Ces controverses valurent à Claude Autant-Lara le surnom « Claude Attend l'Arabe » de la part du Canard enchaîné. Claude Autant-Lara

Après ces polémiques, Claude Autant-Lara participa à une série d'entretiens avec le Suisse Freddy Buache, dans lesquels il révélait nombre d'anecdotes qui avaient jalonné la réalisation de ses films.

Filmographiemodifier | modifier le code

Réalisateurmodifier | modifier le code

Courts et moyens métragesmodifier | modifier le code

Longs métragesmodifier | modifier le code

Autresmodifier | modifier le code

Publicationsmodifier | modifier le code

  • Le Coq et le Rat : Chronique cinématographique du XXe siècle, Flambeau, 1960
  • La Rage dans le cœur, Veyrier/Lib, L'Avenue, 1984 (autobiographie)
  • Les Fourgons du malheur. Chronique cinématographique du XXe siècle, Flambeau, 1992

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Lo Duca, Histoire du cinéma, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Que sais-je ? », 1968, 8e éd. (1re éd. 1942), p. 15
  2. Olivier Père, « Claude Autant-Lara, l’œil du diable », Blog d'Olivier Père,‎ 18 avril 2012 (lire en ligne)
  3. François Truffaut, « Une certaine tendance du cinéma français », Cahiers du cinéma, no 31,‎ janvier 1954 réédité dans François Truffaut, Le Plaisir des yeux, Flammarion, coll. « Champs »,‎ 1987, p. 210-229
  4. Michel Guilloux, « La deuxième mort de Claude Autant-Lara », L'Humanité,‎ 7 février 2000 (lire en ligne)

Voir aussimodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Freddy Buache, Claude Autant Lara, L'Âge d'Homme, 1990
  • Au sujet de « Sylvie et le fantôme », voir Carole Aurouet, Les Scénarios détournés de Jacques Prévert, Dreamland, 2003, 256 p., p. 100-124

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License