Henry Van de Velde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Henry van de Velde)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van de Velde.

Henry Van de Velde

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d´Henry Van de Velde par Nicola Perscheid en 1904.

Naissance
Anvers (Belgique)
Décès (à 94 ans)
Oberägeri (Suisse)
Nationalité belge Drapeau de la Belgique
Activités Artiste-peintre, architecte, décorateur d'intérieur et enseignant
Mouvement artistique un des fondateurs de l'Art nouveau belge

Henry Clement Van de Velde est un peintre, architecte, décorateur d'intérieur et enseignant belge, né le à Anvers (Belgique) et mort le (à 94 ans) à Oberägeri (Suisse).

Avec Victor Horta et Paul Hankar, il est l'un des fondateurs de l'Art nouveau belge et, plus généralement, est considéré comme l'un des acteurs majeurs du mouvement moderniste.

Dans les premières années du XXe siècle, il joue un rôle déterminant dans le domaine de l’architecture et des arts décoratifs, en Allemagne essentiellement.

Après sa démission de l'Institut des arts décoratifs et industriels de Weimar fondé puis dirigé par lui de 1901 à 1914 Henry Van de Velde fonda en 1926 à Bruxelles l’ Institut supérieur des arts décoratifs, plus connu sous le nom de La Cambre. Il en quitta la direction en 1936. Lui succèderont notamment le poète et dramaturge Herman Teirlinck (1936-1950), l’architecte Léon Stynen (1950-1964) et l’historien de l’art Robert-Louis Delevoy (1965-79).

Ce dernier écrira : « Au-delà des disciplines, au-delà des noms, au-delà de l’esprit du temps - car La Cambre aura été, dès l’origine, le reflet des grands courants de pensée et de création de son temps - c’est une attitude, un mode de fonctionnement qui caractérisent l’école : le grand brassage, le grand remue-ménage, les passages sous niveau et la vigueur des idéologies, la rigueur de la pensée, l’exigence de cohérence, la dimension du rêve et… tous les avatars de l’imaginaire. »[réf. nécessaire]

« Adversaire de l'ornement excessif, Van de Velde ne fut pas le plus aimé des créateurs de son époque. L'oeuvre qu'il a laissée indique combien l'histoire fut injuste avec lui. »

— Jean-Pierre Stroobants, Le Monde

Ventes publiques et expositionsmodifier | modifier le code

Villa Esche à Chemnitz.
Tour des livres à Gand.

Le 12 octobre 2005, une vente publique à la Salle de Vente des Beaux-Arts à Bruxelles voit l’adjudication d’une théière de Van de Velde pour un montant de 170 000 €, soit onze fois le prix de départ. Il s’agit d’une théière avec brasero, pourvue d’une anse en bois, reposant sur une base ovale et réalisée en cuivre argenté.

Fin 2005, l'exposition « Art Nouveau et Design » est organisée au Musée du Cinquantenaire à Bruxelles : parmi les pièces de Van de Velde présentées un service à thé, deux assiettes en porcelaine et un plateau en argent sont accidentellement endommagés, mais pas un chandelier en argent; ces objets étaient prêtés par le Kaiser Wilhelm Museum à Krefeld, le Museum für Angewandte Kunst de Cologne et par une collection particulière.

L'exposition « Henry Van de Velde, Passion-Fonction-Beauté » du musée du Cinquantenaire de Bruxelles pour le 150ème anniversaire de la naissance de l'artiste illustre sa vie et sa carrière à travers 500 objets réalisés par lui ou ses relations, prêtés par des musées et des collectionneurs particuliers (fin 2013 - 12 janvier 2014).

Œuvremodifier | modifier le code

Architecturemodifier | modifier le code

Ameublementmodifier | modifier le code

Peinturesmodifier | modifier le code

Photographiesmodifier | modifier le code

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussimodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

Autobiographie
  • Geschichte meines Lebens, éd. et trad. all. par Hans Curjel, Munich, 1962) ;
  • Récit de ma vie, éd. par Anne Van Loo, Bruxelles et Paris, 1992-1995 (ISBN 2-08-010907-3 et 2-08-010908-1) ;
  • Les mémoires inachevés d'un artiste européen. Édition critique (Bruxelles, Léon Ploegaerts, 1999, 2 vol.) ;
Monographie 
  • Léon Ploegaerts et Pierre Puttemans, L'œuvre architecturale de Henry van de Velde, Laval, 1987 (ISBN 2763771122) (aperçu en ligne) ;
Divers
  • A.M Hammacher, Le Monde de Henri Van de Velde (Anvers, édit. fonds Mercator et Paris, librairie Hachette, 1967 - arch. pers.) ;
  • Dominique Marechal, Frank Brangwyn et la galerie L’Art nouveau, in : Siegfried Bing & la Belgique / België. Bulletin 1 – 2010, Bruxelles MRBAB, 2010 [Actes colloque Siegfried Bing et la Belgique, Bruxelles, MRBAB, 11-12.V.2006], p. 176 - 193.(au sujet du papier peint Dahlia)
  • Jean-Pierre Stroobants, « Van de Velde rentre en Belgique », Le Monde, 30 novembre 2013 ; article relatif à l'exposition du musée du Cinquantenaire à Bruxelles.

Liens externesmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Références
  1. (de)(en)(fr) Site internet de la « Villa Esche »
  2. Ixelles, maison Wolfers sur le site de la Région de Bruxelles capitale - Inventaire du patrimoine architectural
  3. Fiche technique et notice sur le site du musée d'Orsay







Creative Commons License