Jeux olympiques d'été de 1996

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeux olympiques d'été de 1996
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville hôte Atlanta
Date Du 19 juillet au
Ouverture officielle par Bill Clinton
Président des États-Unis
Participants
Pays 197
Athlètes 10 318
(6 806 masc. et 3 512 fém.)
Compétition
Nouveaux sports Softball
Nombre de sports 26
Nombre de disciplines _
Épreuves 271
Symboles
Serment olympique Teresa Edwards
Joueuse de basket-ball
Flamme olympique Mohamed Ali
Boxeur américain
Mascotte Izzy
Précédent 1992 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 2000 Suivant

Les Jeux olympiques d'été de 1996, Jeux de la XXVIe Olympiade de l'ère moderne, se sont déroulés à Atlanta. Les États-Unis accueillirent les Jeux olympiques d'été pour la quatrième fois après Saint-Louis en 1904 et Los Angeles en 1932 et 1984.

Des polémiques furent engagées sur la légitimité du choix de la ville d'Atlanta au détriment d'Athènes pour les jeux du centenaire, et sur les problèmes d'organisation liés aux transports et à l'informatique.

Ces jeux furent aussi marqués par l'explosion, au beau milieu de la foule, d'une bombe dans le parc du Centenaire à Atlanta, faisant 2 morts et 112 blessés.

Côté compétition, 197 nations et 10 318 athlètes (dont 3 512 femmes) prirent part à 271 épreuves dans 26 sports. Les héros de ces jeux furent, entre autres, les athlètes Michael Johnson, Carl Lewis et Marie-José Pérec, les nageurs Michelle Smith et Alexander Popov et l'haltérophile Naim Suleymanoglu.

Élection de la ville hôtemodifier | modifier le code

Le Comité international olympique confia l'organisation des Jeux olympiques d'été de 1996 à la ville d' Atlanta au cours de la 100e session du à Tokyo. Atlanta obtient la majorité des votes des membres du CIO. À l’issue du 5e tour de scrutin, elle devance la ville d'Athènes de 16 voix. Les autres finalistes Toronto, Melbourne, Manchester et Belgrade sont éliminés lors des tours précédents.

Résultats officiels du scrutin
Villes Pays Tour 1 Tour 2 Tour 3 Tour 4 Tour 5
Atlanta Drapeau des États-Unis États-Unis 19 20 26 34 51
Athènes Drapeau de la Grèce Grèce 23 23 26 30 35
Toronto Drapeau du Canada Canada 14 17 18 22 -
Melbourne Drapeau de l'Australie Australie 12 21 16 - -
Manchester Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 11 5 - - -
Belgrade Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 7 - - - -

Le choix d’Atlanta, siège social de la boisson gazeuse Coca-Cola, au détriment d’Athènes, lors des jeux du centenaire, suscita de multiples remarques. De nombreux membres du CIO étaient soucieux d’offrir à la Grèce, berceau de l'olympisme, ce qui semblait lui revenir de droit 100 ans après les premiers jeux de l'ère moderne.

Le Comité international olympique privilégia la ville américaine en raison notamment de ses infrastructures de qualité. Pour beaucoup, Atlanta, et en particulier Coca-Cola fut récompensé de sa présence de longue date dans l’olympisme, soutenant chaque édition depuis Amsterdam en 1928. La marque est devenue dès 1986 membre du programme TOP1, qui regroupe 11 multinationales finançant les Jeux olympiques (50 % des sommes sont redistribuées au mouvement olympique et 50 % servent à l’organisation des jeux eux-mêmes).

Organisationmodifier | modifier le code

Genèse et préparatifsmodifier | modifier le code

C’est en 1987 que Billy Payne, avocat d’Atlanta et ancien joueur de football américain universitaire eu l’idée de présenter la candidature de sa ville à l’organisation des Jeux olympiques d'été de 1996. Andrew Yong, maire d’Atlanta rechercha immédiatement des financements auprès des entreprises locales2. Payne devint directeur du comité local d’organisation et présenta sa candidature au Comité olympique américain, puis au Comité international olympique, en mettant notamment en avant l’hospitalité et le patrimoine culturel de la ville d’Atlanta, lieu de naissance de Martin Luther King. Le comité voulut également promouvoir l’image de la ville jouant un rôle important dans le monde. Après avoir obtenu l’organisation des jeux en septembre 1990, plus d’un milliard de dollars de fonds d’investissement furent financés par les pouvoirs publics mais également par la vente de billets et par le sponsoring d’entreprises américaines. De nombreux sites sportifs furent alors élargis ou construits pour l’occasion, et de larges efforts furent entrepris par la construction de logements et la rénovation des transports publics. Près de 7 500 chambres d’hôtel virent le jour entre 1990 et l’ouverture des jeux, portant le total à 60 000 dans la région d’Atlanta. Par ailleurs, le gouvernement fédéral dégagea de fortes sommes pour la rénovation des routes, des trottoirs et des éclairages publics dans le centre-ville d’Atlanta.

