Démographie de l'Acadie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mondemodifier | modifier le code

En raison de la définition vague de l'Acadie et d'autres facteurs, il est difficile d'en déterminer sa population exacte. Selon le recensement 2001 de Statistique Canada, ce pays comptait 96 145 Acadiens en 20011. Aux États-Unis, le recensement du United States Census Bureau ne donne pas le nombre d'Acadiens, qui sont inclus dans le groupe « Français ou Canadiens français ». Ce nombre est à prendre en considération, car de nombreux Acadiens s'identifient par exemple comme Canadiens ou Français dans le recensement. De plus, l'option Acadien ne figurait pas à l'origine sur le recensement, bien que le nombre de personnes s'identifiant ainsi est en forte hausse depuis 19862. Il y a ainsi près d'un million d'Acadiens ou de personnes d'origine acadienne uniquement au Québec3. En 2001, il y avait 276 355 francophones dans les provinces maritimes4, pour la plupart Acadiens5. Ils représentent ainsi 15,6 % de la population totale, comparativement à une proportion de 22,6 % de francophones au Canada4. Au Nouveau-Brunswick, seule province officiellement bilingue, les francophones représentent 32,9 % de la population, comparativement à 4,2 % à l'Île-du-Prince-Édouard et 3,8 % en Nouvelle-Écosse4. Aux Maine, 5,28 % des habitants parlent le français à la maison, mais ne sont pas tous Acadiens. En Louisiane, ce taux est de 4,68 %, alors que là aussi il ne faut pas confondre Cadiens, Créoles, Houmas et Chétimachas. Selon certaines sources, il y aurait en tout entre 750 000 et 1 500 000 Acadiens et Cadiens dans le monde6.

Nouveau-Brunswickmodifier | modifier le code

Le fort taux d'Acadiens au Nouveau-Brunswick s'explique par la croissance démographique et l'indice de continuité linguistique, qui est le rapport entre le nombre de personnes utilisant le français et le nombre de personnes ayant le français comme langue maternelle4. Le nombre de francophones a augmenté de 12,4 % au Nouveau-Brunswick entre 1961 et 2001, alors qu'il diminuait de 14 % en Nouvelle-Écosse et de 28,8 % à l'Île-du-Prince-Édouard4. Au Maine, le français est en déclin chez les personnes âgées de moins de 30 ans, où le taux de francophone a baissé de 18 % entre 1987 et 19717.

L'indice de continuité linguistique, varie fortement d'une région à l'autre. Ainsi, il est de 92 % au Nouveau-Brunswick, 58,2 % en Nouvelle-Écosse et 49,8 % à l'Île-du-Prince-Édouard4. Ainsi, dans des régions comme le Madawaska canadien et la Péninsule acadienne, où la proportion de francophones dépasse 95 %, le taux d'assimilation est inférieur à 1 %, parfois même négatif, c'est-à-dire que des personnes de langue maternelle anglaise ou autre parlent français à la maison4. Par contre, des régions ayant un faible taux de francophones comme l'Île-du-Prince-Édouard (9 %) ont un fort taux d'assimilation, 68 % dans ce cas4. Dans certaines régions américaines comme le Madawaska, les anglophones ne sont pas assimilés mais leur langage est fortement influencé par le français7. De plus, la situation précaire du français dans cet état s'explique par le fait que le français fut interdit dans les écoles entre 1910 et 19607.

Plusieurs communautés acadiennes comptent également des minorités significatives, pour la plupart des Canadiens anglais, des Américains ou tout le moins des anglophones. Par exemple, citons Bathurst (46,28 % d'anglophones8) et Clare (31,7 %9). La situation est différente au Québec, par exemple aux îles de la Madeleine, où 85 % des habitants sont acadiens et le reste de la population est répartie également entre Canadiens français et Canadiens anglais. À l'opposé, de nombreuses communautés de la diaspora acadienne restent minoritaires. Le cas le plus connu est Moncton, où les francophones ne représentent que 33 % de la population10.

La proportion d'immigrants s'établissant au Nouveau-Brunswick est plus basse que la proportion de néobrunswickois ayant le français comme langue maternelle. Une autre cause de la baisse du poids démographique des Acadiens est la migration vers des régions anglophones comme l'Alberta, principalement pour la recherche d'emplois.

Répartition géographiquemodifier | modifier le code

Articles détaillés : Acadie et Diaspora acadienne.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. « Origine ethnique (247), réponses uniques et multiples pour origine ethnique (3) et sexe (3) pour la population, pour le Canada, les provinces, les territoires, les régions métropolitaines de recensement et les agglomérations de recensement, Recensement de 2006 - Données-échantillon (20 %) »
  2. Murielle K. Roy (1993), op. cit., p. 144.
  3. (fr) Société nationale de l'Acadie - Québec
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Marc L. Johnson et André Leclerc, « Acadie contemporaine - Population », sur L'encyclopédie canadienne
  5. Murielle K. Roy (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  6. http://www.acadian-home.org/acadian-cajun.html
  7. a, b et c (en) Collectif, Acadian culture in Maine, Boston, Mass. : National Park Service, North Atlantic Regional Office, 1994. Chapitre « French Language », sur University of Maine at Fort Kent (consulté le 28 janvier 2009)
  8. http://www12.statcan.ca/census-recensement/2006/dp-pd/prof/92-591/details/page.cfm?Lang=F&Geo1=CSD&Code1=1315011&Geo2=PR&Code2=13&Data=Count&SearchText=Bathurst&SearchType=Begins&SearchPR=13&B1=Language&Custom=
  9. http://www12.statcan.ca/census-recensement/2006/dp-pd/prof/92-591/details/page.cfm?Lang=F&Geo1=CSD&Code1=1203001&Geo2=PR&Code2=12&Data=Count&SearchText=Clare&SearchType=Begins&SearchPR=12&B1=Language&Custom=
  10. Statistique Canada - Profil des Communautés 2006 - Moncton - Langue

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Murielle K. Roy (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141-206

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License