Mario Ančić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mario Ančić
Mario Ančić
Mario Ančić au Masters du Canada 2008.
Carrière professionnelle
2001 – 2011
Nationalité Drapeau de la Croatie Croatie
Naissance (30 ans)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Split
Surnom Super Mario
Baby Goran
Taille / poids 1,96 m (6 5) / 80 kg (176 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Fredrik Rosengren
Gains en tournois 4 024 686 $
Palmarès
En simple
Titres 3
Finales perdues 8
Meilleur classement 7e (10/07/2006)
En double
Titres 5
Finales perdues 0
Meilleur classement 47e (14/06/2004)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/8 1/4 1/2 1/32
Double 1/19 1/8 1/32 1/4
Médailles olympiques
Double 1
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 1 (2005)
World Team Cup 1 (2006)

Mario Ančić, né le à Split, est un joueur de tennis croate, professionnel de 2001 à 2011.

Il a comme surnoms Super Mario et Baby Goran. Le 20 février 2011, il annonce son retrait du circuit dû à de nombreux problèmes de santé.

Style de jeumodifier | modifier le code

Mario Ančić est un joueur complet capable de tirer son épingle du jeu sur toutes les surfaces. Il est l'un des rares de son époque à pratiquer un tennis offensif, n'hésitant pas à monter au filet dès que l’occasion se présente. Il est adroit à la volée et doté d’une redoutable première balle. Ses qualités en ont fait un excellent compétiteur sur courts rapides, en particulier sur gazon.

Famillemodifier | modifier le code

Il est le second fils de Stipe, qui est gérant d'une chaîne de supermarché et de Nilda, une conseillère financière. Il a un frère plus âgé prénommé Ivica, avec qui il voyage et travaille et une petite sœur : Sanja Ančić, qui faisait partie du top 10 junior mondial en 2005.

Carrièremodifier | modifier le code

1999 - 2001 : des débuts précocesmodifier | modifier le code

Mario Ančić fait ses premiers pas en Futures alors qu'il n'a pas 15 ans et remporte deux matchs. Ses débuts prometteurs et sa réputation dans les tournois de jeunes lui vallent une sélection extrêmement précoce en Coupe Davis. Il est aligné dans le second simple sans enjeu face à l'expérimenté Joao Cunha-Silva (défaite en deux sets) et assiste impuissant à la relégation de l’équipe de Croatie en troisième division. Parallèlement, le Croate se fait les dents sur le circuit junior sur lequel il exprime déjà d'excellentes prédispositions. Ses plus beaux faits de gloire sont une finale à Wimbledon perdue en trois sets contre Nicolas Mahut et une demi-finale à l'US Open (défaite contre Andy Roddick) en 2000. La même année, il est sacré sur le Futures de Zagreb où il défait en finale Ivo Karlović. Il prend part également au tournoi de double aux Jeux olympiques de Sydney avec Goran Ivanišević sans franchir un tour.

2002 : la victoire sur Federermodifier | modifier le code

Le jeune Mario poursuit ses gammes sur les circuits Futures puis Challenger sur lequel il remporte les tournois de Belgrade début 2002. Il obtient une invitation pour les qualifications du tournoi ATP de Miami et donne du fil à retordre à Adrian Voinea contre qui il ne cède qu'au bout d'un troisième set accroché. Le Croate prend part à son premier tournoi du Grand Chelem à Roland-Garros mais bloque dès son entrée en lice dans le tableau des qualifications.

C'est lors du suivant, sur l’herbe de Wimbledon, que son talent éclate au grand jour. Invité dans le tableau final, il crée la sensation en éliminant le numéro 9 mondial Roger Federer dès le premier tour, devenant ainsi le premier adolescent depuis Björn Borg en 1973 à remporter son tout premier match sur le court central londonien. Il doit cependant rendre les armes au match suivant contre Daniel Vacek. Ce coup d'éclat, à la suite duquel on l'affuble du surnom de Super Mario, se greffe à quelques autres performances de choix comme une victoire sur le 4e mondial Ievgueni Kafelnikov à Indianapolis ou une belle résistance à l'US Open contre Dominik Hrbatý à qui il prend deux sets. Il ajoute deux succès dans les Challenger de Prague et de Milan ce qui lui ouvre les portes du top 100.

