Ella Fitzgerald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fitzgerald.

Ella Fitzgerald

Description de cette image, également commentée ci-après

Ella Fitzgerald en 1962

Informations générales
Surnom First Lady of Song
Nom Ella Jane Fitzgerald
Naissance
Drapeau des États-Unis Newport News, Virginie
Décès (à 79 ans)
Drapeau des États-Unis Beverly Hills, Californie
Activité principale Chanteuse
Genre musical Jazz, swing Blues
Instruments Piano
Années actives 1934 à 1993
Labels Capitol, Decca, Pablo,
Reprise, Verve
Influences Maxine Sullivan
Bessie Smith
Site officiel ellafitzgerald.com

Ella Fitzgerald, née le 1 à Newport News et morte le à Beverly Hills, est une chanteuse de jazz américaine.

D'abord connue sous le surnom de « The First Lady of Swing »2, qui est devenue « The First Lady of Song » après l'apogée du « Swing » (littéralement « La Première Dame de la chanson », mais traduit plus volontiers par « La Grande Dame du Jazz »), elle a remporté de nombreuses récompenses, dont 13 Grammy Awards.

Avec une tessiture de trois octaves, elle est remarquable pour la pureté de sa voix et sa capacité d'improvisation, particulièrement en scat.

La chanteuse a réalisé une de ses improvisations les plus célèbres en concert sur Mack the Knife (extrait de L'Opéra de quat'sous) lors d'un concert à Berlin en 1960, morceau au cours duquel elle a eu un trou de mémoire et qu'elle a poursuivi sans hésitation en alternant scat et paroles improvisées. Cette version de Mack the Knife est certainement l'un des succès les plus connus d'Ella Fitzgerald, avec M. Paganini et How High the Moon.

Une autre de ses improvisations fameuses eut lieu au cours d'un concert à Antibes / Juan-les-Pins à l'été 1964, alors qu'elle se produisait dans la Pinède Gould à l'occasion du Festival Jazz à Juan, quand elle rendit hommage aux cigales qui y chantaient (The Cricket Song).

Biographiemodifier | modifier le code

Ella Jane Fitzgerald naît le 25 avril 1917 à Newport News en Virginie. Elle grandit près de New York. Sa mère travaillait dans une blanchisserie, son père avait abandonné le domicile conjugal peu de temps après sa naissance. Elle rêvait alors d'être danseuse.

Elle commence à chanter à 16 ans en 1934 au théâtre Apollo de Harlem à New York dans une des premières Amateurs Nights qu'elle remporte, contribuant autant à la gloire de l'Apollo qu'à la sienne. Elle est remarquée par Bardu Ali (en) de l'orchestre de Chick Webb, qui convainquit Webb de l'engager.

CBS est sur le point de signer un contrat avec elle, lorsque sa mère meurt, la laissant orpheline. Elle doit alors se contenter de participer à des concours musicaux.

Ayant « gagné » en 1935 une audition pour une semaine, elle commence à jouer avec l'orchestre de Webb au Savoy de Harlem. Elle enregistre quelques tubes avec lui, dont le célèbre If You Can't Sing It, You'll Have to Swing It, Love and Kisses, mais c'est sa version de la berceuse A Tisket, a Tasket qui la fit connaître.

Quand Chick Webb meurt en 1939, l'orchestre continue sous le nom de « Ella Fitzgerald and Her Famous Orchestra ».

Elle commence une carrière solo en 1941. Malgré sa notoriété, elle a été victime comme beaucoup de noirs à cette époque, de discrimination au Cotton club, elle s'est battu tout au long de sa vie pour le prouver . Au début, chanteuse de swing, elle aborde aussi le bebop. Sarah Vaughan fut une de ses seules rivales dans ce domaine. Elle est la reine du scat, et elle a joué du blues, de la samba, du gospel etc., et même des chants de Noël. Ses concerts sont souvent enrichis par des imitations d'autres chanteurs; elle imite en particulier à la perfection les voix et les gestes aussi bien de Rose Murphy que de Louis Armstrong.

En 1942, elle apparaît dans le film du duo comique Abbott et Costello, Deux nigauds cow-boys, réalisé par Arthur Lubin.

Selon les propres mots d'Ella Fitzgerald, c'est Marilyn Monroe qui apportera un grand soutien à sa carrière en l'imposant littéralement au Mocambo Club de Los Angeles. En effet, Marilyn, très grande admiratrice de Fitzgerald, téléphonera en personne au patron du club et lui demandera de programmer Ella Fitzgerald contre la promesse de réserver, chaque soir où elle se produirait, une table au premier rang. Ne pouvant refuser une telle publicité, le patron accepta et Marilyn tînt parole.

Elle quitte Decca en 1955. La compagnie Verve a été créée au départ pour elle par son manager Norman Granz.

Ses morceaux les plus connus sont une série produite par Norman Granz sur des chansons écrites par les plus grands compositeurs américains du moment comme George Gershwin (avec l'orchestre de Nelson Riddle), Cole Porter, Duke Ellington...

Avec l'orchestre de Duke Ellington, elle fait des tournées en Europe et en Amérique du Nord. Elle ouvrait le concert avec le morceau de Duke Ellington Take the 'A' Train; elle fut une des rares à chanter des paroles sur ce morceau.

