Etna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Etna (homonymie).
Etna
Vue de l'Etna avec Catane à ses pieds en décembre 2007.
Vue de l'Etna avec Catane à ses pieds en décembre 2007.
Géographie
Altitude 3 330 m1
Massif Sicile
Coordonnées 37° 45′ 18″ N 14° 59′ 42″ E / 37.755, 14.995 ()37° 45′ 18″ Nord 14° 59′ 42″ Est / 37.755, 14.995 ()  
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région autonome Sicile
Province Catane
Géologie
Type Volcan rouge
Activité En éruption
Dernière éruption Depuis le 14 novembre 2010
Code 0101-06=
Observatoire Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologica - Sezione di Catania

Géolocalisation sur la carte : Sicile

(Voir situation sur carte : Sicile)
Etna

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Etna
Mont Etna *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Type Naturel
Critères (viii)
Superficie 19 237 ha
Numéro
d’identification
1427
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2013 (37e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

L'Etna, également appelé Ætna, Etnea, Monte di Catania ou encore Mons Gibel Utlamat, d'où Mongibello (doublet du latin mons et de l'arabe djebel qui veulent dire « montagne »)1, en sicilien ’a muntagna2 ou Mungibeddu, est un volcan d'Italie situé en Sicile, à proximité de la ville de Catane, la seconde ville la plus peuplée de Sicile3. Culminant à 3 330 mètres d'altitude1, il est le volcan le plus haut d'Europe3 et avec presque cent éruptions au cours du XXe siècle, l'un des plus actifs du monde4,2. Sa forte activité éruptive, les coulées de lave très fluides et la proximité de zones densément peuplées ont décidé les volcanologues à l'inclure dans la liste des volcans de la Décennie.

Étymologiemodifier | modifier le code

Selon de multiples sources, l'Etna (en latin Aetna) pourrait devoir son nom soit au grec Aitne, de aithō (αἴθω) qui signifie « je brûle5 », soit au phénicien attuna signifiant « fourneau », « fournaise6 ».

Géographiemodifier | modifier le code

Etna vu par le satellite Spot.
Animation représentant l'Etna en trois dimensions.

Situationmodifier | modifier le code

L'Etna est un volcan situé en Italie, dans l'est de l'île et région de Sicile3, dans le nord de la province de Catane. Il est entouré par la mer Ionienne à l'est, la ville de Catane et sa plaine au sud et les monts Nébrodes à l'ouest et au nord.

Topographiemodifier | modifier le code

L'Etna forme une montagne massive conique culminant à 3 330 mètres d'altitude1 et couvrant une superficie de 1 200 km2 ce qui en fait le volcan le plus haut d'Europe et la montagne la plus volumineuse d'Italie3 avec 350 km32. Durant le XXe siècle son altitude a fréquemment varié d'environ cent mètres en fonction des coulées de lave et de boue2. Il s'élevait à 3 274 mètres en 1900, 3 290 mètres en 1956 et 3 345 mètres en 1978.

Ses pentes relativement raides sont interrompues par plusieurs bouches éruptives, notamment sur ses flancs sud et ouest, ainsi que par plusieurs caldeiras dont la plus grande est la vallée du Bœuf en forme de fer à cheval de cinq kilomètres de largeur pour dix kilomètres de longueur orientée vers l'est3.

Climatmodifier | modifier le code

L'altitude élevée de l'Etna est à l'origine d'un microclimat relativement humide qui contraste avec le climat méditerranéen qui règne à ses pieds, ce qui permet une agriculture fertile, enrichie par les sols volcaniques, ainsi que la présence d'une station de ski qui fonctionnait (en très grande partie détruite par l'éruption de 2003) grâce aux précipitations neigeuses de l'hiver, etc2.

Jusqu'à 1 000 m d'altitude, le climat est chaud et tempéré, les précipitations sont faibles et les températures minimales restent supérieures à °C, alors que les températures maximales peuvent dépasser 40 °C dans les zones les plus basses7. Au-delà de 1 000 m, le climat devient froid et tempéré et les pluies sont plus abondantes. En hiver des températures pouvant descendre jusqu'à °C sont propices aux chutes de neige qui couvre parfois le sommet du volcan pendant cinq mois d'affilée.

