Ludwig Mies van der Rohe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ludwig Mies van der Rohe
Image illustrative de l'article Ludwig Mies van der Rohe
Timbre de la poste allemande pour les 100 ans de Mies van der Rohe en 1986
Présentation
Nom de naissance Ludwig Mies
Naissance
Aix-la-Chapelle, Allemagne
Décès (à 83 ans)
Chicago, États-Unis
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau des États-Unis États-Unis (1944)
Mouvement(s) Bauhaus, Style International
Activité(s) Architecte, designer, enseignant
Formation Bruno Paul et Peter Behrens
Œuvre
Réalisations Pavillon allemand de Barcelone
Appartements 860 et 880 Lake Shore Drive (Chicago)
Kluczynski Federal Building (Chicago)
Seagram Building (New York)
Neue Nationalgalerie (Berlin)

Ludwig Mies van der Rohe, né Ludwig Mies 1, le à Aix-la-Chapelle et mort le à Chicago, est un architecte allemand.

Les plans et projets de Mies van der Rohe sont caractérisés par des formes claires et l'utilisation intensive du verre, de l'acier et du béton. Ses travaux posent les bases pour la construction de grands bâtiments aux façades de verre (les gratte-ciel).

Biographiemodifier | modifier le code

Pavillon de l'Allemagne à l'Exposition universelle de Barcelone, créé initialement par Mies van der Rohe en 1929, détruit l'année suivante et reconstruit de 1983 à 1989.
Appartements 860 et 880 sur Lake Shore Drive à Chicago, construits entre 1949 et 1951.

Mies van der Rohe commence par travailler dans l'entreprise familiale de tailleurs de pierre avant d'entrer dans le bureau d'architecture de Bruno Paul à Berlin de 1905 à 1907. Ensuite, il travaille au service de Peter Behrens de 1908 à 19112. Sous l'influence de ce dernier, Mies développe une approche de design basée sur des techniques de construction avancées et sur le classicisme prussien. Il éprouve aussi une certaine sympathie pour les choix esthétiques du constructivisme russe et du groupe néerlandais De Stijl. Il commence à réaliser ses dessins innovateurs mêlant acier et verre, empruntant certaines idées à Karl Friedrich Schinkel (son projet fait en 1921 de gratte-ciel tout en verre sur la Friedrichstraße constitue un des projets majeurs de l'expressionnisme en architecture). C'est également dans l'atelier de Behrens qu'il fera la connaissance de Walter Gropius, le futur fondateur du Bauhaus.

De 1912 à 1914, il travaille comme architecte à Berlin puis, en 1914, il est appelé à servir sous les drapeaux du fait du déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Mies contribue au magazine G qui est lancé en juillet 1923. Il apporte des contributions majeures aux philosophies architecturales de la fin des années 1920 et dans les années 1930 en tant que directeur du projet Weissenhof sponsorisé par le Werkbund et comme directeur du Bauhaus. En effet, de 1930 à 1933, il dirige l'école des arts Bauhaus à Dessau et à Berlin. De 1925 à son départ pour les États-Unis, il travaille avec sa partenaire Lilly Reich. Il fut membre de l'association des artistes allemands Deutscher Künstlerbund.

Devant la montée du nazisme en Allemagne, Mies s'exile. En 1938, il émigre aux États-Unis. À son arrivée, on lui reconnaît déjà une certaine influence comme designer. Directeur du Bauhaus, il a aussi gagné de nombreux concours pour différents projets architecturaux.

Célèbre pour ses « Less is More »3 et « Gott steckt im Detail (God is in the details) », Mies essaye de créer des espaces neutres, contemplatifs grâce à une architecture basée sur l'honnêteté des matériaux et l'intégrité structurale.

Ses réalisations témoignent de l'intérêt prononcé qu'il porte au rapport intérieur-extérieur. L'espace extérieur est en effet considéré comme un prolongement de l'espace intérieur.

