Mehdi Ben Barka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mehdi.

El Mehdi Ben Barka

Description de l'image  ElMehdi_Benbarka.jpg.
Naissance janvier 1920
Rabat, Maroc
Décès disparu le 29 octobre 1965 à Fontenay-le-Vicomte (à 45 ans)
Nationalité Drapeau du Maroc Marocain
Profession Homme politique marocain, socialiste, tiers-mondiste, panafricaniste et nationaliste

El Mehdi Ben Barka (en arabe : المهدي بن بركة) (né en janvier 1920 à Rabat, Maroc - disparu le 29 octobre 1965 à Fontenay-le-Vicomte) était un homme politique marocain, principal opposant socialiste au roi Hassan II et chef de file du mouvement tiers-mondiste et panafricaniste.

Le , devant la brasserie Lipp à Paris, Ben Barka fut enlevé et son corps ne fut jamais retrouvé. Après quarante sept années d'une enquête judiciaire qui n'est toujours pas terminée, l'implication des pouvoirs politiques marocain et français dans cet enlèvement reste controversée. Ce crime, dit affaire Ben Barka, est souvent évoqué pour dénoncer :

Biographiemodifier | modifier le code

Le principal opposant au roi Hassan II, chef de file du camp tiers-mondistemodifier | modifier le code

D'une famille de petits fonctionnaires, Mehdi Ben Barka a fait des études de mathématique à Rabat et devient professeur de lycée. Proche du Palais, il enseigne aussi au Collège royal. Il a le futur roi Hassan II parmi ses élèves. Il fut élève de Romain Baron, écrivain local du département de la Nièvre et professeur de lettres français exilé au Maroc entre 1925 et 1940, et avec qui il a eu une petite correspondance épistolaire. Parallèlement, il s’engage en politique contre le « protectorat » français sur le Maroc. Dès 1943, il participe à la création du Parti de l'Istiqlal, un parti qui joue un grand rôle dans l'indépendance du Maroc. En 1955, il participe aux négociations qui aboutiront au retour du roi Mohammed V que les autorités françaises avaient exilé à Madagascar et, en 1956, à la fin du protectorat. De 1956 à 1959, Mehdi Ben Barka est président de l'Assemblée consultative du Maroc.

Représentant de l’aile gauche d’un parti qu’il juge trop conservateur, il provoque une scission et fonde, en septembre 1959, l'Union nationale des forces populaires (UNFP), principal parti de gauche opposé au régime royal. Le futur Hassan II, ambitieux et aspirant à succéder au plus vite à son père Mohammed V, appelle à la répression contre la subversion (les forces de gauche), aussi choisit-il de s'exiler à Paris. À la mort de Mohammed V en 1961, Hassan II monte sur le trône et annonce vouloir faire la paix avec son principal opposant. Il rentre au Maroc en mai 1962. Le 16 novembre 1962, il échappe déjà à un attentat (accident de la circulation selon la version officielle alors que sa Volkswagen fut projetée dans un ravin par une voiture de police l'ayant doublé dans un virage) fomenté par les services du général Oufkir et du colonel Ahmed Dlimi. En juin 1963, il s'exile à nouveau, après être accusé de complot contre la monarchie, Hassan II souhaitant dissoudre l'UNFP. Le , il est condamné à mort par contumace, avec Cheikh el-Arab, pour complot et tentative d'assassinat contre le roi1.

L'exilmodifier | modifier le code

Mehdi Ben Barka s'exile alors, devenant un « commis-voyageur de la révolution », selon l'expression de l'historien Jean Lacouture. Il part d'abord pour Alger, où il rencontre Che Guevara, Amílcar Cabral et Malcolm X. Il s'en va ensuite pour Le Caire, Rome, Genève (où il échappe à plusieurs tentatives d'assassinat) et La Havane, tentant de fédérer les mouvements révolutionnaires du tiers-monde en vue de la Conférence tricontinentale devant se tenir en janvier 1966 à La Havane et où, affirmait-il dans une conférence de presse, « les deux courants de la révolution mondiale y seront représentés : le courant surgi avec la révolution d'Octobre et celui de la révolution nationale libératrice ». Présidant la commission préparatoire, il y définit les objectifs, parmi lesquels l’aide aux mouvements de libération, le soutien à Cuba soumis à l’embargo américain, la liquidation des bases militaires étrangères et l'abolition de l’apartheid en Afrique du Sud… Pour l’historien René Galissot, « c’est dans cet élan révolutionnaire de la Tricontinentale que se trouve la cause profonde de l’enlèvement et de l’assassinat de Ben Barka »2.