La combinaison de la haute altitude de la montagne, du climat relativement humide qui y règne et des chutes de cendres volcaniques au cours d'éruptions fréquentes permet le maintien de névés protégés du soleil par les couches de cendres au-dessous de la limite inférieure des neiges persistantes8.

Végétationmodifier | modifier le code

Coussinets d'Astragalus siculus, espèce endémique de l'Etna

Les pentes du volcan sont couvertes de vergers de citronniers et d'orangers qui laissent leur place à une forêt et des genêts à partir de 800 mètres et jusqu'à 1 500 mètres d'altitude à partir de laquelle la végétation se fait plus rare jusqu'à devenir totalement absente[réf. nécessaire].

Dix espèces botaniques ont été reconnues endémiques de l'Etna : Celtis aetnensis, Betula aetnensis, Galium aetnicum, Anthemis aetnensis, Sclerantus aetnensis, Genista aetnensis, Senecio aetnensis, Astragalus siculus, Tanacetum siculum et Viola aetnensis9.

Géologiemodifier | modifier le code

Photo satellite d'un panache volcanique de l'Etna au cours de l'une de ses éruptions.

L'Etna est un stratovolcan aux éruptions majoritairement effusives, ce qui le classe parmi les volcans rouges émettant des laves très fluides, qui donnent, en refroidissant, des trachy-basaltes. Ce volcan possède une structure interne complexe induite par ses différentes phases de formation10. Les éruptions effusives qui se déroulent généralement à partir de fissures éruptives ouvertes sur les flancs de la montagne sont toutefois moins fréquentes que les manifestations explosives de type strombolien qui se déroulent dans les quatre cratères sommitaux de l'Etna (Nord-Est, Bocca Nuova, Voragine et cône Sud-Est)3,4,2. La majorité des produits éruptifs de l'Etna sont émis sous forme de coulées de lave qui atteignent parfois la mer Méditerranée dans une zone très localisée située au sud-est du volcan3. Ce fut notamment le cas des coulées historiques de 1329, de 1381 et surtout de celle de 1669 qui détruisit une partie de la ville de Catane.

Avec près de 80 éruptions au cours du XXe siècle, l'Etna est l'un des volcans les plus actifs au monde2,4.

Histoiremodifier | modifier le code

Article détaillé : Histoire éruptive de l'Etna.

Formationmodifier | modifier le code

Mount Etna from Taormina, Thomas Cole, 1843.

L'origine du volcanisme qui alimente l'Etna, de même que celui des îles Éoliennes situées au nord de la Sicile ou celui des Cyclades en Grèce, est encore discutée et pourrait être engendrée, soit par la présence d'un point chaud, soit par la subduction de la plaque africaine sous la plaque eurasienne2.

L'Etna actuel, appelé Mongibello pour le distinguer des autres phases de formation, est le résultat d'une construction qui s'est déroulée en quatre phases étalées sur 500 000 ans11 :

  • la période « pré-etnaenne », à l'activité essentiellement sous-marine, débute il y a environ 400 000 ans environ au sud-est de l'Etna actuel et a donné naissance aux récifs d'Acicastello composés de lave en coussins11 ;
  • la phase « Etna ancien », débutée il y a environ 168 000 ans, produit des éruptions localisées comme à Paternò (sud-sud-ouest) et est peut-être à l'origine du premier édifice à l'emplacement de l'Etna11 ;
  • la phase « Trifoglietto II », débutée il y a 80 000 ans, est caractérisée par l'édification de plusieurs stratovolcans construits par empilement successif11 ;
  • la phase « Mongibello », commencée il y a 35 000 ans et qui n'est pas encore terminée, a vu se construire le sommet actuel en trois étapes, Mongibello ancien, récent et moderne, définies par des effondrements majeurs11.

La vallée du Bœuf, la caldeira de cinq kilomètres de largeur pour dix kilomètres de longueur orientée vers l'est3, s'est formée à la suite de l'effondrement d'une autre caldeira durant la phase « Trifoglietto II12 » mais sa forme définitive serait due à un effondrement datant d'environ 3 500 ans11.