Son architecture est aussi marquée par la dissociation de l'enveloppe et de la structure. Lors des vingt dernières années de sa vie, Mies arrive à atteindre sa vision d'une architecture fine et élancée. Ses dernières réalisations sont le dénouement d'une vie dédiée à l'idée d'une architecture universelle simplifiée.

Mies s'est installé à Chicago où il s'occupe du département d'architecture du Chicago's Armour Institute of Technology (renommé plus tard Illinois Institute of Technology ou IIT). Il a accepté ce poste à la condition qu'il puisse réaménager le campus de l'université. Certaines de ses réalisations les plus célèbres s'y trouvent encore dont le Crown Hall (siège de l'école d'architecture de l'IIT).

En 1958, Mies construit ce qui est considéré comme l'ultime expression de l'« International Style » en architecture : le Seagram Building à New York. C'est une large réalisation en verre, à laquelle Mies a adjoint une grande place, avec une fontaine en face de la structure, créant un espace ouvert sur la Park Avenue.

En 1981, le polémiste et critique d'art Tom Wolfe souligne dans From Bauhaus to Our House que, pour satisfaire les règlements du code de construction, notamment de prévention d'incendie, certains éléments de structure métallique durent être protégés par du béton, puis recouverts d’acier, compromettant l'expression directe et claire de la structure voulue par Mies van der Rohe.

Mies conçut et réalisa de nombreux immeubles à Chicago et ailleurs.

Réalisationsmodifier | modifier le code

Voir : catégorie « Bâtiment de Ludwig Mies van der Rohe »

À Chicagomodifier | modifier le code

Mies décéda en 1969 avant la fin de la construction de ces deux derniers immeubles, achevés par son agence, The Office of Mies van der Rohe.

Dans le mondemodifier | modifier le code

Tours du Westmount Square à Montréal.

Hommagemodifier | modifier le code

En 2012, pour son 126e anniversaire, le moteur de recherche Google utilise le Crown Hall de l'Illinois Institute of Technology comme doodle.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. En 1921, il accole au nom de son père (Mies) celui de jeune fille de sa mère (Rohe) en les reliant par un « van der » artistique
  2. a et b Charlotte Fiell, Peter Fiell 1999, p. 471-475
  3. Mies n'est pas l'auteur de cette phrase (devenue une sorte de devise du minimalisme), c'est Robert Browning qui l'a écrite en 1855 dans son recueil de poèmes # Hommes et femmes (Men and Women). C'est la traduction d'un proverbe allemand né quelques décennies plus tôt, de:Weniger ist mehr.

Annexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • (en) Charlotte Fiell, Peter Fiell, Design of the 20th Century, Cologne, Taschen,‎ 1999 (ISBN 3-8228-5873-0)
  • Paolo Amaldi, Mies Van der Rohe, Espace et Densité, Gollion, in-folio,‎ 2006
  • (en) Peter Carter, Mies Van der Rohe at work, New-York, Phaidon,‎ 1974
  • Jean-Louis Cohen, Mies van der Rohe, Paris, Hazan, coll. « Architecture »,‎ 1994, 1e éd., 143 p. (ISBN 2-85025-3340 et 978-2-85025-334-8, OCLC 416776846, notice BnF no FRBNF35690378q)
  • John Gelder, Loiseau Benjamin, Less is too much ? Vertige du vide chez Ludwig Mies van der Rohe et prolégomènes insurrectionnels urbains, Bagnolet, Échappée Belle Édition,‎ 2012
  • Phyllis Lambert, Mies Van der Rohe : l’art difficile d’être Simple, Montréal, CCA,‎ 2001
  • Giovanni Leoni, Ludwig Mies Van der Rohe, Arles, Actes Sud,‎ 2009
  • Fritz Neumeyer, Mies Van der Rohe : réflexions sur l’art de bâtir, Paris, Le Moniteur,‎ 1996
  • Claire Zimmerman, Mies Van der Rohe, Koln, Taschen,‎ 2009

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code









Creative Commons License