Jan van Eyck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van Eyck.
La Madone au chanoine van der Paele

Jan van Eyck (né vers 1390 peut-être à Maaseik et mort à Bruges le ) est un peintre né dans les territoires soumis à l'autorité du prince-évêque de Liège, Jean de Bavière (1390-1417) qui devient son protecteur. Il est célèbre pour ses portraits d’un réalisme minutieux. Ses tableaux les plus connus sont le portrait des époux Arnolfini et le retable de l'Agneau mystique, œuvre clé de la peinture occidentale. Il est l'un des premiers artistes à avoir signé beaucoup de ses œuvres.

Biographiemodifier | modifier le code

Origines et début à la cour de Hollandemodifier | modifier le code

La date et le lieu de naissance exactes du peintre restent inconnus. Selon les écrivains et historiens flamands Lucas D'Heere (1559) et Marcus van Vaernewijck (nl) (1568), Jan van Eyck serait né à Maaseik, dans la région mosane, à l'époque située dans la Principauté de Liège et actuellement dans la Province de Limbourg (Belgique). Cette origine est à l'origine de l'étymologie de son nom « Eyck ». Cette information est corroborée par le fait que quelques textes de la main du peintre sont écrits en dialecte mosan et par le fait qu'en 1449, la fille de Jan entre dans un couvent de Maaseik. Il pourrait être né aux alentours de 13901.

Très peu de choses sont connues de sa famille. Plusieurs Van Eyck sont signalés pendant cette période à Maastricht. On lui connaît deux frères, Hubert, peintre installé à Bruges et qui entame la réalisation du retable de L'Agneau mystique à Gand, décédé en 1426. Son autre frère, Lambert, lui aussi peintre qui est mentionné dans un livre de compte du duc de Bourgogne en 1431 et qui est sans doute l'auteur d'un portrait de Jacqueline de Bavière et dont on conserve une copie dessinée. Il pourrait être aussi lié au peintre de René d'Anjou, lui-aussi d'origine mosane et portant le même nom : Barthélemy d'Eyck2,3.

Dans les années 1422-1425, il est employé à La Haye, à la cour de Jean III de Bavière, comte de Hollande et de Zélande, prince-évêque élu de Liège depuis 1389, en qualité de peintre de la cour et valet de chambre. En 1424, il est désigné sous le nom de « Mayster Jan den Maelre », peintre de cour, alors qu'il réalise la décoration avec son atelier, du palais du Binnenhof, alors résidence des comtes de Hollande. Il ne reste aucune œuvre de Jan van Eyck de cette période hollandaise sinon des copies d'œuvres perdues. C'est le cas de L'Homme à l'œillet de la Gemäldegalerie (Berlin), copie ancienne qui comporte les insignes de l'ordre de Saint-Antoine, protecteur de la maison de Wittelsbach, famille de Jean de Bavière, le dessin de la partie de pêche conservé au Louvre attribué à un suiveur et parfois au maître lui-même, représentant la cour hollando-bavaroise et enfin quelques miniatures extraites des Heures de Milan-Turin issues de son atelier1.

Au service du duc de Bourgognemodifier | modifier le code

Le , le prince-évêque meurt et Jan van Eyck quitte aussitôt La Haye pour rejoindre Bruges. Le , une lettre patente le fait peintre de cour au service de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Sa mission n'est pas attachée à une résidence du duc ni pour des travaux traditionnels de décorations pour des fêtes, il est chargé de missions exceptionnelles et secrètes comme l'indiquent les archives bourguignonnes à son sujet. Une rente annuelle fixe lui est régulièrement attribuée jusqu'à sa mort. Il doit pour cela rester proche du duc et déménage à Lille, résidence ducale habituelle, où il est mentionné avant le 2 août 14251,4.

Parmi ces missions, il est payé le 26 août 1426 pour un pèlerinage et un voyage lointain et secret, puis le 27 octobre pour « certains loingtains voyages secrez ». Il pourrait s'agir d'un voyage de repérage et pèlerinage en Terre sainte pour le duc. Certains tableaux issus de son atelier, tel que Les Trois Marie au tombeau de Rotterdam, comportent en effet des vues topographiques précises de la Jérusalem de l'époque. Il obtient à chaque déplacement des sommes beaucoup plus importantes que sa rente annuelle. En juillet et août 1427, il perçoit de nouveau des sommes pour des missions diplomatiques à l'étranger. L'une d'entre elle pourrait être un voyage à la cour d'Alphonse V d'Aragon, à Valence pour lui demander la main de sa nièce Isabelle d'Urgel pour Philippe le Bon. Le roi d'Aragon lui achète par la suite plusieurs œuvres et lui envoie son peintre attitré, Lluís Dalmau, pour qu'il soit formé auprès de lui entre 1431 et 1436. Entre le 19 octobre 1428 et le 25 décembre 1429, il est de nouveau envoyé en ambassade, la seule attestée par les textes, mais cette fois-ci au Portugal, afin de négocier le mariage entre le duc de Bourgogne et Isabelle de Portugal auprès du père de celle-ci, Jean Ier de Portugal. À cette occasion, en janvier 1429, il réalise deux portraits de la future duchesse, au château d'Aviz, expédiés au duc le 12 février. Le peintre fait sans doute aussi un passage par l'Espagne, peut-être à Saint-Jacques-de-Compostelle, à Valladolid à la cour de Jean II de Castille et à Grenade, auprès de Mohammed VIII al-Mutamassik4,5.