La croissance du sommet actuel de l'Etna a été interrompue il y a environ 2 000 ans par l'effondrement de la caldeira Piano à l'occasion d'un rare épisode explosif plinien en 122 av. J.-C.4,12 Cette caldeira de deux kilomètres et demi de diamètre est encore visible et son rebord culmine à 2 900 mètres d'altitude[réf. nécessaire].

En 2012, le sommet de l'Etna est occupé par cinq cratères sommitaux : le cratère Nord-Est apparu en 1911, la Voragine en 1947, la Bocca Nuova en 1968, le cratère Sud-Est en 1971 et le nouveau cratère Sud-Est apparu en 2007 au pied est de l'ancien, et régulièrement en activité depuis lors.

Histoire récentemodifier | modifier le code

Vue depuis Taormina
par Giuseppe Bruno, ca. 1865
Dessin de l'éruption de 1669 de l'Etna. Une coulée de lave s'échappant d'une bouche latérale est en train de détruire des habitations de Catane. Un panache volcanique s'échappe du sommet du volcan.
Éruption de l'Etna des 16 et 17 novembre 2013

La première ascension répertoriée du volcan a été faite par le philosophe grec Empédocle entre 490 et 430 av. J.-C. ; l'histoire dit que l'on retrouva ses sandales au bord du cratère[réf. nécessaire]. À cette époque, on jetait des objets en or et en argent en guise d'offrandes au dieu Vulcain : si le volcan les recrachait, cela signifiait qu'il les refusait et le donateur était alors précipité dans la lave[réf. nécessaire]. Le géographe grec Strabon (mort vers 23) est un des premiers à décrire sérieusement l'aspect de l'Etna13. Dans son ouvrage intitulé Géographie13, il montre l'étagement de la végétation et des activités sur les pentes du volcan14. Il indique que le sommet change fréquemment de forme et décrit la partie supérieure comme ayant une forme circulaire de vingt stades de circonférence (soit environ 3,6 kilomètres)13. Sainte Agathe, patronne de la ville de Catane située au pied de l'Etna, fut martyrisée par les Romains en 251[réf. nécessaire]. Sa mort fut accompagnée d'un tremblement de terre qui ébranla toute la ville[réf. nécessaire]. Un an après ces événements, l'Etna entra en éruption, déversant un flot de lave en direction de Catane[réf. nécessaire]. Les habitants s'emparèrent du voile qui recouvrait la sépulture de sainte Agathe et le placèrent devant la lave qui s'arrêta aussitôt, épargnant ainsi la ville[réf. nécessaire]. Depuis, sainte Agathe est invoquée pour se protéger des tremblements de terre, des éruptions volcaniques ou des incendies provoqués par l'Etna[réf. nécessaire].

Avec plusieurs dizaines d'éruptions par siècle4, la présence d'habitations et d'infrastructures agricoles, économiques et de transport aux pieds et sur les flancs même du volcan induit un enjeu humain élevé pour l'Etna2, ce qui a décidé les volcanologues à l'inclure dans la liste des volcans de la Décennie. Ainsi, plusieurs éruptions de l'Etna ont provoqué des dégâts sur les installations humaines en détruisant parfois totalement des villages2, ont menacé la vie de 3 000 000[réf. nécessaire] personnes et ont été à l'origine de presque cent morts qui se trouvaient pour la plupart trop près du lieu d'éruption, ce qui ne leur permettait pas de s'échapper à temps2. Ce fut le cas des éruptions de 141 av. J.-C., 1329, 1536, 1669, 1689, 1832, 1843, 1928, 1929, 1979, 1984, 1985 et 19874.

Mythologiemodifier | modifier le code

L'origine mythologique de l'Etna est liée à la gigantomachie : le géant Encelade, puni par la déesse Athéna pour avoir déserté le champ de bataille contre les Titans, se retrouve écrasé sous l'île de Sicile où il reste emprisonné[réf. nécessaire]. Les coulées de lave du volcan correspondent à son haleine de feu et il provoque des séismes d'origine volcanique lorsqu'il se retourne[réf. nécessaire].

