Crucifixion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de la crucifixion de Jésus de Nazareth. Pour le supplice en général, voir crucifiement.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir crucifixion (homonymie).

La Crucifixion (du latin classique crucifixio, ionis) désigne le crucifiement de Jésus de Nazareth, considéré par les chrétiens comme le Christ. Selon les textes néotestamentaires, Jésus-Christ fut condamné à mort par le préfet romain Ponce Pilate, à l'instigation des autorités juives, et exécuté par le supplice de la croix. La croix de Jésus était vraisemblablement une crux immissa1 puisque, selon les Évangiles, un écriteau était fixé au sommet du stipes2, et relativement haute puisqu'un soldat lui donne à boire avec une éponge imprégnée de vinaigre au bout d'une branche d'hysope. La crucifixion fait partie du récit de la Passion.

Récit dans l'Évangilemodifier | modifier le code

Articles détaillés : Via Dolorosa et Chemin de Croix.

D’après l’Évangile, Jésus fut obligé, comme d’autres condamnés au crucifiement (qui deviendra pour ce cas précis la Crucifixion), de porter sa propre croix jusqu’au mont du Golgotha (la place du crâne), le lieu de l’exécution. D’après les évangiles synoptiques, sur la route du Golgotha, les soldats obligent un passant, Simon de Cyrène, à porter la croix de Jésus. La raison n’en est pas donnée dans les Évangiles, mais l’Évangile selon Marc trouve opportun de citer les enfants de Simon, Alexandre et Rufus, comme s’ils avaient été des personnages connus des futurs lecteurs de Marc (Brown et al. 628). Paul cite aussi un « Rufus » dans son Épître aux Romains (Rm 16. 13)3. Luc ajoute que les femmes disciples suivaient Jésus, et pleuraient sur son destin, mais qu’il leur répondait par des citations (Os 10. 8)4.

Jésus a été livré à la « sixième heure » de la « nuit » (minuit) pour être crucifié (Jn 19:14-16). On doit prendre garde à ne pas confondre cette « sixième heure » avec celle dont il est question en Mt 27:45, puisqu'il s'agit du « jour » dans ce dernier passage.

Quand ils arrivent au Golgotha, les Évangiles synoptiques déclarent qu’il est proposé à Jésus du vin mêlé de myrrhe pour atténuer la douleur, mais il le refuse. Jésus est alors crucifié, d’après les Évangiles synoptiques, à la « troisième heure » du jour (9 h). Selon les récits et traditions, il aurait été crucifié avec trois ou quatre clous5.

Les Évangiles synoptiques ajoutent que la croix comportait, au-dessus de la tête de Jésus, l’inscription Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum « Jésus de Nazareth, roi des Juifs ». L’Évangile selon Jean précise que Pilate a rédigé cette inscription sur un titulus (écriteau), en hébreu, en latin et en grec.

Les Évangiles canoniques déclarent alors que les vêtements de Jésus lui furent retirés par les soldats, pour être répartis entre eux en plusieurs lots. L’Évangile selon Jean prétend que ceci accomplit une prophétie de Ps 22. 186. D’après l’Évangile selon Luc, les deux voleurs crucifiés aux côtés de Jésus, lui parlent. Luc déclare que l’un railla Jésus, et que l’autre le respecta, et que Jésus déclara que le voleur respectueux, Dismas (le bon larron), gagnerait promptement son entrée au paradis ; traditionnellement l’autre, Gesmas ou Gestas (le mauvais larron), est considéré comme voué à l’enfer. Dismas est considéré comme le premier saint de l'Église7, canonisé par le Christ lui-même : « Aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis » Luc 23-438. sans étape intermédiaire, ni œuvres, ni baptême, par la foi seule.

Le Christ en croix est souvent représenté portant le périzonium.

Le Christ sur la croix représente pour les chrétiens le sommet de l'amour de Dieu pour l'homme : Jean ch 3 v 16 dit « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, Jésus, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle ». Ce verset est un des fondements de la foi chrétienne.

Aspects médicaux de la crucifixionmodifier | modifier le code

Crucifix baroque brésilien

Un certain nombre de théories tentant d'expliquer les circonstances de la mort de Jésus sur la croix par l'intermédiaire de connaissances médicales ont été proposées au cours des XIXe et XXe siècles par un éventail de personnes, dont des médecins, des historiens, et même des mystiques.

La plupart des théories proposées par des médecins qualifiés (avec des spécialités allant de la médecine légale à l'ophtalmologie) ont conclu que Jésus a enduré d'énormes quantités de douleur et de souffrance sur la croix avant sa mort. En 2006, le médecin généraliste John Scotson a examiné plus de 40 publications sur la cause de la mort de Jésus et les théories allaient de la rupture cardiaque à l'embolie pulmonaire9.

