Houille blanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La houille blanche désigne l’utilisation de l’énergie produite par les chutes d’eau.

Origine du nommodifier | modifier le code

La formule de « houille blanche » développée à Grenoble à partir de 1878 au cours de réunions locales, puis à la foire de Lyon en 1887 par Aristide Bergès, est définitivement popularisée lors de l’Exposition universelle de Paris de 1889, où il en fait l’expression populaire pour caractériser la puissance hydraulique sous toutes ses formes :

« Les glaciers des montagnes peuvent, étant exploités en forces motrices, être pour leur région et pour l’État des richesses aussi précieuses que la houille des profondeurs. Lorsqu’on regarde la source des milliers de chevaux ainsi obtenus et leur puissant service, les glaciers ne sont plus des glaciers ; c’est la mine de la houille blanche à laquelle on puise, et combien préférable à l'autre. »

Ici, la houille blanche est opposée à la houille noire, le charbon.

Dès les années 1900, les progrès technologiques de l'hydroélectricité suisse sont à l'origine d'intenses spéculations boursières sur les sociétés hydroélectriques.

Dans les années 1920, une rapide expansion de l'électricité voit le jour en France, avec une multiplication par huit de la production d'électricité hydraulique.

Généralisationmodifier | modifier le code

Plus généralement on distinguera1:

Voir aussimodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. wikt:houille: définition sur le wiktionnaire

Bibliographiemodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code








Creative Commons License