Gaston Doumergue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doumergue.
Gaston Doumergue
Le portrait présidentiel de Gaston Doumergue.
Le portrait présidentiel de Gaston Doumergue.
Fonctions
Titulaire du fauteuil 3 de la Section 6 de l'Académie des sciences morales et politiques
1934
Prédécesseur Fernand Laudet
Successeur Étienne Bandy de Nalèche
100e président du Conseil des ministres français
(112e chef du gouvernement)
Président Albert Lebrun
Gouvernement Doumergue II
Prédécesseur Édouard Daladier
Successeur Pierre-Étienne Flandin
13e président de la République française

(7 ans)
Élection 13 juin 1924
Président du Conseil Édouard Herriot
Paul Painlevé
Aristide Briand
Édouard Herriot
Raymond Poincaré
Aristide Briand
André Tardieu
Camille Chautemps
André Tardieu
Théodore Steeg
Pierre Laval
Prédécesseur Alexandre Millerand
Successeur Paul Doumer
11e président du Sénat
(18e président de la Chambre haute du Parlement)
Président Alexandre Millerand
Prédécesseur Léon Bourgeois
Successeur Justin de Selves
70e président du Conseil des ministres français
(82e chef du gouvernement)
Président Raymond Poincaré
Gouvernement Doumergue I
Prédécesseur Louis Barthou
Successeur Alexandre Ribot
Ministre des Colonies
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil René Viviani
Aristide Briand
Gouvernement Viviani II
Briand V
Briand VI
Prédécesseur Maurice Raynaud
Successeur André Maginot
Ministre des Affaires étrangères
3
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil René Viviani
Gouvernement Viviani I
Prédécesseur René Viviani
Successeur Théophile Delcassé
Ministre du Commerce et de l'Industrie
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil Ferdinand Sarrien
Georges Clemenceau
Gouvernement Sarrien
Clemenceau I
Prédécesseur Georges Trouillot
Successeur Jean Cruppi
Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts
Président Armand Fallières
Président du Conseil Georges Clemenceau
Aristide Briand
Gouvernement Clemenceau I
Briand I
Prédécesseur Aristide Briand
Successeur Maurice Faure
Ministre du Travail
14 mars
Président Armand Fallières
Président du Conseil Ferdinand Sarrien
Gouvernement Sarrien
Prédécesseur Georges Trouillot
Successeur René Viviani
Ministre des Colonies
Président Émile Loubet
Président du Conseil Émile Combes
Gouvernement Combes
Prédécesseur Albert Decrais
Successeur Étienne Clémentel
Biographie
Nom de naissance Pierre, Paul, Henri, Gaston Doumergue
Date de naissance
Lieu de naissance Aigues-Vives (Gard)
Date de décès (à 73 ans)
Lieu de décès Aigues-Vives (Gard)
Nature du décès Embolie
Parti politique Radical
Conjoint Jeanne-Marie Gaussal
Diplômé de Faculté de droit de l'université de Paris
Profession Avocat, Juge de paix
Religion Protestantisme

Gaston Doumergue
Présidents de la République française

Gaston Doumergue, né le à Aigues-Vives (Gard) et mort le dans cette même commune, est un homme d'État français.

Ministre dans de nombreux gouvernements de la IIIe République, président du Conseil de 1913 à 1914, puis président du Sénat de 1923 à 1924, il fut élu président de la République en 1924 pour un mandat de sept ans, qui s'acheva en 1931, à l'issue duquel il ne se représenta pas.

L'ancien président Doumergue fit un bref retour aux affaires en tant que président du Conseil durant quelques mois de l'année 1934.

Biographiemodifier | modifier le code

Origines protestantesmodifier | modifier le code

Gaston Doumergue est issu d'une famille protestante de la petite bourgeoisie languedocienne. Son père, Pierre Doumergue1, est propriétaire vigneron à Aigues-Vives. Sa mère, Françoise Pattusi 1, femme de bon sens, l'élève dans la foi protestantec 1 et l'admiration des idées républicainesa 1.

