Football Club de Sète 34

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

FC Sète 34

Logo du FC Sète 34
Généralités
Surnoms Dauphins
Noms précédents Olympique de Cette
(1900-1914)
Football Club de Cette
(1914-1928)
Football Club de Sète
(1928-1989)
Fondation 1900 ou 1914Note 1
Statut professionnel Entre 1932 et 1960
Entre 2005 et 2008
Couleurs Vert, Blanc et Noir
Stade Stade Louis-Michel
(8 705 places)
Siège Stade Louis Michel
Rue Bachaga Boualem
34201 Sète
Championnat actuel CFA 2
Président Drapeau : France Jean-Marie Berthier
Entraîneur Drapeau : France Laurent Scala
Joueur le plus capé Drapeau : France Désiré Koranyi (259)
Meilleur buteur Drapeau : France Désiré Koranyi (158)
Site web fcsete34.com
Palmarès principal
NationalNote 2 Championnat de France (2)
Coupe de France (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le Football Club de Sète 34 est un club français de football basé à Sète et fondé en 1900 sous le nom d'Olympique de Cette.

L’Olympique de Cette est l’un des clubs pionniers du football languedocien dont il va être le moteur pendant de nombreuses années, en remportant pas moins de sept titres de champion du Languedoc entre 1907 et 1914. Devenant alors le FC Cette, il va dominer la prestigieuse Division d’Honneur du Sud-Est en décrochant les sept premières éditions de cette compétition devançant notamment l’Olympique de Marseille, le Stade Olympique Montpelliérain et le SC Nîmois.

En 1928 la ville change de nom et le club devient le FC Sète. Le club héraultais décroche son premier titre majeur en remportant la Coupe de France face au Racing Club de France. C'est donc en tant qu'équipe de premier rang que le FC Sète intègre en 1932 le premier championnat de France national, qu’il remporte dès 1934, signant par ailleurs le premier doublé de l’histoire du football en France en remportant le titre de champion de France et la Coupe de France 1934. Le club redevient champion de France seulement cinq ans plus tard, mais le début de la Seconde Guerre mondiale va donner un coup d'arrêt brutal au club sétois qui ne retrouvera jamais son niveau d’antan. Se maintenant en Division 1 jusqu'en 1954, le club va connaître une lente agonie pour abandonner le professionnalisme en 1960.

Ainsi contraint à l’amateurisme pour des raisons financières, le club végète tout au long des années 1960 en DH puis en CFA, avant de retrouver la Division 2 de 1970 à 1977, puis de 1983 à 1989. En 1990, l’équipe, qui évoluait alors au stade Georges-Bayrou, déménage au stade Louis-Michel. Jusqu'en 2005, le club vogue entre Division 3, CFA et National. Cette année-là, le club accède à nouveau en Ligue 2 après 16 ans d’absence. Ne parvenant pas à se maintenir, le club redescend et est rétrogradé en 2009 en Division d’Honneur à la suite d'une liquidation judiciaire. Après avoir terminé première en 2012, l’équipe évolue actuellement en CFA 2.

Histoiremodifier | modifier le code

Les débuts du club (1900-1914)modifier | modifier le code

L’Olympique de Cette (Cette, orthographe de la ville jusqu’en 1927) est fondée en 1900 par Jean Dugrip et Jean-Louis Julien qui organisent alors quelques matches face au SC Nîmois d’Henri Monnier1. Rapidement, le club fait des émules dans la ville, et d’autres équipes apparaissent sur l’île comme le Junior Club de Cette ou l’Union Sportive de Cette, fondé par Emmanuel Gambardella âgé seulement de 15 ans. De 1901 à 1905, les rencontres régionales se limitent cependant à un tête-à-tête entre les joueurs de l’Olympique et ceux du SC Nîmois. Ils ne sont rejoints que plus tard par les jeunes Montpelliérains, principalement tournés vers le rugby à XV à cette époque2.

Photo d’équipe, les joueurs figurant sur trois rangs.
Équipe de l’Olympique de Cette en 1901.

Cette est alors désignée comme « La Mecque du football français » par le journaliste sportif Gabriel Hanot3 avant la Grande Guerre, et en 1906, c’est logiquement dans ce port de la Méditerranée que s’installe le siège de la Ligue régionale. En 1907, l’Olympique de Cette prend part à sa première compétition officielle, le championnat du Languedoc dont les Dauphins remportent facilement la première édition. Lors de la seconde édition en 1908, les Cettois sont battus par leur grand rival d’avant-guerre, le SC Nîmois, ce qui sera le seul et dernier affront à l’hégémonie cettoise sur le Languedoc-Roussillon jusqu’en 1927 et la victoire du SO Montpelliérains4.

Photo d’équipe, les joueurs étant debout sur un seul rang.
Équipe de l’Olympique de Cette en 1914.

En 1908-1909, l’Olympique de Cette décroche un nouveau titre régional, alors qu’arrive au club un homme au fort tempérament, Georges Bayrou, qui en restera le président durant près d'un demi-siècle. Monté à Paris pour faire carrière, il rentre au pays auréolé du titre de champion de France conquis avec le Gallia Club Paris, et s’implique rapidement dans la branche de recrutement du club. À l’origine de la venue de Gustave Rambaud, alors capitaine du SC Nîmois, il attire dans les filets des Dauphins d’autres joueurs venus des grands rivaux de l’époque comme Fernand Augade et les frères Chabrol, pratiquant activement le manque à gagner et le débauchage, comme le rappelle l'entraîneur nîmois Henri Monier dans ses mémoires :

« Je ne puis m’empêcher encore aujourd’hui, malgré sa disparition récente, de reprocher au vieux camarade de lutte Georges Bayrou d’avoir racolé, moyennant 5 francs par dimanche et 2 francs du voyage Nîmes–Sète, les meilleurs éléments de mon équipe. Et, en cela on peut dire qu'il a été le premier et le plus grand racoleur de footballeurs de France, honneur que je ne lui ai jamais envié. »

Outre les joueurs régionaux, Georges Bayrou fait également venir de nombreux joueurs étrangers, notamment en 1912 l’Écossais Victor Gibson qui assurera tour à tour les rôles de joueur, d'entraîneur et de recruteur du club5.

Champion du Languedoc sans discontinuer de 1910 à 1914, l'équipe cettoise atteint même cette dernière année la finale du championnat de France USFSA, perdue à Paris face à l’Olympique lillois6. Le club met fin à ses activités avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale quelques semaines plus tard, comme de nombreux autres clubs français, et voit partir la plupart de ses joueurs pour le front.

La guerre et la naissance du FC Cette (1914-1932)modifier | modifier le code

Les jeunes de la ville supportent mal l'interruption de la pratique du football décrétée par le club, comme l’écrit René Dedieu alors âgé de 15 ans :

« À la mobilisation, l’Olympique refusa de nous prêter son stade. Nous n’avions plus d’équipements, plus de maillots ni d’éducateurs. On a créé le Football Club de Sète avec les jeunes de 16 ou 17 ans qui venaient de l’Olympique comme moi et ceux qui, comme les frères Dangles, venaient du Junior Club Cettois. Le garde de l’Olympique nous ayant chassé, nous avons joué à l’ancien champ de manœuvres. En 1917, nous ne jouions que quelques matches et c'est après la guerre que nous avons construit le stade et reconstitué le club en grand7. »

En effet, en cette période de guerre, les classes d’âge n’étant pas encore mobilisées prennent la relève des « grands » qui n’apprécient guère que des collégiens, souvent peu fortunés et peu habitués à la vie associative réservée habituellement à une certaine bourgeoisie urbaine, cherchent à les remplacer ou à rivaliser avec eux.

Photo d’équipe dont les joueurs sont placés sur deux rangs.
Équipe du FC Sète lors de la finale de la Coupe de France 1923.

Parmi les anciens de l’Olympique, l'Écossais Victor Gibson, non mobilisé avec l'armée française, choisit de se joindre à l’aventure du FC Cette et décide avec le président Schlegel, un Suisse originaire du canton de Vaud, d’adopter les couleurs blanches à rayures vertes du club de cœur de l’Écossais, le Celtic FC, un des deux plus prestigieux clubs de Glasgow. Malheureusement pour les anciens joueurs de retour de la guerre, comme Jean-Louis Jullien, la loi du nombre et de la jeunesse joue en leur défaveur, d’autant plus que de nombreux joueurs sont morts sur les champs de bataille et que les supporteurs se sont habitués à voir évoluer le nouveau club en tant qu’équipe majeure de la ville. À la fin de la guerre, le docteur Scheydt, ancien président de l’Olympique et maire de Cette, comprend que son club ne renaîtra pas et accepte une place de président d’honneur du FC Cette8.

Fin 1916, le FC Cette quitte l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA), jugée comme trop centralisée et tournée vers le rugby, pour rejoindre la Ligue Méridionale de Football-Association9, puis rejoint dès 1919 la toute récente Fédération française de Football Association (FFFA).

Après la guerre, le FC Cette s’affirme comme l’une des places fortes du football français sous l’impulsion de deux hommes : Victor Gibson, qui fait venir nombre de joueurs britanniques et devient l’homme à tout faire du club, capitaine sur le terrain, entraîneur, recruteur, jardinier mais aussi soigneur avec « l’embrocation Gibson qui redonne la vigueur aux muscles » ; mais également Georges Bayrou, qui n’avait qu’un rôle secondaire à l’Olympique et qui devient l’« avocat » du nouveau club, ce qui en contrepartie l’aidera à monter dans les instances du football français8.