Ella Fitzgerald en 1940

Elle a joué en concert avec les plus importants groupes et solistes. Son vrai rôle était « instrumentiste de la voix ». Elle chante avec de nombreux partenaires instrumentaux comme Oscar Peterson, Count Basie (On the Sunny Side of the Street), Roy Eldridge, Joe Pass (Speak Love), Dizzy Gillespie, et le trio de Tommy Flanagan. Elle a aussi chanté avec d'autres voix du jazz comme Nat King Cole ou Frank Sinatra.

Porgy and Bess est son enregistrement le plus connu avec la légende du jazz qu'était Louis Armstrong, mais elle a également enregistré avec lui le célèbre album Ella and Louis qui eut un tel succès que Granz leur demanda d'enregistrer un Ella and Louis Again, qui fut également un succès.

Ella apparaît aussi avec Peggy Lee comme actrice et chanteuse dans le film de Jack Webb, Pete Kelly's Blues. Elle apparaît aussi dans les films Ride 'Em Cowboy, St. Louis Blues, et Let No Man Write My Epitaph.

Elle s'est mariée deux fois, une première fois avec Benny Kornegay, mais le mariage a été annulé, et une seconde fois avec le célèbre bassiste Ray Brown.

Son diabète la rend aveugle et conduit les médecins à l'amputer des deux jambes en 1993. Elle meurt d'une crise cardiaque le 15 juin 1996 à Beverly Hills, à l'âge de 79 ans.

Stylemodifier | modifier le code

L'agilité vocale d'Ella Fitzgerald est remarquable, comme sur ses interprétations de « You'd be all that I could desire » ou dans sa finale « To come home and to love »3. Sa facilité pour le scat, par exemple le « bap bi dou dam » entre le deuxième et troisième couplet de « You'd Be So Nice to Come Home To » est remarquable, et montre son approche très mélodique. Selon Mark C. Gridley3, elle préférait improviser son scat autour de la mélodie originale plutôt que de se pencher vers l'improvisation pure, en paraphrasant, ce qui fait que plusieurs grands compositeurs de musique populaire désiraient lui faire exécuter leurs chansons tant ses lectures étaient proches de l'intention originale.

Récompensesmodifier | modifier le code

  • National Endowment for the Arts - NEA Jazz Master : nomination et récompensé en qualité de Jazz Master en 19854 (N.B. : la plus prestigieuse récompense de la nation américaine en matière de jazz).

Hommagesmodifier | modifier le code

Discographiemodifier | modifier le code

  • 1947 : For sentimental reasons (Decca)
  • 1950 : Ella Sings Gershwin (Decca)
  • 1954 : Songs in a Mellow Mood (Decca)
  • 1955 : Songs from Pete Kelly's Blues (Decca)
  • 1956 : Sings the Cole Porter Songbook (Verve)
  • 1956: Ella and Louis (Verve)
  • 1956: Sings the Rodgers & Hart Songbook (Verve)
  • 1957 : Ella and Louis Again (Verve)
  • 1957: Sings the Duke Ellington Songbook (Verve)
  • 1957: Ella at the Opera House (Verve)
  • 1957: Like Someone in Love (Verve)
  • 1957: Porgy and Bess (Verve)
  • 1958 : Ella and Billie at Newport (Verve)
  • 1958: Ella Swings Lightly (Verve)
  • 1958: Sings the Irving Berlin Songbook (Verve)
  • 1958: Ella in Rome: The Birthday Concert (Verve)
  • 1959 : Get Happy! (Verve)
  • 1959: Sings Sweet Songs for Swingers (Verve)
  • 1959: Sings the George and Ira Gershwin Songbook (Verve)
  • 1960 : Ella in Berlin: Mack the Knife (Verve)
  • 1960: Wishes You a Merry Christmas (Verve)
  • 1960: Hello, Love (Verve)
  • 1960: Sings Songs from Let No Man Write My Epitaph (Verve)
  • 1960: Sings the Harold Arlen Songbook (Verve)
  • 1961 : Ella in Hollywood (Verve)
  • 1961: Clap Hands, Here Comes Charlie! (Verve)
  • 1961: Ella Returns to Berlin (Verve)
  • 1962: Rhythm Is My Business (Verve)
  • 1962: Ella Swings Brightly with Nelson (Verve)
  • 1962: Ella Swings Gently with Nelson (Verve)
  • 1963 : Ella Sings Broadway (Verve)
  • 1963: Sings the Jerome Kern Songbook (Verve)
  • 1963: Ella and Basie! (Verve)
  • 1963: These Are the Blues (Verve)
  • 1964 : Hello, Dolly! (album)|Hello, Dolly! (Verve)
  • 1964: Sings the Johnny Mercer Songbook (Verve)
  •  :Lullaby of Birdland (reprise)

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. (en) Voir extrait du site officiel de la Chanteuse
  2. Selon la maison de disques Verve Music Group. Mentionné notamment dans le livret des deux 2 CD : Ella Fitzgerald : Something to Live for (1999).
  3. a et b GRIDLEY, Mark C., Jazz Styles; History and Analysis, New Jersey, Pearson Education, 2008, 514 pages.
  4. Cf. (en) Ella Fitzgerald : 1985 NEA Jazz Master Consultation du 20 mai 2010.

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License