La mythologie grecque situe, par ailleurs, les forges du dieu Héphaïstos sous l'Etna où il fabrique les armes des dieux de l'Olympe tels que le trident de Poséidon ou le foudre de Zeus avec l'aide des cyclopes forgerons, les bruits sourds s'échappant du volcan correspondant au martèlement des outils sur les enclumes[réf. nécessaire].

Les Romains pensaient, quant à eux, que Vulcain, l'équivalent d'Héphaïstos dans le panthéon romain, se trouvait dans l'île de Vulcano, dans l'archipel des Îles Éoliennes, au nord de la Sicile.

Selon le poète grec Pindare qui désigne l'Etna comme la « colonne du ciel15 », Zeus a combattu puis enfermé le monstre Typhon, père de Cerbère et de la Chimère, sous l'Etna dont il cause les éruptions16. Gardé par Héphaïstos, il portait des ailes d'aigle et avait cent têtes de dragon dont les yeux lancent des flammes.

Annexesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

Ouvrages anciensmodifier | modifier le code

  • (de) Wolfgang Sartorius von Waltershausen, Der Aetna, nach den Manuscripten des verstorbenen Dr. Wolfgang Sartorius, Freiherrn von Waltershausen ; hrsg., selbstständig bearb. und vollendet von Dr. Arnold von Lasaulx (édité et complété par Anold von Lasaulx), W. Engelmann, Leipzig, 1880, 2 vol. 371 + 548 p.
  • (fr)(la) Pietro Bembo, De l'Etna, Université Blaise Pascal-UFR Lettres, Clermont-Ferrand, 2002 (1re éd. 1495), 169 p. (ISBN 2-84516-184-0) (texte en latin + traduction, introduction et notes de Marie Viallon)
  • (it)(la) Antonio Filoteo degli Omodei, Aetnae topographia (traduction de Carmelo Curti, introduction et commentaires de Benedetto Clausi), D. Sanfilippo, Catane, 1992, 210 p. (ISBN 88-85127-12-6) (contient le fac-similé de l'édition en latin)
  • (it) Lazzaro Spallanzani, Viaggio al monte Etna, édité par Nunzio Famoso, C.U.E.C.M., Catane, 2002, 131 p. (ISBN 88-86673-32-9) (contient le texte des chapitres 7 à 9 de Viaggi alle due Sicilie e in alcune parti dell'Appennino, t. 1. Società tipografica de' classici italiani, Milan, 1825)
  • (it) Carlo Gemmellaro, La vulcanologia dell'Etna, rist. anastatica a c. di Salvatore Cucuzza Silvestri, Giuseppe Maimone Editore, Catane, 1989

Ouvrages contemporainsmodifier | modifier le code

  • (en) Alessandro Bonaccorso (dir.), Mt. Etna : volcano laboratory, American Geophysical Union, Washington, DC, 2004, 369 p. + CD-Rom (ISBN 0-87590-408-4)
  • (fr) Dominique Bertrand (dir.), Mythologies de l'Etna, Presses universitaires Blaise Pascal, Maison de la Recherche, Clermont-Ferrand, 2004, 175 p. (ISBN 2-84516-203-0)
  • (fr) Guy Kieffer, Évolution structurale et dynamique d'un grand volcan polygénique : stades d'évolution et activité actuelle de l'Etna (Sicile), Université de Clermont-Ferrand, 1985, 497 p. + pl. (thèse de doctorat).
  • (fr) Jean-Claude Tanguy, L'Etna : étude pétrologique et paléomagnétique. Implications volcanologiques, Université Pierre et Marie Curie, Paris 6, 1980, 618 p. + pl. (thèse de doctorat)
  • (fr) Haroun Tazieff (et al.), Sur l'Etna, Flammarion, Paris, 1991, 190 p. (ISBN 2-0820-0470-8)
  • (fr) Lydie Touret (dir.), Etna, des abîmes à l'espace, École nationale supérieure des mines, et Observatoire de l'espace, Sciences & Co, Paris, 2006, 103 p. (ISBN 2-9514519-6-2)
  • (it) Emilia Poli, La vegetazione altomontana dell'Etna : con carta della vegetazione a scala 1:25,000, Giansasso Editore, Milan, 1965, 253 p. (numéro 5 de Flora et vegetatio italica, Memoria)
  • (it) AA. VV[Quoi ?], Etna, mito d'Europa, Giuseppe Maimone editore, Catane, 2000
  • (it) AA. VV[Quoi ?], Etna, il vulcano e l'uomo, Giuseppe Maimone editore, Catane, 1994
  • (it) S. Arcidiacono, Guida naturalistica alla provincia di Catania, Giuseppe Maimone editore, Catane, 2002
  • (it) S. Gesù, L’Etna nel cinema. Un vulcano di celluloide, Giuseppe Maimone Editore, Catane, 2005
  • (it) G. Patanè, S. La Delfa, J. Tanguy, L'Etna e il mondo dei vulcani, Giuseppe Maimone editore, Catane, 2004

