Ford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le constructeur automobile. Pour les autres significations du mot/nom « ford », voir Ford (homonymie).

Ford Motor Company

Description de l'image  Ford Motor Company Logo.svg.
Création 1903
Fondateurs Henry Ford
Personnages clés William Clay Ford, Jr, Président du Conseil d'Administration
Forme juridique Société anonyme
Slogan «  Go Further. »
Siège social Drapeau des États-Unis Dearborn, Michigan (États-Unis)
Direction Alan Mulally
Actionnaires State Street Corporation (10,40 %)
William Clay Ford, Jr (8,73 %)

Evercore Trust Company (6,57 %)

BlackRock (5,15 %)
Edsel Ford II
Activité Automobile
Produits Automobile
Filiales Lincoln
Effectif en diminution 164 000 (2010)
Site web www.ford.com
Capitalisation en augmentation 67,820 Md USD
Fonds propres en augmentation 12,342 Md USD
Chiffre d’affaires en augmentation 136,30 Md USD (2011)1
Résultat net en augmentation 6,56 Md USD (2010)1

Ford (officiellement Ford Motor Company) est un constructeur automobile américain, basé à Dearborn, une banlieue de la ville de Détroit, dans le Michigan.

Histoiremodifier | modifier le code

Concessionnaire Ford américain
dans les années 1950.
Première usine de montage de véhicules Ford en Argentine, vers 1921.

C'est le , qu'Henry Ford crée la Ford Motor Company avec le soutien de onze investisseurs2 ayant réuni un capital de 28 000 dollars en espèces3. Les premières voitures seront livrées le 23 juillet 19034.

L'usine est installée dans une ancienne fabrique de fiacres de Détroit, elle connaît des débuts difficiles. Mais Henry Ford fourmille d'idées : en cinq ans, il crée dix-neuf modèles différents. L'entreprise importe du caoutchouc du Congo léopoldien pour la fabrication de pneus et pièces de moteurs.

Le succès vient en 1908 avec l'arrivée de la célèbre Ford T le . Ce modèle sera vendu à plus de quinze millions d'exemplaires dans le monde. Le succès de la Ford T fut tel que la demande dépassera l'offre. Ford n'eut même pas besoin de faire de publicité de 1917 à 1923.

Pour produire la Ford T, Henry Ford dut mettre en place une nouvelle méthode de travail, appelée plus tard le « fordisme », inspirée directement du taylorisme, lui-même nommé O.S.T. (organisation scientifique du travail).Cette méthode se répandra rapidement au sein de l'ensemble des industries de transformation.

Pour faire face à une relative saturation du marché résultant d'une diffusion très large de la Ford T, Henry Ford élabore le principe du renouvellement des versions pour ses automobiles. De nouvelles versions de la Ford T apparaissent, parfois avec des modifications mineures par rapport aux versions précédentes, afin que le marché soit régulièrement stimulé par cet effet de mode. Critiqué pour son importation de caoutchouc congolais (travaux forcés), Ford se tourne vers des productions brésiliennes et indonésiennes.

Le succès du Modèle T permet à Ford de s'agrandir considérablement aux États-Unis, mais également en Asie (1909), en Amérique du Sud, en Europe (1911) et en Australie (1925), de nouveaux sites de production et d'assemblage voient le jour. Ce développement fulgurant s'accompagne d'un système de rémunération unique pour l'époque : 5 dollars pour huit heures de travail par jour en 1914. Il permet de produire les volumes suffisants pour faire face à l'engouement pour la voiture des "années folles".

Siège social de Ford Motor Company à Dearborn (Michigan)

Pendant la Première Guerre mondiale, Ford produit des sous-marins, des chars, des avions et des ambulances pour les Alliés. La société se lance par la suite dans la production de camions et de tracteurs (Fordson) en 1917. Suivra la production aéronautique en 1925 (avion Tri-Motor), rapidement stoppée par la dépression économique qui sévira aux États-Unis après la crise de 1929. En 1919, Henry Ford prend sa retraite et transmet les pouvoirs à son unique fils, Edsel, tout en continuant à s'intéresser de très près à la société.

Dans les années 1920, le fordisme et ses corollaires – la mécanisation, l’amélioration des conditions de travail et le développement de l’économie – font d’Henry Ford un héros populaire en URSS et les ventes de véhicules Ford décuplent entre 1922 et 19255. Après la Première Guerre mondiale Ford inspire d'autres industriels, en Europe, tel que Citroën, qui investit massivement et devient le 2e constructeur mondial, derrière Ford, en 1929.