Pendant cette période, Jan van Eyck effectue aussi des déplacements personnels. Il est invité le lors de la Saint Luc à Tournai. La corporation locale des peintres y organise un banquet en son honneur. Il y rencontre sans doute à cette occasion Robert Campin et Roger de la Pasture, futur Rogier van der Weyden, ou encore Jacques Daret, tous membres de cette corporation. Il retourne d'ailleurs à Tournai le 23 mars 14284,6.

Le maître d'atelier à Brugesmodifier | modifier le code

En 1430, un document ducal fait penser que Van Eyck réside de nouveau à Bruges. Van Eyck conserve par ailleurs des commandes privées en parallèle de son travail pour le duc. En 1432, il achève à Gand le retable de L'Agneau mystique entamé par son frère Hubert pour le bourgeois Joost Vijdt. Cette année-là, il paie des intérêts d'hypothèque à l'église Saint-Donatien de Bruges pour une maison qu'il a acheté : il y a sans doute installé à demeure son atelier. Il y reçoit entre le 17 juillet et le 16 août, la visite du bourgmestre et des échevins de la ville qui rétribuent de petites gratifications ses commis4,7,8.

Il réalise pour la ville plusieurs commandes : il réalise notamment en 1435 la polychromie de plusieurs statues représentant des comtes et comtesses de Flandre pour la façade de l'hôtel de ville. C'est aussi à cette époque qu'il réalise ses commandes privées les plus célèbres : le portrait de Tymothéos en 1432, sa plus ancienne œuvre signée, L'Homme au turban rouge en 1433, Les Époux Arnolfini en 1434 et La Vierge au chanoine Van der Paele entre 1434 et 14369.

Vers 1433, le maître se marie à une « damoiselle Marguerite », qui est peut-être d'origine noble et dont il réalise le portrait en 1439, alors qu'elle est âgée de 33 ans. Leur premier enfant nait en 1434, le duc en est le parrain et lui donne en cadeau 6 tasses en argent. Jan van Eyck continue de travailler pour le duc : il voit sa rente annuelle et transformée en rente à vie en 1435 et est augmentée, passant de 100 à 360 livres par an. La cour des comptes de Lille refuse de céder à cette augmentation, et devant la menace de Van Eyck de renoncer à sa charge, le duc prend la défense de son peintre par un courrier venu de Dijon en date du 2 mars : « nous le voulons entretenir pour certains grans ouvraiges, en quoy l'entendons occuper cy après et que nous trouverions point le pareil à nostre gré ni si excellent en son art et science »9.

Il effectue en effet toujours des travaux pour le duc : il participe à la décoration de ses résidences de Hesdin en 1432, Bruxelles en 1433 et Lille en 14344. Il continue toujours à effectuer des missions pour lui jusqu'à la fin de sa vie : il est envoyé à Arras en 1435, à l'occasion de la négociation de la paix entre la Bourgogne, l'Angleterre et la France. En 1436, il effectue une dernière fois, « certains voyaiges loingtains es estranges marches », sans doute en terre non chrétienne, alors que Philippe le Bon envisage de mener une croisade. En hiver 1440, les comptes bourguignons signalent que le peintre remet au duc « certaines tables ainsi que d'autres objets secrets » qu'il a achetés pour lui. Jan van Eyck meurt le 9 juillet 1441 et est inhumé dans le cloître de l'église Saint-Donatien. Le 21 mars 1442, Lambert, son frère, demande et obtient le droit de transférer sa tombe dans l'église, près des fonds baptismaux9,10.

