Devise olympique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La devise olympique est la devise des Jeux olympiques modernes, composée des trois mots latins « Citius, Altius, Fortius » qui signifient « plus vite, plus haut, plus fort ». Cette maxime a été proposée par Pierre de Coubertin à la création du comité international olympique en 1894 à la Sorbonne.

Historiquemodifier | modifier le code

La paternité de l’expression revient à Henri Didon, prêtre dominicain, qui en 1891, proviseur du lycée Albert le Grand d’Arcueil, exhortant ses élèves à cultiver leur jeunesse dans la pratique sportive « [...] dans une éloquente allocution a souhaité que ce drapeau les conduise « souvent à la victoire, à la lutte toujours ». Il a dit qu’il leur donnait pour devise ces trois mots qui sont le fondement et la raison d’être des sports athlétiques : « citius, altius, fortius, plus vite, plus haut, plus fort » »1.

Pierre de Coubertin avait fait la rencontre de Didon à l’occasion de l’organisation conjointe de jeux sportifs entre des adolescents de l’école publique et de l’école religieuse et c’est lors de cet évènement que le discours fut prononcé2. Les deux hommes devinrent très amis, le père dominicain devenant conseiller de Coubertin. Il fut d’ailleurs présent à Athènes aux Jeux olympiques d'été de 1896 à la tête d’une délégation de ses élèves où il célébra la première messe olympique de l’Histoire devant 4 000 personnes.

Ces trois mots, « Citius, Altius, Fortius », sont une invitation à donner le meilleur de soi-même et à vivre ce dépassement comme une victoire. Cheminer vers ses limites et tendre vers l’excellence ne veut pas nécessairement dire être le premier et il faut rapprocher la devise olympique de cette autre phrase « L’essentiel n’est pas de gagner mais de participer », principe repris à son compte par le baron Pierre de Coubertin à la suite du sermon de Ethelbert Talbot, évêque de Pennsylvanie, lors de la messe olympique des jeux de Londres en 1908.

En 1992, la devise olympique a donné son titre à Citius, Altius, Fortius (ISSN 1085-5165), le journal de l’International Society of Olympic Historians (ISOH), une organisation non lucrative d’historiens des Jeux olympiques ; ce journal a ensuite été rebaptisé Journal of Olympic History en 19963.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Sport athlétique du 14 mars 1891
  2. Pour mieux connaitre l’histoire voir : Alain Arvin-Berod (préf. Juan Antonio Samaranch), Les Enfants d’Olympie : 1796-1896, Paris, éd. du Cerf, coll. « L’histoire à vif »,‎ mars 1996, 258 p. (ISBN 2-204-05341-4, présentation en ligne) ; ou encore Jean-Luc Ferre, « Atlanta 96 », La Croix,‎ 22 juillet 1996, p. 19.
  3. (en) « Journal of Olympic History », International Society of Olympic Historians (consulté le 25 août 2008).

Voir aussimodifier | modifier le code

Article connexemodifier | modifier le code

Lien externemodifier | modifier le code








Creative Commons License