À la même époque, Ford achète le journal The Dearborn Independant qu'il transforme en tribune antisémite. Il compilera plus tard ses articles dans le livre Le Juif international, traduit en plusieurs langues, et qui inspira les écrits d'Adolf Hitler. Ainsi, Henri Ford est le seul américain cité dans Mein Kampf et fut le seul à avoir son portrait dans le bureau d'Hitler6.

Le 1er janvier 1925, Ford sort sa dix-millionième voiture.

Ford T

En 1927, Ford décide de remplacer la mythique Ford T et lance la Ford A. Ford s'implante de manière plus importante en Europe, notamment à Bordeaux, France en 1925, à Dagenham, Angleterre en 1929, puis à Cologne en Allemagne en 1930. Le site de Cologne deviendra le quartier général de Ford Europe.

En 1932, Ford sera le premier constructeur à commercialiser un moteur V8, tandis que l'entreprise soviétique GAZ fonde son usine la même année, grâce à l'aide technique complète de Ford (chaîne d'assemblage, fourniture de moteurs, organisation, introduction du fordisme, envoi de coopérants, formation du personnel, etc.), trois ans après la signature de l'accord entre la société de Détroit et le gouvernement soviétique. À l'origine, l'usine Ford se situait à Berlin et a été vendue à l'URSS7.

La GAZ A est la première voiture de la nouvelle société, réplique de la Ford A et le GAZ AA, réplique du Ford AA assemblé son premier camion, dont la durée de vie ira au-delà de la Seconde Guerre mondiale. Ces modèles sont produits sous licence Ford.

Les relations entre Henry Ford et Serguei Dyakanov, premier directeur de GAZ, étaient étroites et bonnes, professionnelles et personnelles. Cette amitié valut au soviétique de la part des autorités de son pays des soupçons d'intelligence avec l'étranger et de dérive droitière (à l'époque des Grandes Purges), et d'être arrêté, accusé, jugé et tué le 18 juillet 1938 par le NKVD pour espionnage au profit de gouvernements étrangers8. Le , Ford sort sa 25 millionième voiture.

Ligne de montage de B-24 dans l'usine Ford de Willow Run

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Ford se consacre à l'effort de guerre « allié » en construisant des bombardiers, des jeeps, des moteurs d'avions, des chars de combat pour le complexe militaro-industriel des États-Unis. En 1939, Edsel, le fils d'Henry Ford fonde la marque de voitures de luxe Mercury.

Ford GP, ou Jeep
Ford Mustang 1964

Les usines de Ford en Union des républiques socialistes soviétiques produisent un très grand nombre de camions et autres véhicules pour l'armée rouge, tandis que l'usine allemande (Fordwerke) et l'usine de Poissy en France ont produit un grand nombre de véhicules militaires utilisés par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Ford a dénié ces allégations, toutefois il est prouvé que la société avait commencé à exploiter la main-d'œuvre de travailleurs forcés et de prisonniers de guerre avant même l'institution de cette exploitation très rentable par le gouvernement allemand. Des accusations identiques ont été portées contre de nombreuses entreprises américaines ayant des activités en Europe au moment du conflit. Mais aucune n'aura à ce point inspiré le national-socialisme.

Le président de la société, Edsel Ford, meurt prématurément en mai 1943. Ce sera Henry Ford qui le remplacera jusqu’à ce que l'aîné de ses petits-enfants, Henry Ford II, lui succède en septembre 1945. Henry Ford ne verra pas le renouveau de sa marque, il meurt le 7 avril 1947 à l'âge de 83 ans. Étonnamment, le passé nazi et antisémite de Henri Ford a été occulté dans beaucoup de ses biographies. Henri Ford incarne un tel modèle de réussite industrielle que certains préfèrent masquer les aspérités les plus grossières d'un homme qui restera un des contributeurs à l'antisémitisme américain.

Après la seconde guerre mondiale, la Ford Motor Company est dans une situation critique : les modèles sont vieux, la société perd plusieurs millions de dollars par mois. Henry Ford II entreprend alors de réorganiser et de décentraliser la compagnie, pour lui permettre de faire face à une concurrence féroce. Quarante-quatre usines de fabrication, dix-huit usines d'assemblage, trente-deux centres de distribution de pièces détachées et treize centres de recherche/développement sont construits. La Ford Credit Company (service de financement) est créée en 1959, Motorcraft (pièces détachées) en 1961.

C'est en 1963 que Ford ouvre sa première usine africaine, en montant des moteurs à Port Elizabeth. Avec le site d'assemblage de véhicules à Pretoria ouvert en 1968, l'Afrique du Sud demeure le seul pays d'implantation du constructeur sur le continent.

