Karnak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Karnak (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour le village, voir El-Karnak.
Karnak
Site d'Égypte antique
Image illustrative de l'article Karnak
Plan de Karnak.
Localisation
Coordonnées 25° 43′ 04″ N 32° 39′ 28″ E / 25.717758, 32.657912 ()25° 43′ 04″ Nord 32° 39′ 28″ Est / 25.717758, 32.657912 ()  

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
City locator 4.svg
Karnak

Le complexe religieux de Karnak —abusivement appelé temple de Karnak ou tout simplement Karnak— comprend un vaste ensemble de ruines de temples, chapelles, pylônes, et d’autres bâtiments situés au nord de Thèbes, aujourd’hui la ville de Louxor1, en Égypte, sur la rive droite du Nil.

Le complexe de Karnak, reconstruit et développé pendant plus de 2 000 ans par les pharaons successifs, de Sésostris Ier au Moyen Empire à l’époque ptolémaïque, s’étend sur plus de deux kilomètres², et est composé de trois enceintes. Il est le plus grand complexe religieux de toute l’Antiquité.

Temple le plus important de la XVIIIe dynastie, il était consacré à la triade thébaine avec à sa tête le dieu Amon-Rê. Le complexe était relié au temple de Louxor par une allée de sphinx de près de trois kilomètres de long.

Site touristique, il est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979. Seule l’enceinte d’Amon peut être visitée. Le site fait l’objet de fouilles conduites dès le XIXe siècle par des Français, organisés depuis 1967 au sein du Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak. Les découvertes continuent à être nombreuses.

Histoiremodifier | modifier le code

La construction du complexe de Karnak s'est étalée sur plus de deux millénaires avec une succession de construction, de modification, de rajouts, de destructions, de remaniements, etc. qui en fit le centre religieux le plus étendu de l'Égypte antique1. Cette importance est traduite par son nom, Ipet-isout ou Epte-sooué1, en hiéroglyphes :

i p
t
Y1V st st st t
O49
, translittéré en « le plus estimé des lieux ».

Devant l'entrée occidentale de l'enceinte d'Amon-Rê s'étendait un bassin relié au Nil par un canal artificiel. C'était la voie processionnelle qu'empruntait la barque d'apparat de la triade thébaine d'Amon, Mout et Khonsou lorsqu'ils se rendaient au temple d'Amon de Louxor lors de la fête d'Opet.

Édificesmodifier | modifier le code

En plus des trois enceintes, d'autres édifices se trouvent hors des murailles. Il s'agit du temple d'Osiris Pededânkh à l'ouest de l'enceinte de Montou et au nord de l'enceinte d'Amon-Rê, du temple de Thoutmôsis Ier à l'est de l'enceinte de Montou et au nord de l'enceinte d'Amon, du temple d'Amenhotep IV à l'est de l'enceinte d'Amon, du reposoir des barques de Psammouthis et d'Achoris à l'ouest de l'enceinte d'Amon, du sanctuaire des barques de Thoutmôsis III et d'Hatchepsout ainsi que du sanctuaire d'Amon Kamoutef entre l'enceinte d'Amon au nord et l'enceinte de Mout au sud et enfin du temple de Nectanebo II à l'est de l'enceinte de Mout1.

À ces bâtiments, il faut rajouter un certain nombre de chaussées menant à différentes portes des enceintes : une partant de l'enceinte de Montou vers le nord et bordée de sphinx à tête humaine, une bordée de sphinx à tête de bélier partant de l'enceinte d'Amon vers l'ouest jusqu'à un débarcadère sur les bords d'un canal et deux partant de l'enceinte d'Amon vers le sud, celle bordée à tête de bélier menant à l'enceinte de Montou et celle bordée de sphinx à tête humaine rejointe par une petite allée partant de l'enceinte de Mout et menant au temple d'Amon à Louxor1.

Enceinte d'Amon-Rêmodifier | modifier le code

Vue d'une partie de l'enceinte d'Amon-Rê avec la salle hypostyle (au centre).
Article détaillé : Enceinte d'Amon-Rê.

Cette enceinte, la plus grande et située entre les deux autres enceintes, est la seule accessible au public. La majorité des constructions de cette enceinte s'organise selon deux axes : un orienté est-ouest et un autre orienté nord-sud qui forment un « T »1. L'axe principal, celui orienté est-ouest, est composé de six pylônes qui précèdent le temple d'Amon proprement dit à l'extrémité orientale de cet axe1. L'axe secondaire, celui orienté nord-sud, est composé de quatre pylônes se connectant à l'axe principal en son milieu, au niveau des troisièmes et quatrièmes pylônes1. Ces deux axes sont complétés par un certain nombre de constructions situées dans le centre de l'enceinte comme un lac sacré ou à sa périphérie comme le temple de Ramsès II, le temple d'Opet, le temple de Khonsou, le temple de Ptah ou le temple d'Osiris Hékadjet1.

La partie la plus célèbre du temple d'Amon est sa salle hypostyle située entre le deuxième et troisième pylône1. Composée de cent trente-quatre colonnes dont la plupart ont gardé leur décor, elle évoque « un gigantesque fourré de papyrus en pierre »2. À l'origine couverte par un plafond, la lumière filtrait par des fenêtres à claire-voie dont quelques-unes sont toujours en place.

Enceinte de Montoumodifier | modifier le code

Article détaillé : Enceinte de Montou.

Cette enceinte, la plus petite du complexe de Karnak, est située au nord de celle d‘Amon-Rê1. Ses principales constructions sont le temple de Montou auquel sont accolés le temple d'Harpocrate et le temple de Maât1.

Enceinte de Moutmodifier | modifier le code

Article détaillé : Enceinte de Mout.

Cette enceinte est située au sud de celle d'Amon-Rê1. Ses principales constructions sont le temple de Mout auquel il faut rajouter le temple de Khonspekhrod et le temple de Ramsès III1.

Notesmodifier | modifier le code

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (fr) Atlas de l'Égypte ancienne, Édition du Fanal (ISBN 2-7344-0348-X), p. 90 à 92
  2. L'Égypte – Sur les traces de la civilisation pharaonique, Könemann (2004), p. 167

Annexesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License