Emblèmesmodifier | modifier le code

Le logo de ces jeux d'Atlanta représente un flambeau dont la base est représentée par les cinq anneaux olympiques qui surmontent le chiffre 100 faisant honneur au centenaire. Les flammes se dégageant de la torche se terminent par une étoile, symbole de l'excellence sportive. Dans sa version originale3, le logo est de couleur dorée à l'image des médailles d'or. La couleur verte présente dans le fond symbolise les lauriers du vainqueur ainsi que l'image écologique de la ville d'Atlanta. La torche olympique4, inspirée de l'architecture de la Grèce antique, est composé de 22 roseaux d'aluminium représentant toutes les éditions des Jeux olympiques. Sur les bagues figurent l'emblème des jeux, le nom des précédentes villes hôtes ainsi que l'inscription Atlanta 1996. Les médailles olympiques5 sont toutes frappées sur l'avers de la déesse de la victoire tenant dans sa main la couronne du vainqueur. Sur le revers, on retrouve l'emblème des jeux et un rameau d'olivier. La mascotte des jeux d'Atlanta se prénomme Izzy6. Elle changea d'apparence à plusieurs reprises pendant le déroulement des jeux, une bouche et un nez finissant même par se dessiner. Izzy, qui ne fut inspiré d'aucun animal, fut la 13e mascotte officielle des Jeux olympiques.

Cérémonie d'ouverturemodifier | modifier le code

Pour fêter le centenaire des Jeux olympiques, les organisateurs offrirent aux 83 000 spectateurs du stade olympique d'Atlanta et aux 3,5 milliards de téléspectateurs un spectacle grandiose. Cette cérémonie d'ouverture permit de mettre en avant l'aspect culturel du sud des États-Unis, mais voulut également rendre hommage au centième anniversaire du mouvement olympique moderne.

Le moment fort de ce fut l'arrivée sur le stade de la flamme olympique, qui avait parcouru près de 24 000 kilomètres à travers les États-Unis par l'intermédiaire de 10 000 volontaires. Le dernier relayeur fut l'ancien boxeur professionnel américain Mohamed Ali, champion olympique aux jeux de 1960 sous le nom de Cassius Clay. Dans une grande émotion générale, Mohamed Ali7, atteint par la maladie de Parkinson, approcha sa main tremblante tenant le flambeau olympique vers la vasque encore éteinte. Durant ces jeux d'Atlanta, sa médaille d'or remportée en 1960 lui fut offerte à nouveau8.

La musique jouée durant la cérémonie d'ouverture fut l'œuvre, comme en 1984, du compositeur américain John Williams. La chanson de ces jeux, The Power of the Dream, composée par Kenneth Edmonds et David Foster, fut interprétée par la chanteuse québécoise Céline Dion, accompagnée par l'orchestre symphonique d'Atlanta. La chanteuse américaine Gladys Knight reprit la chanson Georgia on my Mind de Ray Charles. En fin de cérémonie, la soprano Jessye Norman interpréta l’œuvre de Mark Watters, « Citius, Altius, Fortius ».

L'ouverture officielle de ces jeux de 1996 fut déclarée par le Président des États-Unis Bill Clinton, après un discours de Juan Antonio Samaranch, président du Comité international olympique.

Sites olympiquesmodifier | modifier le code

Le stade Olympique du Centenaire (Centennial Olympic Stadium).