L'enlèvement devant la brasserie Lipp, à Paris le 29 octobre 1965 à 12 h 30modifier | modifier le code

Alors qu'il est chargé d'organiser la participation des mouvements révolutionnaires du tiers-monde à la Conférence tricontinentale qui devait se réunir à la Havane en 1966, Ben Barka se rend à Paris pour un rendez-vous avec des cinéastes ayant un projet de films sur la décolonisation : le journaliste enquêteur Philippe Bernier, le prétendu producteur Georges Figon 3 et Georges Franju. Pour définitivement le convaincre du bien-fondé de ce projet, Georges Figon avait auparavant convaincu Marguerite Duras de donner son accord de principe pour être scénariste du film et Georges Franju comme réalisateur. Le à 12 h 30, devant la brasserie Lipp du 151 boulevard Saint-Germain de Paris où il devait retrouver ses interlocuteurs, Ben Barka est interpellé par deux policiers français, l'inspecteur principal Louis Souchon (chef du groupe des stupéfiants à la Brigade mondaine) et son adjoint Roger Voitot, qui le font monter dans une voiture au côté de Le Ny, homme de main de Georges Boucheseiche4. Prétextant qu'il doit rencontrer une haute personnalité, les policiers emmènent Ben Barka dans la propriété de Georges Boucheseiche à Fontenay-le-Vicomte. Dès lors, Ben Barka ne sera plus jamais revu. Le 30, le général Oufkir et le colonel Dlimi se rendent dans cette propriété. Le 31 octobre 1965, sa disparition est signalée aux autorités françaises par son frère qui dépose une plainte.

Deux jours plus tard, Jacques Derogy et Jean-François Kahn publient dans le magazine l'Express un article intitulé « Les étranges coïncidences de l'affaire Ben Barka »5 qui dénonce un « scandale politique » derrière ce qui aurait pu apparaître comme un crime crapuleux. Le magazine par la voix de son directeur, Jean-Jacques Servan-Schreiber, prend fait et cause pour que soit levé le mystère autour de cet enlèvement. Les nombreux articles publiés pendant les semaines qui suivent, en respectant le principe de protection des sources d'information des journalistes, citent nommément le général Mohamed Oufkir, ministre marocain de l'Intérieur et chef des services secrets, arrivé à Paris quelques jours avant l'enlèvement et reparti presque aussitôt, le 5 novembre. Le le journal publie le témoignage de Georges Figon avec en une le titre « J'ai vu tuer Ben Barka ». Ce dernier se serait suicidé une semaine plus tard, ajoutant encore au scandale. La France lance alors un mandat d'arrêt international à l'encontre du général Oufkir.

Le procès qui s'ouvre le 5 septembre 1966 confirmera que l'enlèvement de Mehdi Ben Barka a été organisé par Miloud Tounsi, alias Chtouki, agent du Cab 1 (une des unités des services marocains ultra secrète) et Antoine Lopez (dit « Savonnette »), chef d'escale d'Air France à l'aéroport d'Orly6. Ces deux hommes ont en effet contacté les différents protagonistes du projet de film sur la décolonisation afin d'appâter Ben Barka, Lopez recourant aux services de Souchon. Cette opération a aussi impliqué à des degrés divers trois autres personnages obscurs : Georges Boucheseiche et ses hommes de mains, Jean Palisse et Pierrot Dubail.

Lors du procès Ben Barka, Lopez fut fortement soupçonné d'avoir agi sur instructions du général Oufkir, et le 7 juin 1967, le verdict fut ainsi prononcé : les deux policiers (défendus par Maître Floriot) furent condamnés à 8 ans et 6 ans de réclusion criminelle, Antoine Lopez à 8 ans.

Le général Oufkir et les quatre membres de la pègre parisienne quant à eux réfugiés au Maroc, furent condamnés à la perpétuité par contumace mais le roi Hassan II refusa toujours d'appliquer les condamnations ou d'extrader les condamnés. Le général Oufkir sera exécuté cependant quelques années plus tard après un coup d'État manqué contre le roi du Maroc (Gilles Perrault, Notre ami le roi). Le colonel Ahmed Dlimi qui est venu lors du procès se constituer prisonnier, Philippe Bernier, Roger Voitot et Marcel Leroy-Finville sont acquittés.