(Voir plus bas le paragraphe Généalogie).

Élève brillant, il affirme avoir appartenu à la « génération de la revanche, animée d'une belle ardeur patriotique », après la défaite de 1870i 2.

Après une licence et un doctorat de droit à Paris, il s'inscrit en 1885 au barreau de Nîmes et participe au procès retentissant du député Numa Gilly2,a 2, avant d'entrer en 1890 dans la magistrature comme substitut à Hanoï, en Indochine. Son séjour est bref car il revient en métropole à la mort de son père en 1891a 3,note 1.

Débuts en politiquemodifier | modifier le code

En 1893, alors qu'il est juge de paix à Alger, il revient en France, à Aigues-Vives, et présente sa candidature à une élection législative partielle, en décembre 1893, destinée à pourvoir le siège d'Émile Jamais, ami de longue date, tout juste réélu lors des élections d'août 1893 mais mort subitement le 18 novembre, avant l'ouverture de la session parlementaire. Rien ne le destine à la politique et son grand-père avait même refusé en 1836 sa nomination comme maire du village en raison de la modestie de sa fortune dans un régime censitairei 3. Mais, encouragé par sa mère qui suivra pas à pas sa carrièrei 4, Doumergue est élu député radical de Nîmes, battant au second tour, avec 10 101 voix, le maire de Nîmes, Gaston Maruejol, qui n'obtient que 24 suffrages3,a 4,c 1.

Il assiste au banquet donné à Lyon par le président Sadi Carnot le 24 juin 1894 lors duquel ce dernier est mortellement poignardé par l'anarchiste italien Caserio. Cet événement lui fait prendre conscience du sérieux et du danger de l'exercice du pouvoira 5.

Il est réélu député le 8 mai 1898, au premier tour du scrutin, par 11 514 voix contre le conservateur Albert de Nesmes-Desmarets. Il est très impliqué dans la politique coloniale de la France et, lors de ses interventions à la tribune, bien accueillies sur les bancs de gauche, reproche aux gouvernements successifs leur interventionnisme militairec 1 et en particulier l'occupation de Madagascarj 1. Dès 1894, il dénonce d'ailleurs la « bienveillante indifférence et non la sympathie prononcée » de l'opinion publique vis-à-vis de la politique coloniale, qui masque les pillages des territoires conquis et la violence de l'administrationj 2.

Ses convictions laïques et républicaines lui font prendre parti pour Dreyfus. Ses mandats successifs sont aussi l'occasion pour lui de défendre les petits producteurs agricoles. Son influence au sein de la gauche grandit. Il est, pour la troisième fois, élu député le 27 avril 1902, dès le premier tour.

Franc-maçon depuis 1901, il a été initié au sein de la loge L'Écho du Grand Orient à l'Orient de Nîmes, Grand Orient de France4 où il n'a pas fait preuve d'une assiduité particulière.

Au sein du gouvernement (1902-1910)modifier | modifier le code

Sous la présidence d'Émile Loubet, il est ministre des Colonies, dans le gouvernement Émile Combes, de 1902 à 1905.

Il est ministre sans interruption de 1906 à 1910, d'abord au Commerce et à l'Industrie, où il crée la direction de la marine marchande, puis à l'Instruction publique et aux Beaux-Arts, à partir de 1908, en remplacement d'Aristide Briand. À ce titre, il prononce le 4 juin 1908 un discours, au nom du gouvernement, lors du transfert des cendres d'Émile Zola au Panthéon, louant l'« héroïsme » de l'écrivainj 3, de même qu'il a, le 19 mars précédent, défendu l'organisation de la cérémonie de translation à la tribune de l'Assemblée, contre les anti-dreyfusards5. Il est un fervent défenseur de l'école laïque et plaide en faveur de l'enseignement de l'arabe en Algérie.

Il devient par ailleurs vice-président de l'Assemblée nationale durant une année, de février 1905 à mars 1906, entre ses deux ministères. En 1910, il est élu sénateur du Gard, après le décès de Frédéric Desmons. Il est réélu en 1912 et en 1921.