Le cœur des Jeux d'Atlanta est le parc du Centenaire. Au sein de ce site figure le Stade olympique du centenaire. D'une capacité de 85 000 places, l'enceinte fut construite spécialement pour les Jeux de 1996. Elle accueillit les compétitions d'athlétisme ainsi que les cérémonies d'ouverture et de clôture. L'immense stade couvert du Georgia Dome fut le lieu des épreuves de gymnastique artistique et de basket-ball. Les cinq salles du Georgia World Congress Center furent utilisées pour l'escrime, le judo, le handball, le tennis de table, la lutte et l'haltérophilie. Le centre aquatique fut le Georgia Tech Aquatic Center. Les autres sites du Parc olympique étaient l' Alexander Memorial Coliseum (boxe), l' Atlanta-Fulton County Stadium (baseball), le Georgia State University Gymnasium (badminton), le Morris Brown College Stadium (hockey sur gazon), l'Omni Coliseum (volley-ball) et le Wolf Creek Shooting Complex (tir). Les épreuves équestres furent disputées au Georgia International Horse Park, le cyclisme sur piste au vélodrome du Stone Mountain Park.

Des matchs du tournoi olympique de football furent disputés à l'Orange Bowl de Miami, au Citrus Bowl d'Orlando, au Kennedy Stadium de Washington ainsi qu'à Athens et à Birmingham. Les autres villes américaines ayant accueilli des épreuves sportives furent Savannah (voile), Columbus (softball), le Lake Lanier à Gainesville et Ocoee River dans le Tennessee.

Polémiques sur les problèmes d'organisationmodifier | modifier le code

Ces jeux d’Atlanta furent marqués par des problèmes d’organisation9 liés notamment à la communication et au transport des athlètes et des spectateurs. Du point de vue informatique, la transmission des informations par la société IBM connut quelques ratés. Dans la capitale de la communication qu’est Atlanta, des retards de données de résultats ainsi que des informations erronées sur les athlètes furent constatés durant ces jeux. Les agences de presse internationales dénoncèrent alors le non-respect des engagements pris par la société informatique10.

Le point noir de ces jeux concerna le transport des athlètes et des spectateurs vers les différents sites olympiques. Le réseau de transport de la ville d’Atlanta s’avéra très insuffisant11. Les lignes de métro ne furent pas assez nombreuses tandis que les autobus furent confrontés à d’énormes embouteillages. La marche à pied devint par conséquent inéluctable12. D’autres problèmes liées à l’organisation furent constatés, du retard dans les épreuves à des erreurs d’attribution de médailles.

En réaction à ces problèmes, le Comité international olympique mit en garde le comité d’organisation (l'ACOG) sur les conséquences que pourraient avoir pour son image de marque les défaillances de l’organisation, dues à la sous-estimation de l’ampleur de la manifestation13.

L'attentat du parc du Centenairemodifier | modifier le code

Article détaillé : Attentat du parc du Centenaire.
Statue du Baron Pierre de Coubertin située dans le parc du Centenaire (Centennial Olympic Park).

Alors que l’Amérique est toujours sous le choc de l’explosion d’un Boeing 747 au large de Long Island causant 230 morts, un attentat meurtrier14 survient durant les Jeux olympiques d’Atlanta avec l’explosion d’une bombe dans le parc du Centenaire, au beau milieu du village Olympique.

Dans la nuit du vendredi au samedi 27 juillet 1996, à 1h20 locale, une explosion violente15 se produit au cœur du parc du Centenaire fréquenté alors par des étudiants et des touristes pour faire la fête. Le bilan est lourd : deux morts et 111 blessés. Dès les premières constatations, la police déclare que la bombe, d’origine artisanale, était composée d’un tube en métal contenant des clous et des vis. Très vite, le Comité international olympique condamna cet incident et affirma que ces jeux d’Atlanta devaient se poursuivre, comme dans le passé suite à la prise d’otages sanglante de Munich en 1972. Ce samedi 27 juillet, une minute de silence fut observée sur tous les sites et les drapeaux olympiques mis en berne. Lors de la cérémonie de clôture, Juan Antonio Samaranch déclara qu’« Aucun acte de terrorisme n'a jamais détruit ni ne détruira jamais le Mouvement olympique16 ».

Quelques années plus tard, un suspect présumé dénommé Eric Rudolph, proche des milices et mouvements religieux extrémistes hostiles au gouvernement fédéral, sera arrêté17 puis condamné à la prison à vie18.

Nations participantesmodifier | modifier le code

Pays participants en 1996.
  •      Pays participant pour la première fois.
  •      Pays ayant déjà participé.

197 nations et 10 318 athlètes19 participèrent à ces jeux de 1996.

24 délégations, dont 11 issues du bloc soviétique concourant avec l'équipe unifiée de l'ex-URSS en 1992, firent leur première apparition à des Jeux olympiques d'été : l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, le Burundi, le Cap-Vert, les Comores, la Dominique, la Géorgie, la Guinée-Bissau, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Macédoine, la Moldavie, Nauru, l'Ouzbékistan, la Palestine, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Sao Tomé-et-Principe, la Slovaquie, le Tadjikistan, la République tchèque, le Turkménistan et l'Ukraine.

