Giovanni Gentile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gentile.
Giovanni Gentile

Giovanni Gentile (Castelvetrano, le 30 mai 1875 - Florence, le 15 avril 1944) était un philosophe italien, idéaliste et néo-hégélien, proche de Benedetto Croce. Il se décrit lui-même comme le « philosophe du fascisme », et a en grande partie rédigé pour Benito Mussolini la Doctrine du fascisme en 1932. Il est également à l'origine de l'idéalisme actuel, un courant philosophique qui entendait se distinguer de l'idéalisme trancendental de Kant et de l'idéalisme absolu de Hegel.

Biographiemodifier | modifier le code

Fils d'un pharmacien et de la fille d'un notaire, il grandit à Campobello di Mazara, en Sicile et étudie au lycée de Trapani. En 1895, il réussit le concours de l'École normale supérieure de Pise, où il s'inscrit à la faculté de Lettres et de Philosophie. Il y a pour professeurs, entre autres, Alessandro D'Ancona (professeur de littérature, attaché à la méthode historique, au positivisme et aux idées libérales), Amedeo Crivellucci (professeur d'histoire) et Donato Jaia (professeur de philosophie, disciple de Bertrando Spaventa), qui tous trois influencent notablement la formation de sa pensée philosophique.

En 1897, après avoir suivi un cours de perfectionnement à Florence, Gentile obtient une chaire de philosophie au lycée Mario Pagano, à Campobasso et trois ans plus tard au lycée Vittorio Emanuele, à Naples. Il épouse en 1901 Erminia Nudi, dont il avait fait la connaissance à Campobasso. Ils eurent six enfants, Teresa (1902), Federico (1904), Gaetano e Giovanni (1906), Benedetto (1908) et enfin Fortunato (1910).

Il obtient successivement la libera docenza1 en philosophie et en pédagogie, en 1902 et 1903, puis une chaire à l'université de Palerme ; il y enseigne de 1906 à 1914, part ensuite à Pise, avant d'arriver à Rome en 1919.

Pendant ses études à Pise, il avait fait la connaissance de Benedetto Croce ; les deux intellectuels entretinrent une correspondance suivie de 1896 à 1923, discutant d'histoire, de littérature et de philosophie. Tous deux idéalistes, ils entendaient combattre de l'intérieur le positivisme et la dégénérescence dont était selon eux victime l'université italienne. Ils fondent ensemble en 1903 la revue La critica, pour contribuer à la rénovation de la culture italienne, Croce traitant principalement de littérature et d'histoire, et Gentile de philosophie. À cette époque, Gentile n'avait pas encore mis en place son propre système philosophique ; ce n'est que peu avant la Première Guerre mondiale qu'il donnera un tour plus systématique à ses idées, en développant sa théorie de l'actualisme. En 1920, il fonde le Giornalo critico della filosofia italiana.

Lorsque commence la Première Guerre mondiale, un vif débat a lieu en Italie au sujet de la non-belligérance ; Gentile se prononce en faveur de l'entrée en guerre : pour lui, c'est une manière de conclure le Risorgimento dans un effort commun capable de souder la nation. En 1922, au moment de la prise du pouvoir par Mussolini, il ne prend pas position, et n'a d'ailleurs jusque là accordé que peu d'intérêt au fascisme. Il est pourtant nommé ministre de l'Instruction publique du nouveau régime dans le gouvernement Mussolini, et le reste jusqu'en 1924, lorsqu'il démissionne volontairement. À ce poste, il mène à bien une réforme scolaire d'ampleur significative.

Après sa démission, il est nommé président de la Commission des Quinze (devenue par la suite la Commission des Dix-huit) mise en place en vue d'une réforme de la Constitution italienne. En fait, les travaux de la Commission n'auront pas de conséquences concrètes.

En 1923, Gentile adhère au Parti fasciste, avec l'ambition de lui fournir un programme idéologique et culturel ; il publie deux ans plus tard le Manifeste des intellectuels fascistes, dans lequel il livre sa vision du fascisme, qui pourrait selon lui être à l'origine de la régénération morale et religieuse des Italiens, dans la continuité du Risorgimento. Ce manifeste révèle également l'éloignement croissant entre sa pensée et celle de Benedetto Croce ; ce dernier lui répond d'ailleurs par un contremanifeste.

