Maison Cauchie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison Cauchie
Vue de la façade principale
Vue de la façade principale
Présentation
Période ou style Art nouveau
Type Maison de ville
Architecte Paul Cauchie
Destination initiale Habitation
Propriétaire Guy et Léo Dessicy
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Bruxelles-Capitale
Commune Etterbeek
Localisation
Coordonnées 50° 50′ 18″ N 4° 23′ 43″ E / 50.83835556, 4.395308333 ()50° 50′ 18″ Nord 4° 23′ 43″ Est / 50.83835556, 4.395308333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Maison Cauchie

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Maison Cauchie

La Maison Cauchie, œuvre de Paul Cauchie, est l'un des chefs-d’œuvre méconnus de l'Art nouveau à Bruxelles (Etterbeek), avenue des Francs, en bordure du parc du Cinquantenaire. Construite en 1905, elle a été sauvée de la disparition par Guy Dessicy et son épouse, Leo.

Descriptionmodifier | modifier le code

Une façade publicitairemodifier | modifier le code

Paul Cauchie n’est pas le seul architecte à avoir construit sa propre maison. Mais, en fait, il n’en a pas construit beaucoup d’autres. Cette maison est un manifeste où l’artiste « d’avant-garde » et sa femme peintre Carolina Voetréf. souhaitée], surnommée Lina (1875-1969), affirment leurs goûts, et se servent de la maison comme panneau publicitaire pour diffuser et vendre leur talent. À une époque où le conformisme social était plus pesant qu’aujourd’hui, il y fallait une certaine audace.

La maison Cauchie est très linéaire et géométrique. Les matériaux nobles, typiques de l’architecture art nouveau, sont ici remplacés par un crépi qui enduit la façade à la manière d’une toile de tableau. La pierre bleue est réservée au soubassement tandis que des colonnettes (intégralement en bois sauf deux qui sont renforcées de fonteréf. souhaitée]) supportent le perron du rez-de-chaussée.

Les sgraffites, composés de motifs stylisés bien distincts, témoignent d’un amour pour le travail soigné et maîtrisé. La surface picturale est centrée entre les pilastres latéraux tandis que des bandes plates verticales sont prolongées par les montants en bois des balustrades. Une cariatide, Clioréf. souhaitée], aux bras levés soutient un cartouche « Par nous, pour nous », véritable profession de foi dans une démarche artistique personnalisée qui s’étend de la façade à la décoration intérieure, entièrement conçue par le couple d’artistes. Autour de la fenêtre ronde du dernier étage, un groupe de femmes représentent l’architecture, les beaux-arts et les arts appliqués.

Les profilés plats et les plaques en fer plein des balustrades, les formes géométriques ou la répétition de certains motifs comme les roses stylisées témoignent de l’influence qu’exerce sur l’artiste un autre courant, plus moderne, de l’art nouveau incarné par l’école de Glasgow de Charles Rennie Mackintosh ou encore de la Sécession viennoise. L’importance de la décoration peinte intérieure, comme insérée entre les verticales des meubles et des boiseries, participent de la même inspiration.

Historiquemodifier | modifier le code

Défigurée à un époque par ses occupants qui n'hésitent pas à recouvrir les sgraffites de papier peint, puis abandonnée après la mort du couple Cauchie, la maison faillit être remplacée par un quelconque immeuble à appartements en 1971. Sous la pression des défenseurs du patrimoine, elle est classée avant d’être patiemment restaurée par ses nouveaux propriétaires, Guy et Léo Dessicy.

Au cours d’une discussion, en 1979, avec Guy Dessicy, Hergé avait émis l’idée de transformer la Maison Cauchie en musée Tintin. Le projet n’aboutit pas malgré leurs efforts, mais quelques années plus tard vint l’idée concrétisée du Centre belge de la bande dessinée, sis dans les anciens magasins Waucquez, construits en 1906 sur les plans de Victor Horta.

Entre 1981 et 1988, la maison est restaurée avec soin par les architectes Jean-Jacques Boucau et Xavier de Pierpont et une galerie d’art aménagée en sous-sol, tandis que les sgraffites sont restaurés d’une manière remarquable par les restaurateurs de peinture Marc Henricot et Walter Schudel(1981).

Un musée bruxelloismodifier | modifier le code

La Maison Cauchie fait partie des musées bruxellois, elle est accessible au public le premier week-end de chaque mois ou sur rendez-vous pour les groupes. Le rez-de-chaussée, orné de nombreux sgraffites et panneaux décorés, œuvres de Lina et Paul Cauchie a fait l'objet d'une restauration et contient encore du mobilier d'origine. Au sous-sol, on découvre l'atelier de l'artiste, agrémenté de photos, documents et tableaux.

Bibliographiemodifier | modifier le code

Galeriemodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License