2003 : la confirmation tardemodifier | modifier le code

2003 démarre en fanfare pour le Croate avec un huitième de finale à l'Open d'Australie et un nouveau Challenger dans la musette (victoire à Hambourg contre un Espagnol de 16 ans, Rafael Nadal). Préféré à Goran Ivanišević en fin de carrière pour affronter les États-Unis en Coupe Davis, il s'incline contre James Blake mais sa déception est compensée par la victoire de son pays (4-1). La suite est pourtant moins reluisante pour Mario qui accumule les défaites au premier tour sur le circuit ATP, en plus de celles en quart de finale de Coupe Davis contre l'Espagne (revers contre Àlex Corretja et Juan Carlos Ferrero).

Il doit patienter jusqu'à mai et la terre battue de Sankt Pölten pour se refaire une santé avec un quart de finale. De quoi aborder Roland-Garros avec confiance, ce que ne démentira pas Andre Agassi : le jeune Croate lui donne en effet des sueurs froides au second tour, menant deux manches à rien et 2-0. L'expérience et l'abnégation du champion américain ont pourtant raison de la fougue de Mario qui doit finalement s'incliner au terme de 3 h 45 de haute lutte (5-7, 1-6, 6-2, 6-2, 7-5).

Alors très attendu pour la saison sur gazon, Super Mario traverse un passage à vide qui lui vaut une défaite à Wimbledon dès son entrée en lice face Rafael Nadal, puis six mois de disette interrompue par une seule lueur à Stockholm où il atteint les quarts de finale. Seuls les tournois de double lui donnent l'occasion de briller. Il s'adjuge en effet le titre à Indianapolis (en compagnie de Andy Ram) et parvient associé à Ivan Ljubičić en quart de finale de l'US Open où il est bloqué par la redoutable paire Bob Bryan/Mike Bryan 7-6 au dernier set.

2004 : Wimbledon, au bord de l'exploitmodifier | modifier le code

Mario débute 2004 avec un parcours mi-figue mi-raisin à l'Open d'Australie où il se faufile non sans mal au troisième tour (deux victoires en cinq manches contre Raemon Sluiter et Àlex Corretja) avant d'être battu par Mark Philippoussis. Il enchaîne avec une défaite en Coupe Davis opposé à Arnaud Clément puis perd le double décisif (associé à Ivo Karlović) face à Arnaud Clement/Nicolas Escudé. Il relève immédiatement la tête en se glissant en finale du tournoi de Milan où il est défait sur le fil par un Antony Dupuis très en forme. Peu de satisfactions jusqu'à la saison sur herbe : Roland-Garros ne lui permet pas de franchir un palier dans un Grand Chelem. En effet, après une belle performance face à Mariano Zabaleta, il est sorti sechemment par le meilleur joueur de terre battue du moment et futur finaliste de l'épreuve, Guillermo Coria. Il ne prend pas sa revanche à Bois-le-Duc, sur une surface qui lui convient pourtant mieux, l'Argentin lui barrant la route en demi-finale.

Rien ne pouvait donc présager de sa magistrale performance à Wimbledon. Il souffre pourtant contre Julien Benneteau au second tour, poussé dans un match indécis en cinq sets (4-6, 7-6, 6-2, 5-7, 6-4). Arrivant sans encombre au stade des quarts de finale, il est dans la peau de l'outsider au moment d'affronter le chouchou local Tim Henman, toujours en quête d'un premier sacre à Londres. Sous la pression de l'événement, l'Anglais ne produit pas son meilleur tennis, au contraire du Croate qui se voit pousser des ailes. Le cadet des deux l'emporte en trois sets sans jamais avoir été inquiété (7-6, 6-4, 6-2). Il n'a rien à perdre non plus face au numéro 2 mondial Andy Roddick, un adversaire qu'il avait failli battre deux semaines plus tôt au tournoi du Queen's. Le Croate joue crânement sa chance et sort avec les honneurs après quatre sets serrés (6-4, 4-6, 7-5, 7-5). Mario fait alors enfin son entrée dans le top 50.