Lors de sa conférence de presse du 21 février 1966, le général de Gaulle déclare : « Du côté français que s'est-il passé ? Rien que de vulgaire et de subalterne. Rien, absolument rien, n'indique que le contre-espionnage et la police, en tant que tels et dans leur ensemble, aient connu l'opération, a fortiori qu'ils l'aient couverte. » Cette fameuse affirmation sera contredite par les découvertes ultérieures : le SDECE (ancêtre de la DGSE) était bien au courant de l'enlèvement projeté. Dès l'enlèvement du leader tiers-mondiste, cette affirmation nette de De Gaulle est mise en doute : si le corps de Ben Barka a quitté la France, peut-on vraiment transférer un cadavre (ou un homme inconscient) par avion de Paris à Rabat, sans se faire arrêter par la police aux frontières ? En 2006, l'ex-commissaire Lucien Aimé-Blanc publie des écoutes téléphoniques de l'époque montrant que les services français surveillaient déjà tous les hommes ayant pris part à l'enlèvement (voir ci-avant).

L'instruction française sur les responsabilités marocainesmodifier | modifier le code

À la suite de l'enlèvement et de la disparition de Mehdi Ben Barka, une enquête judiciaire est déclenchée en France. Quarante ans après, ayant fait intervenir 7 juges d'instruction, celle-ci reste toujours « pendante ». Après la tentative infructueuse du général Oufkir de coup d'État contre Hassan II, Rabat a toujours attribué à Oufkir la responsabilité ultime de l'enlèvement et du meurtre de Mehdi Ben Barka. À ce jour, la famille du leader assassiné continue à tenir pour véritable responsable le roi lui-même, ce que seule la continuation de l'enquête française pourrait prouver, ou, au contraire, réfuter7.

En 1975, le fils de Ben Barka dépose une nouvelle plainte pour assassinat et complicité d'assassinat afin d'éviter la prescription du dossier.

Fin 2005, pour la troisième fois, le juge d'instruction français Patrick Ramaël se rend au Maroc afin d'enquêter sur place, mais se trouve rapidement confronté à l'absence de coopération de la part des autorités marocaines, et cela malgré la fin du règne de Hassan II, remplacé par son fils Mohammed VI.

Début , le journal Maroc Hebdo International révèle que Hosni Benslimane, patron de la gendarmerie royale marocaine, sans répondre à la convocation du juge français Ramaël, compte répondre au juge marocain Jamal Serhane.

Rabat n'avait pas répondu à la seconde commission rogatoire délivrée en pour entendre notamment et au Maroc le général Benslimane, capitaine à l'époque des faits, ou Miloud Tounsi, alias Chtouki, un agent retraité des services marocains soupçonné d'être l'un des membres du commando ayant participé à l'enlèvement de l'opposant.

En mai 2006, le magistrat français Patrick Ramaël a entendu Driss Basri, l'ex-ministre de l'Intérieur et ancien homme fort du régime d'Hassan II, et perquisitionné à son domicile parisien.

Il souhaite également effectuer des fouilles au PF3 (PF pour Point Fixe), ancien centre de détention secret à Rabat où pourrait se trouver la tête de Mehdi Ben Barka. Faute de réponse à la commission rogatoire internationale (CRI), Patrick Ramaël a convoqué, le 21 novembre 2006 à Paris, le général Benslimane, Tounsi et trois autres personnes. En vain.

Sa détermination préoccupe néanmoins Rabat, qui en a fait part à Nicolas Sarkozy lors de ses deux visites dans le royaume. D'autant que le juge français pourrait lancer un mandat d'arrêt international pour interroger ces « témoins ». Dans ce contexte, l'annonce d'une audition, à une date non précisée, du général Benslimane, un fidèle parmi les fidèles de la monarchie alaouite, par le juge Serhane semble surtout destinée à montrer que la justice marocaine ne reste pas les bras croisés.

Le , le juge Patrick Ramaël a signé cinq mandats d'arrêt internationaux visant des Marocains: le général Hosni Benslimane, chef de la gendarmerie royale marocaine; Abdelhak Kadiri, ancien patron de la Direction générale des études et de la documentation (DGED, renseignements militaires); Miloud Tounsi, alias Larbi Chtouki, l'un des membres présumés du commando marocain qui a enlevé l'opposant marocain; Boubker Hassouni, infirmier et agent du Cab 1, une des unités des services marocains ultra secrète; et Abdelhak Achaachi, également agent du Cab 18. Le parquet de Paris a demandé de suspendre les mandats délivrés dans l'affaire Ben Barka. Le parquet de Paris a annoncé cette mesure dans la soirée du  en expliquant vouloir demander des « précisions » au juge d'instruction chargé de l'enquête. « En effet, Interpol a demandé ces précisions afin de rendre les mandats d'arrêt exécutables. Sans ces précisions, ils sont inexécutables », a dit le cabinet du procureur dans une déclaration aux agences de presse9.

