Deir el-Bahari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deir el-Bahari
Site d'Égypte antique
Image illustrative de l'article Deir el-Bahari
Plan des temples de Montouhotep II, Hatchepsout et Thoutmôsis III à Deir el-Bahari
Localisation
Coordonnées 25° 44′ 00″ N 32° 36′ 00″ E / 25.73333, 32.6 ()25° 44′ 00″ Nord 32° 36′ 00″ Est / 25.73333, 32.6 ()  

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
City locator 4.svg
Deir el-Bahari

Le site de Deir el-Bahari est un complexe funéraire, composé de temples et de tombes, situé sur la rive gauche du Nil face à la ville de Louxor et des temples de Karnak, légèrement au sud de la vallée des rois, adossé à la paroi rocheuse de la montagne de Thèbes, en Haute-Égypte.

Le nom arabe de ce site (دير البحري;, dayr al-baḥrī, « le couvent de la Mer ») rappelle l’existence du couvent copte élevé dans ce lieu.

Sur la rive gauche du Nil, en face de Karnak, la falaise de la chaîne Libyque dessine un vaste amphithéâtre qui marque le centre de la nécropole thébaine.

Principales constructionsmodifier | modifier le code

Histoire et architecturemodifier | modifier le code

Dès la XIe dynastie, Mentouhotep II avait fait ériger un temple dont il reste encore quelques vestiges. Ce n’était pas une pyramide mais un mastaba qui surplombait l’édifice.

Un sanctuaire élevé ensuite par Amenhotep Ier fut arasé lorsque la reine Maâtkarê Hatchepsout décida d’y faire construire son temple funéraire, dédié au dieu Amon, mais aussi aux dieux Anubis et Hathor (déesse du plaisir et protectrice des femmes), au -XVe siècle.

Son implantation a été choisie par son alignement avec les pylônes du domaine d'Amon à Karnak, au loin sur la rive est de l'autre côté du Nil.

Les travaux furent dirigés par Senmout, favori de la reine, qui, tout en étant l’architecte du règne, fut le pédagogue et l’administrateur des biens de Néférourê, fille de la reine, et l’intendant des jardins d’Amon.

Ce temple thébain est unique et se distingue des autres temples car il est en partie creusé dans le roc de la montagne thébaine à laquelle il s'adosse, et s’élève sur trois terrasses reliées par des rampes d'accès. Avec un goût rare et une grande liberté d’esprit, Senmout utilisa les terrasses naturelles pour intégrer harmonieusement l’édifice dans le paysage en élevant des cours superposées, entourées en partie de colonnades, et unies par les rampes d’accès. Les lignes sont très pures et modernes.

Sur ces terrasses désertiques, l’architecte avait créé des jardins et planté des arbres à encens rapportés du pays de Pount.

Sur la deuxième terrasse, on trouve, sur la gauche la salle de Pount, sur la droite la salle de la naissance (où figurent des représentations de la reine engendrée par le dieu Amon), et enfin sur les côtés se trouvent des chapelles d'Anubis et Hathor.

Les parois des murs étaient ornées de scènes traitées dans un style élégant et sobre, caractéristique de cette époque : les peintures et les inscriptions racontent la naissance divine de la reine et l’expédition que Senmout et la reine organisèrent au pays de Pount.

La troisième terrasse est désormais ouverte à la visite.

Entre le débarcadère, sur le canal perpendiculaire au Nil, et la porte d’entrée de l’aire du temple, il y avait un somptueux dromos (allée de Sphinx), aujourd’hui complètement disparu, de 800 m de long bordé de 120 sphinx à corps de lion et dont la tête était celle de la reine coiffée du némès.

Les fouilles polonaises ont dégagé, derrière le monument d’Hatchepsout, contre la falaise, un temple funéraire de Thoutmôsis III.

Postéritémodifier | modifier le code

Jeux vidéomodifier | modifier le code

Les origines mystérieuses du temple ont sans doute inspiré les créateurs du jeu Serious Sam : premier contact, car la cinématique d'introduction montre un téléporteur faire apparaître le héros de l'histoire dans la cour principale du temple.

Photosmodifier | modifier le code

Voir aussimodifier | modifier le code

Lien externemodifier | modifier le code

Article connexemodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License