Mario prend part à ses secondes olympiades à Athènes mais cède dès son entrée en lice dans le tableau de simple contre Tommy Haas. Il se montre par contre nettement plus à son avantage en double avec Ivan Ljubičić : les deux compères éliminent la paire Fabrice Santoro/Michaël Llodra pour parvenir en demi-finale (4-6, 6-3, 9-7). Ils se font surprendre au match suivant par Nicolás Massú/Fernando González au terme d'un match serré (7-5, 4-6, 6-4) et doivent donc disputer la médaille de bronze. Opposés aux expérimentés Leander Paes et Mahesh Bhupathi, ils partent dans une joute interminable qui connait finalement une issue heureuse. Le score parle de lui-même : 7-6, 4-6, 16-14 ! Le bronze olympique n'est pas suivi d'une folle embellie et ce n'est pas la demi-finale à Delray Beach qui console Mario d'une fin de saison très décevante.

2005 : le premier trophée et la Coupe Davismodifier | modifier le code

Toujours pas d'amélioration sur le Rebound Ace de l'Open d'Australie qui le voit finir sa route au troisième tour opposé au tenant du titre Marat Safin. Mario respire quelque peu à Marseille, se faufilant en demi-finale (défaite contre Ivan Ljubičić) et retrouve définitivement le sourire à Rotterdam où il parvient au même stade (battu par le numéro 1 mondial Roger Federer). Il passe à l'échelon supérieur à Scottsdale, certes face à des adversaires de moindre calibre, Wayne Arthurs le privant de son premier titre ATP. Engagé en Coupe Davis contre les États-Unis, il est vaincu par Andy Roddick. Son compatriote Ivan Ljubicic crée la surprise dans le second simple en se jouant facilement d'Andre Agassi. La sensation intervient en double où Mario et Ivan font un véritable exploit en se défaisant de la meilleure paire du monde du moment Bob Bryan/Mike Bryan en quatre sets. Ivan apporte ensuite contre Andy Roddick le point d'une victoire à priori inespérée pour son pays (3-2). Le duo qu'il forme en double avec Ivan sera la clé des voûtes de l'épopée croate dans cette compétition. C'est pourtant sans lui que Mario empoche un second trophée en double à Munich (en compagnie de Julian Knowle).

La tournée américaine et la saison sur terre battue se soldent par un échec pour Mario. Il cède encore au troisième tour de Roland-Garros, cette fois contre David Nalbandian, en trois sets. Le gazon lui offre enfin son premier titre sur le circuit, à Bois-le-Duc, au terme d'une victoire sur Michaël Llodra. Il arrive donc à Wimbledon requinqué, mais il doit néanmoins céder dès les huitièmes de finale face à un Feliciano López pourtant loin d'être favori sur cette surface. Malgré un revers en simple en Coupe Davis contre Andrei Pavel, il se reprend en double, participant donc à la qualification de la Croatie en demi-finale (4-1). Opposé à la Russie, le schéma se reproduit à l'identique : Mario perd son simple face à Nikolay Davydenko mais prend sa revanche en double au terme d'un match en cinq sets. Cette victoire (4-1) ouvre la voie de la finale. Mario patiente jusqu'à octobre pour de nouveau faire parler de lui en atteignant la finale de Tokyo qui le voit encore tomber face à un joueur peu attendu, Wesley Moodie. L'apothéose de sa saison intervient à Bratislava où son pays triomphe de l'équipe slovaque en Coupe Davis. Il prend pourtant, une fois de plus, un mauvais départ (défaite contre Dominik Hrbatý) avant de réagir en double. Dans la peau du favori opposé à Michal Mertiňák, qui remplace Karol Beck blessé au genou, au moment de jouer le match le plus important de sa carrière, Mario résiste à la pression et ne laisse aucun espoir au Slovaque de s'imposer. Il offre du même coup le premier Saladier d'argent à la Croatie.

