LibraryThing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de LibraryThing
Logo

URL http://www.librarything.com, http://www.librarything.fr, etc.
Description Catalogue de livres en ligne
Commercial oui
Type de site Catalogue de livres communautaire
Langue(s) Multilingue (6 langues)
Inscription gratuite avec options payantes
Siège social Portland (Maine)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Propriétaire Tim Spalding (majoritaire)
AbeBooks
CIG
Créé par Tim Spalding
Lancement 29 août 2005
Revenus 1 000 000
État actuel En activité

LibraryThing est une application web de catalogage social destinée à enregistrer et partager des bibliothèques personnelles et des listes de livres.

LibraryThing a été développé par Tim Spalding et a ouvert le 29 août 2005. Au moment de son premier anniversaire en août 2006, LibraryThing avait attiré plus de 73 000 utilisateurs enregistrés, qui avaient catalogué 5,1 millions de livres, représentant environ 1,2 million d'ouvrages uniques; en mars 2009 le site comptait 650 000 utilisateurs et 37 millions de livres en catalogue1. Le site LibraryThing affiche des annonces Google AdSense sur les pages d'ouvrages et d'auteurs pour les utilisateurs non enregistrés, et reçoit des commissions des librairies en ligne qui fournissent aussi les images de couverture. Les utilisateurs individuels peuvent s'enregistrer gratuitement et cataloguer jusqu'à 200 livres. Au-delà de cette limite et/ou pour une utilisation commerciale ou collective, un abonnement ou une souscription à vie sont demandés.

La librairie en ligne AbeBooks a acheté 40 % du capital de LibraryThing en mai 2006 pour un prix non communiqué2. En janvier 2009, le Cambridge Information Group a acquis une part minoritaire de la société, et sa filiale Bowker est devenue le distributeur officiel des librairies3. Tim Spalding a gardé la majorité des parts, mais la participation actuelle des actionnaires minoritaires n'est pas de notoriété publique.

Les utilisateurs (nommés de manière informelle les thingamabrarians, un terme inventé par le contributeur RJO) peuvent cataloguer leur bibliothèque personnelle, et rencontrer des utilisateurs qui possèdent les mêmes livres. Même s'il est possible de garder son catalogue personnel privé, la plupart des utilisateurs choisissent de rendre leur catalogue public, ce qui permet de trouver des utilisateurs ayant des goûts similaires. Les thingamabrarians peuvent parcourir la base de données en cherchant par titre, auteur, ou parmi les tags générés par les utilisateurs lorsqu'ils enregistrent leurs livres dans leur bibliothèque.

Fonctionnalitésmodifier | modifier le code

La première fonctionnalité de LibraryThing est le catalogage automatique de livres en important des données de vendeurs de livres et de librairies par des connexions Z39.50. Six magasins Amazon fournissent une source de données toute prête (bien que parfois incorrecte). Les librairies source fournissent des enregistrements MARC et Dublin Core à LibraryThing; les utilisateurs peuvent importer des informations de plus de 680 bibliothèques, y compris la Bibliothèque du Congrès, la Bibliothèque nationale australienne, le Catalogue national canadien, la British Library, et l'Université Yale4. Une fois que le livre et l'édition corrects ont été trouvés, un clic l'ajoute au catalogue de l'utilisateur. Si le livre ou l'édition recherchés ne sont pas disponibles, ils peuvent être ajoutés manuellement ou l'enregistrement peut être édité plus tard. De plus, les livres peuvent être ajoutés depuis le catalogue d'un autre membre, ou en cherchant sur le site LibraryThing. Une liste de numéros ISBN peut aussi être importée.

Une fonctionnalité "Suggestion", introduite en avril 2006, fournit des recommandations de livres basées sur des catalogues avec des livres similaires. Les amusantes "non-suggestions" listent des livres qui sont rarement possédés par les gens qui ont des livres en commun avec vous. Ces deux fonctionnalités peuvent aussi être appliquées à un livre spécifique.