Son compagnon Mohamed Lahrizimodifier | modifier le code

Cet illustre inconnu, faisant pourtant partie de la garde rapprochée de Mehdi Ben Barka, a connu un sort encore plus tragique. L'homme a non seulement été sauvagement assassiné mais de plus, sa femme, une ressortissante suisse et sa petite fille de 8 ans ont été enlevées et portées disparues depuis les années 1960. Depuis, ce dossier ne figure pas dans les instructions des juges français10.

De nombreuses « révélations »modifier | modifier le code

Avertissementmodifier | modifier le code

Ces révélations sont à prendre avec beaucoup de circonspection car, comme souvent dans ce genre d'affaires, peu de révélations apparaissent sincères. La plupart n'ont pour but que de brouiller les pistes… l'Est chargeant l'Ouest, le Nord (ici la France) chargeant le Sud (ici le Maroc) à charge de revanche.

De plus, l'habituelle guerre des services secrets ne fait que « brouiller les cartes ».

Les révélations d'Ahmed Boukharimodifier | modifier le code

Selon les révélations de juin- de l'ancien agent marocain Ahmed Boukhari, Mehdi Ben Barka aurait été exfiltré vers le Maroc, torturé, puis son corps dissout dans une cuve d'acide11. Toutefois, il n'a pas été encore entendu par la Justice sur ce dossier. Le dossier reste mystérieux et le gouvernement français détient certainement des pièces intéressantes sur le sujet. Selon Ahmed Boukhari, le corps de Ben Barka arrive en effet à l'aéroport international de Rabat-Salé dans la nuit du 31 octobre. Il est alors emmené dans un centre de torture, Dar El-Mokri, où, sur les indications d’un certain colonel Martin, chef de l’antenne de la CIA au Maroc et qui avait accès directement au roi Hassan II, le corps du défunt leader marocain aurait été dissous dans une cuve remplie d’acide. Il est fait état d'un film existant de l'opération, dont une copie aurait été remise par le commandant Dlimi au roi Hassan II.

Le colonel Martin aurait appris cet usage très particulier de l'acide pour faire disparaître les corps dans son précédent poste sous le régime du Shah d'Iran, après le renversement en 1953 de Mohammad Mossadegh12.

Les révélations des Frères Bourequatmodifier | modifier le code

Les frères Bourequat ont déclaré que des truands français ayant participé à l’enlèvement de Mehdi Ben Barka s’étaient réfugiés au Maroc. D'abord tenanciers d'établissement de nuit, ils ont ensuite été enfermés au bagne de Tazmamart, puis exécutés et enterrés en secret. Des fouilles demandées par le juge Patrick Ramaël ont été refusées par le gouvernement marocain13.

Selon les archives du SDECE et de la CIAmodifier | modifier le code

En 1976, le gouvernement des États-Unis a reconnu à la suite de requêtes formulées dans le cadre du Freedom of Information Act que la CIA était en possession de 1 800 documents sur Ben Barka, mais ils restent non publics. En 1982, à la suite de la victoire de la gauche, les archives françaises du SDECE (ancêtre de la DGSE) sont ouvertes, mais une grande partie a disparu. Le secret-défense est levé sur certains documents, mais la famille de Mehdi Ben Barka considère que ces documents déclassifiés n'apportent rien de véritablement nouveau, en particulier en ce qui concerne les complicités des services français. En 2001, d'autres sont déclassifiés. La ministre de la défense Michèle Alliot-Marie a accepté de déclassifier les 73 restants sur cette affaire qui reste trouble, sans satisfaire la famille Ben Barka.

Les révélations de Lucien Aimé-Blancmodifier | modifier le code

L'ex-commissaire Lucien Aimé-Blanc fut numéro deux de la « Mondaine », de la brigade antigang, de l'office des stups, puis chef de l'office central de répression du banditisme de 1977 à 1980. En , il publie l'Indic et le Commissaire et révèle que la totalité des agents impliqués dans l'enlèvement de Mehdi Ben Barka était écouté par le SDECE. De fait, Aimé-Blanc publie dans son livre ces écoutes téléphoniques :

