Coré (Bible)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coré.

Coré ou Koré, en hébreu קרח, Qora'h, est un personnage biblique, chef d'une rébellion contre Moïse et Aaron, pendant la traversée du Désert (Nombres, 16). Il donne son nom à la parasha Qora'h.

Le récit bibliquemodifier | modifier le code

Lévite éminent de la lignée de Qehath, auquel s'allient Dathan et Abiram, princes de la tribu de Ruben, Coré mène une rébellion contre l'autorité de Moïse et d'Aaron, arguant que tout le peuple étant saint, l'autorité ne pourrait demeurer en les mains des deux frères. Moïse s'en remet au jugement divin : que chacun, Aaron et Coré apportent une offrande d'encens, afin de déterminer laquelle sera agréée. Coré et ses gens sont engloutis par la terre, mais Nombres 26, 111 précise "Les enfants de Coré ne moururent pas".

Dans le Talmudmodifier | modifier le code

Commentaire de Rachi, d’après le Midrach Tanhouma 2

(…) Qu’a fait Qora’h ? Il s’est dressé pour rassembler deux cent cinquante chefs de tribunaux (…). Il les a revêtus de vêtements entièrement faits de laine d’azur et ils se sont présentés devant Moïse en lui demandant : « Un vêtement entièrement fait de laine d’azur a-t-il besoin de tsitsith ou bien en est-il dispensé ? » Moïse répondit qu’il en avait besoin. Ils se sont esclaffés : « Se peut-il que pour un vêtement fait d’une étoffe différente, un seul fil de laine d’azur suffise à le rendre apte à être porté, et qu’un vêtement fait entièrement de laine d’azur ne se rende pas apte forcément de lui-même ?

"Et leurs femmes et leurs fils et leurs jeunes enfants"  : Vois comme peut être désastreuse une querelle : Un tribunal humain ne punit que celui qui porte les signes de la puberté, et celui de Là-Haut ne punit qu’à partir de vingt ans. Ici en revanche ont péri même les nourrissons


Apologue du Midrach Tanhouma, repris dans Nombres Rabba

Kora’h trouva cet argument au temps de Moïse et d’Aaron pour essayer de se rallier le peuple. Une veuve habitait avec ses deux filles. Elle possédait seulement un petit champ, juste assez grand pour les nourrir péniblement. Alors que la veuve commençait à labourer son champ, Moïse lui dit: Fais attention de ne pas labourer en attelant un âne et un boeuf ensemble car il est ordonné : « Ne laboure pas avec un bœuf ou un âne attelés ensemble » , Devarim 22:10. Lorsqu’elle voulut semer, Moïse la prévint encore : Il est ordonné de « Ne pas semer ton champ de graines hétérogènes », Vayikra 19:19. Lorsqu’elle voulut récolter, Moïse l’avertit : - « Ne glane pas les épis tombés - lékète » ,Vayikra 19:9. - « Ne retourne pas prendre les gerbes oubliées - chik’ha », Devarim 24:19, - enfin « Ne moissonne pas les coins de ton champ - péah », Vayikra 19:9.

Au moment d’engranger son blé, Moïse lui demanda de prélever : - la « térouma-maaseer » pour le prêtre, Devarim 18:4, = 1 %. - le « maasser rishone » pour le Lévi, Bamidbar 18:24 = 10 % - enfin le « maasser chéni », Devarim 14:22 = 10 % des récoltes des 1ere, 2e, 4e et 5e année du cycle de la shemitah qui devait être consommé dans le Sanctuaire.

La veuve en conclut qu’il n’était pas rentable pour elle de garder son petit lopin de terre. Elle vendit son champ et acheta deux brebis dans l’espoir de vivre du commerce de la laine.

Lorsque les brebis mirent bas, Aaron exigea leur premier-né puisque : « Consacre à l’Eternel ton premier-né parmi ton gros et ton menu bétail », Devarim 15:19. Plus tard, lors de la tonte, Aaron demanda la première toison : « Tu lui donneras .. la première toison de ton bétail », Devarim 18:4.

N’y tenant plus, la veuve ayant du mal à vivre après tous ces prélèvements, elle décida d’égorger ses brebis.

Immédiatement Aaron exigea sa part : « l’épaule, les mâchoires et l’estomac », Devarim 18 :3.

« Puisqu’il en est ainsi, je vais consacrer ce qui me reste au Sanctuaire » dit la veuve.

Aaron lui dit : ” À présent, donne-moi tout car : « Tout ce qu’Israel déclare consacré t’appartiendra », Bamidbar 18:14.

En fait l’argument de Kora’h est valide si l’on ne voit que le début des processus. Le premier-né et la première tonte sont dus une seule fois puis le fruit du travail appartient à l’homme. Les prélèvements sont lourds la première année puis ils disparaissent au profit des Maasseroth qui sont récurrents mais plus supportables.


La rébellion de Qora'h est longuement commentée dans le traité Sanhedrin, folios 109b et 1103

Autres occurrencesmodifier | modifier le code

קֶרַח, Qèra'h, signifie "gelée", "glace", en Genèse 31,40. Les commentateurs font remarquer la symètrie de Abel, vapeur et de Qora'h, glace : les deux états extrêmes de l'eau, tous deux engloutis par la terre.

קֹרַח, Qora'h est un fils d'Esaü en Genèse 36 (5 -14 -16 - 18))

קֵרֵחַ, Qéré'ha signifie "chauve", "pelé" en Lévitique 13, 40 et suiv, et 21, 5

Dans le Coranmodifier | modifier le code

Qora’h figure dans le Coran sous le nom de Qarun (sourate 28 “Le récit” Al-Qasas, versets 76-82 (traduction Chouraqui)) :

76. Voici, Qârûn, du peuple de Mûssa, mais il déviait contre lui: nous lui avions donné tant de trésors qu’une forte troupe en détenait ses clés.

77. Poursuis en ce qu’Allah t’a donné, la demeure, l’Autre, mais n’oublie pas ta part de ce monde. Excelle comme Allah excelle pour toi. Ne veuille pas la corruption, sur terre: voici, Allah n’aime pas les corrompus.

78. Qârûn dit: « Ce que j’ai, est le fruit de ma science ! » Ne sait-il pas qu’Allah a exterminé avant lui des générations plus puissantes que lui en force et plus nombreuses ? Mais les coupables ne seront pas interrogés sur leurs crimes !

79. Il sort, dans ses fastes, contre son peuple. Ceux qui voulaient la vie de ce monde disent: « Ah ! Si nous avions reçu ce qui a été donné à Qârûn ! Il possède une fortune grandiose. »

80. Ceux à qui la science est donnée disent: « Aïe, le Retour d’Allah est meilleur pour qui adhère et est intègre, mais ne le rencontrent que ceux qui persévèrent. »

81. Nous l’avons fait engloutir par la terre, lui et sa demeure. Pour lui, aucun parti ne pouvait l’aider, contre Allah, il était sans aucune aide.

82. Au matin, ceux qui, la veille, jalousaient sa place disent: « Allah dispense sa provende à celui qu’il veut de ses serviteurs. » Si Allah ne nous favorisait pas, il nous aurait engloutis. Les effaceurs ne seront pas féconds !

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Voir commentaire de Rachi
  2. Nombres Rabba cite de même l'apologue des tsitsit et lui ajoute un apologue sur la mezouza.
  3. En anglais ici









Creative Commons License