Photo d’équipe dont les joueurs sont placés sur deux rangs.
Équipe du FC Sète lors de la finale de la Coupe de France 1924.

Le club cettois s’impose comme le principal club méridional de ces premières années d’après-guerre en remportant les sept premières éditions de la division de Honneur du Sud-Est entre 1919 et 1926, ne laissant par la suite que deux titres au SO Montpelliérains et quatre à l’Olympique de Marseille avant l'arrivée du professionnalisme2. En parallèle de ces succès en championnat, les Cettois disputent la Coupe de France, devenue la compétition phare du football français de cette période d’entre-deux guerres. Ils atteignent trois fois la finale de la compétition en 1923, 1924 et 1929, mais sont battus respectivement par le Red Star FC (4-2), l'Olympique de Marseille (3-2 ap) et le SO Montpelliérains (2-0)10. Le club héraultais doit attendre 1930 pour voir ce trophée orner sa vitrine : après avoir éliminé le tenant du titre montpelliérain en quart de finale à Marseille puis l'Olympique de Marseille en demi-finale à Paris, il prend le dessus sur le Racing Club de France (3-1 ap), grâce à un doublé décisif de son attaquant international yougoslave Yvan Beck.

Parmi les autres signes de la place prise par le club dans le football français, un footballeur cettois est pour la première fois sélectionné en équipe de France en novembre 1921 : il s’agit d'Albert Jourda, tout juste arrivé du Racing, qui terminera sa carrière internationale après les Jeux olympiques de 1924 avec sept capes11.

Entre-temps, en 1928, le nom de la ville change de « Cette » en « Sète » et le club est logiquement renommé en FC Sète. Grâce à leur victoire en Coupe de France, les joueurs du FC Sète sont invités à disputer à Genève la Coupe des nations, ancêtre de la coupe d’Europe des clubs champions. Alors qu'il est battu par le SpVgg Greuther Fürth, champion d’Allemagne en titre, le FC Sète est ainsi décrit par un reporter allemand, qui souligne le côté internationaliste du club français :

« Avec les joueurs de Fürth, les Sétois ont joué le match le plus passionnant du tournoi. Ils jouent bien et sont sympathiques. Bien qu'ils soient vainqueurs de la Coupe de France (car il n’y a pas en France de championnat national), leur style de jeu n’est pas vraiment français. À cela, il est une raison. Dans le sud de la France où l’amateurisme est encore plus avancé que chez nous en Allemagne, s’est développé un véritable eldorado pour les joueurs étrangers. Ainsi les Sétois ont joué avec les Hongrois Kalix et Friedmann, le Yougoslave Becic et le Suisse Kramer en attaque, l’ancien Hongrois Kaucsar en demi-centre et l’arrière anglais Skiller. Et l’on ne doit pas oublier Beck et Stevanovic qui disputent actuellement la Coupe du Monde en Uruguay avec la Yougoslavie. Je ne sais ce qu'ont pensé ces braves joueurs en entendant la Marseillaise. Sète est à l’image d’Aristide Briand, le ministre des affaires étrangères qui veut construire une unité paneuropéenne12. »

Les débuts du professionnalisme (1932-1935)modifier | modifier le code

Istvan Lukacs, buteur décisif pour sa seule saison au FC Sète en 1933-1934.
Les joueurs sétois réunis autour du trophée de la Coupe de France en 1934.

C'est en 1932 que se met en place le championnat de France professionnel, sous l’impulsion décisive de Georges Bayrou et d’Emmanuel Gambardella. L’instauration du professionnalisme répond à la volonté de certains clubs ambitieux et doit mettre fin aux scandales liés à l’« amateurisme marron »Note 3, une pratique que les clubs du Midi ont particulièrement intégrée, recrutant de nombreux joueurs étrangers dont l’amateurisme reste à prouver. L’historien Alfred Wahl explique que le passage au professionnalisme était une protection offerte aux présidents de clubs, qui étaient particulièrement soumis aux caprices et au chantage pécuniaire des joueurs qui, étant amateurs, n’avaient aucune obligation vis-à-vis de leur club. Le contrat de travail professionnel permet ainsi d’établir l’autorité des dirigeants. Il y a désormais un patron et des employés13.

La présence des Sétois comme fer de lance de la revendication pour le professionnalisme s’explique aussi par les nombreux conflits qui ont déjà opposé les dirigeants de l’Olympique puis du Football Club aux différentes instances dirigeantes nationales. L’Olympique était déjà avant la guerre accusé de débaucher des joueurs dans les autres clubs et de leurs verser des rémunérations occultes. Plusieurs affaires touchant le FC Cette font également grand bruit après-guerre concernant des joueurs étrangers recrutés par Georges Bayrou et accusés de diverses irrégularités, comme l’Anglais Stevenson en 1921 ou le Suisse Georges Kramer en 1923. Finalement, après plusieurs années de tergiversation, le premier championnat de France professionnel est lancé en 1932 avec la participation de vingt clubs, dont neuf issus de la seule Ligue du Sud-Est. Le FC Sète rejoint logiquement l’élite professionnelle et ne tarde pas à y confirmer qu'il dispose d’une des meilleures formations du pays. Après une première saison où ils terminent à la quatrième place de leur groupe, les Héraultais réussissent une grande performance l’année suivante en réalisant le premier doublé de l’histoire du football français2.

En effet, alors que les Dauphins sont à la lutte pour le titre avec notamment l’Olympique lillois et l’Olympique de Marseille, ils retrouvent le au stade Yves-du-Manoir de Colombes leurs voisins marseillais pour la finale de la Coupe de France. Devant 40 600 spectateurs (10 000 personnes, restées dehors, finissent par pénétrer dans l’enceinte en forçant le passage), les deux leaders du championnat se livrent à un match épique. Après l’ouverture du score olympienne par Émile Zermani dès l’entame, les Vert et Blanc égalisent en première période par l’intermédiaire de leur attaquant franco-hongrois Istvan Lukacs. À la 75e minute, ce dernier reprend un ballon renvoyé par le poteau à la suite d'une tentative de son capitaine Yvan Beck et permet ainsi aux siens de prendre un avantage qui se révèle décisif. Le club remporte ainsi le deuxième trophée national de son histoire, après sa victoire en 193014.

Sept jours plus tard, les hommes de René Dedieu s’imposent face au FC Antibes (4-2) lors de la dernière journée du championnat. Premiers mais ne comptant qu'un point d’avance sur l’Olympique de Marseille qui doit encore jouer trois matches en retard, les Héraultais ne se font guère d’illusions quant au résultat final de la compétition, le quotidien L’Auto annonçant même en une dès le  : « L’Olympique de Marseille est virtuel champion de France ». Alors qu'il suffit aux Olympiens de ne réaliser qu'un match nul lors d’un seul de leurs trois derniers matches pour fêter le titre, le FC Sète part en tournée en Afrique afin de fêter une saison qui quoiqu'il arrive est d’ores et déjà réussie. Les joueurs sétois se trouvent à la terrasse du café Roi de la bière à Casablanca au Maroc lorsqu'ils apprennent que l’Olympique de Marseille a perdu ses trois derniers matchs et qu'ils sont donc champion de France15. C'est grâce à ce petit miracle que le FC Sète remporte son premier titre de champion de France ; son équipe-type cette année-là réunissant les internationaux René Llense, Jules Monsallier, Louis Gabrillargues et Ali Benouna, ainsi que Márton Bukovi, Yvan Beck et Istvan Lukacs2. La saison suivante est moins réjouissante, le club terminant à la quatrième place du championnat à douze points du champion sochalien.

Le second titre de champion et les championnats de guerre (1935-1945)modifier | modifier le code

Après deux saisons moyennes où le club reste englué dans le ventre mou du championnat de France (7e en 1936 puis 10e en 1937), le club est à la relance lors de l’édition 1938. En tête durant les dix premières journées, les Dauphins ne sont battus que lors de la 11e journée par le FC Rouen. L'équipe enchaîne alors une série de quatre défaites consécutives qui la rétrogradent au-delà de la 4e place. Cependant ce nouvel effectif, encadré par Jean Marmiès qui vient d’arriver au club, se relance jusqu'à occuper à la veille de la dernière journée la deuxième place du classement derrière les intouchables sochaliens. Un nul concédé lors de la dernière journée à l’AS Cannes permet cependant à l’Olympique de Marseille de leur ravir la place de vice-champion. Les Dauphins terminent finalement à la troisième position du championnat16.

C'est après cette saison encourageante et dans un contexte difficile, le début de la Seconde Guerre mondiale s’invitant en fin de saison, que le FC Sète remporte son second titre de champion de France en 1939 devant son éternel rival de l’époque, l’Olympique de Marseille. Dès le début de la saison, les spécialistes s’accordèrent à dire que le championnat se réduirait à un match à cinq entre le FC Sochaux, tenant du titre, ses deux dauphins de la saison précédente, l’Olympique de Marseille et le FC Sète, et les deux challengers qui avaient été actifs sur le recrutement durant l’été, l’Olympique lillois et le Racing Club de Paris. Le premier tournant de la saison a lieu le 26 février lorsque les Sétois s’inclinent (3-0) lors du match au sommet face au Racing, le leader du moment, dans un stade Yves-du-Manoir plein battant ainsi le record de recette du club (407 687 F). Les Sétois enchaînent deux nouvelles défaites, laissant s’échapper un temps les Parisiens qui connaissent ensuite un gros passage à vide. Finalement ce sont les Sétois et les Marseillais qui luttent jusqu'au bout pour le titre : les Héraultais ne passent devant leurs rivaux que lors de la dernière journée en écrasant le Racing (5-0) alors que les Olympiens chutent face au RC Strasbourg. C'est une fois encore au bout du suspense que l’équipe des Dauphins, emmenée par l’« armada espagnole », Domènec Balmanya et Josep Escola, par les internationaux Michel Brusseaux, Désiré Koranyi, François Mercier et Roland Schmitt ainsi que par quelques joueurs du cru comme Pierre Danzelle ou René Franquès, remporte le second titre de l'histoire du club sous les ordres de Jean Marmiès17.