Président du Conseil (1913-1914)modifier | modifier le code

Gaston Doumergue.

Du 9 décembre 1913 au 8 juin 1914, il est président du Conseil et ministre des Affaires étrangères à la demande du président Poincaré, qui cherche en Doumergue un conciliateur capable de former un cabinet « d'entente républicaine »a 6. Dès lors, il s'attache à concilier les revendications du parti radical et l'intérêt du pays, dans un horizon international qui s'obscurcit : l'homme d'État prend le pas sur l'homme de partia 7,c 2. Le radicalisme ayant officiellement répudié, depuis 1907, l'anticléricalisme et l'antimilitarisme, Gaston Doumergue doit défendre la loi du service militaire de trois ans, qu'il a votée, non sans scrupule, en août 1913 : « Nul d'entre vous n'attend que nous rouvrions le débat : c'est la loih 1 ». La proposition de création d'un impôt sur le revenu par son ministre des finances Joseph Caillaux déclenche une polémique au sein des conservateurs, mais est finalement votée en juillet 1914 par un Sénat qui y était hostile depuis cinq ans. L' « affaire Calmette » qui aboutit à la démission du ministre met en difficulté le gouvernement alors que se termine la Xe législature et que s'amorce une campagne électorale délicate. Doumergue avait cependant prévenu qu'il ne « resterait en aucun cas après les électionsa 8 ».

L'heure est à la politique de réarmement et de resserrement des alliances, que mènent à bien Poincaré et Doumergueh 2. Mais il ne perd pas pour autant de vue la situation internationale et les chancelleries sont continuellement tenues en alertea 9. Le parti radical arrive largement en tête des élections législatives du printemps 1914 et cette majorité de gauche, élue sur le thème de la paix, occasionne au Président un grand embarras pour constituer un cabinet pouvant succéder à Doumergueh 3. Ce dernier profite de la fin de ses fonctions pour entreprendre un voyage en Haute-Autrichea 10.

Mais le , le jour même de la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France, marquant le début de la Première Guerre mondiale, le nouveau président du Conseil René Viviani fait appel à lui pour le remplacer au ministère des Affaires étrangères, lors de la composition de son éphémère premier gouvernement. Puis, il est ministre des Colonies dans les gouvernements qui se succèdent du 26 août 1914 au 19 mars 1917 (gouvernements Viviani II, Briand V et VI). Durant ce mandat, en pleine guerre, il assure la sécurité des possessions françaises et met en place avec le tsar Nicolas II de Russie un traité de paix — qui deviendra cependant caduc à la suite de la Révolution d'Octobre.

En février 1923, il est élu président du Sénat, en remplacement de Léon Bourgeois.

Président de la République (1924-1931)modifier | modifier le code

Photographie d'un groupe de civils et militaires
Gaston Doumergue posant le premier rivet du sous-marin de classe 1 500 tonnes Redoutable le 17 juillet 1925, à Cherbourg.

Sa carrière culmine avec son élection à la présidence de la République, le , pour un mandat de sept ans6. Cette accession à la tête de l'État est le résultat de plusieurs événements politiques successifs. Les 11 et 25 mai qui précédent voient la victoire aux élections législatives du Cartel des gauches, malgré un nombre de voix supérieur pour la droite et grâce à une loi électorale accordant une prime aux alliancesh 4. Raymond Poincaré, président du Conseil depuis 1922, désavoué, remet sa démission au président Millerand. Les cartellistes réclament le pouvoir dans les « moindres rouages de l'administrationh 5 ». Paul Painlevé est porté à la tête de la Chambre grâce aux voix du Cartel emmené aussi par Blum, Herriot et Briand, contre le candidat des droites, André Maginot. La nomination de François-Marsal est prise comme une provocation et son gouvernement ne tient que deux jours.

