Gérard Gili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gili.

Gérard Gili (né le 7 août 1952 à Marseille - ) est un ancien joueur de football français, qui évoluait au poste de gardien de but, devenu entraîneur à la fin de sa carrière de joueur.

Biographiemodifier | modifier le code

Gérard Gili commence sa carrière en étant à l'âge de 18 ans le gardien de but remplaçant de l'Olympique de Marseille au cours de la saison 1970-71 (il est alors la doublure de Jean-Paul Escale). À l'issue de la saison 1972-73, n'ayant pas eu l'occasion de jouer, il préfère quitter le club de sa ville natale pour tenter sa chance ailleurs. Il évolue ainsi au SC Bastia, au FC Rouen, à l'Olympique Alès, avant de revenir achever sa carrière dans le club de ses débuts entre 1981 et 1983.

À l'issue de sa carrière, les dirigeants de l'O.M lui proposent le poste de responsable du centre de formation, qu'il va occuper pendant cinq saisons. En 1988, à la surprise générale Bernard Tapie le nomme entraîneur de l'équipe première. Il opte pour la sobriété et broie ainsi l'image du sudiste exubérant. Il réussit plutôt bien son entame en prônant le dialogue avec les joueurs. Il réalise le doublé pour sa première saison alors qu'il n'a aucune expérience au haut niveau. À nouveau le championnat la saison suivante où il échoue en demi-finale de la Coupe d'Europe des clubs champions contre Benfica à cause de la trop fameuse main de Vata en toute fin de match.

Gérard Gili quitte l'Olympique de Marseille en septembre 1990, quand Bernard Tapie annonce l'arrivée de Franz Beckenbauer, jugeant son autorité entamée. Il s'engagera alors pour le club rival des Girondins de Bordeaux. Il reviendra bien à l'OM fin 1995 (après un très bref passage de 2 matches fin 1994), alors que le club est en difficultés dans le championnat de D2. Il parvient finalement à faire remonter le club en D1 en terminant à la 2e place, et à hisser l'OM en demi-finale de la Coupe de France, que les Marseillais perdent aux penalties à l'issue d'un match héroïque face à Auxerre, qui fera le doublé Coupe-Championnat de D1 par la suite (à la fin du match les Auxerrois eux-mêmes déclarent que ce soir l'équipe de D1 sur le terrain, c'était Marseille). En 1996-1997, l'OM remonté en D1 ne termine qu'à la 11e place : Robert Louis-Dreyfus, qui vient de racheter le club, décide de remplacer Gérard Gili par Rolland Courbis pour la saison suivante.

Par la suite Gérard Gili entraînera l'équipe nationale d'Égypte en 1999/2000, puis le Sporting Club de Bastia de 2002 à 2004. Il sera l'adjoint d'Henri Michel pour l'équipe nationale de Côte d'Ivoire à partir de 2004 jusqu'à la Coupe du Monde 2006.

Sélectionneur de l'équipe olympique de Côte d'Ivoire depuis fin 2006, il parvient à qualifier le pays pour la première fois à des phases finales de jeux olympiques : la Côte d’Ivoire jouera les JO de Pékin 2008.

Le 7 janvier 2008, soit deux semaines avant le début de la Coupe d'Afrique des nations, il est porté à la tête de l'équipe nationale de Côte d'Ivoire, favorite de la compétition, en remplacement de l’allemand Ulrich Stielike, qui a quitté précipitamment ses fonctions après que son fils âgé de 23 ans soit tombé dans le coma. Il est remplacé ensuite par Vahid Halilhodžić en mai 2008. Le poste, laissé vacant par Sven-Göran Eriksson à la fin de la coupe du monde 2010, lui est de nouveau proposé mais il refuse1.

Carrièremodifier | modifier le code

Parcours d'entraîneurmodifier | modifier le code

Palmarès d'entraîneurmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. (fr) Article sur http://www.lequipe.fr - Consulté le 11 août 2010.
  2. (fr) Article arrivée de Gili sur http://www.lequipe.fr - Consulté le 7 janvier.
  3. (en) « France - Footballer of the Year », sur rsssf.com,‎ 20 février 2009 (consulté le 30 novembre 2009)

Lien externemodifier | modifier le code








Creative Commons License