La fameuse Ford Mustang sortira en 1964 sur le marché américain.

En janvier 1956, Ford Motor Company ouvre son capital au public. Les actionnaires sont au nombre de 700 000 aujourd'hui. Entre 1950 et 1970, la société va connaître une nouvelle phase mondiale de développement. Sur le plan européen, de nombreuses infrastructures sont mises en place, avec, après la création de Ford France, celle de Ford Europe en 1967.

Porte-feuille de marquesmodifier | modifier le code

En 2006, Ford détenait un portefeuille de huit marques : Ford, Lincoln, Mercury, Land Rover, Jaguar, Volvo, Aston Martin et Mazda. En 2010, ce portefeuille est ramené à deux marques, la marque historique Ford et la marque de voitures de luxe Lincoln. Les autres marques ont été soit arrêtées, soit cédées.

C'est en 1922 que Ford rachète le constructeur américain Lincoln à Cadillac.

En 1939, le fils unique du fondateur Henry Ford, Edsel Ford, crée la marque Mercury.

En 1979, Ford entre dans le capital du japonais Mazda, en en prenant 24,5 %. En , Ford se renforce et porte sa participation à 33,4 % pour 480 millions de dollars. Ford est alors le premier actionnaire de Mazda9.

Ford GT 2003-2006

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, Ford rachète les marques de luxe Aston Martin (1987) et Jaguar (1990). En 1999, Ford rachète Volvo Cars (branche automobile de Volvo) au groupe Volvo AB pour 6,45 milliards de dollars10.

Le , Ford rachète Land Rover au constructeur allemand BMW.

En , en difficulté financière, Ford cède Aston Martin à un groupe d'investisseurs britanniques pour une somme avoisinant le milliard d'euros. Aston Martin venait pourtant de réaliser un bénéfice d'environ 150 millions d'euros pour la première fois depuis plusieurs années. Le , Ford cède Jaguar et Land Rover à l'indien Tata Motors. Puis, en , Ford revend 20,4 % du capital de Mazda pour 53,22 milliards de yens, soit 425 millions d'euros11. Ford ne possède plus que 11 % du japonais.

Le , Ford vend la marque automobile suédoise Volvo au constructeur chinois Geely12. Cette vente a été signée au siège de Volvo Cars en Suède par le directeur financier de Ford et le président de Geely ce même jour13.

En , Ford décide d'abandonner la marque américaine Mercury. La production doit être définitivement arrêtée fin 201014.

En , Ford ramène sa participation dans Mazda Motor à 3,5 % et n'est plus le premier actionnaire du constructeur automobile japonais15.

Marché mondialmodifier | modifier le code

Pays de production de Ford dans le monde

Longtemps second constructeur mondial, derrière la General Motors, Ford est devenu en 2004 le troisième constructeur automobile mondial, dépassé par Toyota. Ford a ensuite été dépassé par Volkswagen et est aujourd'hui[Quand ?] classé quatrième16. Il emploie environ 350 000 personnes dans le monde.

En 2005, Ford a appelé à « engager dès maintenant une action commune des secteurs public et privé » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

En janvier 2006, face à des pertes considérables et à l'érosion de ses parts de marché sur le marché américain (de 25 % en 1998 à 18,6 % en 2006), la société annonce un vaste plan de restructuration et la suppression de 30 000 emplois dans la division nord-américaine17.

Pendant la crise économique de 2008 et en pertes, Ford revend plusieurs marques afin de dégager des liquidités.

En 2010, Ford affiche un résultat net de 6,56 milliards de dollars, contre 2,72 milliards en 2009 et après avoir cumulé 30 milliards de dollars de pertes entre 2006 et 2008. Le chiffre d'affaires s'établit en 2010 à 120,9 milliards de dollars (environ 90 milliards d'euros), et les volumes de ventes atteignent 5,31 millions de véhicules. Ford est bénéficiaire partout : en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie-Pacifique-Afrique18.

En octobre 2012, Ford restructure sa division européenne en annonçant le fermeture en 2014 de l'usine de Genk en Belgique, où 4 300 salariés travaillaient encore ; en plus de l'annonce de la fermeture de l'usine de Southampton en Grande-Bretagne, où travaillaient 1 400 personnes19.

En 2013, Ford a vu ses ventes progressé de 49% en Chine avec 935.813 véhicules écoulés 20.