2006 : une saison pleinemodifier | modifier le code

La saison australienne est encourageante pour Mario qui dispute sa première finale de l'année à Auckland après s'être joué d'Andy Murray, de Fernando González et de Stanislas Wawrinka. Il est toutefois largement dominé par Jarkko Nieminen. L'Open d'Australie est pourtant decevant : encore une élimination au troisième tour (défaite contre David Ferrer en trois sets). Mario se reprend dans la foulée en Coupe Davis contre Jürgen Melzer sur la terre ocre de Graz : il vient à bout de l'Autrichien au terme d'un match marathon de 4h31, remontant un déficit de deux sets (6-7, 6-7, 6-4, 6-4, 6-3). Le double est loin d'être une formalité non plus comme en témoigne l'ampleur du score (3-6, 3-6, 6-4, 6-4, 8-6). Le Croate enchaîne avec le tournoi de Marseille où il élimine le finaliste de Melbourne, Márcos Baghdatís, le numéro 5 mondial, Ivan Ljubicic, puis Sébastien Grosjean avant de tomber en finale contre Arnaud Clément. Il poursuit sa période faste avec une bonne tournée américaine marquée par un huitième de finale à Indian Wells et un quart à Miami. Des soucis au dos l'empêchent de prendre part à la rencontre de Coupe Davis contre l'Argentine (il est remplacé par le jeune Marin Čilić dans le premier simple puis par Sasa Tuksar dans le second) et assiste impuissant à la défaite de son équipe (3-2).

Super Mario surprend par ses performances sur terre battue en se hissant en quart de finale de Rome puis en demi-finale de Monte-Carlo, effaçant au passage des adversaires du top 10 tels que Nikolay Davydenko et James Blake. Il confirme ses bonnes sensations à Roland-Garros par un joli parcours, s'offrant notamment le scalp de l'un des favoris pour le titre, Tommy Robredo. Le numéro 1 mondial Roger Federer coupe court à tout espoir d'une qualification dans le dernier carré. Le Croate retrouve sa surface favorite, le gazon, à l'occasion du tournoi de Bois-le-duc et ajoute une seconde ligne à son palmarès. Il a cependant du batailler pour y parvenir, particulièrement contre l'étonnant Pakistanais Aisam-Ul-Haq Qureshi au premier tour (7-6, 6-7, 7-5 et 2h43 de jeu). Super Mario se faufile ensuite en quart de finale dans le tableau de Wimbledon, malgré un match compliqué face à la star montante Novak Djokovic en huitième (6-4, 4-6, 4-6, 7-5, 6-3). Il retrouve sur sa route le triple-vainqueur du tournoi et tenant du titre Roger Federer pour une revanche de la rencontre à Roland-Garros, mais également du match de 2002 qui constitue la dernière défaite du Suisse en ces lieux. Le numéro 1 mondial ne tremble pas et boucle l'affaire en à peine plus d'une heure et demie (6-4, 6-4, 6-4). Mario termine l'année avec une autre finale à Pékin, un titre en double dans le même tournoi et à Mumbai (avec Mahesh Bhupathi) et une victoire à Saint-Pétersbourg sans laisser un set à ses adversaires. Il se fait en conséquence une place parmi les 10 meilleurs du monde.

2007 - 2008 : une période à oubliermodifier | modifier le code

Le Croate reste sur les mêmes bases et prend part pour la seconde fois aux huitièmes de finale de l'Open d'Australie. Après un peu plus de 3 heures de jeu, Mario doit rendre les armes devant Andy Roddick (6-3, 3-6, 6-1, 5-7, 6-4). Il ne peut rien contre Tommy Haas en Coupe Davis et voit son équipe éliminée dès le premier tour. Engagé au tournoi de Marseille, il est contraint d'abandonner contre Andreas Seppi dès le début de match, victime de malaises. Il apprend alors un peu plus tard qu'il est atteint d'une mononucléose, maladie qui le tient éloigné des terrains durant plusieurs mois. Il manque du même coup les rendez-vous de Roland-Garros et de Wimbledon.

Le Croate fait un retour progressif au mois d'août mais ne retrouve pas son meilleur tennis. Une blessure à l'épaule le contraint à déclarer forfait à l'US Open pour la troisième fois consécutive dans un tournoi du Grand Chelem. Il reprend la compétition à Madrid où il parvient en quart de finale, après avoir vaincu James Blake et Paul-Henri Mathieu. Il ne peut néanmoins pas franchir l'obstacle Novak Djokovic.

Mario joue de malchance : ce sont des maux d'estomac qui le privent de la tournée australienne début 2008, en particulier de l'Open d'Australie. Il est sur pied pour le tournoi de Marseille et se montre immédiatement compétitif. Le Croate élimine d'entrée le finaliste de l'Open d'Australie Jo-Wilfried Tsonga puis Robin Söderling et enfin Márcos Baghdatís mais échoue en finale opposé à Andy Murray.

