Louis Delluc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Delluc

Naissance
Cadouin, Dordogne
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 33 ans)
Paris
Profession réalisateur
Films notables La Femme de nulle part

Louis Delluc est un réalisateur, scénariste et critique de cinéma français, né le à Cadouin (Dordogne) et mort le à Paris.

Son nom a été donné au Prix Louis-Delluc, attribué depuis 1937, qui récompense chaque année le meilleur film français.

Biographiemodifier | modifier le code

Louis Delluc est né à Cadouin (Dordogne) en 1890. Sa famille s'installe à Paris en 1903. Après des études classiques il se dirige vers le journalisme. Il écrit beaucoup : critiques de spectacles, poèmes, romans. Il est très critique envers le cinéma de l'époque : des films d'art, des actualités, des films légers. Pendant la guerre, il épouse Ève Francis, muse et interprète de Paul Claudel : elle lui fait découvrir le cinéma américain.

À partir de 1917, Louis Delluc se lance dans la critique cinématographique ; il écrit de très nombreux articles et notes, invente le mot cinéaste. Avec son ami d'enfance Léon Moussinac, il est l'un des premiers théoriciens et critiques indépendants en France. En cinq ans il va faire preuve d'une activité débordante pour éditer Le Journal du Ciné-club, Cinéa, créer les ciné-clubs et surtout pour réaliser sept films, dont deux ont marqué l'histoire du cinéma français : La Femme de nulle part et Fièvre. Il utilise le décor naturel, supprime les gesticulations et les péripéties.

Il est l'initiateur de la première avant-garde qui va marquer le cinéma des années 1920, jusqu'au parlant (Abel Gance, Germaine Dulac, Marcel L'Herbier, Jean Epstein, René Clair).

En 1924, il tourne son dernier film, L'Inondation, dans la vallée du Rhône. Dans des conditions climatiques très mauvaises, Louis Delluc y aggrave la tuberculose dont il souffre depuis l'adolescence. Il succombe à cette phtisie galopante en quelques semaines, à l'âge de trente-trois ans.

Son neveu Gilles Delluc lui a consacré une biographie : Louis Delluc, l'éveilleur du cinéma français, parue en 2003.

Scénarios et filmsmodifier | modifier le code

Théâtremodifier | modifier le code

Publicationsmodifier | modifier le code

  • Monsieur de Berlin, roman, Fasquelle, 1916
  • La Guerre est morte, roman, L'édition, 1917 - rééd. 1952
  • Chez de Max, L'édition
  • La Princesse qui ne sourit plus, ballet parlé, 1918
  • Le Train sans yeux, roman, G. Crès, 1919
  • Cinéma et Cie, B. Grasset, 1919
  • La Danse du scalp, roman, B. Grasset, 1919
  • Photogénie, de Brunoff, 1920
  • La Jungle du cinéma, La Sirène, 1921
  • Le Dernier Sourire de tête brûlée, Éditions du monde moderne, 1928
  • Écrits cinématographiques, Cinémathèque française, vol. I à III, 1985-1990

Voir aussimodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Jean Mitry, Louis Delluc, Anthologie du cinéma, 1971.
  • Gilles Delluc, Louis Delluc (1890-1924), l’éveilleur du cinéma français au temps des années folles, Pilote 24 et Les Indépendants du premier siècle, Périgueux, Paris, 2003 (ISBN 2912347238 et 978-2912347237)

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License