Littérature française du XIXe siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grands écrivains français du XIXe siècle

La littérature française du XIXe siècle s'inscrit dans une période définie par deux dates repères : 1799, date du coup d'État de Bonaparte qui instaure le Consulat et met d'une certaine façon fin à la période révolutionnaire, et 1899, moment de résolution des tensions de l'affaire Dreyfus et de la menace du Boulangisme et où s'imposent finalement les valeurs de la IIIe République. La modernité littéraire s'affirme dans ce siècle à l'Histoire mouvementée avec des courants marquants qui touchent tous les arts, comme le romantisme, le réalisme, le naturalisme ou le symbolisme. Les créateurs les plus importants échappent cependant à un étiquetage étroit et offrent des œuvres multiples et encore proches de nous, particulièrement dans le domaine de la poésie (avec Lamartine, Vigny, Musset, Hugo, Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, Mallarmé…) comme dans le domaine du roman (avec Stendhal, Balzac, Dumas, Hugo, Flaubert, Zola, Maupassant, Verne…) et dans une moindre mesure au théâtre avec le drame romantique et ses épigones (avec Musset, Hugo, Edmond Rostand…).

Siècle très riche aux œuvres encore proches de nous, le XIXe siècle reste pour la littérature française un âge d'or de la poésie et du roman, avec de très nombreux chefs-d'œuvre qui laissent percevoir, au-delà des courants littéraires qui se succèdent, des créateurs aux fortes personnalités artistiques.

Contextemodifier | modifier le code

Napoléon Ier en 1812.

Ce siècle des Révolutions (RestaurationRévolution de juillet 1830 et de 1848Commune de Paris en 1871) voit se succéder des systèmes politiques différents (Premier Empire - monarchie d'Ancien Régime restaurée – monarchie constitutionnelle – éphémère IIe République - Second EmpireIIIe République) qui cherchent à répondre (ou à s'opposer) aux aspirations démocratiques nouvelles et aux transformations économiques qui s'accélèrent avec l'industrialisation, la colonisation et les conflits entre les puissances européennes1.

Les changements de société2 sont extrêmement importants tout au long du siècle avec par exemple l'instruction publique qui finit par devenir générale et qui, accompagnée par de remarquables progrès scientifiques et techniques, participe à l'évolution des mentalités. L'aristocratie et l'Église perdent peu à peu leurs positions de force et une société laïque s'installe à la fin du siècle, marquée aussi par le poids croissant de la bourgeoisie et de la classe ouvrière qui s'affrontent. La République s'impose finalement à tous et vote des lois sociales tout en organisant les conquêtes coloniales et en préparant la revanche contre l'Allemagne. Les auteurs rendent compte de ces transformations dans leurs œuvres et pour une part d'entre eux s'engagent dans les camps politiques, progressistes (comme Lamartine, Hugo ou Zola) ou parfois réactionnaires comme Maurice Barrès, ou Léon Daudet (Le Stupide XIXe siècle). Ils se rejoignent cependant souvent pour exalter la figure de l'artiste libre contre le bourgeois vulgaire et matérialiste, en créant le mythe de l'artiste bohème et rejeté qu'illustre notamment la figure du peintre ou du poète maudit. Alors que la grande majorité des écrivains du XVIIe siècle étaient des courtisans à la recherche de mécènes et de protecteurs, ce siècle est emblématique d'une nouvelle éthique de vérité (contre la morale religieuse sous la Restauration ou la morale bourgeoise qui prévaut sous le second Empire) de l'écrivain, exprimée à l'origine par Voltaire3, consistant en son autonomisation progressive par rapport aux pouvoirs (politiques, religieux). Cette éthique se construit dans le cadre de la lutte pour la liberté d'expression et l'avènement d'un régime de liberté de presse avec en corollaire une responsabilité accrue de ces écrivains dont les pouvoirs veulent désormais qu'ils répondent de leurs œuvres : ce siècle est marqué par des procès littéraires et des emprisonnements dont l'écrivain (comme Flaubert, Paul-Louis Courier, Pierre-Jean de Béranger) en fait un titre de gloire4.