Les 197 délégations participantes
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
52 pays 42 pays 46 pays 45 pays 12 pays

Compétitionmodifier | modifier le code

Sports et résultatsmodifier | modifier le code

Un nouveau sport fait son apparition à l'occasion de ces jeux d'Atlanta, le Softball, tout comme les disciplines du Beach-volley et du VTT. Par ailleurs, les femmes disputent pour la première fois le tournoi olympique de Football.

Au total, ce sont 26 sports et 271 épreuves qui figurent au programme de ces jeux de 1996.

Swimming pictogram.svg Natation (32)
Synchronized swimming pictogram.svg Natation synchronisée (1)
Diving pictogram.svg Plongeon (4)
Water polo pictogram.svg Water-polo (1)

Faits marquantsmodifier | modifier le code

Athlétisme

Résultats détaillés
Le sprinteur américain Michael Johnson20 réalise un doublé historique sur le sprint. Tout d’abord, il remporte l’épreuve du 400m avec plus de 10 m d’avance sur son dauphin. Trois jours plus tard, lors de la finale du 200m, il franchit la ligne d’arrivée en 19 s 32, et améliore le record du monde de l’épreuve qu’il détenait auparavant. Ces victoires sont une revanche pour l'athlète américain qui avait été éliminé quatre ans plus tôt en demi-finale suite à une intoxication alimentaire. À l’instar de Michael Johnson, la Française Marie-José Pérec21 réalise également le doublé 200-400m22. Son objectif principal de ces jeux était de conserver son titre du tour de piste conquis en 1992 à Barcelone. Le 29 juillet 1996, elle réalise cet exploit en devançant l’australienne Cathy Freeman avec un temps de 48 s 25, soit un nouveau record olympique. Trois jours plus tard, Perec détient le meilleur des temps des engagées de la finale du 200 m. À la sortie du virage, trois athlètes la devancent. C’est alors que la sprinteuse française fait son effort dans la dernière ligne droite et laisse sur place toutes ses adversaires. La "Gazelle" remporte sa troisième médaille d’or olympique (sa deuxième à Atlanta) sur le temps de 22 s 12. L'athlète américain Carl Lewis entre dans l'histoire en remportant, à l'âge de 35 ans, l'épreuve du saut en longueur pour la quatrième fois consécutive. Cet exploit lui permet de glaner la neuvième médaille d'or olympique de sa carrière, performance que seuls Paavo Nurmi, Mark Spitz et Larissa Latynina avaient jusqu'alors réalisé. Le Canadien Donovan Bailey remporte l'épreuve reine du 100m en battant le record du monde en 9 s 84, alors que la russe Svetlana Masterkova réalise un doublé sur 800 m et 1 500 m. Le marathon masculin est remporté par le sud-africain Josia Thugwane.

Aviron
Résultats détaillés
À 34 ans, le Britannique Steve Redgrave devient le premier rameur de l'histoire à remporter une quatrième médaille d'or en quatre Jeux olympiques, en disposant, en compagnie de Matthew Pinsent, de l'équipage français dans l'épreuve du deux sans barreur. Le bilan général fait apparaitre un déclin allemand (2 médailles d'or seulement) au profit des équipages australiens (5 podiums).

Badminton
Résultats détaillés

Baseball
Résultats détaillés

Basket-ball
Résultats détaillés
Les États-Unis remporte le tournoi olympique masculin de Basket-ball quatre ans après la première Dream Team. Ils battent la Yougoslavie en finale. Chez les femmes, la victoire revient aux américaines face aux brésiliennes.

Boxe
Résultats détaillés

Canoë-kayak
Résultats détaillés

Cyclisme
Résultats détaillés
Le cyclisme accueille pour la première fois des professionnels. L'espagnol Miguel Indurain, quintuple vainqueur du Tour de France, remporte l'épreuve du contre-la-montre. Chez les femmes, la française Jeannie Longo-Ciprelli décroche deux médailles, dont le titre sur la course en ligne. Les épreuves du VTT, disputées pour la première fois aux Jeux olympiques, sont remportées par le néerlandais Bart Brentjens et par l'italienne Paola Pezzo.