La saison suivante, la mobilisation pour la guerre est de mise. Cependant, la FFFA joue l’optimisme et pense que Hitler n’attaquera pas. Elle organise alors le premier championnat de guerre en lançant un appel auprès des clubs professionnels. Le FC Sète, champion de France en titre, répond à cet appel et intègre le groupe Sud-Ouest du championnat en compagnie des Girondins de Bordeaux, qui termineront premiers devant les Sétois, du SO Montpellier, du Nîmes Olympique, du Toulouse FC et de l’Olympique Alésien18. Lors des saisons suivantes, le club participe au championnat de la Zone libre, remportant le titre en 1942, mais échouant en finale nationale face à un Red Star dominateur durant la guerre19. En 1943, la création d’équipes fédérales inscrites dans un championnat dédié met un terme aux pseudo-championnats organisés durant la guerre, les joueurs pros étant enrôlés de force dans des équipes régionales alors que les clubs sont relégués dans les championnats amateurs. La saison suivante, les clubs font leur retour sur le devant de la scène.

La descente aux enfers (1945-1960)modifier | modifier le code

La Seconde Guerre mondiale marque le début du déclin du club sétois, qui ne retrouvera jamais plus son niveau d’avant-guerre. La saison 1945-1946 est endeuillée dès le mois de septembre par la mort de l'ancien joueur Louis Cazal, un enfant du pays ; l'équipe dirigée par Ljubiša Stefanović se sauve in extremis et termine à une triste 12e place. Deux ans plus tard, c'est une nouvelle fois au bout du suspense que les Sétois obtiennent leur maintien grâce à deux victoires de haute volée face au Stade rennais UC (5-0) et aux Girondins de Bordeaux (6-1). Malgré des électrochocs successifs avec les changements d’entraîneur, le club n’arrive pas à retrouver son lustre d’antan et passe une nouvelle fois très près de la relégation. En effet, alors que le club occupe la dernière place de première division avec seulement six points le , il faut le travail acharné de messieurs Fairon et Biau pour permettre au club de se maintenir pour un petit point à la fin de la saison20.

Les saisons se suivent et se ressemblent, malgré un beau parcours en Coupe de France 1948-1949 où les Dauphins échouent en quart de finale face à l’Entente Stade Français-Red Star. En 1951, ils doivent jouer les barrages pour ne pas descendre. L’arrivée de Marcel Tomazover au poste d’entraîneur va offrir au club une certaine embellie, avec une nouvelle belle prestation lors de la Coupe de France 1952-1953 qui se termine en quart de finale face à l’AS Saint-Étienne.

La saison suivante est finalement celle de la relégation pour le FC Sète, mais elle est surtout marquée par la mort de deux grands personnages du football français originaire de la région sétoise. Emmanuel Gambardella décède le alors qu'il est président de la Fédération française de football et du groupement des clubs professionnels ; il était à l’origine de l’AS Sétoise et du FC Sète dans les années 1910. Mais le club va surtout être endeuillé par la mort de Georges Bayrou le , qui dirigea le club durant un demi-siècle et qui fit jurer sur son lit de mort à ses proches de ne jamais laisser tomber le club de son cœur20. Ces deux anciens sétois ne verront pas le FC Sète être relégué pour la première fois depuis la création de la première division.

En deuxième division, les Sétois continuent à décevoir et le nouveau président, Louis Michel, tente par tous les moyens de trouver des financements afin de maintenir le club dans les divisions professionnelles. En l’honneur de Georges Bayrou, qui leur a permis de devenir professionnel, les dirigeants du Toulouse FC prêtent des joueurs sans contrepartie au club sétois. On fait également appel aux célébrités sétoises comme Georges Brassens ou Jean Vilar pour redorer l’image des Dauphins et récolter des fonds pour sauver le club. Auteur de deux derniers coups d’éclat en Coupe de France 1957-1958 et en Coupe de France 1959-1960, au cours desquelles sont éliminés notamment l’Olympique de Marseille et le Racing, le président Louis Michel dépose finalement les armes au printemps 1960. La plupart des joueurs partent rejoindre l’AS Cherbourg, qui récupère la place du club en championnat professionnel, tandis que le FC Sète doit repartir du niveau régional. Le président meurt sur le bord du terrain deux ans plus tard, le , lors d’un match de Coupe de France face à l’AS Saint-Étienne20.

Le renouveau (1960-1986)modifier | modifier le code

Le club repart en 1960 en Promotion d'Honneur du Sud-Est. En 1965, sous les commandes de Jean Laronde, le nouveau président, il évolue en Division d'Honneur, le plus haut niveau régional20. En 1967, le club fait un parcours honorable en Coupe de France en atteignant les seizièmes de finale. La saison suivante, les Dauphins obtiennent leur billet pour la monter en Championnat de France amateur (CFA), le troisième échelon et plus haut niveau amateur du football français. Les jeunes Sétois réalisent deux bonnes saisons en terminant troisièmes du groupe Sud du championnat. D’ailleurs, les spectateurs ne s’y trompent pas, puisque le club se classe troisième de CFA en termes d’affluence avec 2 450 spectateurs de moyenne durant la saison 1969-1970. En 1970, le club sétois intègre la nouvelle deuxième division, dite désormais open, puisque des clubs amateurs sont désormais acceptés à ce niveau. Alors que des joueurs comme Claude Calabuig ou Christian Coste s’illustrent sous les ordres de Xercès Louis ou de Slobodan Milosavljević, le club sétois se maintient facilement en Division 2, sans parvenir à jouer les trouble-fête parmi les équipes de tête du groupe. À force de se contenter du maintien, les Dauphins finissent par chuter en Division 3 en 197721.

Il faut attendre 1983 avant de voir l’équipe sétoise retrouver l’antichambre de l’élite, alors que le club est désormais dirigé par Georges Besson et entraîné par Claude Calabuig. La saison de la montée est d’ailleurs une des plus indécises de l'histoire des Dauphins, puisqu'ils obtiennent la montée à la différence du but et au bout du suspense aux dépens du Montauban FC, grâce à leur victoire face à l’AC Arles (2-0) lors de la dernière journée. Dès la reprise de la saison suivante, le club décroche la place honorifique de leader de son groupe de deuxième division, qui ne sera qu'une belle illusion, puisque le club luttera tout le reste de la saison pour son maintien sous les ordres d'Yves Herbet. Alors que le maintien est assuré facilement la saison suivante, ce dernier quitte le club à l’été 1985 et laisse sa place à Slobodan Milosavljević, qui procède à un recrutement ambitieux avec la venue de Dominique Bathenay, vainqueur à cinq reprises de la Coupe de France et triple champion de France, et de Mama Ouattara, l'Ivoirien passé par le Nîmes Olympique et le Montpellier PSC. Mais alors que les amateurs du CS Blénod écrasent les Dauphins trois buts à zéro en seizièmes de finale de la Coupe de France 1985-1986, Slobodan Milosavljević est remercié et remplacé par Dominique Bathenay qui devient entraîneur-joueur. Malgré une bonne saison en championnat, le club rate les qualifications pour les barrages d’accession en Division 1 lors de la dernière journée, en faisant un match nul au stade Georges-Bayrou face au Red Star21.

Une nouvelle traversée du désert (1986-2001)modifier | modifier le code

Les saisons suivantes sont moins glorieuses et le club retrouve ses vieux démons, n’obtenant son maintien que lors des dernières journées. Cette période est également marquée par l’humiliation du lors du derby face au Montpellier PSC, qui écrase les Sétois sept buts à zéro. La saison 1988-1989 voit l’arrivée d’un président très ambitieux, Antoine Soler, qui prévoit un budget de 8,5 millions de francs alors que le club est déjà dans une situation financière délicate. L'équipe obtient son maintien à la fin de la saison en terminant à une modeste quinzième place en championnat, mais le club est relégué administrativement en Division 3. La mairie doit prendre en charge le club afin de le sauver et de rembourser sa dette. C'est à cette occasion que le club change de nom et devient le « FC Sète 34 »22.

Le club connaît une nouvelle longue période d’amateurisme dans les années 1990 du fait de sa relégation en Division 3. L'équipe sétoise, bien que jouant les premiers rôles, voit son public déserter les tribunes du vieux stade Georges-Bayrou, abandonné durant l’été 1990 pour le stade Louis-Michel, plus petit mais plus récent et plus adapté au nouveau statut du club. Claude Calabuig, qui reste sur le banc sétois durant six années consécutives entre 1991 et 2000, est écarté quelques mois en 1997, remplacé par Marc Bourrier, lors de la relégation du club de National 1 (l’ancienne division 3) en CFA, qui vient d’être recréé22.

Cette triste période est toutefois marquée par un beau parcours en Coupe de France en 1997-1998, qui propose lors des trente-deuxièmes de finale une affiche mythique de l’entre-deux-guerres, entre l’Olympique de Marseille et le FC Sète. Le match se joue au stade de la Mosson de Montpellier, flambant neuf à quelques mois du début de la coupe du monde 1998, et les dirigeants profitent de cette occasion pour rappeler aux jeunes générations que le FC Sète a jadis été un grand club. Cependant, sur le terrain, les professionnels de l’élite ne font pas de cadeaux aux Dauphins, qu'ils écrasent trois buts à zéro22.