Dans le domaine des arts, en France, à côté d'un néo-classicisme officiel et académique (allant parfois jusqu'à l'art pompier), on retrouve les grands courants esthétiques du siècle comme le romantisme avec Delacroix ou Berlioz et, plus tard, le réalisme avec Courbet et, à la même période, en musique Gounod et Bizet. Dans les dernières années du Second Empire s'impose peu à peu l'Impressionnisme auquel on peut rattacher Manet, Monet ou Renoir, pour ne citer que les plus grands. La fin du siècle est plus diverse avec des mouvements comme le pointillisme ou le groupe des Nabis et des personnalités comme Cézanne, Gauguin ou Van Gogh, ou du sculpteur Rodin, alors que Gabriel Fauré, Camille Saint-Saëns et Claude Debussy dominent la composition musicale française.

Pour avoir un panorama littéraire du siècle précédent on se reportera à Littérature française du XVIIIe siècle.

La richesse littéraire du XIXe sièclemodifier | modifier le code

La poésie du XIXe sièclemodifier | modifier le code

Le romantismemodifier | modifier le code

Le romantisme5 nourrit toute la première moitié du XIXe siècle et pour la poésie plus précisément les années 1820- 1850 : par convention, des Méditations poétiques de Lamartine, en 1820, aux Contemplations de Victor Hugo en 1856. Ce mouvement esthétique européen fait une place toute particulière au lyrisme et à l'effusion du moi avec un goût marqué pour la mélancolie : les poètes vont donc exprimer leur mal de vivre et leurs souffrances affectives en méditant sur la mort, sur Dieu, sur l'amour et la fuite du temps, sur la nature et sur la gloire, et au-delà de ces thèmes lyriques traditionnels sur la fonction du poète (Hugo) et sur une perception plus originale du fantastique avec Gérard de Nerval, Charles Nodier ou Aloysius Bertrand. Au-delà des thèmes pas toujours novateurs6, les poètes romantiques revendiqueront un assouplissement de l'expression versifiée à la recherche d'une plus grande musicalité et de quelques audaces dans les mots et dans les images7, chez Victor Hugo en particulier.

Cette recherche de nouveauté se concrétisera aussi par « l'invention » du poème en prose par Aloysius Bertrand (1807 - 1841) dans Gaspard de la nuit, publié en 1842 après sa mort, où il nous fait entrer dans un monde onirique, et qui initie une forme que reprendront plus tard Baudelaire et Rimbaud.

Poésie de la sensibilité et d'une certaine musicalité, la poésie romantique se plaît dans des poèmes plutôt longs que la génération suivante trouvera pesante, oratoire, bavarde et convenue (Rimbaud parlera de « la forme vieille »8 ), avec des exceptions notoires comme Nerval et son recueil des Chimères (1854) ; certains poèmes de cette période constituent cependant des pièces de référence qui touchent encore le lecteur d'aujourd'hui.

Mentionnons les œuvres principales de cette époque romantique marquée par une création abondante :

Alphonse de Lamartine (1790-1869) : l'initiateur, lyrique et religieux. Recueil : Méditations Poétiques (1820) (poèmes : Le lac - Le vallon.…) - Harmonies Poétiques et Religieuses (1830).

Alfred de Musset (1810-1857) sensible et émouvant : Les Nuits (1835-1837).

Alfred de Vigny (1797-1863), métaphysique et sombre : Les Destinées (1864) (poèmes : Le cor - Moïse - La Mort du Loup - La Maison du Berger…).