Au cours des années 1920, Gentile exerce une influence considérable sur la culture italienne, en particulier dans le domaine de l'éducation. Il est directeur scientifique de l’Encyclopédie italienne de l'Istituto dell'Enciclopedia Italiana de Giovanni Treccani de 1925 à 1938, et vice-président de ce même institut de 1933 à 1938. Il contribue à la fondation de l'Institut national fasciste de la culture, en 1925, puis en est nommé directeur en 1937. À partir de 1932, il est directeur de l'École normale supérieure de Pise, et entre à l'Académie des Lynx la même année.

Pourtant, il lui arrive de manifester son désaccord à l'égard du régime ; même s'il reconnaît le catholicisme comme forme historique de la spiritualité italienne, il est fortement attaché à la laïcité de l'État, et désapprouve les accords du Latran, signés en 1929 entre le régime de Mussolini et l'Église catholique romaine. Gentile s'oppose également aux lois raciales de 1938. En 1934, ses œuvres et celles de Benedetto Croce sont mises à l'Index par le Saint-Office. Enfin, en 1936, il engage une longue polémique avec le ministre de l'Éducation nationale, Cesare Maria de Vecchi, portant notamment sur la centralisation des universités entreprise par ce dernier.

En 1943, il donne ses deux dernières conférences, à l'occasion desquelles, il livre un résumé de sa pensée politique. Dans la première, La mia religione, prononcée le 9 février, il s'affirme chrétien et catholique tout en défendant l'idée d'un État laïc. La deuxième, Discorso agli italiani, le 24 juin, exalte l'unité nationale, alors que l'Italie est sur le point de connaître l'une des plus graves crises de son histoire ; les idées qu'il développe à cette occasion serviront de fondements à la République sociale italienne créée en septembre 1943. Après cette dernière conférence, il se retire à Troghi (près de Rignano sull'Arno, dans la province de Florence), où il écrit son dernier ouvrage, Genèse et structure de la société, qui sera publié après sa mort.

À l'automne 1943, à la demande de Mussolini, il manifeste son soutien à la République sociale, et appelle au renouveau de l'unité nationale. Il devient président de l'Académie d'Italie, qui a pour objectif de remplacer l'ancienne Académie des Lynx. Considéré par certains courants de la résistance italienne comme l'un des principaux responsables du fascisme, il est assassiné le 15 avril 1944 dans sa maison de Florence par des partisans appartenant au Groupe d'action patriotique.

Son exécution donne l'occasion à la presse clandestine italienne, antifasciste, de proposer une réflexion sur la responsabilité politique des intellectuels et de rendre hommage à la cohérence de son parcours politique: l'adhésion au fascisme jusque dans la défaite, quelles qu'en soient les conséquences, par opposition aux hiérarques qui ont voté la démission de Mussolini le 25 juillet 19432

Philosophiemodifier | modifier le code

Les fondements philosophiques que Gentile prétend donner au fascisme prennent source dans la manière particulière dont il envisage l'ontologie et l'épistémologie. Il rejette l'individualisme pour lui préférer le collectivisme : l'État est le seul détenteur de l'autorité, et l'individu doit lui être parfaitement soumis, dans la mesure où l'individualité n'a pas de sens pris en dehors de l'État - ce qui justifie pour lui le totalitarisme.

Œuvresmodifier | modifier le code

Essais d'ordre général et ouvrages philosophiquesmodifier | modifier le code

  • La filosofia di Marx, studi critici, Pise, Spoerri, 1899 (trad. française, TER, 1995)
  • L'atto del pensare come atto puro (1912)
  • La riforma della dialettica hegeliana (1913)
  • La filosofia della guerra (1914)
  • La teoria generale dello spirito come atto puro, Bari, Laterza e figli, 1916, traduit en français par A. Lion sous le titre L'Esprit, acte pur, Paris, Alcan, 1925
  • I fondamenti della filosofia del diritto, Pise, Mariotti, 1916
  • Sistema di logica come teoria del conoscere (1917-1922)
  • Guerra e fede (1919, recueil d'articles écrits pendant la Première Guerre mondiale)
  • Dopo la vittoria (1920, recueil d'articles écrits pendant la Première Guerre mondiale)
  • Discorsi di religione (1920)
  • Il modernismo e i rapporti tra religione e filosofia, Bari, Laterza e figli, 1921
  • Frammenti di storia della filosofia (1926)
  • La filosofia dell'arte (1931)
  • Introduzione alla filosofia (1933)
  • Genesi e struttura della società (postumo 1946)
  • L'esprit, la vérité et l'histoire, recueil d'articles traduits par Joseph Moreau, Paris, Aubier, 1962