Fonctionnalités socialesmodifier | modifier le code

Après qu'un utilisateur a catalogué des livres, il ou elle peut les tagger, ajouter/corriger des couvertures, et utiliser des fonctionnalités sociales. Quand un livre est taggé, il peut être vu quand les autres utilisateurs ou livres utilisent ce tag. Le tagging est, selon WikiThing,

« ...une manière simple de catégoriser des livres selon la façon dont l'utilisateur les perçoit. Ainsi une personne va tagger le Da Vinci Code comme "nouvelle" alors qu'un autre va le tagger "navet, religion, marie" et un autre encore simplement "maison d'été". Les tags sont particulièrement utiles pour classer et rechercher par ce concept - c'est-à-dire, dans les exemples précédents, quand vous avez besoin d'une liste de toutes vos nouvelles ou de tous les livres de votre maison d'été5. »

Une autre fonctionnalité, « Les membres qui ont vos livres », montre les noms des membres qui ont les 50 bibliothèques les plus similaires à la vôtre. En regardant le profil ou la bibliothèque d'un autre membre, le système montre combien de livres (et lesquels) les deux utilisateurs ont en commun. S'ils le désirent, les membres peuvent laisser un commentaire (public ou privé) sur le profil d'un autre membre. Il est également possible d'ajouter le membre comme ami, à une liste de suivi privée, ou comme bibliothèque intéressante.

En septembre 2006, LibraryThing a ajouté un moyen facile de voir les données de plusieurs sites web d'échange de livres6. Les pages de livres LibraryThing incluent un lien « échanger ce livre » avec le nombre de copies disponibles sur les sites d'échange de livres, le nombre de personnes qui souhaitent une copie du livre, et des liens vers des sites spécifiques où les gens possèdent ou demandent le livre en question (classés par nombre de copies).

Les fonctionnalités sociales de LibraryThing le définissent comme une application Web 2.0. Il a été comparé au gestionnaire de favoris Del.icio.us,7 au service de musique collaboratif Last.fm,8 et à aNobii, un autre site de catalogage de livres9.

Publicitémodifier | modifier le code

Fin juin 2006, LibraryThing a subi l'effet Slashdot suite à un article du Wall Street Journal10. Les développeurs du site ont ajouté des serveurs pour compenser l'augmentation de trafic. En décembre de la même année, le site a reçu encore plus d'attention de Slashdot lui-même pour sa fonctionnalité « non-suggestion », qui suggère les livres les moins susceptibles d'apparaître dans le même catalogue qu'un livre donné11.

LibraryThing maintient deux blogs et un forum de discussion. Depuis l'introduction de la rubrique forum sur le site, appelée « Talk », l'ancien Google Group LibraryThing a été supprimé.

Internationalisationmodifier | modifier le code

Le site collecte des informations en provenance de bibliothèques et de librairies en ligne issues de nombreux pays. Cela permet au site, dont l'interface est traduite dans de nombreuses langues, de s'adresser à un public non anglophone12.

Annexesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. « Aperçu des tendances », LibraryThing (consulté le 15 mars 2009).
  2. (en) Richard Davies, « ABEBOOKS.COM ACQUIRES MAJOR STAKE IN LIBRARYTHING.COM – A SOCIAL NETWORKING SITE FOR BIBLIOPHILES », AbeBooks.com,‎ 2006-05-16 (lire en ligne)
  3. CIG Acquires Minority Stake in LibraryThing; Bowker to Distribute to Libraries - 1/22/2009 - Library Journal
  4. (en) « Add books to your library » (consulté en 2008-06-03)
  5. (en) « Tagging - WikiThing »,‎ 2008-01-18 (consulté en 2008-06-03)
  6. (en) Tim Spalding, « Arrr… Swap books! », The LibraryThing Blog,‎ 2006-09-03 (consulté en 2007-03-13)
  7. (en) Jim Regan, « Do your own LibraryThing », Christian Science Monitor,‎ 2005-11-09 (lire en ligne)
  8. (en) Alistair Bain, « LibraryThing », Desert of Zin,‎ 2007-04-28 (lire en ligne)
  9. (en) Craig Childs, « aNobii - Share, Track & Buy Books », lifehack.org,‎ 2007-03-27 (lire en ligne)
  10. (en) Aaron Rutkoff, « Social Networking for Bookworms », Wall Street Journal,‎ 2006-06-27 (lire en ligne)
  11. (en) « Unsuggester: Finding the Book You'll Never Want », Slashdot,‎ 2006-12-04 (consulté en 2006-12-15)
  12. 34 langues officielles, plus en jargon des pirates







Creative Commons License