Intifada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Intifada (aussi écrit : Intifadah) est un terme arabe (de : انتفاضة ) signifiant soulèvement. Employé à plusieurs reprises au Liban mais également en Irak, en Algérie, en Tunisie (voir l'intifada de Sidi Bouzid par exemple) ou au Maroc, pour désigner une révolte contre un régime oppresseur ou un ennemi étranger, elle désigne également deux forts mouvements d'opposition populaire contre l'armée israélienne présente dans les territoires occupés et dans certaines zones dévolues à l'Autorité palestinienne (bande de Gaza et la Cisjordanie). C'est un fait majeur au sein du conflit israélo-palestinien.

  • La première Intifada, appelée guerre des pierres, a débuté le .
  • La seconde Intifada palestinienne, également appelée 'Intifada « Al-Aqsa »', commence le , au lendemain de la visite d'Ariel Sharon sur l'esplanade des Mosquées/Mont du Temple à Jérusalem.
  • Le samedi 27 décembre 2008, à la suite de l'opération Plomb Durci menée par l'armée israélienne et qui fera par la suite 1300 morts palestiniens, Khaled Mechaal, chef du Hamas en exil a déclaré1 sur la chaîne Al-Jazira : « Nous appelons à une intifada contre l'ennemi [c'est-à-dire Israël]. La résistance va se poursuivre par des opérations suicides. »
  • Au matin du mardi 16 mars 2010, la violence plane à nouveau au-dessus de la "trois fois sainte". Une mobilisation de plus de 3000 palestiniens a jeté des pierres contre les forces de sécurité israéliennes qui ont de nouveau interdit l’accès de l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’Islam. En réponse à la provocation les forces de sécurité israéliennes ont réprimé la révolte manu militari au moyen d'armes non létales; Au bilan une cinquantaine de Palestiniens et une dizaine de policiers ont été blessés. De nombreux manifestants ont été arrêtés. Cette crise est une réponse à la politique de colonisation intransigeante de l'État hébreu, et, dernièrement, le feu vert donné par les Israéliens à la construction de 1600 nouveaux logements dans la partie orientale de Jérusalem. Mais elle est aussi l'expression de tensions à plus grande échelle, concernant plus globalement les différends politico-religieux entre musulmans et israélites. En effet ce même jour, la police de l’État hébreu est déployée en force dans la vieille ville de Jérusalem par crainte de manifestations violentes palestiniennes. Ce mardi 16 mars 2010 a été décrété “journée de la colère” par le Hamas afin de dénoncer l’inauguration, la veille, de la synagogue historique de la Hourva qu’ils considèrent comme une “provocation”. Cette synagogue a été reconstruite dans le quartier juif de la Vieille ville de Jérusalem, 62 ans après avoir été détruite pour la seconde fois par la population arabe. À Gaza, des milliers de personnes ont défilé autour d’une maquette de la mosquée al-Aqsa. Les islamistes du Hamas appelaient alors à la « troisième Intifada » si un accord international n'intervenait pas d'ici six mois en vue de la création d'un État palestinien dans les frontières de 1967.

Musiquemodifier | modifier le code

Intifada est aussi la 6ème chanson de l'album Que Corra la Voz; de Ska-P ; sorti en 2002

Voir aussimodifier | modifier le code

Sourcesmodifier | modifier le code

  1. Le Hamas appelle à une troisième Intifada sur europe1.fr daté du 27 décembre 2008







Creative Commons License