Dès 1847, en s'appuyant sur Jean 19:34, le médecin William Stroud a proposé la théorie de rupture du cœur comme cause de la mort du Christ et cette théorie influença par la suite un certain nombre d'autres experts10,11.

La théorie de l'asphyxie a fait l'objet de plusieurs expériences qui simulent la crucifixion chez des volontaires sains et de nombreux médecins conviennent que la crucifixion provoque une perturbation profonde de la capacité de la victime à respirer. Un des symptômes de l'asphyxie exhaustive est que la victime crucifiée trouve progressivement de plus en plus difficile d'obtenir assez de souffle pour parler. Cela peut fournir une explication à la brièveté des dernières paroles du Christ12.

La théorie de la cadence cardio-vasculaire est une explication moderne répandue qui suggère que Jésus est mort d'un choc profond. Selon cette théorie, la flagellation, les coups, et la fixation de Jésus à la croix l'aurait laissé déshydraté, faible et gravement malade. Aussi, le Christ était exposé à un jeu complexe d'insultes physiologiques simultanées : la déshydratation, les traumatismes massifs et le déchirement des tissus souples (en particulier à la suite de la flagellation), la respiration insuffisante, et l'effort physique intense, auraient provoqué en lui une cadence cardio-vasculaire13,14.

Le chirurgien Pierre Barbet a avancé un ensemble de théories détaillées sur la mort de Jésus. Il a émis l'hypothèse que Jésus aurait eu à détendre ses muscles pour obtenir assez d'air pour prononcer ses dernières paroles, tout en s'asphyxiant d'épuisement. Il émet l'hypothèse qu'une personne crucifiée aurait à utiliser ses pieds percés pour lever son corps afin d'obtenir assez de souffle pour parler15. En effet, le poids du corps reposait exclusivement sur les jambes. Il arrivait parfois que les jambes des condamnés soient brisées afin d'accélérer l'étouffement.

Représentation artistiquemodifier | modifier le code

Quelques exemples :


À noter les différentes postures du Christ en Croix :

  • Christus triumphans, Christ triomphant,
  • Christus patiens, Christ résigné,
  • Christus dolens, Christ souffrant.
Article détaillé : Représentation du Christ en croix.

et la représentation de la Croix avec le Christ seul en crucifix.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Une crux immissa ou crux capitata est une croix latine (à branches inégales : oblongata) ou croix grecque (à branches égales : quadrata), par opposition à la crux commissa, crux summissa ou croix en tau dans laquelle la poutre verticale ne dépasse pas la poutre horizontale, et par opposition à la crux decussata ou croix de Saint-André formée de deux montants obliques en X.
  2. Le stipes est le montant vertical peu élevé (crux humilis) ou haut (crux sublimis) pour que l'exécuté soit visible de loin.
  3. Rm 16. 13
  4. Os 10. 8
  5. (en) Geoffrey W. Bromiley, The International Standard Bible Encyclopedia, Eerdmans Pub Co,‎ 1988 (ISBN 0802837859), p. 826
  6. Ps 22. 18
  7. [1]
  8. [2]
  9. John Scotson Medical theories on the cause of death in crucifixion Journal of the Royal Society of Medicine, Aug 2006.[3]
  10. William Stroud, 1847, Treatise on the Physical Death of Jesus Christ London: Hamilton and Adams
  11. William Seymour, 2003, The Cross in Tradition, History and Art ISBN 0-7661-4527-1
  12. Columbia University. Page de Pierre Barbet sur la Crucifixion
  13. The Search for the Physical Cause of Christ's Death BYU Studies
  14. The Physical Death Of Jesus Christ, Study by The Mayo Clinic qui citent des études de Bucklin R (The legal and medical aspects of the trial and death of Christ. Sci Law 1970; 10:14-26), Mikulicz-Radeeki FV (The chest wound in the crucified Christ. Med News 1966;14:30-40), Davis CT (The crucifixion of Jesus: The passion of Christ from a medical point of view. Ariz Med 1965;22:183-187), and Barbet P (A Doctor at Calvary: The Passion of Out Lord Jesus Christ as Described by a Surgeon, Earl of Wicklow (trans) Garden City, NY, Doubleday Image Books 1953, pp 12-18 37-147, 159-175, 187-208).
  15. Barbet, Pierre. Doctor at Calvary, New York:est Image Books, 1963.[réf. incomplète]

Voir aussimodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Martin Hengel, La crucifixion dans l'Antiquité et la folie du message de la croix, éd. Cerf, coll. Lectio Divina no 105, 1981
  • (en) David W. Chapman, Ancient Jewish and Christian perceptions of crucifixion, éd. Mohr Siebeck, 2008, extraits en ligne
  • Gérard Chauvin, La crucifixion. Histoire, iconologie et théologie, éd. L'Harmattan, extraits en ligne
  • P. Barbet, La Passion de N.-S. Jésus-Christ selon le chirurgien, Dillen éditeur, 1950

Articles connexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License