Histoiremodifier | modifier le code

  • Delle commedie di Antonfrancesco Grazzini detto il Lasca (1895)
  • Rosmini e Gioberti (1898, tesi di laurea)
  • La filosofia di Marx (1899)
  • Dal Genovesi al Galluppi, Naples, edizioni della Critica, 1903
  • Bernardino Telesio, Bari, Laterza e figli, 1911
  • Studi vichiani, Messine, Principato, 1915
  • Le origini della filosofia contemporanea in Italia, Messine, Principato, 1917
  • Il tramonto della cultura siciliana, Bologne, Zanichelli, 1917
  • Giordano Bruno e il pensiero del Rinascimento, Florence, Valecchi (1920)
  • Frammenti di estetica e letteratura (1921)
  • La cultura piemontese (1922)
  • Gino Capponi e la cultura toscana del secolo XIX, Florence, Valecchi (1922)
  • Studi sul Rinascimento (1923)
  • I profeti del Risorgimento italiano: Mazzini e Gioberti (1923)
  • Bertrando Spaventa (1924)
  • Manzoni e Leopardi (1928)
  • Economia ed etica (1934)

Pédagogiemodifier | modifier le code

  • L'insegnamento della filosofia nei licei (1900)
  • Scuola e filosofia (1908)
  • Sistema di pedagogia come scienza filosofica (1912)
  • I problemi della scolastica e il pensiero italiano, Bari, Laterza e figli, 1913
  • Il problema scolastico del dopoguerra (1919)
  • La riforma dell'educazione (1920)
  • Educazione e scuola laica, Florence, Vallecchi, 1921
  • La nuova scuola media (1925)
  • La riforma della scuola in Italia (1932)

Politiquemodifier | modifier le code

  • Manifesto degli intellettuali del fascismo (1925)
  • Che cos'è il fascismo (1925)
  • Fascismo e cultura (1928)
  • Origini e dottrina del fascismo (1929)
  • La mia religione (1943, transcription d'une conférence prononcée à Florence)
  • Discorso agli Italiani (1943, transcription d'une conférence prononcée à Rome)

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Titre universitaire italien permettant d'être professeur dans l'enseignement supérieur
  2. Claudio Pavone, Une guerre civile, essai historique sur l'éthique de la résistance italienne, 2005, p 590-592.

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Giovanni Gentile ou l'interminable traduction d'une politique de la pensée, Charles Alunni, Paris, "Lignes", n° 4, [dir.] Michel Surya, "Les Extrême-droites en France et en Europe", p. 181-194, 1987
  • Ansichten auf Italien oder der umstrittene Historismus, in Streuung und Bindung über Orte und Sprachen der Philosophie, Charles Alunni, Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, 1987
  • Heidegger, la piste italienne, Charles Alunni, Paris, in Libération, (en collaboration avec Catherine Paoletti pour l'interview de Ernesto Grassi), 3 mars 1988
  • Giovanni Gentile - Martin Heidegger. Note sur un point de (non) ‘traduction‘, Charles Alunni, Paris, Cahier n° 6 du Collège International de Philosophie, Éd. Osiris, p. 7-12, 1988
  • Archéobibliographie. Eugenio Garin, Charles Alunni, Paris, Préfaces, n°18, p. 96-11, 1990
  • Giovanni Gentile, Ernesto Grassi & Bertrando Spaventa, Charles Alunni, Paris, Dictionnaire des Auteurs Laffont-Bompiani, Robert Laffont, p. 1193, p. 1300-1301 & p. 3034, 1993
  • Attualità, attuosità (le vocabulaire italien de l’actualité-réalité) Paris, Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, [dir. Barbara Cassin], Le Seuil-Robert, p. 145-151, 2004
  • Entre philosophie et politique, Giovanni Gentile : un philosophie engagé sous le fascisme, Nadia Allegri Sidi-Maamar, Paris, l'Harmattan, 2001
  • (en) Giovanni Gentile : philosopher of fascism, Anthony James Gregor, New Brunswick, 2001
  • (en) Mussolini's fascist philosopher : Giovanni Gentile reconsidered, Myra E. Moss, New York, 2004
  • (it) Gentile e Heidegger : al di là del pensiero, Francesco Saverio Chesi, Milan, EGEA, 1992
  • (it) Gentile e il neoidealismo, Maria Adelaide Raschini, Venise, Marsilio, 2001







Creative Commons License