Il apprend alors qu'il fait une rechute de mononucléose qui l'empêche de participer aux Jeux olympiques d'été de Pékin et à l'US Open.

2010 : le retourmodifier | modifier le code

Mario Ančić fait son retour à Indian Wells où il gagne son premier match depuis un an face à Bobby Reynolds puis un match marathon face à Julien Benneteau 4-6, 7-6, 6-3. Au tour suivant, il affronte Rafael Nadal contre lequel il s'incline dans un match à sens unique 2-6, 2-6. La semaine suivante, il perd au premier tour à Miami face à Jérémy Chardy : 4-6, 4-6.

2011 : fin de carrièremodifier | modifier le code

N'ayant plus rejoué depuis et souffrant toujours de récurrents problèmes de dos, il annonce le 20 février 2011 l'arrêt de sa carrière à 26 ans.

Palmarèsmodifier | modifier le code

Titres en simple (3)modifier | modifier le code

Date Nom et lieu du tournoi Surface Finaliste Score
1 13/06/2005 Drapeau : Pays-Bas Open de Bois-le-Duc, Pays-Bas Gazon Drapeau : France Michaël Llodra 7-5, 6-4
2 24/06/2006 Drapeau : Pays-Bas Open de Bois-le-Duc, Pays-Bas Gazon Drapeau : République tchèque Jan Hernych 6-0, 5-7, 7-5
3 29/10/2006 Drapeau : Russie Open de Saint-Pétersbourg, Russie Synthétique Drapeau : Suède Thomas Johansson 7-5, 7-6

Finales en simple (8)modifier | modifier le code

Date Nom et lieu du tournoi Surface Vainqueur Score
1 09/02/2004 Drapeau : Italie Indoor de Milan, Italie Synthétique Drapeau : France Antony Dupuis 6-4, 6-7, 7-6
2 21/02/2005 Drapeau : États-Unis Classic de l'Arizona, États-Unis Dur Drapeau : Australie Wayne Arthurs 7-5, 6-3
3 03/10/2005 Drapeau : Japon Open du Japon, Tokyo Dur Drapeau : Afrique du Sud Wesley Moodie 1-6, 7-6, 6-4
4 09/01/2006 Drapeau : Nouvelle-Zélande Open d'Auckland, Nouvelle-Zélande Dur Drapeau : Finlande Jarkko Nieminen 6-2, 6-2
5 13/02/2006 Drapeau : France Open 13, Marseille Dur Drapeau : France Arnaud Clément 6-4, 6-2
6 11/09/2006 Drapeau : République populaire de Chine Open de Chine, Pékin Dur Drapeau : Chypre Márcos Baghdatís 6-4, 6-0
7 11/02/2008 Drapeau : France Open 13, Marseille Dur (indoor) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 6-3, 6-4
8 02/02/2009 Drapeau : Croatie Tournoi de Zagreb, Croatie Dur Drapeau : Croatie Marin Čilić 6-3, 6-4

Titres en double (5)modifier | modifier le code

Date Nom et lieu du tournoi Surface Partenaire Finalistes Score
1 21/07/2003 Drapeau : États-Unis Tournoi d'Indianapolis, États-Unis Dur Drapeau : Israël Andy Ram Drapeau : États-Unis Diego Ayala
Drapeau : États-Unis Robby Ginepri
2-6, 7-6, 7-5
2 25/04/2005 Drapeau : Allemagne Open de Munich, Allemagne Terre battue Drapeau : Autriche Julian Knowle Drapeau : Allemagne Florian Mayer
Drapeau : Allemagne Alexander Waske
6-3, 1-6, 6-3
3 11/09/2006 Drapeau : République populaire de Chine Open de Chine, Pékin Dur Drapeau : Inde Mahesh Bhupathi Drapeau : Allemagne Michael Berrer
Drapeau : Danemark Kenneth Carlsen
6-4, 6-3
4 25/09/2006 Drapeau : Inde Open de Bombay, Inde Dur Drapeau : Inde Mahesh Bhupathi Drapeau : Inde Rohan Bopanna
Drapeau : Inde Mustafa Ghouse
6-4, 6-7, 10-8
5 16/06/2008 Drapeau : Pays-Bas Open de Bois-le-Duc, Pays-Bas Gazon Drapeau : Autriche Jürgen Melzer Drapeau : Inde Mahesh Bhupathi
Drapeau : Inde Leander Paes
7-65, 6-3

Jeux olympiquesmodifier | modifier le code

  • 2004, Athènes : Mario Ančić remporte la médaille de bronze en doubles messieurs aux côtés d'Ivan Ljubičić.