Ainsi, la gauche, qui a obligé Alexandre Millerand à démissionner, croit alors pouvoir porter Painlevé à la présidence, mais la droite déjoue ses ambitions en se reportant massivement sur Gaston Doumergue, qui bénéficie déjà d'une partie des voix de gauche. Il obtient 515 voix sur 815 votants, contre 309 à Painlevé et 21 à Camélinat, premier candidat communiste à une élection présidentielle.

Sans surprise, il nomme le maire de Lyon, Édouard Herriot, à la tête du gouvernement et le charge d'établir une politique de changement symbolique pour satisfaire l'électorath 6. L'État cartelliste est installé, les présidences des commissions parlementaires étant majoritairement tenues par ses membres, de même que les grands postes des l'administrationh 7. Mais le scandale des irrégularités de la Banque de France renverse le gouvernement et Doumergue se résout à nommer Paul Painlevé à la présidence du Conseil afin de souder les voix radicales et socialistesh 8, jouant habilement des désignations selon le balancier parlementaire.

Le septennat de Doumergue est marqué par la prospérité de la France d'entre-deux-guerres et les années folles, mais aussi par une forte instabilité ministérielle et des difficultés financières engendrées par la chute du franc. Appelé aux Finances en juillet 1926, Poincaré instaure une politique d'austérité en ramenant le franc à sa valeur réelle par une forte dévaluation, ramène la confiance et parvient à doper une économie en berne. Cette politique néo-libérale engendre aussi une période de prospérité économique et financière, à l'heure où les États-Unis sont touchés de plein fouet par l'effondrement boursier de 1929. Les progrès de l'industrie technique, en particulier dans la sidérurgie et l'automobile, participent à la croissance du pays. La capacité de production augmente ainsi de 45 % sur la décennie 1920. Pour accompagner ce développement, Doumergue renforce une politique centriste et institue les assurances sociales ouvrières.

En politique extérieure, il se déclare partisan d'une politique de fermeté vis-à-vis de l'Allemagne face au nationalisme renaissant dans une partie de l'Europe, mais aussi en France. Mais il se heurte à des difficultés : les Alliés ne parviennent pas à s'entendre sur l'Allemagne. Forcée d'évacuer la Ruhr, la Sarre et la Rhénanie entre 1925 et 1930, la France de Doumergue est aussi dupée par le chancelier allemand Stresemann malgré la signature du pacte de sécurité collective de Locarno. Les désaccords avec son ministre des Affaires étrangères, Aristide Briand, ne font qu'aggraver les crises coloniales en Syrie et au Rif. Après l'échec des tentatives de concertation du préfet en place au Maroc, Doumergue décide d'envoyer le maréchal Pétain, qui remporte rapidement la guerre du Rif. Au même moment, il participe à l'inauguration de la Mosquée de Paris, avec le sultan marocain Moulay Youssef, en visite officielle en France. En Indochine, les nationalistes vietnamiens du VNQDD entretiennent dans les années 1920 une agitation indépendantiste.

Gaston Doumergue lors de sa parade d'investiture, en .

En mai 1930, il célèbre en Algérie, sur les terres qu'il a connues dans les premières années de sa carrière, le centenaire de la présence française, accompagné d'une délégation de huit ministres et de plusieurs dizaines de députés7. L'année suivante, à quelques semaines de la fin de son mandat, il commémore en Tunisie le cinquantenaire du protectorat français.

Au sein d'un monde politique aussi instable, Doumergue s'évertue à soutenir la gestion des affaires publiques dans des valeurs de gauche et une ligne directrice conservatrice. Homme affable et courtois, il séduit depuis le début de sa carrière politique par sa bonhomie et son accenti 5. Après son élection à la présidence de la République, sa simplicité continue de lui valoir dans l'opinion publique une popularité qui se traduit notamment par le surnom familier de « Gastounet »8.

