Langues du Vanuatu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les langues parlées au Vanuatu sont particulièrement nombreuses. Avec environ 110 langues vernaculaires parlées par seulement 234 000 habitants, ce pays possède la plus forte densité linguistique au monde. À ces langues, toutes océaniennes, s’ajoutent les trois langues officielles : anglais, français et bichelamar ; ainsi que certaines langues arrivées au XXe siècle : fidjien, tahitien, tonguien, gilbertin, vietnamien, wallisien et chinois.

Langues officiellesmodifier | modifier le code

Les trois langues officielles du Vanuatu sont le français, l’anglais et le bichelamar (ou bislama), un pidgin à base lexicale anglaise. Le français et l’anglais sont les langues de l’éducation ; le bichelamar est la langue nationale. Selon Ethnologue.com1 :

  • l’anglais est parlé par 1 900 personnes (1995) ;
  • le français est parlé par 6 300 personnes (1995) ;
  • le bichelamar est la langue maternelle de 5 000 habitants du Vanuatu (6 200 dans tous les pays, y compris en Nouvelle-Calédonie), mais est parlé par la quasi-totalité de la population.

Langues vernaculairesmodifier | modifier le code

Ethnologue.com recense 107 langues indigènes parlées au Vanuatu (dont 2 éteintes), la liste ci-dessous en contient 111 (dont 3 éteintes). Cependant, le nombre exact de ces langues est difficile à déterminer : comme elles ne sont pas standardisées, on ne peut pas toujours facilement distinguer une langue d’un dialecte (par exemple, l’uripiv-wala-rano-atchin est une chaîne de dialectes) ; c’est d’autant plus difficile que peu de ces langues ont été étudiées en détail par des linguistes.

Étant donné le grand nombre de langues comparé à la faible population du Vanuatu, ces langues ont relativement peu de locuteurs (environ une langue pour 2 100 habitants) ; par conséquent beaucoup d’entre elles sont en danger (notamment le lemerig, l’araki et l’olrat, parlés par moins de 10 personnes).

Le territoire où est parlé une langue correspond souvent à une île (par exemple le paama ou le hiw), mais une île peut avoir plusieurs langues (Espiritu Santo et Malekula ont chacune plus de 25 langues ; même une petite île comme Ureparapara en a deux).

Linguistiquement, les langues indigènes du Vanuatu appartiennent toutes aux langues océaniennes, elles-mêmes une famille des langues austronésiennes. Elles sont réparties en trois branches :

Ces langues sont présentées ci-dessous avec leur code ISO 639-3 et avec des noms alternatifs entre parenthèses. Les données proviennent essentiellement d’Ethnologue.com1 (qui peuvent dater ou être imprécises), ainsi que du linguiste Alexandre François2 pour les langues de la province Torba. Lorsque des données plus récentes ou plus fiables existent, elles sont reflétées ici (les références sont données dans les entrées correspondant à chaque langue, par exemple pour le nahavaq ou le mavea).