Coupe Davismodifier | modifier le code

En 2005, associé à Ivan Ljubičić, il offre à son pays la première Coupe Davis de son histoire, en dominant la Slovaquie en finale à Bratislava (3-2).

Coupe du monde de tennis par équipemodifier | modifier le code

Parcours dans les tournois du Grand Chelemmodifier | modifier le code

En simplemodifier | modifier le code

Palmarès en Grand Chelem
Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2002 2e tour Drapeau : République tchèque J. Vacek 1er tour Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý
2003 1/8 de finale Drapeau : Espagne J.C. Ferrero 2e tour Drapeau : États-Unis A. Agassi 1er tour Drapeau : Espagne R. Nadal 1er tour Drapeau : République tchèque J. Novák
2004 3e tour Drapeau : Australie M. Philippoussis 3e tour Drapeau : Argentine G. Coria 1/2 finale Drapeau : États-Unis A. Roddick 1er tour Drapeau : Belgique O. Rochus
2005 3e tour Drapeau : Russie M. Safin 3e tour Drapeau : Argentine D. Nalbandian 1/8 de finale Drapeau : Espagne F. López 2e tour Drapeau : Serbie-et-Monténégro N. Djokovic
2006 3e tour Drapeau : Espagne D. Ferrer 1/4 de finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/4 de finale Drapeau : Suisse R. Federer
2007 1/8 de finale Drapeau : États-Unis A. Roddick
2008 3e tour Drapeau : Suisse R. Federer 1/4 de finale Drapeau : Suisse R. Federer
2009 3e tour Drapeau : France G. Simon
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En doublemodifier | modifier le code

Palmarès en Grand Chelem
Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2003 1er tour
Drapeau : Autriche J. Knowle
Drapeau : Suède J. Björkman
Drapeau : Australie T. Woodbridge
1/4 de finale
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
Drapeau : États-Unis B. Bryan
Drapeau : États-Unis M. Bryan
2004 2e tour
Drapeau : Espagne F. López
Drapeau : République tchèque F. Čermák
Drapeau : République tchèque L. Friedl
1/8 de finale
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : Biélorussie M. Mirnyi
1er tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
Drapeau : Inde L. Paes
Drapeau : République tchèque D. Rikl
2005 1er tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
Drapeau : Allemagne K. Braasch
Drapeau : Afrique du Sud J. Coetzee
2e tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : République tchèque M. Damm
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours dans les Masters 1000modifier | modifier le code

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid1 Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai2 Paris
2002 1er tour
Drapeau : Roumanie A. Voinea
2003 1er tour
Drapeau : Allemagne N. Kiefer
1er tour
Drapeau : Argentine F. Squillari
1er tour
Drapeau : République tchèque J. Novák
2004 1er tour
Drapeau : Arménie S. Sargsian
1er tour
Drapeau : Brésil F. Saretta
1er tour
Drapeau : États-Unis M. Fish
1er tour
Drapeau : France J-W. Tsonga
2005 2e tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1/8 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Chili F. González
1er tour
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
1/8 de finale
Drapeau : Argentine G. Coria
1/8 de finale
Drapeau : Royaume-Uni G. Rusedski
1/8 de finale
Drapeau : Australie L. Hewitt
2e tour
Drapeau : Belgique O. Rochus
2e tour
Drapeau : Russie D. Toursounov
2006 1/8 de finale
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
1/4 de finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
1/4 de finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
1/2 finale
Drapeau : Espagne T. Robredo
2e tour
Drapeau : États-Unis R. Ginepri
1/4 de finale
Drapeau : Russie N. Davydenko
2007 2e tour
Drapeau : France P-H. Mathieu
2e tour
Drapeau : Autriche J. Melzer
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2e tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2008 3e tour
Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
1/8 de finale
Drapeau : Russie N. Davydenko
2e tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Russie N. Davydenko
1er tour
Drapeau : Canada F. Dancevic
2e tour
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
2009 2e tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
2010 3e tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : France J. Chardy
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  2. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License