L'accession de Gaston Doumergue à la présidence de la République fait de lui le seul chef de l'État protestant qu'ait connu la France depuis l'abjuration d'Henri IV, le 25 juillet 15939. Il est aussi, après Louis-Napoléon Bonaparte, le deuxième président de la République française célibataire au moment de son entrée en fonction10. Bien que « vieux garçon », il n'en est pas moins, selon Adrien Dansette, « sensible au charme féminin »i 6 mais ses fréquentes liaisons passagères ne sont que les « mœurs parisiennes d'hommes politiques »i 7. Il entretient une liaison de longue durée avec Jeanne-Marie Gaussal, veuve Graves, agrégée de l'Université. Durant son mandat présidentiel, il va tous les matins prendre son petit déjeuner avec elle à son ancien domicile du 73 bis avenue de Wagram, où il se rend à pied depuis l'Élysée11. Le 1er juin 1931, douze jours avant son ultime Conseil des ministres et la fin de son mandat, il épouse sa maîtresse devant le maire du 8e arrondissement, Gaston Drucker, venu spécialement à l'Élysée, et devient ainsi le premier président de la République à se marier au cours de son mandat12.

Son mandat présidentiel s'achève le 13 juin 1931 et il se retire de la vie politique dans la demeure de son épouse à Tournefeuille, en Haute-Garonne13.

Président du Conseil (1934)modifier | modifier le code

Toujours populaire, on le rappelle comme président du Conseil, après les événements sanglants du 6 février 1934, pour former un gouvernement d'union nationale où se côtoient André Tardieu et Édouard Herriot.

Cette tentative ne réussit pas : en mauvaise santé, il lui est difficile d'arbitrer à l'intérieur d'un de ces cabinets dans lesquels on met généralement les plus grands espoirs parce qu'ils symbolisent l'unité de la nation, mais qui sont en réalité composés de ministres venus de tous les bords de l'échiquier politique et qui ne s'entendent pas. Il y a cependant un redressement des finances publiques, qui permet au cours des emprunts d'Etat de gagner dix à douze points entre mars et juin14. Il est par ailleurs affaibli par l'assassinat de Louis Barthou, le 9 octobre, et préfère démissionner peu après, le 8 novembre.

René Viviani disait de lui : « Dans une démocratie bien organisée Doumergue serait juge de paix en province15. ».

Décèsmodifier | modifier le code

L'hommage de la nation, rassemblant une importante foule, a lieu à Nîmes en , place des Arènes, « une écharpe tricolore ceinture le monument romain, au centre sur un immense écusson noir, une longue palme de branches d’olivier y est fixée ». Sa tombe se situe dans le petit cimetière d'Aigues-Vives, où son épouse Jeanne (née Gaussal) l'a rejoint en 1963.

Fonctionsmodifier | modifier le code

Gaston Doumergue a été président de l'Union française pour le sauvetage de l'enfance de 1932 à 1937.

Fonctions exécutivesmodifier | modifier le code

  • 7 juin 1902 – 18 janvier 1905 : ministre des Colonies ;
  • 14 mars 1906 – 24 juillet 1909 : ministre du Commerce et de l'Industrie ;
  • 4 janvier 1910 – 3 novembre 1910 : ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts ;
  • 9 décembre 1913 – 9 juin 1914 : président du Conseil et ministre des Affaires étrangères ;
  • 26 août 1914 – 20 mars 1917 : ministre des Colonies ;
  • 22 février 1923 – 13 juin 1924 : président du Sénat ;
  • 13 juin 1924 – 13 juin 1931 : président de la République ;
  • 9 février 1934 – 8 novembre 1934 : président du Conseil.