Langue Code Locuteurs Région Famille
Akei (tasiriki) tsr 650 Espiritu Santo NCV
Ambae de l’Est (aoba) omb 5 000 Ambae NCV
Ambae de l’Ouest (duidui, opa) nnd 8 700 Ambae NCV
Amblong alm 300 Espiritu Santo NCV
Ambrym du Nord mmg 5 250 Ambrym NCV
Ambrym du Sud-Est tvk 3 700 Ambrym NCV
Anejom (aneityum) aty 900 Aneityum Sud
Aore aor 0 Espiritu Santo, Aore NCV
Apma app 7 800 Pentecôte NCV
Araki akr 8 Araki NCV
Aulua aul 750 Malekula NCV
Axamb (ahamb) ahb 750 Malekula NCV
Baetora btr 1 330 Maewo NCV
Baki (burumba, paki) bki 350 Epi NCV
Bierebo (bonkovia-yevali) bnk 800 Epi NCV
Bieria (bieri, vovo, wowo) brj 25 Epi NCV
Big Nambas (v’ënen taut) nmb 3 350 Malekula NCV
Burmbar (Banan Bay, vartavo) vrt 900 Malekula NCV
Butmas-tur (ati) bnr 520 Espiritu Santo NCV
Dakaka (baiap, ambrym du Sud) bpa 1 200 Ambrym NCV
Dixon Reed dix 50 Malekula NCV
Dorig (wetamut) wwo 300 Îles Banks (Gaua) NCV
Éfaté du Nord (nakanamanga) llp 9 500 Éfaté, îles Shepherd (Nguna, Tongoa) NCV
Éfaté du Sud (erakor) erk 6 000 Éfaté NCV
Emae mmw 400 Îles Shepherd (Emae) Polynésien
Eton etn 500 Éfaté NCV
Fortsenal (kiai) frt 450 Espiritu Santo NCV
Futuna-aniwa (West Futuna) fut 1 500 Futuna, Aniwa Polynésien
Hano (raga) lml 6 500 Pentecôte NCV
Hiw (hiu) hiw 280 Îles Torres (Hiw) NCV
Ifo iff 0 Erromango Sud
Katbol (avava) tmb 700 Malekula NCV
Kwamera (avava) tnk 3 500 Tanna Sud
Koro krf 250 Îles Banks (Gaua) NCV
Labo (ninde) mwi 1 100 Malekula NCV
Lamenu (lamen, varmali) lmu 850 Epi, Lamen NCV
Lakon (lakona, vure) lkn 800 Îles Banks (Gaua) NCV
Larevat (laravat) lrv 680 Malekula NCV
Lehali (teqel) tql 200 Îles Banks (Ureparapara) NCV
Lelepa (Havannah Harbour) lpa 400 Lelepa, Éfaté NCV
Lemerig (sasar) lrz 2 Îles Banks (Vanua Lava) NCV
Lenakel tnl 11 500 Tanna Sud
Letemboi (Small Nambas) nms 800 Malekula NCV
Lewo (varsu) lww 2 200 Epi NCV
Lingarak (neverver) lgk 1 250 Malekula NCV
Litzlitz (naman) lzl 15 Malekula NCV
Lonwolwol (ambrym de l’Ouest) crc 1 200 Ambrym NCV
Lorediakarkar lnn 850 Espiritu Santo NCV
Lo-toga (toga) lht 580 Îles Torres (Lo, Toga, Tegua) NCV
Löyöp (lehalurup) urr 240 Îles Banks (Ureparapara) NCV
Mae (dirak) mme 1 000 Malekula NCV
Maewo central mwo 1 400 Maewo NCV
Maii mmm 180 Epi NCV
Malfaxal (na’ahai) mlx 600 Malekula NCV
Malua Bay (Middle Nambas) mll 500 Malekula NCV
Maragus mrs 15 Malekula NCV
Marino (maewo du Nord) mrb 1 400 Maewo NCV
Maskelynes klv 1 100 Malekula, îlots Maskelynes NCV
Mavea (Mav̋ea, mafea) mkv 34 Mavea NCV
Mele-fila (ifira-mele) mxe 3 500 Éfaté, Mele, Ifira Polynésien
Merei lmb 400 Espiritu Santo NCV
Morouas mrp 150 Espiritu Santo NCV
Mota mtt 750 Îles Banks (Mota) NCV
Mpotorovo mvt 430 Malekula NCV
Mwerlap (merlav) mrm 1 100 Îles Banks (Mere Lava) NCV
Mwesen (mosina) msn 10 Îles Banks (Vanua Lava) NCV
Mwotlap (motlav) mlv 2 100 Îles Banks (Mota Lava, Ra, Vanua Lava) NCV
Nahavaq (South West Bay) sns 700 Malekula NCV
Namakura (makura) nmk 3 750 Éfaté, îles Shepherd (Tongoa, Tongariki) NCV
Narango nrg 160 Espiritu Santo NCV
Nasarian nvh 5 Malekula NCV
Navut nsw 520 Espiritu Santo NCV
Nokuku nkk 160 Espiritu Santo NCV
Nume (tarasag) tgs 700 Îles Banks (Gaua) NCV
Olrat olr 3 Îles Banks (Gaua) NCV
Paama paa 6 000 Paama NCV
Piamatsina ptr 150 Espiritu Santo NCV
Polonombauk plb 220 Espiritu Santo NCV
Port-sandwich (lamap) psw 1 200 Malekula NCV
Port-vato ptv 1 300 Ambrym NCV
Repanbitip rpn 90 Malekula NCV
Rerep (pangkumu, tisman) pgk 380 Malekula NCV
Roria (mores) rga 75 Espiritu Santo NCV
Sa (saa) sax 2 500 Pentecôte NCV
Sakao (Hog Harbour) sku 4 000 Espiritu Santo, Sakao NCV
Seke (ske) ske 600 Pentecôte NCV
Shark Bay ssv 450 Espiritu Santo, Litaro NCV
Sie (sye, erromanga) erg 1 900 Erromango Sud
Sowa sww 20 Pentecôte NCV
Tamambo (malo) mla 4 000 Malo NCV
Tambotalo tls 50 Espiritu Santo NCV
Tangoa tgp 800 Tangoa NCV
Tanna du Nord tnn 5 000 Tanna Sud
Tanna du Sud-Ouest nwi 5 000 Tanna Sud
Tasmate tmt 150 Espiritu Santo NCV
Tiale mnl 400 Espiritu Santo NCV
Tolomako tlm 900 Espiritu Santo NCV
Tutuba tmi 500 Espiritu Santo, Tutuba NCV
Unua (onua) onu 520 Malekula NCV
Ura uur 6 Erromango Sud
Uripiv-wala-rano-atchin (uripiv) upv 9 000 Malekula NCV
Valpei vlp 300 Espiritu Santo NCV
Vao vao 1 900 Vao, Malekula NCV
Vera’a (vatrata) vra 500 Îles Banks (Vanua Lava) NCV
Vinmavis (neve’ei) vnm 500 Malekula NCV
Volow (valuwa) mlv 13 Îles Banks (Mota Lava) NCV
Vunapu vnp 380 Espiritu Santo NCV
Vurës (vureas, mosina) msn 2 000 Îles Banks (Vanua Lava) NCV
Wailapa wlr 100 Espiritu Santo NCV
Whitesands tnp 7 500 Tanna Sud
Wusi wsi 300 Espiritu Santo NCV

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a et b (en) « Languages of Vanuatu », sur Ethnologue.com, SIL International,‎ 2009 (consulté le 24 novembre 2011)
  2. Alexandre François, « Langues des îles Banks et Torres » (consulté le 24 novembre 2011)
  3. Le volow est une langue éteinte, étant donné que le seul locuteur restant est un locuteur passif.

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License