John McCarthy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mac Carthy.

John McCarthy (né le , à Boston, dans le Massachusetts - mort le 1) est le principal pionnier de l'intelligence artificielle avec Marvin Minsky ; il incarne le courant mettant l'accent sur la logique symbolique.

À la fin des années 1950, après un doctorat en mathématiques, il a créé avec Fernando Corbató la technique du temps partagé, qui permet à plusieurs utilisateurs d'employer simultanément un même ordinateur. Il est également le créateur du langage LISP, en 1958. Il reçoit le prix Turing en 1971 pour ses travaux en intelligence artificielle.

Adolescence et étudesmodifier | modifier le code

John McCarthy est né à Boston, dans le Massachusetts le d'un père immigrant Irlandais, John Patrick, et d'une mère juive lituanienne immigrante, Ida Glatt McCarthy2. Il a été contraint de voyager fréquemment, jusqu'à ce que son père trouve un travail à Los Angeles, en Californie.

McCarthy a dès son jeune âge montré un intérêt pour les mathématiques. Pendant son adolescence, il apprend les mathématiques en autodidacte, grâce aux livres de l'Institut technologique de Californie (Caltech). De fait, à son entrée à Caltech, ses connaissances lui permettent de passer les deux premières années de mathématiques3.

Après l’obtention de son diplôme en 1948, McCarthy continue ses études à Caltech, pour finalement passer son doctorat de mathématiques à l'université de Princeton, en 1951.

À cette époque, McCarthy se marie à Vera Watson, une développeuse et alpiniste, morte en 1978 alors qu'elle tentait l’ascension de l'Annapurna I.

Carrière informatiquemodifier | modifier le code

En 1955, il préside la conférence de Dartmouth, lors de laquelle il présente le principe d'élagage alpha-beta, un algorithme d'évaluation jouant un rôle majeur dans la programmation en intelligence artificielle, notamment utilisé par la grande majorité des programmes d'échecs. Vers les années 1960, le programme Kotok-McCarthy, dont il est à l'origine, est l'un des plus performants. Il est également l'inventeur en 1958 du langage Lisp1. Il quitte le MIT en 1962 pour créer le laboratoire d'intelligence artificielle de l'université Stanford. À partir de 1962, McCarthy est professeur à l'université Stanford, jusqu'à ce qu'il prenne sa retraite en 2000. Il est aussi l'un des pionniers du cloud computing 4. Il reçoit le prix Turing en 1971 pour ses travaux en intelligence artificielle.

Pendant sa retraite, il écrit une nouvelle de science-fiction, intitulée Le Robot et le bébé5, « pour illustrer en partie ce que les robots domestiques devraient être »6.

Récompensesmodifier | modifier le code

Publications majeuresmodifier | modifier le code

  • McCarthy, J. 1959. Programs with Common Sense. In Proceedings of the Teddington Conference on the Mechanization of Thought Processes, 756-91. London: Her Majesty's Stationery Office.
  • McCarthy, J. 1960. Recursive functions of symbolic expressions and their computation by machine. Communications of the ACM 3(4):184-195.
  • McCarthy, J. 1963a A basis for a mathematical theory of computation. In Computer Programming and formal systems. North-Holland.
  • McCarthy, J. 1963b. Situations, actions, and causal laws. Technical report, université Stanford.
  • McCarthy, J., and Hayes, P. J. 1969. Some philosophical problems from the standpoint of artificial intelligence. In Meltzer, B., and Michie, D., eds., Machine Intelligence 4. Édimbourg, Edinburgh University Press. 463-502.
  • McCarthy, J. 1977. Epistemological problems of artificial intelligence. In IJCAI, 1038-1044.
  • McCarthy, J. 1980. Circumscription: A form of non-monotonic reasoning. Artificial Intelligence 13(1-2):23-79.
  • McCarthy, J. 1986. Applications of circumscription to common sense reasoning. Artificial Intelligence 28(1):89-116.
  • McCarthy, J. 1990. Generality in artificial intelligence. In Lifschitz, V., ed., Formalizing Common Sense. Ablex. 226-236.
  • McCarthy, J. 1993. Notes on formalizing context. In IJCAI, 555-562.
  • McCarthy, J., and Buvac, S. 1997. Formalizing context: Expanded notes. In Aliseda, A.; van Glabbeek, R.; and Westerstahl, D., eds., Computing Natural Language. Université Stanford. Also available as Stanford Technical Note STAN-CS-TN-94-13.
  • McCarthy, J. 1998. Elaboration tolerance. In Working Papers of the Fourth International Symposium on Logical formalizations of Commonsense Reasoning, Commonsense-1998.
  • Costello, T., et McCarthy, J. 1999. Useful counterfactuals. Electronic Transactions on Artificial Intelligence 3(A):51-76
  • McCarthy, J. 2002. Actions and other events in situation calculus. In Fensel, D.; Giunchiglia, F.; McGuinness, D.; et Williams, M., eds., Proceedings of KR-2002, 615-628.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  • Spider & LISP, des amis pour la vie, Nicolas D.
  • Last but not the least, My Spider in LISP, Nicolas D.
  1. a et b L'intelligence artificielle est orpheline; sur Slate.fr
  2. Out of Their Minds: The Lives and Discoveries of 15 Great Computer Scientists, Dennis Shasha et Cathy Lazere, printemps 1998.
  3. (en) Patrick J. Hayes, « On John McCarthy's 80th Birthday, in Honor of his Contributions », AI Magazine, Association for the Advancement of Artificial Intelligence, vol. 28, no 4,‎ 2007, p. 93–102 (lire en ligne)
  4. « We keep inventing new names for time-sharing. It came to be called servers.… Now we call it cloud computing. That is still just time-sharing. John started it. » [1]
  5. Le Robot et le bébé de John McCarthy
  6. John McCarthy, père de l'intelligence artificielle, est mort
  7. DOI:10.1109.2FMIS.2011.64
  8. (en) « IEEE Computer Society Magazine Honors Artificial Intelligence Leaders », DigitalJournal.com,‎ 24 août 2011 (2011-08-24) (lire en ligne) Press release source: PRWeb (Vocus).

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License