Victor Hugo (1802-1885) couvre tout le siècle avec sa poésie multiforme. Recueils : Les Orientales (1829) (poème : Les Djinns) - Les Feuilles d'automne (1831) (Ce siècle avait deux ans…) - Les Chants du crépuscule (1835) (Les Semailles) - Les Voix intérieures (1837) (A Eugène, vicomte H.) - Les Rayons et les Ombres (1840) (Fonction du poète - Tristesse d'Olympio - Oceano Nox) - Les Châtiments (1853) (O Soldats de l'an deux ! - Souvenir de la nuit du 4 - L'expiation : « Il neigeait…/Waterloo ») - Les Contemplations (1856) (Demain dès l'aube… - A Villequier - Le Mendiant - Ce que dit la bouche d'ombre) - La Légende des Siècles (1859-1883) (La conscience : Caïn - Booz endormi - L'aigle du casque - Les Pauvres gens).

Gérard de Nerval (1808 – 1855), dense et mystérieux : Les Chimères

Le Parnassemodifier | modifier le code

En réaction contre l'effusion égocentrique du romantisme, un mouvement se fait jour: le Parnasse, qui veut recentrer la poésie sur le travail formel du poète et développe une théorie de «  l'art pour l'art  »9. Cette école, héritière de Théophile Gautier, est représentée surtout par Leconte de Lisle (1818 - 1894) avec ses Poèmes antiques (1852) et ses Poèmes barbares (1862), et Théodore de Banville (1823 - 1891) (Odelettes - Odes Funambulesques en 1857 et animation de la revue du Parnasse contemporain)10 .

L'influence de ce mouvement n'est pas à négliger : la densité et l'expressivité seront retenues par les poètes suivants et c'est d'ailleurs à Théophile Gautier que Baudelaire dédiera Les Fleurs du mal et à Théodore de Banville que le jeune Rimbaud écrira en 1870. Le recueil tardif des Trophées de José-Maria de Heredia en 1893 témoigne aussi de la pérennité de l'approche parnassienne, symbolisée par la forme contraignante du sonnet.

Charles Baudelaire (1821 – 1867) est l'un des poètes majeurs du XIXe siècle. Associant le souci formel des poèmes courts (ou plutôt courts) et le réalisme (Une charogneTableaux parisiens…) à l'expression d'une angoisse existentielle partagée entre le Spleen et l'Idéal (Harmonie du soirLa cloche fêléeLa Mort des pauvres, il a su réussir une « alchimie poétique » exemplaire en extrayant Les Fleurs du mal dans son recueil publié en 1857 (condamné partiellement pour outrage aux bonnes mœurs) qui contient ce vers révélateur : « Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or ». Poète du monde réel et de la beauté, du bonheur et de la souffrance, de la morbidité et du péché, il a en grande partie fondé le type du poète tourmenté et inadapté au monde. Baudelaire a également donné au poème en prose sa notoriété avec ses Petits poèmes en prose (Le portUn hémisphère dans une chevelure…)11 .

Les poètes de la fin du sièclemodifier | modifier le code

Les figures de Verlaine (1844 – 1896) et de Rimbaud (1854 – 1891) prolongent le type du poète maudit par leurs vies hors des normes sociales. Si Arthur Rimbaud (Une saison en enfer - Illuminations) reste comme le « voleur de feu », le voyant et l'aventurier éphémère de la poésie avec ses fulgurances et ses révoltes, Paul Verlaine, avec une œuvre plus longue, est associé à la musicalité, au lyrisme mélancolique et à une sorte d'impressionnisme avec son art de la nuance, « Sans rien en lui qui pèse ou qui pose ». (Poèmes saturniensLes Fêtes galantesSagesse…). On peut leur adjoindre Lautréamont (1846 – 1870) qui laisse inachevé Les Chants de Maldoror, prose flamboyante de révolte contre Dieu et la société que découvriront les Surréalistes.

Mallarmé (1842 – 1898) recherche quant à lui le raffinement et la concision parfois hermétique dans une œuvre rare (L'Après-midi d'un faune - Poésies, regroupement posthume) qui influencera Paul Valéry12.

