Externsteine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 52′ 08″ N 8° 55′ 03″ E / 51.8689, 8.9175 ()

Externsteine, 2007
Externsteine avec le Wiembecketeich en arrière plan, 2009

Les Externsteine ˈɛkstɐnʃtaɪnə sont une formation pierreuse en Allemagne, près de Horn-Bad Meinberg, qui servit dans l'Antiquité de temple païen. Le nom Externsteine est la déformation de Eckensternensteine c'est-à-dire « pierres d'angles d'étoiles ».

Historique d'un lieu de culte païenmodifier | modifier le code

Lieu de culte païen, cette formation pierreuse a longtemps constitué un lieu privilégié de la religion saxonne avant la conquête franque.

Durant le solstice d'été 772, les Francs attaquèrent par surprise le grand temple saxon des Externsteine. Cet acte constituait une double félonie pour un esprit saxon : la loi germanique exigeait que l'on prévienne l'adversaire du lieu et du moment de l'attaque et prohibait l'attaque surprise, et le viol d'un sanctuaire religieux païen. Les Saxons désarmés furent écrasés. Les Francs détruisirent les symboles sacrés du lieu et firent éclater le dôme de l'observatoire en engageant des poutres dans des entailles et en les mouillant ensuite pour faire éclater la roche1.

Durant le IIIe Reich, malgré les réserves de Hitler2, ce lieu suscite l'intérêt du courant païen, présent au sein du national-socialisme. Himmler, notamment, partisan d'un retour aux traditions germaniques préchrétiennes, s'intéresse de près à ce sanctuaire, auquel il souhaite redonner une dimension sacrée3, tout en interdisant toute publication sur cette formation rocheuse4. Dans un premier temps, en 1934 et 1935, il ordonne des fouilles sur le site, puis, dans un second temps, en 1937, il ordonne l'examen approfondi d'un bas-relief d'inspiration christique, pour s'assurer que celui-ci ne masque pas une représentation germanique5. À partir de 1940, il propose la construction d'infrastructures destinées à l'accueil du public, tout en souhaitant la mise en place d'une réserve naturelle, de laquelle les sangliers et les chats sauvages seraient chassés6. En 1942, ces projets sont abandonnés, la mise en œuvre ajournée à la fin des hostilités7.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Réfléchir et Agir, n°10, hiver 2001, Verden an der Aller, un grand symbole, par Robert Dun, p. 66-67.
  2. Peter Longerich, Himmler, p.291.
  3. Peter Longerich, Himmler, p.290.
  4. Peter Longerich, Himmler, p.290.
  5. Peter Longerich, Himmler, p.290.
  6. Peter Longerich, Himmler, p.291.
  7. Peter Longerich, Himmler, p.291.

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • (fr) Peter Longerich, Heinrich Himmler. Biographie, München (Siedler) 2008, Trad. française, Himmler. L'éclosion quotidienne d'un monstre ordinaire, éditions Héloise d'Ormesson, Paris, 2010, 917 pages, ISBN 978-2-35087-137-0.








Creative Commons License