En Europemodifier | modifier le code

La branche européenne de Ford est un des six grands constructeurs automobiles européens. Elle collabore avec Peugeot-Citroën, avec qui elle produit en commun ses moteurs diesel. Basée en Allemagne, Ford Europe possède des usines dans les pays suivants :

  • Allemagne :
Cologne : Ford Fiesta
Sarrelouis : Ford Focus, Ford C-Max, Ford Kuga
  • Belgique :
Genk (site qui ferme fin 2014, la production est transférée en Espagne)21 : Ford Mondeo, Ford S-Max, Ford Galaxy
  • Espagne :
Valence-Almussafes : Ford Focus, Ford C-Max II et Grand C-Max II
  • France :
Bordeaux-Blanquefort : transmissions manuelles 5 vitesses
  • Pologne
Tychy : Ford Ka II
Plonsk
  • Grande-Bretagne :
Bridgend
Dagenham (usine d'emboutissage, ferme en 2013)
Halewood
Southampton : Ford Transit (ferme en 2013)
  • Turquie :
Kocaeli : Ford Transit
  • Roumanie :
Craiova : Ford B-Max

Modèles d'automobiles Fordmodifier | modifier le code

Ford Fusion 2005
Ford Fiesta 2008
Ford Cougar 1999
Ford Mondeo 2008

Modèles européensmodifier | modifier le code

Modèles anciensmodifier | modifier le code

Modèles européens actuelsmodifier | modifier le code

  • Ka II (2008 - ) : citadine 3-portes sur base de Fiat 500.
  • Fiesta VI (2008 - ) : petit modèle à 3 ou 5-portes.
  • Focus III (2011 - ) : berline compacte 4 et 5 portes, et break (SW). Dernière génération depuis mars 2011 (Les variantes trois-portes et coupé-cabriolet ont disparu sur cette troisième génération de Focus).
  • B-Max (2012 - ) : petit monospace, remplaçant de la Fusion.
  • C-Max II (2010 - ) : monospace compact, renouvelé en 2010. Existe en version allongée avec sept places et portes coulissantes, appelée Grand C-Max.
  • Kuga (2013 - ) : SUV compact rival des Toyota RAV4 et Volkswagen Tiguan. Existe en 4x4 et 4x2.
  • Mondeo III (2007 - ) : berline 4 et 5-portes de la catégorie des Renault Laguna et Volkswagen Passat. Existe en break (SW).
  • S-Max (2006 - ) : grand monospace à 5 et 7 places.
  • Galaxy II (2006 - ) : grand monospace sept places, techniquement très proche du S-Max.
  • Ranger III (2012 - ) : pick-up en deux ou quatre portes.

Modèles américains anciensmodifier | modifier le code

Modèles américains actuelsmodifier | modifier le code

  • Focus, basée sur la première Focus européenne, la version américaine a été recarrossée en 2004 et en 2007 (vendue en tant que modèle 2008) tout en conservant la plate-forme originale. Existe en 4p et en coupé. Modèle similaire au modèle européen depuis la dernière génération de 2011.
  • Fusion, basée sur la plate-forme CD3 de Ford (la même que la Mazda 6 de 2003), cette berline intermédiaire est en vente depuis 2005. Elle est la première voiture Ford à porter le design New Edge avec sa grille avec des bandes horizontales. Recarrossée pour l'année modèle 2013.
  • Taurus, nouveau pour 2007, ceci est une Ford Five-Hundred (500) restylée avec le look New Edge de la Fusion et quelques chevaux de plus. Ford a choisi de renommer sa grande berline à traction pour capitaliser sur le nom Taurus extrêmement populaire outre-Altlantique.
  • Edge, introduit en 2007, ce véhicule de loisirs aux airs de familiale est le second véhicule à porter le look "New Edge". Il vise notamment le Toyota Highlander. Ce fût le premier à intégrer le système Sync/MyFord Touch.
  • Crown Victoria, grande propulsion, renouvelée pour la dernière fois en 1997, totalement dépassée de conception. Elle est désormais en vente seulement comme véhicule de flotte, en tant que taxi ou voiture de police.
  • Mustang, coupé et cabriolet renouvelé pour la dernière fois en 2014.
  • F-Series, pick-up extrêmement populaire aux États-Unis : il y est en tête des ventes, toutes catégories confondues depuis plus de vingt ans.
  • Flex, monospace de 5 ou 7 places avec ou sans transmission intégrale lancé en 2008.
  • Escape, 4x4 né de l'union entre Ford et Mazda. Pour l'année-modèle 2013, il ne partage plus aucune caractéristique avec le Mazda Tribute, qui était autrefois son clone. Existe en version hybride.
  • Explorer, 4x4 très populaire jusqu'à la flambée du prix du pétrole. Lancé au début des années 1990.
  • Expedition, version longue de l'Explorer, peut avoir jusqu'à huit places. Il dispose d'une version encore plus longue baptisée EL.
  • Ranger, pick-up très populaire dans les années 1990 mais plus maintenant, va disparaître sans postérité.
  • E-Series, très gros van comme seuls les Américains savent les faire. Existe en plusieurs longueurs et en versions utilitaires ou familiales.
  • Transit Connect, mini-van introduit en 2010 comme premier modèle européen de Ford introduit aux USA, modèle qui surprend les Américains grâce à sa modularité, sa sécurité et sa tenue de route légendaire pour un utilitaire.
  • Ford Fiesta, sous-compacte introduit pour l'année-modèle 2012. Modèle largement inspiré de la Fiesta en vente en Europe. Seul quelques détails ont été modifiés afin de correspondre aux standards nord-américains.

