Hallucinogène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un hallucinogène est une substance chimique psychotrope qui induit des hallucinations, soit, aux doses usuelles, des altérations des perceptions, de la cohérence de la pensée et de la régularité de l'humeur, mais sans causer de confusion mentale persistante ou de troubles de la mémoire1. Cet état, appelé état modifié de conscience par certains usagers, peut aussi être atteint par une démarche spirituelle, la méditation ou à travers l'art.

Malgré la variété de leurs modes d'action et de leurs structures chimiques, les hallucinogènes sont rassemblés dans une seule catégorie dans la plupart des classifications des psychotropes. Il s'ensuit que leurs caractéristiques diffèrent selon la classification utilisée.[Comment ?] En raison de l'allure de leur impact, ils sont aussi décrits et désignés comme des perturbateurs du système nerveux central. Les effets des hallucinogènes sont clairement différents de ceux des stimulants comme la cocaïne ou des amphétamines, bien qu'ils augmentent aussi la vigilance ou l'activité.

La plupart des hallucinogènes appartiennent à des familles de molécules ayant des structures chimiques particulières, capables d'agir sur des sites spécifiques du cerveau tels que les récepteurs des neurotransmetteurs et leurs transporteurs, tout comme les psychotropes prescrits légalement. C'est ainsi qu'ils peuvent modifier qualitativement la perception, la pensée et l'émotion.

Histoiremodifier | modifier le code

Historiquement, certaines de ces substances connaissent des utilisations rituelles ancestrales dont certaines ont survécu jusqu'à nos jours via notamment le chamanisme et certains cultes (l'Ayahuasca par exemple). Leurs usages rituels sont variés : objet de culte, divinatoire, curatif, rituel de passage, initiation, transe, communication avec un autre monde, cérémonie avec fonction sociale. C'est à ce type d'usage que s'adresse le terme enthéogène. Il existe de nombreuses preuves de l'usage de ces substances dans les civilisations antiques et c'est l'apparition des grandes religions monothéistes qui est responsable de la disparition de ces usages qu'elles désignaient comme incarnant le mal.

Malgré leur aspect ancestral, la société occidentale moderne ne s'est véritablement intéressée à ces substances qu'au tout début du XXe siècle et surtout après la découverte du LSD et la révolution culturelle qui lui fut contemporaine. Ces substances furent alors testées principalement dans des buts thérapeutiques notamment lors de psychothérapies. Leur usage dans des buts militaires fut aussi l'objet de recherches commanditées par des instances officielles comme la CIA (projet MK-Ultra) mais n'obtint jamais les résultats escomptés.

Leur popularité croissante conduira à leur interdiction et la plupart de ces substances sont aujourd'hui illégales, même si certaines exceptions persistent pour usage religieux.

Il existe actuellement un renouveau de la recherche scientifique et médicale dans les pays occidentaux (États-Unis, Israël, Suisse, Espagne), de nombreuses études expérimentales ayant désormais démontré l'utilisation possibles de certains hallucinogènes dans des indications médicales et spirituelles2.

Les hallucinogènes sont essentiellement des éléments végétaux ou des alcaloïdes qui en sont extraits ; des produits de synthèse et exceptionnellement des substances d'origine animale type venin.


Usages thérapeutiquesmodifier | modifier le code

Contrairement aux opiacés, narcotiques ayant des effets analgésiques, les hallucinogènes ont rarement des utilités thérapeutiques.

Précautionsmodifier | modifier le code

Un protocole d'administration des hallucinogènes a été mis en place par une unité spécialisée du Centre Johns-Hopkins de l'Université Johns-Hopkins3.

Classification par structures chimiquesmodifier | modifier le code

D'un point de vue structurel, il est possible de les répartir en trois groupes :

Classification selon les effets cliniquesmodifier | modifier le code

Comme tout psychotrope, les hallucinogènes altèrent l'homéostasie du système nerveux central en agissant sur les concentrations en neuromédiateurs (acétylcholine, dopamine, noradrénaline, sérotonine).