Les années 1880 voient s'affirmer des courants aux contours incertains comme le décadentisme et le symbolisme13 qui ont en commun l'éclatement de la forme poétique avec l'utilisation du vers libre et le refus du prosaïsme au bénéfice de la suggestion avec un goût pour le raffinement et l'irrationnel. On peut citer les noms de Jean Moréas, Henri de Régnier, Albert Samain, Georges Rodenbach. La fantaisie de Charles Cros et Jules Laforgue, n'est parfois pas si loin des chansons d'Aristide Bruant, lui-même lointain successeur de Béranger14.

Le théâtre du XIXe sièclemodifier | modifier le code

Le théâtre devient un divertissement pour toutes les couches sociales au cours du XIXe siècle avec une grande variété de salles et de genres. C'est aussi l'époque de l'extraordinaire célébrité des comédiens comme Talma, Frédérick Lemaître (cf. le film de Marcel Carné Les Enfants du Paradis), Marie Dorval, Rachel et plus tard Sarah Bernhardt.

Le texte de théâtre connaît cependant un nouveau souffle avec le drame romantique15 qui s'impose durant une décennie de 1830-1840 en revendiquant, comme Victor Hugo dans la Préface de Cromwell en 1827, une esthétique de la sensibilité, de la liberté et de la vérité avec le rejet des règles classiques et de la distinction des genres et des tons, la recherche de la couleur locale avec des sujets empruntés à l'histoire des XVIe-XVIIe siècles et l'utilisation de la prose ou, pour Victor Hugo, de l'alexandrin libéré. Les principales œuvres de cette période sont : Hernani (1830) et Ruy Blas (1838) de Victor Hugo, On ne badine pas avec l'amour (1834) et Lorenzaccio (1834 - non représenté) de Musset, Chatterton (1835) de Vigny, Kean (1831) et La Tour de Nesles (1832) d'Alexandre Dumas père; et un peu plus tard, La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils (adapté en 1852 de son propre roman ; ce que fera aussi Zola avec Renée adapté de La Curée).

Le théâtre romantique, complexe à représenter et passé de mode, cédera ensuite la place au mélodrame aux effets forcés avec rebondissements et victoire des bons sur les méchants qui en feront un genre populaire à grand succès, mais que ne retient guère l'histoire littéraire16.

D'autres formes de théâtre vont cohabiter dans la suite du siècle, par exemple le théâtre de boulevard avec le vaudeville qui associe divertissement et satire conventionnelle et qu'illustrent Labiche, Courteline ou Feydeau. Le théâtre musical s'installera lui aussi dans la deuxième moitié du siècle avec l'opérette et l'opéra comique que représentent bien les œuvres d'Offenbach.

L'histoire littéraire garde le souvenir de tentatives de renouvellement à la fin du siècle comme le Théâtre-Libre et le théâtre naturaliste et son regard sombre sur le monde contemporain (Henry Becque : Les Corbeaux - 1882, Octave Mirbeau : Les Affaires sont les affaires - 1903) ou le théâtre symboliste avec sa force de suggestion et ses correspondances poétiques (Pelléas et Mélisande de Maeterlinck en 1892 que mettra en musique Debussy)17.

On retient également quelques autres aspects originaux de la période comme le théâtre de provocation burlesque d'Alfred Jarry (Ubu roi – 1888), le théâtre à la fois lyrique et épique, d'Edmond Rostand avec ses alexandrins flamboyants (Cyrano de Bergerac -1899, L'Aiglon - 1900) ou les premières œuvres, catholiques et patriotiques, de Charles Péguy (Jeanne d'Arc - 1897).

Les romans du XIXe sièclemodifier | modifier le code

Le roman va devenir le genre dominant par sa diffusion massive entretenue par l'instruction publique croissante et le développement de la presse et des feuilletons dans la deuxième moitié du siècle. La plupart des romanciers sont issus de la bourgeoisie et vivent désormais de leur plume (parfois très bien comme Hugo, Maupassant ou Zola…). Le roman devient un genre attrape-tout autour d'une base minimum : récit en prose, d'une longueur relativement importante, comportant une part d’imaginaire et s'attachant à des moments de vie des personnages. La typologie est évidemment discutée mais quelques grandes lignes de force sont bien définies18.