Le retour au professionnalisme (2001-2009)modifier | modifier le code

Les Sétois parviennent à accéder au championnat National en 2001. Emmené par son capitaine emblématique Christophe Rouve, lors de la saison 2004-2005, le FC Sète termine à la 3e place du championnat et gagne son ticket pour la Ligue 2. Le stade Louis-Michel est réaménagé pour atteindre la capacité de 8 000 places, exigée par la Ligue, grâce à la mise en place d’une tribune semi-provisoire en face de la tribune présidentielle23.

Les débuts en Ligue 2 sont difficiles, malgré une belle victoire 2-0 face au rival local, le Montpellier HSC, dans un stade plein. À la suite de mauvais résultats, Claude Calabuig est remplacé par Ludovic Batelli24. En dépit d’un certain nombre de changements lors du mercato d’hiver avec l’arrivée notamment du défenseur Franck Silvestre, ancien international, les résultats ne s’améliorent pas. Ludovic Batelli quitte le club pour rejoindre l’Amiens SC et est remplacé par Robert Buigues au mois de mars 2006. Le club termine finalement dernier de Ligue 2.

Christian Sarramagna est le nouvel entraîneur pour la saison 2006-200725. Après un départ moyen, le club trouve son rythme de croisière et joue dans la première partie du tableau sans pour autant pouvoir se mêler à la course à la montée. Le début de saison est toutefois marqué par un beau parcours en Coupe de la Ligue, puisque après avoir éliminé le Tours FC à domicile puis le SC Bastia aux tirs au but au stade de Furiani, les Sétois sont éliminés avec les honneurs par l’AS Saint-Étienne (4-1) après avoir ouvert la marque. En dépit d'un parcours décevant en championnat, Christian Sarramagna est maintenu jusqu'à la fin de la saison. Considérant que l’objectif fixé en début de saison (la remontée en Ligue 2) n’est pas atteint, le président Émile Anfosso licencie son entraîneur, avec lequel il se dit en profond désaccord, une fois la saison passée26. Sarramagna est remplacé fin juin par Thierry Laurey.

Parallèlement, le maire de Sète fait état de son désir de voir le statut du club passer d'une société d’économie mixte à celui de SAOS (société anonyme à objet sportif). Le dossier qui devait aboutir au cours de l’été 2007 est finalement suspendu en l’attente d’éventuels racheteurs. En 2008, après une nouvelle saison parmi la première partie du classement, la présidence est confiée à Laurent Besson, qui recrute Frédéric Rémola pour remplacer Laurey, parti à l'Amiens SC. Confronté à des difficultés financières importantes, le club sétois est alors dans l’attente d’une décision de la DNCG pour demeurer en National27. Malgré un nouveau maintien sportif, le dépôt de bilan paraît inévitable à l’issue de la saison 2008-200928.

Nouvelle rétrogradation administrative et reconstruction du club (depuis 2009)modifier | modifier le code

Plombé par une dette estimée à 800 000 euros, le club est placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Montpellier le 15 juin 2009 et doit repartir en Division d’Honneur pour la saison 2009-2010. Ceci clos tristement une affaire qui durait depuis quelques mois déjà et ce malgré la tentative de reprise du club par Marcel Salerno29.

Le 7 mai 2012, après trois saisons en Division d’Honneur, les Sétois remportent le titre de champion du Languedoc-Roussillon et remontent en CFA 230.

Image et identitémodifier | modifier le code

Date de fondationmodifier | modifier le code

Un certain flou entoure la date de fondation du FC Sète. Certains historiens datent les débuts du FC Cette en 1914, se basant sur la différence de nom avec son prédécesseur. Mais le vocable Olympique était utilisé par de très nombreux clubs français allant de Lille à Marseille ou de Paris à Lyon, et il peut être supposé que les dirigeants cettois préférèrent abandonner ce nom devenu trop courant. Autre raison qui porte à croire que ces deux clubs sont bien liés l’un à l’autre, la similitude des instances dirigeantes, Victor Gibson, Georges Bayrou ou encore le docteur Scheydt n’étant que les exemples les plus connus des personnages transfuges des deux clubs cettois8.

La meilleure illustration d’une filiation directe entre l’Olympique et le Football Club reste la section water-polo du FC Sète qui affiche 1907 en date de fondation. Toutefois, dès 1920, le magazine des supporters du club écrit en titre que le club est fondé en 1914. Puis, lors d’une demande de financement au département en janvier 1921, le club écrit dans son papier à entête Fondé en 1914 et le secrétaire administratif de l’époque, Emmanuel Gambardella, écrit déjà que le club a été fondé en 1914 et agréé par le ministère de la guerre le 11 janvier 1921 sous le matricule 8 6298.

Noms et blasonsmodifier | modifier le code

Le nom du club a subi des changements tout au long de son histoire. Initialement Olympique de Cette avant la Première Guerre mondiale, les dirigeants optent pour le nom plus anglophone de Football Club de Cette en 19148.

Le 27 août 1927, le conseil municipal de Sète, présidé par le maire de l’époque Honoré Euzet, s’appuie sur l’argument que Cette « équivoque le pronom », qui avait déjà était avancé en 1793 pour solliciter le changement de nom de sa ville auprès des pouvoirs publics. La demande est approuvée par décret le 20 janvier 1928, date à laquelle le Football Club de Cette devient donc le Football Club de Sète31.

Enfin, à l’issue de la saison 1988-1989, le Football Club de Sète renonce au professionnalisme pour des raisons financières et devient le Football Club de Sète 34, 34 étant le numéro du département dans lequel la ville de Sète se trouve, l’Hérault32.

Logos et blasons du club
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Historique des fusions et changements de nom
Junior Club Cettois
(1901-1914)
Note 4
 
Olympique de Cette
(1900-1914)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Football Club de Cette
(1914-1928)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Football Club de Sète
(1928-1989)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Football Club de Sète 34
(1989-Aujourd’hui)

Couleurs et maillotsmodifier | modifier le code

Le vert et le blanc sont les couleurs du club sétois depuis 191433, l’Olympique évoluant avant la guerre sous les couleurs rouge et noire5.

Les rayures horizontales font références au Celtic Glasgow, le club de cœur de Victor Gibson, un des fondateurs dans la période de l’entre-deux-guerres du FC Cette8.

Palmarès et recordsmodifier | modifier le code

À l’issue de la saison 2012-2013, le FC Sète totalise 16 participations en première division nationale, le plus haut niveau du football français, et 20 participations en deuxième division nationale34,35.

Le club a participé à 94 éditions de la Coupe de France, manquant seulement les deux premières.

Le tableau ci-dessous récapitule tous les matches officiels disputés par le club dans les différentes compétitions nationales à l’issue de la saison 2012-2013 (exceptés les six saisons de guerre de 1939-1940 à 1944-1945) :

Championnats Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Division 1/Ligue 1 (1932-1954) 16 2 504 198 111 195 826 877 -51
Division 2/Ligue 2 (1954-2006) 20 0 704 217 183 304 768 1029 -261
National/National 1 (1993-2009) 15 0 534 196 175 159 596 548 +48
Division 3/CFA (1968-2001) 16 0 178 88 35 59 297 205 +92
CFA 2 (2012-) 1 0 26 12 8 6 36 26 +10
Division d’Honneur/USFSA (1906-2012) 27 16
Coupes nationales Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Coupe de France (1920-) 94° 2
Coupe de la Ligue (2005-2008) 3 0 6 2 2 2 8 10 -2

° dont les 6 saisons de guerre (1939-1940 à 1944-1945)

Palmarèsmodifier | modifier le code

Le palmarès du club compte en premier lieu deux victoires en championnat de France et deux autres en Coupe de France, pour quatre finales perdues. Les Héraultais ont également remporté le championnat de la « Zone libre » en 1942.

Avec seize saisons passées au plus haut niveau, les Héraultais se classent à la trente-et-unième place des clubs français34. Une méthode de classement par position les place au douzième rang en 2008, le club ayant fini dix fois dans les dix premiers36.

Le club a également remporté de nombreuses compétitions régionales avant l’apparition du championnat professionnel avec notamment huit titres de champion du Sud-Est, sept titres de champion USFSA Languedoc et trois coupes du Midi.

Palmarès du club sétois
Compétitions nationales Compétitions régionales
Compétitions nationales disparues

Recordsmodifier | modifier le code

Joueurs et entraîneursmodifier | modifier le code

Meilleurs buteurs
Joueur Buts Période
Désiré Koranyi 158 1935-1950
1955-1956
Henri Fontaine 61 1949-1954
Mohammed
Abderrazack
37 1945-1948
1953-1954
Yvan Beck 35 1929-1930
1932-1935
Joueurs les plus capés37
Joueur Matchs Période
Désiré Koranyi 259 1935-1950
1955-1956
René Franquès 175 1933-1946
René Llense 161 1932-1938
Pierre Danzelle 158 1936-1948
Henri Fontaine 156 1949-1954

Le joueur ayant disputé le plus grand nombre de matchs sous le maillot du club sétois est l’attaquant international français Désiré Koranyi, qui a joué 259 matchs de 1935 à 1950 puis de 1955 à 1956, dont 252 matchs de Division 1 et 5 matchs de Division 2. Vient ensuite le défenseur René Franquès avec 175 rencontres entre 1933 et 1946, dont 173 en Division 1.