Voitures expérimentales (concept cars)modifier | modifier le code

La productionmodifier | modifier le code

  • 1925 : sortie du dix millionième véhicule
  • 1931 : sortie du vingt millionième véhicule
  • 1937 : sortie du vingt-cinq millionième véhicule
  • 1959 : sortie du cinquante millionième véhicule
  • 1977 : sortie du cent millionième véhicule
  • 2003 : sortie du trois cent millionième véhicule, c'est une Ford Mustang

Les Joint-venturemodifier | modifier le code

En 1995 avec JiangLing pour construire les utilitaires Ford Transit puis un autre avec ChangAn pour les berlines

Liste des présidents de la Ford Motor Companymodifier | modifier le code

Présidentsmodifier | modifier le code

  • 1903 : John S. Gray
  • 1906 : Henry Ford
  • 1945 : Henry Ford II
  • 1979 : Philip Caldwell
  • 1985 : Donald Petersen
  • 1990 : Harold Arthur Poling
  • 1993 : Alexander Trotman
  • 1999 : Jacques Nasser
  • 2001 : William Clay Ford, Jr (reste président du conseil d'administration)
  • 2006 : Alan Mulally
  • 2014 : Mark Fields 22

Directeurs générauxmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a et b FORD MOTOR : Comptes détaillés
  2. (en) Harry Barnard, Independent man: the life of Senator James Couzens, Wayne State University Press, 2002 (ISBN 0-8143-3085-1), page 42 lire en ligne
  3. (en) Biography of Henry Ford - hyperhistory.net
  4. (en) Harry Barnard, Independent man: the life of Senator James Couzens, Wayne State University Press, 2002 (ISBN 0-8143-3085-1), page 47 lire en ligne
  5. Entre l’usine et la villa - Les archives d’Albert Kahn] à la Bentley Historical Library [PDF]
  6. (en) Max Wallace, The American Axis: Henry Ford, Charles Lindbergh, and the Rise of the Third Reich, St. Martin's Press, 2003 (ISBN 978-0-3122-9022-1)
  7. Albert Mroz, « Les premières années de GAZ », Society of Automotive Historians Journal (No. 169),‎ 1997
  8. « Yanks for Stalin, interview sur son père du fils du premier directeur de GAZ, Serguei Dyakanov », Russian archives online
  9. « Après dix-sept ans de réflexion, Ford prend les commandes de Mazda », Les Echos, no 17128,‎ 15 avril 1996, p. 8
  10. (en) Personnel de rédaction, « For sale », The Economist,‎ 29 janvier 2009 (lire en ligne)
  11. « Comme GM, Ford se renfloue », sur challenges.fr,‎ 18 novembre 2008
  12. Ford reaches agreement to sell Volvo Cars and related assets to Geely
  13. « Ford vend Volvo à Geely », In Business, 28 mars 2010
  14. « Ford sacrifie Mercury et se concentre sur deux marques », sur lesechos.fr,‎ 4 juin 2010
  15. « Ford ne sera plus le premier actionnaire de Mazda », sur latribune.fr (consulté en 30/01/2011)
  16. « Classement mondial des constructeurs automobiles dans le monde », sur actualite-voitures.fr (consulté le 30 janvier 2011)
  17. Ford supprime 30 000 emplois - Le Devoir/AFP, 24 janvier 2006
  18. « Ford remonte spectaculairement la pente et... déçoit la bourse », sur latribune.fr (consulté en 30/01/2011)
  19. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20121030trib000727987/ford-perd-enormement-d-argent-en-europe-mais-en-gagne-beaucoup-aux-etats-unis.html
  20. Ford est passé devant Toyota et Honda en 2013 en Chine, Capital, 6 janvier 2014
  21. Ford fermera bien son usine de Genk en 2014, Le Point, 24 octobre 2012
  22. Dernier acte pour Alan Mulally à la tête de Ford, Le Monde, 22 avril 2014

Annexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles détaillésmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License