Le roman du moimodifier | modifier le code

Voisin de l'autobiographie qu'illustre l'imposant Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand (1848), le roman autobiographique à la première personne marque le début du siècle avec le goût pour la confession intime cachée derrière un prête-nom, en associant lyrisme et narcissisme pour explorer le mal de vivre d'une génération. Il constitue l'un des apports importants du romantisme à la littérature avec des œuvres personnelles comme René (Chateaubriand -1802), Corinne (Madame de Staël -1807), Adolphe (Benjamin Constant -1816) ou La Confession d'un enfant du siècle (Musset – 1836).

Le roman historiquemodifier | modifier le code

Walter Scott a mis à la mode le genre du roman historique. Les écrivains y cultivent nostalgie et pittoresque avec un souci de documentation (parfois pesante) et de récréation du passé en mêlant personnages et faits imaginés à des personnages et des actions historiques. Quelques titres exemplaires : Les Chouans (Balzac - 1829), Cinq-Mars (Vigny – 1828), Notre-Dame de Paris (Hugo – 1831), Les Trois Mousquetaires (Alexandre Dumas père – 1844), Le Bossu (Paul Féval – 1858). Le genre se prolonge tout au long du siècle avec quelques œuvres notables comme Le Roman de la momie (Gautier – 1857), Salammbô (Flaubert – 1862), Quatrevingt-treize (Hugo – 1874)… Il est cependant concurrencé par le genre voisin du roman-feuilleton qui fait la fortune de la presse et le bonheur des prosateurs comme Eugène Sue avec ses Les Mystères de Paris (1842-1843) et sa fresque pittoresque et moraliste de la société du temps.

Le roman réalistemodifier | modifier le code

Le roman réaliste est une catégorisation sujette à caution, et largement rediscutée de nos jours. Mais on peut retenir un objectif esthétique clair : il s'agit de produire un « effet de réel » en peignant avec un souci constant du détail et de la vraisemblance les décors, les personnages et les faits19. Les expressions de Stendhal (roman = miroir) ou de Balzac (romancier = historien du présent) montrent dans la première moitié du siècle une voie qu'approfondiront Gustave Flaubert et Maupassant (préface de Pierre et Jean), puis Zola et son naturalisme. Le roman du XIXe siècle fera parallèlement une large place au roman d'apprentissage, en accompagnant les débuts dans la vie sociale des personnages.

La fin du siècle est marquée cependant par une réaction contre ce réalisme jugé trop « bas » et par une attitude « idéaliste » associée à un retour à la perspective religieuse avec Huysmans (A Rebours - 1884), Léon Bloy (Le Désespéré - 1886) ou Maurice Barrès (Les Déracinés -1897). D'autres ouvertures apparaissent comme l'exotisme, impressionniste et réaliste à la fois, de Pierre Loti (Pêcheur d'Islande- 1886) et la naissance du roman d'analyse « pré-proustien » avec Paul Bourget (Le Disciple - 1889) ou Anatole France (Le Lys Rouge - 1894).

Stendhal (1783-1842) a laissé des romans importants, avec des figures emblématiques comme Julien Sorel ou Fabrice del Dongo dans Le Rouge et le Noir (1830) et La Chartreuse de Parme (1839) en laissant inachevé Lucien Leuwen (1835). Entre romantisme et réalisme, l'étiquette qu'on lui attribue est elle aussi discutable.