Le buteur le plus prolifique du club est également Désiré Koranyi, qui inscrit 158 buts en 259 matchs de 1935 à 1950 puis de 1955 à 1956, dont 157 en division 1. Le deuxième meilleur buteur de l’histoire du club est Henri Fontaine avec 61 buts marqués de 1949 à 1954. Mohammed Abderrazack complète le podium avec 37 buts marqués de 1945 à 1948 puis de 1953 à 1954.

Désiré Koranyi est considéré comme un des tous meilleurs attaquants de l’histoire de première division puisqu'il est classé au seizième rang du classement des meilleurs buteurs de l’histoire du championnat avec 157 buts en neuf saisons et 252 matchs38.

Deux Sétois finissent meilleur buteur du championnat de première division : Istvan Lukacs est titré lors de la saison 1933-1934 en marquant 28 buts en 26 matchs, puis Désiré Koranyi est titré à égalité avec le Sochalien Roger Courtois lors de la saison 1938-1939 en marquant 27 buts en 30 matchs.

Dans les années 1930, René Dedieu et Jean Marmiès marquent le club en étant les entraîneurs des titres de champion de France. Plus récemment, l’entraîneur Claude Calabuig illustre son attachement au club en en occupant le banc durant seize saisons entre 1980 et 2005, de manière intermittente39.

Championnatmodifier | modifier le code

Les Sétois remportent à deux reprises le titre de champion (1933-1934 et 1938-1939) et finissent une seule autre fois sur le podium en terminant à la troisième place (1937-1938).

La plus large victoire à domicile du FC Sète est enregistrée lors de la réception des Girondins de Bordeaux en 1946-1947 (6-1). À l’extérieur, la plus large victoire a lieu sur le terrain de l’Olympique lyonnais en 1951-1952 (2-6). La plus large défaite à domicile des Sétois en championnat de Division 1 a lieu à deux reprises contre le FC Sochaux et contre le CO Roubaix-Tourcoing lors de la saison 1947-1948 (1-5). À l'extérieur, la plus lourde Défaite des dauphins est contre le Havre AC en 1953-1954 (10-0).

Le club a occupé à vingt-six reprises la tête du championnat de Division 1 : à sept reprises, lors de la 7e, de la 9e à la 12e, de la 24e et de la 26e journées de la saison 1933-1934 ; à l’issue des 2e et 3e journées de la saison 1935-1936 ; à l’issue de la 8e journée de la saison 1937-1938 et à 16 reprises, lors de la 1re, de la 15e à la 22e et de la 24e à la 30e journées de la saison 1938-1939.

Coupe de France et de la Liguemodifier | modifier le code

Les Sétois ont remporté à deux reprises l’épreuve (1930 et 1934), ont été quatre fois finalistes (1923, 1924, 1929 et 1942) et trois fois demi-finalistes (1925, 1933 et 1939).

La meilleure performance du club sétois en Coupe de la Ligue, créée en 1994, est un seizième de finale lors de la saison 2006-2007.

Affluencemodifier | modifier le code

Le record d’affluence dans le stade Louis-Michel est de 4 688 spectateurs lors du seizième de finale de la Coupe de la Ligue le 20 septembre 2006 face à l’AS Saint-Étienne (1-4)40.

Ce niveau reste cependant assez éloigné des affluences enregistrées dans les années 1940 et 1950 au stade Georges-Bayrou, comme lors de la réception de l'Olympique de Marseille en avril 1948 devant environ 12 000 spectateurs41 ou du Nîmes Olympique en 1951 devant 11 200 spectateurs42.

Structures du clubmodifier | modifier le code

Stadesmodifier | modifier le code

Articles détaillés : Stade Georges-Bayrou et Stade Louis-Michel.

À ses débuts, l’Olympique évolue pour ses matches à domicile sur le terrain des casernes, et ce jusqu'à la Première Guerre mondiale5.

Après la guerre, Victor Gibson, l’homme à tout faire du FC Cette, fait aplanir le terrain des Métairies afin de ne plus dépendre des casernes. Ce terrain deviendra alors le « stade des Métairies », avant d’être rebaptisé stade Georges-Bayrou du nom du célèbre directeur sportif sétois mort en 1953. C'est en son sein que les Dauphins vont connaître leurs plus grandes heures de gloire. Le stade, capable d'accueillir officiellement 4 600 personnes debout, est considéré comme obsolète par la FFF dans les années 1990, date à laquelle le stade Louis-Michel a été construit, les travaux de rénovation étant plus coûteux que la construction d’un nouveau stade. Cependant, ce stade sert toujours de terrain d’entraînement pour le club, mais également de terrain principal pour le Pointe-Courte de Sète, le second club de la ville43.

Ainsi, depuis 1991, le FC Sète évolue au stade Louis-Michel, du nom d'un autre grand président du club qui décéda tragiquement en 1962 lors d’un match de Coupe de France opposant le FC Sète à l’AS Saint-Étienne. Équipé d’une tribune fixe permettant d’accueillir 1 100 personnes assises, les dirigeants font rajouter en 2005, alors que le club vient de monter en Ligue 2, une tribune semi-provisoire, permettant de monter la capacité du stade aux 8 705 places réglementaires pour pouvoir évoluer en division professionnelle. Alors qu'un projet est imaginé pour ajouter deux nouvelles tribunes derrière les buts, les problèmes financiers du club et sa relégation en division régionale mettent fin aux modifications du stade43.

Aspects juridiques et économiquesmodifier | modifier le code

Directionmodifier | modifier le code

Depuis son retour en Division d’Honneur, le club est supporté par une simple association loi de 1901, statut classique pour tout club de football amateur. Il est ainsi géré par des bénévoles dont l’objectif est de faire renaître ce club historique44.

Lors de l’assemblée générale du club à la fin de la saison 2010-2011, le président Pierre Di Tucci n’est pas reconduit à la tête du club, et c'est Jean-Marie Berthier, ancien dirigeant du club à l’époque où il évoluait en National, qui est nommé président45.

Organigramme
Comité directeur Administratif Équipe chargée du sportif
Président : Jean-Marie Berthier
Vice-Président : André Funes
Trésorier : Michel Roux
Finance : Rudy Natali
Événementiel : José Llinares
Communication Presse : Jean-Michel Izoird
Administratif : Gérard Dellebra
Entraîneur : Laurent Scala
Entraîneur Adjoint : Jean-Luc Muzet
Entraîneur Adjoint : André Oliva
Entraîneur Gardien : Jean-Pierre Sabatier

Éléments comptablesmodifier | modifier le code

Après la liquidation judiciaire du club en 2009, la nouvelle équipe dirigeante a essayé de rétablir les finances du club45. Cependant, même plusieurs années après, le club et la ville continuent à essuyer la mauvaise gestion du président Anfosso, comme récemment avec la condamnation à verser 84 000 d’indemnité de licenciement à Christian Sarramagna, entraîneur du FC Sète lors de la saison 2006-200746. Il faut noter que le club a été maintenu à flot pendant deux saisons à coups de subventions de la mairie (800 000  pour l’année 2008) alors que le club était déficitaire à la hauteur de 120 000 € par mois, menant inexorablement la SEM vers une liquidation judiciaire47.

Malgré tout, cet épisode noir de l’histoire du club semble désormais derrière la nouvelle équipe dirigeante, qui souhaite repartir sur de bonnes bases afin de redorer le blason de ce club historique48.

Joueurs et personnalitésmodifier | modifier le code

Joueurs emblématiquesmodifier | modifier le code

Sélectionnés en Équipe de Francemodifier | modifier le code

Joueur Sélections Période Sél. (total)
Albert Jourda 2 1921-1924 7
Marcel Dangles 1 1923 1
Marcel Domergue 6 1923-1924 20
Ernest Gravier 5 1923-1924 11
Antoine Parachini 3 1924 3
Jacques Mairesse 1 1927 6
Louis Cazal 6 1927-1930 6
Laurent Henric 4 1928-1929 4
Marcel Galey 3 1929 3
Gustave Dubus 2 1930 2
André Chardar 12 1930-1933 12
Louis Gabrillargues 9 1934-1936 9
Yvan Beck 4 1935 5
René Llense 9 1935-1938 11
Ali Benouna 2 1936 2
Jules Monsallier 1 1936 3
Michel Brusseaux 1 1938 1
Roland Schmitt 1 1939 2
Désiré Koranyi 5 1939-1942 5
François Mercier 1 1942 1
Stanislas Curyl 2 1952 2
Total 80 1921-1952 -

Vingt-et-un joueurs ont disputé au moins un match sous le maillot de l’équipe de France alors qu'ils jouent sous les couleurs sétoises49, pour un total de 80 sélections.

Le joueur qui a connu le plus de sélections sous les couleurs du FC Sète est le défenseur André Chardar avec douze capes entre 1930 et 1933, pour un but inscrit. Il devance le gardien de but René Llense et le milieu de terrain Louis Gabrillargues, qui ont connu chacun neuf sélections avec les Bleus.

Parmi les statistiques remarquables, on peut noter les cinq buts en cinq sélections de l’incontournable attaquant sétois Désiré Koranyi50, ou alors les sept sélections en équipe de Yougoslavie d’Yvan Beck qui jouera par la suite pour l’équipe de France à une époque où les règles sur la nationalité sportive étaient plus ouvertes qu'aujourd'hui51.

Équipes-types des quatre titres du clubmodifier | modifier le code

Le FC Sète a remporté quatre titres majeurs dans son histoire, et ceux-ci sont de fait associés à des équipes qui ont marqué l’histoire du club.

Frondas
Skiller
Féjean
Lucibello
Friedmann
Durand

Équipe de la finale de 1930

Équipe-type du doublé de 1934

En 1930, les hommes de Sydney Regan réussissent enfin à remporter la Coupe de France après trois échecs en finale lors de la décennie, notamment la saison précédente face au voisin montpelliérain, ce qui avait laissé des traces10.