Équitation
Résultats détaillés

Escrime

Résultats détaillés
Pour sa première apparition olympique, la Française Laura Flessel remporte le titre individuel et le titre par équipe à l'épée. Trois nations dominent les épreuves d'escrime : la France, l'Italie et la Russie.

Football
Résultats détaillés
L'Équipe du Nigeria de football crée la sensation en battant l'Argentine en finale par 3 buts à 2. Le tournoi féminin est remporté par les États-Unis face à la Chine.

Gymnastique
Résultats détaillés

Haltérophilie
Résultats détaillés
Le Turc Naim Suleymanoglu devient le premier haltérophile champion olympique de la discipline trois fois de suite.

Handball
Résultats détaillés

Hockey sur gazon
Résultats détaillés

Judo
Résultats détaillés
Le Japon et la France se partagent six des 14 épreuves disputées. Ces derniers obtiennent leurs meilleurs résultats olympiques, notamment grâce à David Douillet titré chez les lourds.

Lutte
Résultats détaillés

Pentathlon moderne
Résultats détaillés

Natation
Résultats détaillés
Le nageur russe Alexander Popov23 est l’un des héros des jeux d’Atlanta en remportant quatre médailles, dont les deux médailles d’or du sprint sur 50 m et 100 m nage libre. Sur le 100 m, Popov, détenteur du record du monde et tenant du titre, devance l’américain Gary Hall Jr en 48"74, devenant à l’occasion le premier nageur depuis Johnny Weissmuller24 en 1928 à s’imposer deux fois dans cette épreuve. Le Russe de 24 ans réalise un autre exploit trois jours plus tard sur le 50 m. Il dispose une fois de plus de Gary Hall Jr pour remporter la course sur le temps de 22"13, obtenant ainsi la quatrième médaille d’or de sa carrière. Il compléte sa collection d’Atlanta avec deux médailles d’argent supplémentaires en relais. Un mois après ces jeux de 1996, Alexander Popov sera victime, dans les rues de Moscou, d’un coup couteau lui perforant l’estomac. Chez les femmes, l'Américaine Amy Van Dyken est l'athlète la plus médaillée de ces jeux d'Atlanta. En remportant le 50 m,100m, relais 4 × 100m nage libre et relais 4 × 100 quatre nages, elle devient la première sportive américaine à remporter quatre titres dans une même olympiade. Autre nageuse en vue, l'irlandaise Michelle Smith remporte également quatre médailles, dont trois en or. Ce fait de gloire sera terni deux ans plus tard par un contrôle anti-dopage positif lui valant une suspension de quatre ans.

Softball
Résultats détaillés

Tennis

Résultats détaillés
Sur leur sol, les américains Andre Agassi et Lindsay Davenport décrochent les médailles d'or du simple messieurs et du simple dames.

Tennis de table
Résultats détaillés
La chinoise Deng Yaping remporte les titres du simple et du double en tennis de table après avoir fait de même en 1992.

Tir
Résultats détaillés

Tir à l'arc
Résultats détaillés

Voile
Résultats détaillés

Volley-ball
Résultats détaillés

Records de médaillesmodifier | modifier le code

Sportifs les plus médaillés aux Jeux olympiques d'Atlanta en 1996
Athlète Pays Sport médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Total
Amy Van Dyken Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 4 0 0 4
Michelle Smith Drapeau de l’Irlande Irlande Natation 3 0 1 4
Alexander Popov Drapeau de la Russie Russie Natation 2 2 0 4
Gary Hall Jr. Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 2 2 0 4
Alexei Nemov Drapeau de la Russie Russie Gymnastique 2 1 3 6
Denis Pankratov Drapeau de la Russie Russie Natation 2 1 0 3
Lilia Podkopayeva Ukraine Ukraine Gymnastique 2 1 0 3

Tableau des médaillesmodifier | modifier le code

Pour les résultats complets, voir : Tableau des médailles des Jeux olympiques d'été de 1996.

La délégation des États-Unis remporte sur son sol 101 médailles dont 44 en or. Elle devance la Russie (62 médailles dont 26 d'or) et l'Allemagne (65 médailles dont 20 d'or). L'éclatement des blocs et la naissance de nouveaux États entrainent une plus large répartition des titres. Sur les 197 pays en lice, 79 ont gagné au moins une médaille.