Honoré de Balzac (1799-1850) est un créateur d'exception, auteur d'une œuvre immense qu'il intitulera tardivement La Comédie humaine en classant en trois groupes les 91 romans, contes et nouvelles écrits entre 1829 et 1848. Le groupe le plus important (de très loin) est celui des études de mœurs découpées en « scènes de la vie privée » (Le Père Goriot, Le Colonel Chabert…), « scènes de la vie de province » (Eugénie Grandet, Le Lys dans la vallée, Illusions perdues), « scènes de la vie parisienne » (César Birotteau, La Cousine Bette…), « scènes de la vie politique  » (Une ténébreuse affaire…), « scènes de la vie militaire » (Les Chouans…) et « scènes de la vie de campagne » (Le Médecin de campagne…). On trouve ensuite les études philosophiques (La Peau de chagrin, Louis Lambert, Le Chef-d'œuvre inconnu…), ces dernières œuvres ramenant davantage au fantastique et au mysticisme qu'au réalisme. La Comédie humaine comprend aussi des études analytiques (la Physiologie du mariage).

  • La génération suivante amplifiera cette approche réaliste avec Gustave Flaubert20 (1821-1880) dont on doit mentionner au moins deux chefs-d’œuvre où apparaissent aussi son souci de la perfection du style et son ironie pessimiste : Madame Bovary (1857) et L’Éducation sentimentale (1869). Son « disciple », Guy de Maupassant (1850-1893), maître incontesté de la nouvelle, s'est essayé également au roman en approfondissant les observations psychologiques et sociologiques comme dans Pierre et Jean (1888), Une Vie (1883) et surtout Bel-Ami (1885).

De nombreux romanciers participent aussi à la création romanesque dans la seconde moitié du siècle. Les frères Goncourt (Edmond et Jules) avec leur minutie descriptive et leur écriture « artiste » (Germinie Lacerteux – 1865), Alphonse Daudet (Le Petit Chose – 1868) et Jules Vallès (L’Enfant – 1879) se rattachent au genre réaliste. Jules Verne aborde les romans d'aventure et d'anticipation avec Cinq semaines en ballon en 1863.

Le roman socialmodifier | modifier le code

À côté de ces œuvres phares de la première moitié du XIXe siècle, le roman social (et champêtre parfois) trouve sa place dans la littérature avec les textes de George Sand (Consuelo – 1842, La Mare au diable -1846, La Petite Fadette – 1849) et, un peu plus tard, avec la grande fresque humaniste de Victor Hugo, Les Misérables (1862).

Le roman naturalistemodifier | modifier le code

Émile Zola (1840-1902) est le dernier très grand romancier du siècle : il théorise dans le Roman expérimental (1880) le naturalisme21 et donne au réalisme extrême, au-delà même des bienséances et en prenant en compte la physiologie, une ambition scientifique en voulant montrer l'influence des milieux sur les individus. Son œuvre, Les Rougon-Macquart (sous-titrée Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire) est une somme romanesque de 20 volumes présentant à travers cinq générations successives les conséquences du déterminisme physiologique et social et les manifestations diverses d'une tare initiale. Ses romans puissants, souvent dramatiques et parfois épiques, montrent un tableau critique de la société du Second Empire avec la dénonciation de l'immoralisme des nantis comme dans La Curée (1872), Nana (1879), L’Argent (1891)… et sa compassion pour le peuple et ses souffrances individuelles et collectives, par exemple Gervaise dans L'Assommoir (1877), les paysans dans La Terre (1887), les mineurs dans Germinal (1885), les soldats dans La Débâcle (1892)…