C'est ainsi qu'emmené par leur capitaine international Louis Cazal que les Sétois vont battre après prolongation les Racingmen (3-1), grâce à un but d’Alexander Friedmann et à un doublé de l’international yougoslave Yvan Bek. Il faut noter également dans ce bel effectif la présence de Ljubiša Stefanović, un autre international yougoslave, de l’Anglais Edward Skiller et du défenseur international français André Chardar, qui seront parmi les grands artisans de cette victoire10.

La saison 1934 reste comme la saison qui aura marqué pour toujours l’histoire du football sétois, les hommes de René Dedieu réussissant le premier doublé Coupe de France-championnat de l’histoire du football français. Mais au-delà du résultat, c'est le scénario de la saison qui est resté dans les annales du club14.

Un seul joueur ayant participé à la finale de 1930 est encore présent quatre ans plus tard. Devenu capitaine de l’équipe, l’international yougoslave Bek partage son expérience pour permettre aux jeunes Sétois de montrer tout leur talent. Parmi eux, de futur internationaux comme le gardien de but René Llense, le milieu Louis Gabrillargues ou encore les attaquants Jules Monsallier et Ali Benouna, mais également des internationaux étrangers aguerris, comme Istvan Lukacs, qui inscrira le doublé victorieux en finale de la Coupe de France face aux olympiens, l’Anglais Joseph Hillier ou l’international hongrois Marton Bukovi2.

Le dénouement du deuxième titre de champion du club sétois est tout aussi incertain que celui du premier titre de 1934, les hommes de Jean Marmiès ravissant la première place à leur homologues de l’Olympique de Marseille lors de la dernière journée17.

Parmi les joueurs les plus utilisés durant la saison, il y a les deux Espagnols venus du FC Barcelone, Domènec Balmanya et Josep Escola, mais également les internationaux Michel Brusseaux, Désiré Koranyi, François Mercier et Roland Schmitt, ainsi que quelques joueurs du cru comme Pierre Danzelle, Roger Bertrand, Kouider Daho ou René Franquès52.

Autres joueurs célèbresmodifier | modifier le code

D’autres joueurs ont marqué l’histoire du club, même s’ils n’ont pas forcément eu la même réussite que les joueurs cités précédemment. Parmi eux, l’Écossais Victor Gibson reste comme l'un des hommes fondateurs du FC Cette à la fin de la Seconde Guerre mondiale, assurant les rôles de capitaine, d’entraîneur, de recruteur, de jardinier et même de soigneur. Durant la même période, de jeunes joueurs commencent à se montrer au sein de l’effectif sétois tel René Dedieu ou Marcel Dangles. Le premier deviendra d’ailleurs un joueur professionnel puis un entraîneur réputé8.

D’autres joueurs plus ou moins célèbres marquent le début des années 1920 du club sétois, comme Albert Jourda, le premier international français du club en 1921, Marcel Domergue, qui participe avec l’équipe de France aux jeux olympiques de 1924 ou encore Ernest Gravier qui, de par sa longévité au club (cinq saisons), marque les esprits dans le championnat du Sud-Est.

Après la Seconde Guerre mondiale, le club perd beaucoup de sa superbe et de moins en moins de joueurs internationaux sont attirés par le club sétois. C'est en 1952 que Stanislas Curyl devient le dernier joueur de l’histoire du club à être sélectionné en équipe de France.

Plus récemment, un autre joueur a marqué les supporteurs bien qu'il ne soit resté qu'une seule saison : le franco-argentin Alberto Costa est élu meilleur joueur de National lors de la saison 2007-2008 avant de partir pour le Montpellier HSC où il continue de briller53.

Entraîneursmodifier | modifier le code

Le FC Sète a connu quarante-et-un entraîneurs différents au travers de cinquante-six mandats successifs. Le premier entraîneur connu du club est l’Écossais Victor Gibson, dans un rôle d’entraîneur-joueur à partir de 1914. Il faut attendre l'Anglais Sydney Regan en 1929 pour voir un entraîneur appointé à temps plein à la tête de l’équipe.

Le plus long mandat sans interruption (11 ans) a été effectué par Victor Gibson, suivi par ceux de Claude Calabuig et de Marcel Tomazover qui ont passé respectivement six et cinq ans successifs à la tête du club. Sur plusieurs mandats, l’entraîneur ayant passé le plus de temps à la tête de l’équipe première est Claude Calabuig (16 ans), devant Victor Gibson (11 ans) et Marcel Tomazover (9 ans).

Entraîneurs du FC Sète54,55
Rang Nom Période
1 Victor Gibson 1914-1925
2 Sydney Regan 1929-1933
3 René Dedieu 1933-1936
4 Joseph Azéma 1936-1937
5 Jean Marmiès 1937-1939
6 Louis Cazal 1939-1940
7 Elie Rous 1940-1943
8 Ljubiša Stefanović 1943-1945
9 Maurice Cottenet 1945-1946
10 Gabriel Féron 1946-1947
11 Pierre Danzelle 1947-1948
12 Emile Féjean 1948-1949
13 Elie Rous 1949-1950
14 Marcel Tomazover 1950-1954
15 Istvan Zavadsky 1954-1955
16 Désiré Koranyi 1955-1956
17 Gaston Plovie 1956-1957
18 René Mandaron 1957-1960
19 Marcel Tomazover 1960-1965
Rang Nom Période
20 Gaston Plovie 1965-1969
21 René Mandaron
22 Gaston Plovie 1969-1970
23 Jacques Bernard
24 Dominique Marc 1970-1972
25 Xercès Louis 1972-1974
26 Slobodan Milosavljević 1974-1976
27 Jules Miramond 1976-1977
28 Gyula Nagy 1977-1978
29 Marcel Tomazover
30 Camille Passi 1978-1980
31 Claude Calabuig 1980-1981
32 Joan Roach
33 Claude Calabuig 1981-1983
34 Yves Herbet 1983-1985
35 Slobodan Milosavljević 1985-1987
36 Dominique Bathenay 1987-1988
37 Claude Calabuig 1988-1989
38 Slobodan Milosavljević 1989
Rang Nom Période
39 Claude Calabuig 1989-1990
40 Otmar Pellegrini 1990-1991
41 Claude Calabuig 1991-1997
42 Marc Bourrier 1997
43 Claude Calabuig 1997-2000
44 Patrick Lebeau 2000-2001
45 Laurent Scala 2001-2002
46 Albert Rust 2002-2003
47 Claude Calabuig 2003-2005
48 Ludovic Batelli 2005-2006
49 Robert Buigues 2006
50 Christian Sarramagna 2006-2007
51 Thierry Laurey 2007-2008
52 Frédéric Rémola 2008-2009
53 Gilles Beaumian 2009-2010
54 Mathieu Chabert 2010-2011
55 Christophe Rouve 2011
56 Laurent Scala Depuis 2011

Présidentsmodifier | modifier le code

Vingt présidents différents se sont succédé à la tête du club sétois au cours de vingt-et-un mandats successifs.

Parmi les présidents notables du club, on retiendra Léopold Suquet (27 ans à la tête du club), qui amène le club à son apogée en remportant quatre titres nationaux, mais également Jean Laronde (14 ans à la tête du club), qui le rebâtit sur de bonnes bases après le retour à l’amateurisme des années 1960.

Par la suite, l’instabilité de la présidence du club va le mener à sa perte, jusqu'en 2009 avec la démission d’Émile Anfonsso et la liquidation judiciaire du club.

Présidents du FC Sète56
Rang Nom Période
1 Drapeau : France Victor Schlegel 1914-1918
2 Drapeau : France Felix Schenk 1918-1919
3 Drapeau : France Jean Dussol 1919-1920
4 Drapeau : France Pierre François 1920-1923
5 Drapeau : France Léopold Suquet 1923-1950
6 Drapeau : France Gaston Escarguel 1950-1952
7 Drapeau : France Louis Michel 1952-1962
8 Drapeau : France Jean Laronde 1962-1976
Rang Nom Période
9 Drapeau : France M. Cornuau 1976-1978
10 Drapeau : France M. Audouard 1978-1980
Drapeau : France M. Favreau
11 Drapeau : France Georges Besson 1980-1988
Drapeau : France M. Jarvelle
12 Drapeau : France Georges Besson 1988
13 Drapeau : France M. Soler 1988-1989
14 Drapeau : France Roger Bres 1989
Rang Nom Période
15 Drapeau : France Emile Anfosso 1989-1994
16 Drapeau : France Pierre Brugvin 1994-1995
17 Drapeau : France Roger Bres 1995-1997
18 Drapeau : France M. Ropero 1997-2000
19 Drapeau : France Emile Anfonsso 2001-2009
20 Drapeau : France Pierre Di Tucci 2009-2011
21 Drapeau : France Jean-Marie Berthier Depuis 2011

