Littérature coréenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La littérature coréenne, commune aujourd'hui à la Corée du Nord et à la Corée du Sud, a été longtemps écrite exclusivement en caractères chinois, jusqu'à la création d'un alphabet propre à la langue coréenne en 1443-1446, le hangeul, sur l'initiative du roi Sejong.

La littérature des débuts de l'ère Choson (1392-1592)modifier | modifier le code

Afin de populariser le nouvel alphabet hangeul, le roi Sejong encourage la rédaction des premiers ouvrages exclusivement en coréen :

  • "Les chants des dragons s'envolant vers le ciel" constituent un ensemble de 125 chants en vers qui célèbrent l'avènement de la dynastie Choson ;
  • les "Episodes de la vie de Sakyamuni", composés en 1447, sont une biographie de Bouddha ;
  • reflétant au contraire l'encouragement du confucianisme par la nouvelle dynastie (au détriment du bouddhisme), l' "Anthologie des lettres de l'Est" est une compilation de plus de quatre mille textes réalisée jusqu'à la fin du XVe siècle, laquelle a permis de fixer des textes antérieurs de la littérature coréenne en la distinguant de la littérature chinoise.

Les ouvrages de Yi I mettent l'accent sur la nécessité des réformes sociales et militaires.

Le principal auteur coréen des débuts de la dynastie Choson est Chong Chol, auteur notamment du "Chant de Kwangdong", poème (kasa) en dix-huit parties qui célèbre les beautés de la nature coréenne.

Voir aussi :

  • Kim Si-seup (1435-1493), auteur du premier roman coréen.

De la première invasion japonaise (1592) à la prise de Pékin (1860), symbole de l'ouverture forcée sur l'Occidentmodifier | modifier le code

Les invasions japonaises (1592-1598), repoussées, ont inspiré la poésie patriotique de Pak Il-lo, tandis qu'apparaît une littérature réaliste, illustrée notamment par les poèmes kosa de Yun Son-do qui suivent la vie d'un pêcheur, d'un agriculteur ou d'un lettré en harmonie avec la nature.

"L'histoire de Hong Kiltong", écrite vers 1608-1613 et généralement attribuée à Ho Ky-un, raconte l'histoire d'un enfant illégitime d'un ministre du roi Sejong. Elle est considérée comme le premier roman coréen, écrit en hangeul.

À la fin du XVIIe siècle, le mouvement baptisé ultérieurement Sirhak (mouvement du Savoir, ou de la Pensée, ou de l'École, Pratique) et lancé par Yi Su-gwang prend forme en tant que critique de l'immobilisme néo-confucéen, qui n'a pas su faire face efficacement aux invasions étrangères (japonaises puis mandchoues).

Les auteurs du Sirhak appellent à des réformes inspirées du modèle chinois, tout en critiquant la corruption des aristocrates. Pak Chi-won (1737-1805) raconte la vie de héros ordinaires, sur un ton non dénué d'humour.

Au début du XVIIIe siècle se fixe la forme du pansori, récit coréen chanté traditionnel, dont seulement six pièces nous sont parvenues grâce au travail de Sin Chae-hyo (1812-1884).

Le tournant moderne (1860-1905)modifier | modifier le code

Forcée de s'ouvrir sur l'Occident à la fin du XIXe siècle, la Corée se modernise techniquement et s'ouvre aux idées occidentales (via le Japon). La littérature des Lumières s'inscrit dans la pensée Kaehwa (pensée des Lumières) qui désigne une ouverture aux idées et aux cultures nouvelles, étrangères : les "Observations lors d'un voyage à l'Ouest", écrites en prison en 1885 par Yun Chi-ho, constituent un plaidoyer de sciences politiques pour un État moderne.

Une des principales œuvres des Lumières, "Indifférence" de Yi Kwang-su, futur collaborateur projaponais, est publiée sous forme de feuilleton dans le "Maeil Sinbo" en 1917.

Dans ce contexte où la prédominance de la culture chinoise recule au profit d'autres influences, notamment pro-japonaises, le premier journal en hangeul paraît en 1896 : "L'Indépendant" de So Chae-pil.

L'occupation japonaise (1905-1945)modifier | modifier le code

Sous l'occupation japonaise (1905-1945), les écrivains pro-japonais développement notamment une approche social-darwinienne, selon lesquelles les sociétés humaines seraient sélectionnés par une lutte à mort. La poésie du collaborateur avec les Japonais (après avoir été un des rédacteurs de la déclaration d'indépendance du 1er mars 1919, avec Yi Kwang-su et Han Yong-un) Choe Nam-son, qui lance en 1908 la revue "Sonyon", est marquée par un renouvellement formel et thématique, privilégiant la jeunesse et la puissance.

Dans la résistance à l'occupation japonaise, Sin Chae-ho (mort en prison en 1936) théorise le concept de "juche", autonomie et indépendance de soi qui implique le rejet des influences étrangères.

Les modernistes investissent également les champs du théâtre, marqué par la représentation en 1906 de "Larmes de sang" de Yi In-jik, et du cinéma naissant, pour renouveler les formes d'expression traditionnelles.