Les mécanismes sont nombreux et sont encore l'objet de travaux, mais certains ont été précisément identifiés. Ainsi, la salvinorine A de la Salvia divinorum agit uniquement sur les récepteurs opioïdes kappa.

La grande famille des sérotoninergiques (ont une affinité sélective ou pas sur le récepteur sérotoninergique 5HT2A)4 inclut les phényléthylamine/phenylalkylamines (mescaline, 2,5-dimethoxy-4-méthylamphétamine (DOM), MDMA (extasy); les dérivés indoliques (indolamines) (LSD, psilocybine, notamment; voir ci-dessus).

En s'attachant prioritairement aux allures des hallucinations produites en rapport avec le mode d'action, il a été dégagé trois classes d'hallucinogènes : les délirants, les dissociatifs et les psychédéliques. Bien sûr, la parenté des structures chimiques induit une proximité des modes d'action.

Les hallucinogènes délirantsmodifier | modifier le code

Les hallucinogènes de ce type sont des anticholinergiques et leurs effets peuvent être apparentés au somnambulisme. Les alcaloïdes des daturas appartiennent à ce groupe.

Ils induisent de véritables hallucinations et non seulement des illusions, les effets secondaires sont notamment la déshydratation et une dilatation de la pupille (mydriase).

Ils sont hautement toxiques et présentent de véritables risques de surdosage.

Leur classement pharmacologique les divisent en :

Les hallucinogènes dissociatifsmodifier | modifier le code

Beaucoup d'hallucinogènes dissociatifs ont un effet dépresseur sur le système nerveux central et peuvent conduire au décès par dépression respiratoire en cas de surdose. Les effets sont généralement marqués par une sensation de décorporation (sensation de sortir de son corps) et une analgésie.

Ils constituent un groupe nettement distinct.

Classement pharmacologique :

Les hallucinogènes psychédéliquesmodifier | modifier le code

Article détaillé : psychédélique.

Un psychotrope psychédélique n'induit pas de pharmacodépendance, mais provoque des modifications de l'humeur, de la pensée et de la perception qui ne se rencontrent habituellement que dans des états comme les rêves, la transe mystique ou la méditation.

C'est un terme aussi utilisé aux États-Unis pour désigner les hallucinogènes.

Plusieurs sont des agonistes des récepteurs de la sérotonine 5-HT 2A. D'autres cibles moléculaires incluent la monoamine oxydase, les récepteurs des endocannabinoïdes, des catécholamines.

Classement pharmacologique des psychédéliques5
Classe Sous-classe Origine Substance
Tryptamines Naturelle Bufoténine (yopo), psilocybine et psilocine (psilocybe, champignon hallucinogène), ibogaïne (iboga), diméthyltryptamine (DMT), 5-MeO-DMT
Tryptamines Synthétique Diméthyltryptamine (DMT), dipropyltryptamine (DPT), 5-MeO-AMT, DIPT, 5-MeO-DIPT, 4-HO-DIPT, ibogaïne, Voacangine
Phényléthylamines Hallucinogène Naturelle Mescaline (peyotl et San Pedro), myristicine (noix de muscade)
Phényléthylamines « Designer drugs » Synthétique MDMA, MDA, MDEA, MBDB, DOM (STP), 2C-B, 2C-T-7, 2C-I6, 2C-E, 2C-T-27, 2C-T-48, 2C-T-219, DOB, DO-ET, DOI10, Bromo-DragonFly, TMA-2 et TMA-611
Phényléthylamines Amphétamines[Contradiction] Naturelle Cathinone (Khat), éphédrine (ephedra)
Phényléthylamines Amphétamines[Contradiction] Synthétique Amphétamine, Méthamphétamine, PMA, salbutamol (ventoline), dexfenfluramine (isoméride)
Bêta-carbolines puissants IMAOs Naturelle Harmane (passiflore), harmine et harmaline (ayahuasca)
Cannabinoïdes Naturelle Cannabinol, cannabidiol, THC
Cannabinoïdes Synthétique Dronabinol (marinol), Nabilone
Esters divers glycolates Naturelle Atropine, scopolamine, hyosciamine (datura, belladone, mandragore)
Esters divers glycolates Synthétique Ditran trihexyphénidyl (artane), bipériden (akineton)
Esters divers Amanite tue-mouches Naturelle Muscimole
Esters divers Kavalactone Naturelle Kawaïne (kava)
Esters divers Arylhexylamine Synthétique PCP, Kétamine (kétalar)
Esters divers acides lysergiques Naturelle Ergine (Rivea corymbosa (ololiuqui), Argyreia nervosa (Hawaiian baby woodrose ou Liane d'Argent) et Ipomoea violacea (tlitliltzin ou gloire du matin)), Ergonovine
Esters divers acides lysergiques Synthétique LSD
Produits volatils Synthétique chloroforme, éther, essence, oxyde nitrique, nitrite d'amyle (poppers)