Technique du peintremodifier | modifier le code

L’apport technique de Van Eyck à la peinture occidentale est capital. Il a porté la technique de la peinture à l'huile à la perfection (sans pour autant la créer). Le liant utilisé par Van Eyck était à base d'huile siccative et d'un autre élément qui rendait le liant consistant, ce qui était l'une des difficultés rencontrées par les utilisateurs de la peinture à l'huile auparavant. Il a porté la technique de la peinture à l'huile et le réalisme des détails (notamment le rendu des matières) à un sommet jamais atteint avant lui, la technique flamande permettant aussi la netteté de ceux-ci.

On retrouve son effigie dans Les effigies des peintres célèbres des Pays-Bas de Dominique Lampson.

Œuvremodifier | modifier le code

L’œuvre de Jan van Eyck, en dehors de ce chef d’œuvre exceptionnel qu'est le retable de l'Agneau mystique, est composé surtout de représentations de la vierge Marie et de portraits. Van Eyck a ainsi été considéré comme le fondateur du portrait occidental. Ses modèles sont presque toujours représentés en buste : le visage, vu des trois-quarts, est tourné vers la gauche, et les yeux fixent souvent le spectateur, ce qui constituait à l’époque une innovation radicale.

Le retable de L'Adoration de l'Agneau mystiquemodifier | modifier le code

Article détaillé : L'Agneau mystique (Van Eyck).
Retable de l'Agneau Mystique, Cathédrale Saint-Bavon à Gand

La paternité des œuvres de « Van Eyck » antérieures à 1426 (mort d’Hubert) est discutée et l’attribution à Hubert ou à Jan est délicate. Le retable de l'Agneau mystique (1432, à la cathédrale Saint-Bavon, Gand), a ainsi été commencé par son frère et achevé par lui en mai 1432, sans que l’on sache exactement quelle est la part de chacun des deux frères.

Le Portrait des époux Arnolfinimodifier | modifier le code

Article détaillé : Les époux Arnolfini.

Le Portrait des époux Arnolfini (1434, à la National Gallery de Londres) représente en pied, dans un intérieur flamand, un riche marchand établi à Bruges, Giovanni Arnolfini, et son épouse, au moment de leurs noces. Le miroir convexe au centre du tableau reflète les époux et Van Eyck lui-même pendant qu'il les peignaient. On peut alors voir dans cette œuvre une véritable attestation du mariage signée par van Eyck lui-même.

La Vierge du chancelier Rolinmodifier | modifier le code

Article détaillé : La Vierge du chancelier Rolin.

La Vierge du chancelier Rolin ou Vierge d'Autun est un tableau peint par Van Eyck pour Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne. Il est conservé depuis 1805 au musée du Louvre. Le tableau est un ex-voto, a tempera et huile sur bois de 66 cm de haut et 62 cm de large, et fut initialement présenté dans la chapelle Saint-Sébastien de l'église d'Autun. Cette œuvre respecte les innovations introduites par les primitifs italiens à la pré-Renaissance en mêlant humanisation des personnages (le chancelier et la Vierge ont la même taille), l'introduction du paysage et ses éléments terrestres dans une œuvre sacrée, et la révélation picturale de la complexité architecturale par une perspective cohérente.

Liste des œuvres attribuées au maîtremodifier | modifier le code

Liste des œuvres attribuées à l'ateliermodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a, b et c Borchert, p. 8
  2. Borchert, p. 10-11
  3. Tout l'œuvre peint, p. 86
  4. a, b, c, d et e Dictionnaire des peintres belges
  5. Borchert, p. 8-9
  6. Tout l'œuvre peint, p. 83
  7. Tout l'œuvre peint, p. 83
  8. Borchert, p.10
  9. a, b et c Tout l'œuvre peint, p. 84
  10. Borchert, p. 11-12

Voir aussimodifier | modifier le code

Recouvrement de la Sainte-Croix par sainte Hélène

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Till-Holger Bochert, Jan van Eyck, éd. Taschen, Cologne, 2008, 96 p.
  • (en) L. Baldass, Jan van Eyck, Londres, 1952.
  • R. Brignetti & G. Faggin, Tout l’œuvre peint des frères Van Eyck, Flammarion, Paris, 1969, rééd. 1988, 104 p.
  • Albert Châtelet, Jean van Eyck enlumineur, Presses universitaires de Strasbourg, 1993.
  • E. Dhanens, Hubert et Jan van Eyck, Albin Michel, Paris, 1980.
  • (es) C. Peman y Pemartin, Juan Van Eyck y España, Cadix, 1969.
  • C. Sterling, « Jan Van Eyck avant 1432 », dans Revue de l'art, no 33, 1976, p. 7–82.
  • (en) C. Harbison, Jan Van Eyck : the Play of Realism, Londres, 1991.

Articles connexesmodifier | modifier le code

Lien externemodifier | modifier le code








Creative Commons License