Les dix premières nations au classement des médailles25 :

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Drapeau des États-Unis États-Unis 44 32 25 101
2 Drapeau de Russie Russie 26 21 16 63
3 Drapeau d'Allemagne Allemagne 20 18 27 65
4 Drapeau de Chine Chine 16 22 12 50
5 Drapeau de France France 15 7 15 37
6 Drapeau d'Italie Italie 13 10 12 35
7 Drapeau d'Australie Australie 9 9 23 41
8 Drapeau de Cuba Cuba 9 8 8 25
9 Drapeau d'Ukraine Ukraine 9 2 12 23
10 Drapeau de Corée du Sud Corée du Sud 7 15 5 27

Monnaies commémorativesmodifier | modifier le code

Quatre pièces de 100 Francs en argent, œuvres de Joaquin Jimenez, ont été frappées en 1996 pour Le Centenaire des Jeux Olympiques.

Médiasmodifier | modifier le code

Les Jeux olympiques d'Atlanta enregistrent un nouveau record des montants des droits de retransmission avec plus de 896 millions de dollars. Pour avoir l'exclusivité de diffusion dans le territoire américain, la chaine NBC déboursa à elle seule 456 millions de dollars. Cet investissement fut largement rentabilisé par la vente de ses espaces publicitaires estimés à 675 millions de dollars. On considère que près de dix-neuf milliards de spectateurs et de téléspectateurs, en audience totale cumulée, regardèrent les épreuves.

15 108 médias étaient présents à Atlanta, dont 5 695 organes de presse écrite et 9 413 diffuseurs. Plus de 19 161 journalistes et techniciens accrédités couvrirent les jeux. Plus de 47 466 volontaires ont participé à l'organisation.

Droits de télévision des Jeux olympiques de 199626
Médias / Groupement de médias Montant
(en millions de dollars)
NBC (États-Unis)
Union des médias européens (EBU)
Japon (AOJC)
Australie (7 chaines)
Canada (CBC)
Corée (Koréan Pool)
Nouvelle-Zélande (TVNZ)
Afrique du Sud (SABA)
Amérique latine (OTI)
Asie-pacifique (APBU)
États Arabes (ASBU)
Autres
456
247
99,5
30
20,75
9,75
8
6,75
5,45
5
3,75
5
Total 896,95

Dopagemodifier | modifier le code

Deux athlètes furent disqualifiées suite à des contrôles anti-dopage positifs27 :

  • Iva Prandzheva (Bulgarie, athlétisme) : Metadienone ;
  • Natalya Shekhodanova (Russie, athlétisme) : Stanozolol.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Le programme des partenaires Olympiques TOP, CIO
  2. (en) Olympic Games in 1996, georgiaencyclopedia.org
  3. L'emblème des jeux d'Atlanta, site du CIO
  4. Le flambeau olympiques de jeux de 1996, site du CIO
  5. Descriptif des médailles olympiques d'Atlanta, site du CIO
  6. Izzy, la mascotte des jeux d'Atlanta, site du CIO
  7. Muhammad Ali, le plus fameux, CIO
  8. En 1960, Cassius Clay avait jeté sa médaille d'or dans une rivière car on avait refusé de le servir dans un restaurant à cause de sa couleur
  9. Atlanta 1996, l’erreur de parcours, 27 juillet 1996
  10. Atlanta n'a vraiment pas bonne presse, 24 juillet 1996
  11. Olympics Stung By Technology's False Starts, New York Times, 22 juillet 1996
  12. Chaque jour, les jeux frôlent l'apoplexie, L'Humanité.fr, 24 juillet 1996
  13. Le CIO met en garde l’ACOG sur les problèmes d’organisation, L’Humanité.fr, 22 juillet 1996
  14. (en) Bombe aux Jeux olympiques, New York Times, 28 juillet 1996
  15. (en) Centenial Olympic Park bombing, CNN Interactive
  16. Discours de Juan Antonio Samaranch, Revue Olympique, Aout-Septembre 1996
  17. L'auteur présumé de l'attentat d'Atlanta arrêté
  18. Perpétuité pour l'auteur de l'attentat des JO d'Atlanta
  19. Atlanta 1996 Jeux de la XXVIe Olympiade, CIO
  20. Michael Johnson, site du CIO
  21. Marie-José Perec, site du CIO
  22. (en) Perec Takes On Double Mission, New York Times, 1er aout 1996
  23. Alexander Popov, la fusée russe, CIO
  24. Popov rejoint Tarzan
  25. Source CIO 1996
  26. [PDF]Rapport olympique officiel 1996, volume 1 page 82
  27. Liste des sportifs dopés aux Jeux olympiques

Annexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License