Classifications basées sur les expériences subjectivesmodifier | modifier le code

L'expérience hallucinogène peut être extrêmement variable selon la nature, le dosage du produit, l'environnement et la nature de l'individu.

Dans les années 1960 des classifications de ces expériences ont été proposées1.
La principale distingue quatre types d'expériences :

  • expérience de psychose, assimilée au bad trip décrit par les usagers, expérience de peur et d'angoisse avec possibilité de tentative de suicide ;
  • expérience cognitive, sensation de lucidité extrême de la pensée ;
  • expérience esthétique, avec modifications des perceptions sensorielles, illusions voire hallucinations ;
  • expérience psychodynamique, revivance de souvenirs oubliés, expérience souvent traumatisante pouvant aboutir à une tentative de suicide ou à une décompensation psychotique.

Une autre classification des psychiatres américains Robert E.L. Masters et Jean Houston en 1966 propose aussi quatre niveaux d'expériences :

  • niveau sensoriel, le premier stade de l'intoxication aux hallucinogènes, sensation de modification corporelle, distorsions spatiales, visions colorées ;
  • niveau de rappel des souvenirs, forte introspection parfois accompagnée de sensations de mort et de renaissance ;
  • niveau de symbolisation, le matériel psychique élaboré lors du rappel de souvenirs est interprété par le psychisme, perception métaphorique sur les thèmes récurrents à l'humanité (la création, Dieu, le paradis, etc.)
  • niveau mystique, expérience de conscience du divin, prise de conscience universelle. Ce type d'expérience est jugé exceptionnel (5 % des usagers de LSD selon Masters et Houston) et ne s'attache à aucune élaboration symbolique ou délirante, elle est à rapprocher des vécus chamaniques.

Difficultés terminologiquesmodifier | modifier le code

Les termes hallucinogène et psychédélique ont été proposés par les psychiatres Humphry Osmond, Abram Hoffer et John R. Smythies en 19541.

Il est courant que l'on assimile à tort toute substance provoquant un épisode hallucinatoire - même si cela n'est pas son effet principal - aux hallucinogènes. De même, des produits induisant une perte totale de contact avec la réalité, malgré la présence concomitante d'hallucinations, ne sont pas des hallucinogènes au sens pharmacologique strict1.

Ces confusions sont particulièrement critiquées par les chercheurs en ethnobotanique, qui reprochent à ce terme d'associer systématiquement l'idée d'hallucinations aux substances qu'ils étudient et aux populations qui les utilisent, alors que les véritables hallucinations ne sont provoquées que par une faible portion de ces produits. En outre, les témoignages des utilisateurs indiquent que la nature des hallucinations varie selon la substance.

Il convient par conséquent de bien différencier l'usage courant du terme (« favorisant des hallucinations ») et le sens pharmacologique (terminologie). Pourtant, même chez les chercheurs et les cliniciens, le terme « hallucinogène » est souvent employé comme synonyme pour la classe pharmacologique des psychédéliques ou psychodysleptiques.

Propositions de termes spécifiquesmodifier | modifier le code

De nombreux termes ont été proposés pour préciser les effets des hallucinogènes et ainsi les classifier : délirogène, enivrant, hypnotique, lucidogène (qui génère la lucidité), mysticomimétique (qui simule le mysticisme), phanérothyme (âme ouverte à la vue), phantastica (utilisé par Louis Lewin en 1924 dans sa monographie du même nom), psychostimulant, psychotogène (qui génère les psychoses), schizogène (qui génère une rupture), stupéfiant...