La nouvelle et le contemodifier | modifier le code

Le genre narratif est aussi, tout au long du siècle, largement représenté par la nouvelle qui exploite aussi bien l'approche réaliste que la veine fantastique : les grands romanciers ont laissé des traces importantes. Le conte est aussi un mode d'expression, surtout le conte fantastique dont la mode est lancée en France dès 1829 par la traduction des textes de Ernst Theodor Amadeus Hoffmann publié en France en 1829 par Honoré de Balzac qui s'en inspire, entre autres pour Maître Cornélius, l'Élixir de longue vie. L'influence d'Hoffmann se fait sentir également surThéophile Gautier dans les Contes fantastiques, Prosper Mérimée pour La Vénus d'Ille, Colomba. Guy de Maupassant poursuivra dans la même veine, mais avec un autre style dans Les Contes de la bécasse, Le Horla, Barbey d'Aurevilly dans Les Diaboliques, Villiers de l'Isle-Adam dans Contes cruels.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. L'époque napoléonienne p. 288-305 / Avant 1850 : Panorama p. 306 -330 / La France de Napoléon III p. 331-347 / De la débâcle à la revanche (1870-91) p. 348-367 /Pierre Goubert, Initiation à l'histoire de la France,éditions Fayard-Taillandier, 1984
  2. Le mouvement d'une civilisation nouvelle (1852-1914) - Histoire de la France , De 1852 à nos jours Georges Duby p.9 à 71 – éd. Références Larousse, 1988
  3. Voltaire écrit dans l'article « Lettres, gens de lettres ou lettrés » de l’Encyclopédie : « Les gens de lettres qui ont rendu le plus de services au petit nombre d’êtres pensants répandus dans le monde, sont les lettrés isolés, les vrais savants renfermés dans leur cabinet, qui n’ont ni argumenté sur les bancs des universités, ni dit les choses à moitié dans les académies ; et ceux-là ont presque tous été persécutés. »
  4. Gisèle Sapiro, La Responsabilité de l'écrivain. Littérature, droit et morale en France, XIXe-XXIe siècle, Seuil,‎ 2011
  5. « Il n'y aura pas du coup de théorie cohérente du romantisme français. Chaque poète y joue sa partie, avec un sens spéculatif plus ou moins aiguisé, allant de l'intuition sensible d'un Lamartine à l'introspection rationnelle d’un Vigny, en passant par la critique beuvienne et l'ironisme d'un Musset et les grands échafaudages de Hugo. » page 229 Jean-Pierre Bertrand, Pascal Durand, La Modernité Romantique: De Lamartine À Nerval, éd. Les Impressions Nouvelles, 2006 Paris-Bruxelles
  6. « Les thèmes préromantiques se retrouveront au XIXème siècle dans les œuvres romantiques. On retrouve ainsi la grandeur et les mystères de la Nature (en harmonie avec nos émotions), le mysticisme(car la nature nous rapproche de Dieu) et l’Amour (dont les thèmes se trouvent parfaitement dessiné dans ‘ La nouvelle Héloïse : fatalité de la passion, tourments, sentiment douloureux et les émotions) » Justine Martin littérature du XIXème siècle  :le Romantisme Universidad de Castilla-La-Mancha 2011 p.6
  7. « Deux vérités essentielles : d'abord que la Poésie vit d'images, et ensuite que, parmi tous les poètes de l'humanité, Victor Hugo est celui qui a inventé le plus d'images, et les mieux suivies, les plus frappantes, les plus magnifiques. » François Coppée Préface au Dictionnaire des métaphores de Victor Hugo de Georges Duval 1888 (dernière phrase) [1]
  8. « Lamartine est quelquefois voyant, mais étranglé par la forme vieille. » Rimbaud - Seconde lettre du Voyant (à Paul Demeny, 15 mai 1871)
  9. « Le poète est d'autant plus vraiment et largement humain, qu'il est plus impersonnel. » José-Maria de Heredia, Discours de réception l'Académie française, 1895
  10. Les Parnassiens se sont opposés au laisser-aller de la forme et du lyrisme confidentiel dont Lamatine et Musset leur semblaient avoir abusé », page 10 - Yann Mortelette Le Parnasse, Presses Paris Sorbonne, 2006