Mandats électifsmodifier | modifier le code

Décorationsmodifier | modifier le code

Généalogiemodifier | modifier le code

Notesmodifier | modifier le code

  1. Sa mère est morte en 1920.

Référencesmodifier | modifier le code

  1. Le patronyme Doumergue désigne celui qui est un descendant de Doumergue, ancien prénom (nom de personne), forme du prénom Dominique rencontrée dans le Sud-Ouest de la France. On trouve aussi des variantes du patronyme avec la même signification, comme Domergue (Sources : Généanet.org/onomastique).
  2. Notice biographique de Numa Gilly sur le site de l'Assemblée nationale.
  3. Gaston Maruejol 1847-1912, Imprimerie coopérative la Laborieuse, Nïmes, 1921, 204 pages.
  4. Journal de la GLDF, novembre 2008 et Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie, sous la direction de Daniel Ligou, PUF, Paris.
  5. Zola au Panthéon, sur le site de l'Assemblée nationale.
  6. Le Petit Parisien, 13 juin 1924, lire en ligne.
  7. [PDF]Célébration du centenaire de l'Algérie française, Jacques Vidal.
  8. Jean Vanwelkenhuyzen, Le gâchis des années 1930 : 1933-1937, Volume 1, Racine, 2008, p. 130
  9. Daniel Amson, La République du flou, Odile Jacob,‎ 2002, 252 p. (ISBN 9782738110657, lire en ligne), p. 78
  10. Gaston Doumergue Premier célibataire et jeune marié de l'Élysée, Linternaute.com
  11. Jacques Chabannes, Devenir "Monsieur le Président" : de Adolphe Thiers à François Mitterrand, France-Empire, 1986, page 112
  12. Le suivant sera Nicolas Sarkozy, soixante-seize ans plus tard, lui aussi marié devant le maire de l'arrondissement.
  13. Biographie sur le site de l'Assemblée nationale
  14. Alfred Colling, La Prodigieuse histoire de la Bourse, Paris, Société d'éditions économiques et financières,‎ 1949, p. 382
  15. * Jean Rives, Gaston Doumergue. Du modèle républicain au sauveur suprême, cité par une page de recension bibliographique de l'Université de Toulouse.
  16. Généastar : Ascendants de Gaston DOUMERGUE

Annexesmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. Lafue, p. 21
  2. Lafue, p. 24
  3. Lafue, p. 17
  4. Lafue, p. 34
  5. Lafue, p. 36
  6. Lafue, p. 44
  7. Lafue, p. 48
  8. Lafue, p. 74
  9. Lafue, p. 58
  10. Lafue, p. 81
  • Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil : Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin,‎ 2007, 916 p. (ISBN 978-2-262-02687-5)
  1. a, b et c Jolly, p. 1477
  2. Jolly, p. 1478
  • Pascal Arnoux, Histoire des rois de France et chefs d'État, Paris, Éditions du Rocher,‎ 2001 (ISBN 2-268-03925-0), p. 358–359
  • Arnaud Folch et Guillaume Perrault, Les présidents de la République pour les nuls, Paris, Éditions First, coll. « Pour les nuls »,‎ 2011, e-book (ISBN 978-2-7540-3463-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Valode, Les Présidents de la République, Paris, Éditions First,‎ 2007, e-book (ISBN 978-2-7540-2641-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Serge Berstein, Chef de l'État : L'Histoire vivante des 22 présidents à l'épreuve du pouvoir, Paris, Armand Colin,‎ 2002, e-book (ISBN 978-2-200-35620-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. Miquel, Empl. 9057
  2. Miquel, Empl. 9074
  3. Miquel, Empl. 9091
  4. Miquel, Empl. 10228
  5. Miquel, Empl. 10245
  6. Miquel, Empl. 10327
  7. Miquel, Empl. 10341
  8. Miquel, Empl. 10516
  • Jean Rives, Gaston Doumergue : Du modèle républicain au Sauveur suprême, Toulouse, Presses de l'Institut d'études politiques,‎ 1992, 462 p. (ISBN 2-903847-46-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. Rives, p. 8
  2. Rives, p. 15
  3. Rives, p. 10
  4. Rives, p. 11
  5. Rives, p. 22
  6. Rives, p. 253
  7. Rives, p. 13
  • Vincent Duclert, La République imaginée : 1870–1914, Belin, coll. « Histoire de France sous la direction de Joël Cornette »,‎ 2010, 864 p. (ISBN 978-2-7011-3388-1)
  1. Duclert, p. 590
  2. Duclert, p. 562
  3. Duclert, p. 341

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License