Effectif actuelmodifier | modifier le code

Effectif du Football Club de Sète 34 lors de la saison 2013-201457,58
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.Note 5 Nom Date de naissance SélectionNote 6 Club précédent
- G Drapeau de la France Pappalardo, VincentVincent Pappalardo &0000000000008357.0000008 357 7 juin 1991 (22 ans)
RCO Agathois
- G Drapeau de la France Chiffre, FlorianFlorian Chiffre &0000000000007617.0000007 617 16 juin 1993 (20 ans)
RCO Agathois
- G Drapeau de la France Camilleri, ChristopherChristopher Camilleri &0000000000007309.0000007 309 20 avril 1994 (20 ans)
0 Formé au club
- D Drapeau de l'Algérie Ait-Bazziz, HamzaHamza Ait-Bazziz &0000000000009509.0000009 509 11 avril 1988 (26 ans)
PCAC Sète
- D Drapeau de la France Burdin, XavierXavier Burdin &0000000000009487.0000009 487 3 mai 1988 (25 ans)
ES Paulhan-Pézenas
- D Drapeau de la France Nelson, MickaelMickael Nelson &0000000000008847.0000008 847 2 février 1990 (24 ans)
SV Babelsberg 03
- D Drapeau de la France Cayetano, NicolasNicolas Cayetano &0000000000011071.00000011 071 1er janvier 1984 (30 ans)
AS Béziers
- D Drapeau de la France Coulet, LionelLionel Coulet &0000000000009119.0000009 119 6 mai 1989 (24 ans)
AS Fabrègues
- D Drapeau de la France Fayos, AnthonyAnthony Fayos &0000000000010040.00000010 040 28 octobre 1986 (27 ans)
FCP Grande-Motte Littoral
- D Drapeau de la France Fernandez, Lee-RoyLee-Roy Fernandez &0000000000010540.00000010 540 15 juin 1985 (28 ans)
PCAC Sète
- D Drapeau : Maroc Kharrazi, AbdelAbdel Kharrazi Capitaine &0000000000013730.00000013 730 20 septembre 1976 (37 ans)
0 Formé au club
- M Drapeau de la France Longin, ThibaudThibaud Longin &0000000000007204.0000007 204 3 août 1994 (19 ans)
0 Formé au club
- M Drapeau de la France Messonnier, MarcMarc Messonnier &0000000000009558.0000009 558 22 février 1988 (26 ans)
- M Drapeau de la France Bataille, RenaudRenaud Bataille &0000000000010007.00000010 007 30 novembre 1986 (27 ans)
AS Lattoise
- M Drapeau de la France Isola, FlorisFloris Isola &0000000000008211.0000008 211 31 octobre 1991 (22 ans)
MFK Košice
- M Drapeau de la France Cannac, JimmyJimmy Cannac &0000000000009610.0000009 610 1er janvier 1988 (26 ans)
PCAC Sète
- M Drapeau de la France Diakhate, KoiussouKoiussou Diakhate &0000000000008503.0000008 503 12 janvier 1991 (23 ans)
AS Fabrègues
- M Drapeau : Maroc El Mahrouk, KamelKamel El Mahrouk &0000000000010491.00000010 491 3 août 1985 (28 ans)
FU Narbonne
- M Drapeau de la France Rouve, ChristopheChristophe Rouve &0000000000015827.00000015 827 24 décembre 1970 (43 ans)
AS Frontignan AC
- M Drapeau de la France Scaffa, GrégoryGrégory Scaffa &0000000000012187.00000012 187 11 décembre 1980 (33 ans)
AS Béziers
- M Drapeau : Maroc Ait-Ahmed, HichamHicham Ait-Ahmed &0000000000008847.0000008 847 2 février 1990 (24 ans)
AC Amiens
- M Drapeau de la France Gensel, JulienJulien Gensel &0000000000009894.0000009 894 23 mars 1987 (27 ans)
AS Valence
- A Drapeau de la France Gely, LionelLionel Gely &0000000000011676.00000011 676 6 mai 1982 (31 ans)
AS Fabrègues
- A Drapeau de la France Ouabi, MoustaphaMoustapha Ouabi &0000000000008212.0000008 212 30 octobre 1991 (22 ans)
FCP Grande-Motte Littoral
- A Drapeau : République du Congo Osseby, IbbomboIbbombo Osseby &0000000000011843.00000011 843 20 novembre 1981 (32 ans)
AS Lattoise
Entraîneur(s)
  • Drapeau : France Laurent Scala
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : France Jean-Luc Muzet
  • Drapeau : France André Oliva
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Jean-Pierre Sabatier



Légende

Mise à jour de l'effectif le 15 Juillet 2013

Consultez la documentation du modèle

Autres équipesmodifier | modifier le code

La réserve sétoise évolue en Division d’Honneur Régionale (DHR) en 2013-2014, soit deux divisions en dessous de l’équipe première59.

Les équipes des moins de 19 ans, des moins de 17 ans et des moins de 15 ans évoluent tous en 2012-2013 en Division d’Excellence de ligue60,61,62.

L’équipe féminine du FC Sète est relativement jeune et évolue en 2012-2013 en Division d’Honneur63.

Palmarès des équipes réserves et de jeunes en compétitions officielles64
Équipes réserves Équipes de jeunes
  • Championnat Junior de la ligue du Languedoc-Roussillon (2)
    • Vainqueur : 1928, 1965.
  • Coupe Espoir de la ligue du Languedoc-Roussillon (1)
    • Vainqueur : 2001.

Culture populairemodifier | modifier le code

Affluencemodifier | modifier le code

Le FC Sète a connu son record d’affluence en 1952-1953 avec 5 385 spectateurs de moyenne. Dans les années 1950, l’affluence au stade était constante, aux alentours des 5 000 spectateurs de moyenne, avant que les relégations successives n'entament l'engouement autour du club.

Depuis la construction du stade Louis-Michel, le club évolue en division amateur, ce qui ne permet pas au club d'attirer des affluences importantes. Elles ne dépassent les 2 000 spectateurs de moyenne dans le nouveau stade que lors de la saison 2005-2006, lorsque le club fait un court passage en Ligue 2.

Affluences du club sétois de 1932 à aujourd'hui65

Stade Louis-Michel Stade Georges-Bayrou

Groupes de supportersmodifier | modifier le code

Même si les passionnés de football sétois ont toujours été supporteurs de leur club, peu de groupes de supporteurs à caractère Ultra voient le jour dans le port héraultais.

En 2003, quand une association de jeunes crée la « Brigata Verde Bianca 03 » afin de soutenir le club qui est sur le point de monter en Ligue 2. Cela faisait près de dix-sept ans qu'il n’y avait plus de groupe de supporteurs dans l’enceinte sétoise, depuis le groupe « Ultras Sétois »66.

Rivalitésmodifier | modifier le code

Rivalités régionalesmodifier | modifier le code

Localisation des clubs rivaux

Dans l’avant Première Guerre mondiale, alors que le football n’en est qu'à ses balbutiements dans le Languedoc, deux équipes sortent du lot, l’Olympique de Sète et le SC Nîmois d’Henri Monier. Ces deux équipes vont se disputer âprement le titre de meilleure équipe régionale jusqu'en 19142. Néanmoins, les Nîmois ne décrocheront qu'un seul titre (1908) de champion du Languedoc sur cette période dominée par l’Olympique.

Scène de derby entre le SO Montpelliérains et le FC Sète en 1930.

Une nouvelle rivalité voit le jour dans l’entre-deux-guerres avec la création et la montée en puissance du SO Montpelliérains qui remporte deux titres de Ligue du Sud-Est avant l’apparition du professionnalisme. À partir de 1932, une vingtaine de kilomètres séparant seulement les deux villes, de nombreux derbys en Division 1, en Division 2 ou en Coupe de France, attirent de grandes foules aux Métairies de Sète ou au parc des sports de Montpellier67.

Cette rivalité atteint son paroxysme lors de la saison 1933-1934 où au cours d’une confrontation, André Guillard, gardien de but du SOM, est expulsé pour avoir assommé l’attaquant sétois Istvan Lukacs qui le provoquait depuis le début du match. Il est alors suspendu six mois par la fédération française de football, punition jugée excessive par les Montpelliérains qui y voient l’œuvre de Georges Bayrou, le président sétois67.

Le déclin du club sétois, au début des années 1960, puis celui du SOM, à la fin des années 1960, font disparaître cette rivalité départementale.

Outre ces deux grandes rivalités avec le SO Montpelliérains et le SC Nîmois (qui avait disparu au début des années 1930), d’autres derbys ont eu lieu avec l’AS Béziers, le Nîmes Olympique et l’Olympique d’Alès, en fonction des aléas sportifs de chacun. Les relations avec ces clubs n’ont cependant jamais été tendues, les derbys étant l’occasion pour chacun de remplir le stade. Dans les années 1980, il n’est pas rare de voir dans le même groupe de Division 2 les cinq clubs languedociens.

Depuis la rétrogradation administrative du club en division d’honneur en 2009, deux rivalités locales ont vu le jour. En effet, le club sétois a retrouvé dans ce championnat le club de Pointe Courte de Sète, le second club sétois, et l’AS Frontignan AC, le club de la commune voisine, ce qui a mené à l’apparition de derbys et à un certain engouement autour de ces rencontres68.

Rivalité nationalemodifier | modifier le code

Le club sétois ayant été l’un des tous meilleurs clubs français de l’entre-deux-guerres, il croise la route d’un autre géant du football méditerranéen de cette époque, l’Olympique de Marseille. Bien qu'il n’y ait jamais eu vraiment de rivalité exacerbée entre ces deux clubs, les palmarès des compétitions auxquels ils participent ne peut laisser planer le doute sur la lutte incessante de ces deux clubs pour imposer leur suprématie sur l’ouest de la Méditerranée.

Avant la création de la Division 1, les deux clubs évoluent en Ligue du Sud-Est, qui va être remportée à sept reprises par le FC Cette entre 1920 et 1926, les Marseillais terminant sept fois deuxième ou troisième, et à quatre reprises par l’Olympique de Marseille entre 1927 et 1931, les Sétois terminant à chaque fois à la seconde place. Durant la même période le club sétois va perdre trois finales de Coupe de France dont celle de 1924 face aux Olympiens, pendant que ces derniers vont en remporter trois2.