  11. « Baudelaire dans ce recueil majeur (Fleurs du Mal ) retourne le mal en une poétique, assume la malédiction dont est victime le poète dans une société bourgeoise comme un élan pour la création, transcende la laideur en beauté. Et trouve le beau dans des sujets nouveaux et modernes : la maladie, le spleen, les drogues, la corruption. la ville. » page 478 - Ammirati /Marcandier Littérature française. manuel de poche Presses universitaires de France,1998)
  12. Dans un numéro des Œuvres Libres de sept. 1945 (p. 37), Fernand Gregh, fait le point sur la filiation Mallarmé - Valéry – cité par [2]
  13. « Le mouvement symboliste émerge dans les années 1870. Ses représentants s'insurgent contre le matérialisme et le positivisme (…). Ils affirme qu'une réalité complexe et mystérieuse se dissimule derrière les apparences (…). Le rôle du Poète est d'en révéler la présence par la suggestion et la musicalité de ses vers. » page 11 Sophie Bogaert Arthur Rimbaud, Poésies Editions Bréal, 2000
  14. « La chanson et en particulier la complainte trouvent une nouvelle vitalité par la culture de cabaret. » Marie-Paule Berranger Les genres mineurs dans la poésie moderne, PUF 2004, p.151
  15. « Le théâtre romantique s'inscrit bien évidemment dan le mouvement romantique en général. Il constitue une tribune où mettre en scène une philosophie,une esthétique, une sensibilité. » Anne-Simone Dufief Le théâtre au XIXe siècle: du romantisme au symbolismeÉditions Bréal, 2001, p.57
  16. Florence. Naugrette, Le Théâtre romantique: histoire, écriture, mise en scène, Paris : Seuil, Points : Essais 2001
  17. Florence. Naugrette, LeThéâtre romantique: histoire, écriture, mise en scène, Paris : Seuil, Points : Essais 2001
  18. Foisonnement du genre romanesque : le roman d'aventure, le roman gothique, le roman-feuilleton, le roman d'analyse, le roman de la vertu, le roman historique, le roman réaliste et naturaliste, p.13 à 24 Colette Becker,Jean-Louis Cabanès Le Roman au XIXe siècle: l'explosion du genre Éditions Bréal, 2001
  19. L'effet de réel p.81 - Roland Barthes Littérature et réalité Éditions du Seuil, 1982
  20. Caractéristiques de l'écriture flaubertienne p.47, les thèmes p.63 Jakuta Alikavazovic Flaubert – Panorama d'un auteur Studyrama2003
  21. « Zola infléchit le schéma balzacien en inscrivant ce récit dans une perspective plus déterministe où le personnage est fortement dépendant de son milieu. »p.61 « La démarche du roman zolien consiste à lâcher un personnage dans une action et à l'observer. » p.62 - r Marie-Aude de Langenhagen,Gilbert Guislain Zola– Panorama d'un auteur Studyrama2005

Annexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Desyeux-Sandor Monique, Anthologie de la littérature française, XIXe siècle, Paris, Librairie générale française, 1995. (ISBN 2-253-06421-1)
  • Littérature française, Adam, Lerminier, Morot-Sir, Larousse, 1967-1968.
  • Dictionnaire encyclopédique du théâtre ,Corvin M., Bordas, 1999.
  • Les grands auteurs français du programme, Lagarde et Michard, Bordas,
  • Recueil de textes littéraires français , Chassang et Seninger, Hachette, 1970
  • Littérature. Textes et documents, Collection Henri Mitterand, 5 vol., Nathan, 1988 – 1991.
  • Histoire de la littérature française, Pichois C., Flammarion, 1997
  • Une autre histoire de la littérature française, d'Ormesson J., 2001
  • Dictionnaire des littératures de langue française, Beaumarchais Jean-Pierre, Couty D., Rey A., éd Bordas
  • La Littérature française du XIXe siècle, Rey P-L,Colin
  • Le Théâtre romantique : histoire, écriture, mise en scène, Naugrette F., Seuil, 2001

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Liens internesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Listesmodifier | modifier le code

Catégoriesmodifier | modifier le code








Creative Commons License