Filmographiemodifier | modifier le code

  • (it) L'eruzione dell'Etna, Istituto Luce, Italie, 1928
  • (it) L'Etna è bianco, court métrage documentaire d'Ugo Saitta, Italie, 1947, 10 min
  • (it) La tragedia dell'Etna (ou Etna Erupts), film documentaire de Domenico Paolella, Italie, 1951, 65' (Grand prix du Meilleur film scientifique au Festival de Cannes en 1951)
  • (it) Gente dell'Etna, court métrage documentaire de Corrado Sofia, Italie, 1958, 10 min
  • (it) Porcherie (ou Porcile), film de fiction italo-français de Pier Paolo Pasolini, 1969, 98 min
  • (it) Fermata Etna (ou Last Stop : Etna), téléfilm de Klaus-Michael Grüber, Italie, 1981
  • (it) Le Choix des seigneurs (ou I Paladini, storie di armi e di amori), film de Giacomo Battiato, Italie, 1983, 100 min
  • (fr) Noir péché (ou Schwarze Sünde), film d'auteur de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, Allemagne, 1988, 42' (d'après La Mort d'Empédocle de Friedrich Hölderlin, 1799)
  • (fr) Les volcans Etna et Niragongo, film documentaire de Haroun Tazieff, 1999, 90 min
  • (fr) L'Etna sous haute surveillance, film documentaire de Co Hoedeman, 52 min
  • (fr) Etna, éruptions 2001-2002. Diversité des manifestations volcaniques et paroxysmes éruptifs, film documentaire de François Michel, Daniel Brazillier et Claude Poupard, Films de l'Arche, 17 min
  • (fr) Etna : diagnostic d'une éruption, film documentaire de Roberto Clochiatti, Bernard Deflandre et Catherine Parisot, Scories, 2003, 25 min
  • (fr) A Journey To Etna, film documentaire d'Alessandro Viani et Nicolas Hamelin, 2003, 58 min

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a, b, c et d (en) Global Volcanism Program - Synonymes
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Italy's volcanoes : the gradle of volcanology - Etna
  3. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Global Volcanism Program - Etna
  4. a, b, c, d, e et f (en) Global Volcanism Program - Histoire éruptive
  5. Notamment The New Encyclopaedia Britannica: Micropaedia, 1994, p. 594
  6. (en) Adrian Room, Placenames of the world : origins and meanings of the names for 6 600 countries, cities, territories, natural features and historic sites, McFarland, Jefferson (N.C.) ; Londres, 2006 (2e éd.), p. 127 (ISBN 978-0-7864-2248-7)
  7. « Le climat sur l'Etna », in Etna, Almaeditore, p. 76
  8. La terre et les hommes : mélanges offerts à Max Derruau, Association des publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand, 1990, p. 247-248
  9. (fr) Fabio Bonnacorsi, « Les plantes de l'Etna », in Etna, Almaeditore, Guide Athena, p. 84 (ISBN 888868361-5)
  10. (en) Italy's volcanoes : the gradle of volcanology - Morphologie
  11. a, b, c, d, e et f (en) Italy's volcanoes : the gradle of volcanology - Formation
  12. a et b Italy's volcanoes : the gradle of volcanology - Géologie
  13. a, b et c Géographie, Strabon
  14. Géographie, Strabon, Livre VI, chapitre II, 8
  15. Pythiques, Pindare, I, 19
  16. Pythiques, Pindare, I, 15 sq.








Creative Commons License