Quelques termes ont émergé :

  • Psychotomimétique signifie « qui simule les psychoses » et a été retenu par l'OMS qui le définit comme un agent chimique qui induit des changements de la perception, de la pensée, et du jugement proches de ceux observés dans les psychoses sans induire une atteinte définitive de la mémoire et de l'orientation caractéristiques des syndromes organiques.
    Selon certains auteurs, les psychotomimétiques induisent une stimulation psychomotrice et des effets hallucinogènes qui sont doses-dépendants. Ils y classent par exemple le MDMA, la PCP et la kétamine12.
  • Un psychodysleptique est un psychotrope qui modifie l'état de conscience, l'humeur, l'activité intellectuelle ainsi que le contact avec le monde extérieur et qui provoque parfois des hallucinations.
    Ce terme est introduit en 1959 par Jean Delay et Pierre Deniker dans leur classification.
    Certains auteurs considèrent « psychodysleptique » comme synonyme d'« hallucinogène ». Toutefois, « psychodysleptique » est un terme plus général qu'« hallucinogène » ; il désigne tout perturbateur du système nerveux central. Il peut ainsi s'agir de solvants, l'alcool, les dérivés du cannabis, et non uniquement des hallucinogènes.
  • Enthéogène signifiant « qui génère la foi », ce terme est surtout utilisé par l'ethnobotanique et doit plus être compris comme un mode d'utilisation que comme un effet potentiel. En effet, les substances désignées sous ce nom connaissent une utilisation rituelle susceptible - de par la récurrence des témoignages - d'induire une expérience mystique. Certains auteurs préfèrent ce terme à celui d'hallucinogène et tendent à regrouper la plupart de ces substances sous ce terme, y compris celles ne connaissant pas d'usage rituel.
    Article détaillé : enthéogène.
  • Empathogène et entactogène : ces termes sont des synonymes parfaits désignant une classe d'hallucinogènes qui provoquent une libération de la sérotonine et qui sont des phényléthylamines. Leurs étymologies différent cependant : Empathogène signifie « qui génère l'empathie », terme crée en 1983 par Ralph Metzner ; Entactogène signifie « qui facilite le contact », terme créé en 1986 par David E. Nichols et Alexander Shulgin comme alternative à empathogène à qui ils reprochaient l'association éventuelle avec la racine pathos.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a, b, c et d Denis Richard, Jean-Louis Senon, Marc Valleur, Dictionnaire des drogues et des dépendances, Larousse,‎ 2004 (ISBN 2-03-505431-1)
  2. Chambon, La médecine psychédélique, 2009, Édition Les Arènes
  3. (en) Johnson M, Richards W, Griffiths R, « Human hallucinogen research: guidelines for safety », J. Psychopharmacol. (Oxford), vol. 22, no 6,‎ août 2008, p. 603–20 (PMID 18593734, DOI 10.1177/0269881108093587, lire en ligne)
  4. (en) Halberstadt AL, Geyer MA, « Multiple receptors contribute to the behavioral effects of indoleamine hallucinogens », Neuropharmacology,‎ janvier 2011 (PMID 21256140, DOI 10.1016/j.neuropharm.2011.01.017)
  5. C. Sueur, A. Benezech, D. Deniau, B. Lebeau, C. Ziskind, Les substances hallucinogènes et leurs usages thérapeutiques, Toxibase, 1999
  6. (en) 2C-I
  7. (en) 2C-T-2
  8. (en) 2C-T-4
  9. (en) 2C-T-21
  10. Pour DOI, voir (en) 2,5-Dimethoxy-4-iodoamphetamine
  11. * Pour TMA-2 et TMA-6, voir (en) Trimethoxyamphetamine
  12. Michel Hautefeuille, Dan Véléa, Les drogues de synthèse, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? »,‎ 2002 (ISBN 2-13-052059-6)

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code








Creative Commons License