La rivalité se prolonge avec l’entrée dans le professionnalisme, puisque les deux équipes vont être rivales pour obtenir les titres de 1934 et de 1939, tous deux remportés par les Dauphins, ainsi que lors de la finale de la Coupe de France 1934, remportée par les Sétois14,17.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Notesmodifier | modifier le code

  1. Il existe une polémique sur la date de fondation du club, qui revient à se poser la question sur le lien entre l'Olympique de Cette et le FC Sète.
  2. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  3. L’amateurisme marron correspond au fait de rémunérer illégalement un sportif officiellement amateur. Il permet alors de faire venir des joueurs, français ou étrangers, qui apportent leur technicité et leur expérience tactique, élevant ainsi le niveau de leurs coéquipiers français, en contrepartie d'un dédommagement financier.
  4. Le Junior Club Cettois apparaît en même temps que l’Olympique de Cette. En 1914, alors que la plupart des clubs de mettent en berne, les jeunes des deux clubs s’unissent pour former le FC Cette.
  5. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  6. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Référencesmodifier | modifier le code

  1. Arnaud Pierre et J. Camy (eds)., La Naissance du Mouvement Sportif Associatif en France : Apparition et affirmation du football en Languedoc 1900-1935 par P. Lanfranchi, Presses Universitaires de Lyon,‎ 1986, 259-273 p.
  2. a, b, c, d, e, f et g « Le Football héraultais », lelanguedocsportif.org (consulté le 13 janvier 2012)
  3. Pierre-Marie Descamps, Yannick Lebourg., Coupe de France - la folle épopée, L’Équipe,‎ octobre 2007, 432 p. (ISBN 9782915535624)
  4. Roger Rabier, Allez SOM, 50 ans de football montpelliérain 1919/1970, Saint-Georges d’Orques, À compte d’auteur, 276 p., p. 31
  5. a, b et c « Prologue : 1901 - 1914 », fcsete.com (consulté le 13 janvier 2012)
  6. (en) Frédéric Pauron, « France 1892-1919 : 1913/14 », sur rsssf.com,‎ 24 avril 2004 (consulté le 16 octobre 2009)
  7. René Dedieu, Lettre de René Dedieu,‎ juillet 1982
  8. a, b, c, d, e, f et g « De l’Olympique de Cette au Football Club de Cette », fcsete.com (consulté le 17 février 2012)
  9. C. Guiraud et G.Laurens, Sète et l’organisation moderne du sport en Languedoc (1906-1920),‎ 2008, 21 p.
  10. a, b et c « De l’amateurisme au professionnalisme », fcsete.com (consulté le 17 février 2012)
  11. « Fiche de Jourda », sur fff.fr, Fédération française de football (consulté le 4 septembre 2012)
  12. (de) R. Keifu, Fussball Europa Turnier1930 in Genf : La Coupe des Nations, Kassel, Agon, 55 p.
  13. A. Wahl et P. Lanfranchi, Les footballeurs professionnels des années 30 à nos jours, Paris, Hachette,‎ 1995, 59 p.
  14. a, b et c « 1932 : Une année de transition... », fcsete.com (consulté le 17 février 2012)
  15. coll., 100 ans de football en France, Paris, Atlas, p. 131-132
  16. « Championnat de France 1937/1938 », om4ever.com (consulté le 19 février 2012)
  17. a, b et c « Championnat de France 1938/1939 », om4ever.com (consulté le 19 février 2012)
  18. « Championnat de France 1939/1940 », om4ever.com (consulté le 19 février 2012)
  19. « Championnat de France 1941/1942 », om4ever.com (consulté le 19 février 2012)
  20. a, b, c et d Dictionnaire historique des clubs de football français 1999, p. 407
  21. a et b Dictionnaire historique des clubs de football français 1999, p. 408
  22. a, b et c Dictionnaire historique des clubs de football français 1999, p. 409
  23. « Stade Louis-Michel », sur fcsete34.net (consulté le 4 septembre 2012)
  24. « Sète a son entraîneur », Eurosport,‎ 23 décembre 2005
  25. « Sarramagna entraînera Sète », sur www.lequipe.fr, L’Équipe,‎ 18 mai 2006 (consulté le 10 janvier 2011)
  26. « Christian prud’hommes », sur www.poteaux-carres.com,‎ 2 juillet 2010 (consulté le 10 janvier 2011)
  27. « Sète : Rémola nouvel entraîneur », sur sport365,‎ 20 juin 2008
  28. « L’emblématique Rouve termine le travail... », sur fcsete34.net,‎ 11 avril 2009
  29. « Le FC Sète en liquidation judiciaire », Le Parisien,‎ 15 juin 2009
  30. « Le FC Sete monte en CFA2 », sur webmhsc.com,‎ 7 mai 2012
  31. Franck R. Hamelin, Les Noms de lieux du département de l’Hérault, nouveau dictionnaire topographique et étymologique, Éd. Lacour, 1988
  32. « Football Club de Sète 34 », histoire.maillots.free.fr (consulté le 8 septembre 2012)
  33. « Histoires des maillots de clubs français », sur fanfoot51.com (consulté le 17 février 2012)
  34. a et b « Bilan des clubs (Ligue 1) », sur lfp.fr (consulté le 18 octobre 2010)
  35. « Bilan des clubs (Ligue 2) », sur lfp.fr (consulté le 18 octobre 2010)
  36. (en) « France - Final Placings », sur rsssf.com (consulté le 18 octobre 2010)
  37. « Grands Joueurs FC Sète », sur pari-et-gagne.com (consulté le 18 février 2012)
  38. « Désiré Koranyi », sur pari-et-gagne.com (consulté le 18 février 2012)
  39. (en) France - Trainers of First and Second Division Clubs, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  40. « Stade Louis Michel », sur pari-et-gagne.com (consulté le 18 février 2012)
  41. « 14/4/1948 Sète OM 1 - 3 », sur om4ever.com
  42. « Affluences du FC Sète lors de la saison 1950-1951 », sur stades-spectateurs.com
  43. a et b « Stade Louis Michel », fcsete34.net (consulté le 18 février 2012)
  44. « Di Tucci : « Nous sommes sur la bonne voie » », fcsete34.net (consulté le 19 février 2012)
  45. a et b « Le président Di Tucci va quitter le FC Sète », midilibre.fr,‎ 25 mai 2011 (consulté le 20 février 2012)
  46. « Pourquoi les Sétois paieraient-ils ? », touspoursete.fr,‎ 5 novembre 2010 (consulté le 20 février 2012)
  47. « Petite revue de presse », touspoursete.fr,‎ 5 avril 2009 (consulté le 20 février 2012)
  48. « Edito du Président », fcsete.com (consulté le 20 février 2012)
  49. « Les joueurs de l’équipe de France », sur fff.fr (consulté le 9 avril 2009)
  50. « Fiche de Désiré Koranyi », sur site officiel de la FFF
  51. « Fiche de Yvan Beck », sur site officiel de la FFF
  52. « L’Histoire du FC Sète », fcsete.com (consulté le 21 février 2012)
  53. « Joyeux anniversaire…Alberto Facundo « Tino » Costa », guytruite.wordpress.com (consulté le 21 février 2012)
  54. (en) « France - Trainers of First and Second Division Clubs », rsssf.com (consulté le 4 septembre 2012)
  55. « Les Entraîneurs du FC Sète », fcsete34.online.fr (consulté le 20 février 2012)
  56. « Les Présidents du FC Sète », fcsete34.online.fr (consulté le 20 février 2012)
  57. « Effectif CFA 2 », sur fcsete34.com (consulté le 15 juillet 2013)
  58. « Staff CFA 2 », sur fcsete34.com (consulté le 15 juillet 2013)
  59. « Division d’Honneur Régionale du Languedoc-Roussillon », languedoc-roussillon.fff.fr (consulté le 13 septembre 2012)
  60. « Division d’Excellence -19 ans du Languedoc-Roussillon », languedoc-roussillon.fff.fr (consulté le 20 février 2012)
  61. « Division d’Excellence -17 ans du Languedoc-Roussillon », languedoc-roussillon.fff.fr (consulté le 20 février 2012)
  62. « Division d’Excellence -15 ans du Languedoc-Roussillon », languedoc-roussillon.fff.fr (consulté le 20 février 2012)
  63. « Division d’Honneur du Languedoc-Roussillon Féminine », languedoc-roussillon.fff.fr (consulté le 20 février 2012)
  64. « Le Palmarès du FC sète », fcsete34.online.fr (consulté le 20 février 2012)
  65. (en) « Average Team Attendances : Sète », sur stadium-attendances.com (consulté le 22 février 2012)
  66. « Supporters du FC sète », fcsete34.net (consulté le 22 février 2012)
  67. a et b Roger Rabier, Allez SOM, 50 ans de football montpelliérain 1919/1970, Saint-Georges d’Orques, À compte d’auteur,‎ 1985, 276 p., p. 80-82
  68. « Les réactions avant le derby », fcsete34.net,‎ 26 septembre 2009 (consulté le 21 février 2012)

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Collectif (sous la direction de Thierry Berthou), Dictionnaire historique des clubs de football français, t. 2, Pages de foot,‎ 1999 (ISBN 2913146023), « Sète » Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Yves Dupont, La Mecque du football ou Mémoires d’un Dauphin, Sète, Selbstverlag,‎ 1973
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 15 septembre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Bon thème
20 articles
            Championnat de France de football masculin - les clubs champions
Ligue1 trophy.svg







Creative Commons License