Le nombre de revues, ouvertes aux différentes influences étrangères (notamment le surréalisme et le dadaïsme), cultivant le réalisme, augmente régulièrement, jusqu'à leur interdiction par les autorités japonaises. De nombreux écrivains s'engagent sur le terrain politique, opposés aux Japonais, comme Kim An-so (nom de plume : Kim Ok), Kim So-wol et Han Yong-un et les membres de la Fédération coréenne des artistes prolétariens (acronyme en esperanto : KAPF, Korea Artista Proleta Federacio), fondée en 1925 et engagée à gauche, représentée notamment par Im Hwa, Han So-rya, Choe So-hae et Kim Tong-hwan.

Les tensions politiques entre les différents groupes sont fortes et se poursuivent après 1945 puis dans le contexte de la division de la Corée, malgré une tentative d'unification dans la résistance au sein du mouvement Singanhoe (Société du nouveau rameau).

À la fin de l'occupation japonaise, si l'usage obligatoire du japonais et l'adoption de noms japonais limitent les possibilités d'expression culturelles proprement coréennes, plusieurs auteurs coréens commencent à se distinguer, dont Kim Ki-rim et Chae Man-sik.

Voir aussi : Shim Hun, Kim Saryang

  • Yi Sang (1910-1937), poète ; représente la modernité en littérature. En 1934, il intègre le Groupe des Neuf qui prône la littérature pure. Aujourd'hui, le prix Yi Sang, très recherché, récompense la nouvelle de l'année.
  • Kim Yu-jong (1908-1937), nouvelliste ; d'une vie et d'une œuvre, coupées net par la tuberculose, il a consacré sa courte carrière littéraire à décrire la vie humble des paysans coréens et les relations entre hommes et femmes.

La littérature sud-coréenne depuis 1945modifier | modifier le code

Les désillusions après la division du pays, les destructions liées à la guerre de Corée, et l'établissement de régimes autoritaires (au pouvoir en Corée du Sud de 1948 à 1987, à l'exception de la brève parenthèse démocratique de 1960-1961) se traduisent par un nouvel essor du réalisme, dont une des expressions est le roman historique, notamment ceux de Hwang Sun-won et Pak Chong-hwa. L'association des écrivains coréens regroupe les auteurs proches du régime militaire (1961-1987).

Kim Su-yong (1921-1968) a été un des précurseurs d'un nouveau courant moderniste qui s'attache à décrire les bouleversements économiques et sociaux de la Corée du Sud au rythme d'une industrialisation et d'une urbanisation rapides après 1960. Hwang Sok-yong (né en 1943) développe ensuite une littérature réaliste et militante qui décrit notamment la vie des plus pauvres ; une démarche historique et politique a inspiré un autre partisan de la réunification de la Corée, Ko Un.

Une description réaliste des conséquences de l'industrialisation a aussi été conduite par les écrivains du mouvement Munji, parmi lesquels Cho Sehui (né en 1942) et Yi Munyŏl (né en 1948). Choe Sung-ho (né en 1954) a décrit la déshumanisation de Séoul.

La littérature contemporaine réexplore également la culture populaire traditionnelle, à l'instar de Shin Kyung-rim (né en 1935) dont la poésie s'inspire des chants paysans. La musique — en particulier la musique classique — exerce une forte influence sur le poète Cho Jung-kwon.

Yi Chong-jun (né en 1939) a développé en particulier une littérature conceptuelle, où le récit cède le pas devant la description des évolutions de la conscience.

Dans les années 1980, la répression du soulèvement de Kwangju a encouragé de nouvelles formes d'écriture politique insistant sur le devoir de mémoire, notamment dans les œuvres de Choe Yun, née en 1953, et d'Im Choru, né en 1954.

Au cours des années 1990, le post-modernisme de Song Kon-ho et Kang Mang-il est marqué par une inscription dans l'histoire nationale, notamment dans son opposition aux États-Unis.

Voir aussi : Eun Hee-kyung, Jaeyeon, Jo Kyung-ran, Kim Young-ha, Ku Sang, Seonu Hwi et Shin Kyong-suk.

  • Lee Seung-u (1959-) romancier sud-coréen ; prix Daesan en 1993 pour L'Envers de la vie.
  • Lee Je-ha (1937-) considéré comme l'un des plus grands nouvellistes coréens contemporains, il est aussi peintre, dessinateur et sculpteur.

La littérature nord-coréenne depuis 1945modifier | modifier le code

Après 1945, la littérature nord-coréenne a d'abord été représentée par des écrivains de gauche qui avaient lutté contre l'occupation japonaise, notamment au sein de la KAPF.

O Chang-hwan, Chong Chi-yong, Kim Ki-rim, Kim Tong-hwan et Hong Myong-hi font partie des écrivains de la génération de l'entre-deux-guerres qui ont rejoint la Corée du Nord. Parmi eux, Han So-rya a présidé la Fédération des arts et de la littérature de Corée du Nord.

Hong Myong-hi, grand-père de Hong Sok-jung, est devenu vice-premier ministre de la République populaire démocratique de Corée, après avoir embrassé la carrière d'écrivain pour protester contre l'interdiction de la langue coréenne par les Japonais pendant l'occupation de la Corée.

Choi Myung-ik, représentant du courant moderniste des années 1930, a également été publié en Corée du Sud.

Voir aussi : Ri Tong-chun, Rim Kun-tan.

Référencesmodifier | modifier le code









Creative Commons License