«  Adjoint de la brigade antigang en 1966, j'ai trouvé dans le coffre du patron une liasse de transcriptions d'une écoute téléphonique répertoriée « Orion 113 » et posée par un service de la Sûreté nationale sur la ligne d'un hôtel de rendez-vous de l'avenue Niel à Paris (XVII Arrt). À la lecture de ces 40 feuillets, j'ai été stupéfait de constater que c'était le point de ralliement de toute la bande identifiée comme étant les ravisseurs de Ben Barka. Ils apparaissent tous sur ces écoutes, le chef d'escale d'Air France à Orly et indic du Sdece (ancienne DGSE, les services secrets, ndlr), Antoine Lopez, comme les truands Boucheseiche, Figon, Palisse… Il transparaît en filigrane de ces conversations, enregistrées pendant tout le mois précédant la disparition de Ben Barka, que ces individus liés à un général Marocain projettent l'enlèvement d'un homme qui doit arriver à Orly. Il est donc clair que la brigade centrale de recherche criminelle, qui surveillait cet hôtel de passes sans avoir de compétence sur Paris, était au courant de ce projet. À l'époque, ces écoutes remontaient également au ministère de l'Intérieur et au conseiller de Matignon. J'en déduis que le service de la Sûreté nationale qui a branché cet hôtel savait ce qui se tramait, et s'il n'est pas intervenu pour déjouer cet enlèvement, c'est soit par négligence coupable, soit sur ordre14. »

Les écoutes en question, indique Lucien Aimé-Blanc, n'ont pas été communiquées au juge Zollinger, chargé de l'enquête sur la disparition de Ben Barka. L'Express écrit ainsi que « ces écoutes prouvent, en tout cas, que le ministre de l'Intérieur — au moins — savait qu'une mauvaise action se préparait contre Ben Barka. En outre, les doubles de ces écoutes étaient automatiquement transmis au cabinet du Premier ministre de l'époque, Georges Pompidou15

Un agent du bloc de l'Est ?modifier | modifier le code

D'après les révélations du magazine l'Express du , Mehdi Ben Barka aurait renseigné les services secrets tchécoslovaques. Son nom de code, attribué par Zdenek Micke aurait été Cheikh16.

Selon l'Humanitémodifier | modifier le code

Selon des informations disponibles en 2006, il aurait été traqué lors de ses déplacements internationaux par le Mossad israélien et la CIA, qui communiquait ces informations à Rabat et Paris17.

Selon Georges Fleury (dans une interview au Journal du Dimanche)modifier | modifier le code

L'écrivain et ancien commando de marine, Georges Fleury, déclare dans un entretien au Journal du dimanche (11/10/2009) qu'un inconnu lui aurait remis, en 1974, des documents indiquant que Ben Barka avait été incinéré dans l'Essonne à Villabé18,19.

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • 1966 : Option révolutionnaire au Maroc : écrits politiques de Mehdi Ben Barka. - Cahiers libres, 84-85. - (François Maspero)
  • 1966 : La ténébreuse affaire Ben Barka de J.-P. Marec (Presses noires)
  • 1967 : Ben Barka chez les juges de François Caviglioli (La Table ronde de Combat)
  • 1967 : On a tué Ben Barka de R. Muratet (Plon)
  • 1999 : Ils ont tué Ben Barka de Jacques Derogy et Frédéric Ploquin (Fayard)
  • (1991): Ben Barka, ses assassins de D. Guérin (Syllepse & Périscope)
  • (2004): Aux Services de la République. Du BCRA à la DGSE de Claude Faure (Fayard).
  • 2006 : L'Indic et le Commissaire de Lucien Aimé-Blanc et Jean-Michel Caradec'h (Plon)
  • 2012 : L'Affaire Ben Barka et ses Vérités de Mohamed Souhaili.
  • 2013: Mehdi Ben Barka. Recueil de textes introduit par Bachir Ben Barka, Collection "Pensées d'hier pour demain", éditions du CETIM, 96 pages, 2013, Genève, ISBN 978-2-88053094-5, http://www.cetim.ch/fr/publications_ouvrages/183/mehdi-ben-barka

Livres inspirés de l'Affairemodifier | modifier le code

Films sur l'Affaire ou inspirés de l'Affairemodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Les dates-clés de l'histoire contemporaine du Maroc, rabat-maroc.net, consulté le 11/12/2012
  2. « L'Affaire Ben Barka n'est toujours pas élucidée » publié par l'Humanité du 29 octobre 2005
  3. Repris de justice et indicateur de police, il fréquente tout aussi bien la pègre que le milieu intellectuel de gauche. Il a pour mentor et avocat Pierre Lemarchand, proche des milieux barbouzards.
  4. Ancien membre de la Gestapo française sous l'Occupation, qui rallia le gang des Tractions Avant à la Libération, il fut également, dans les années 1960, un barbouze anti-OAS, puis un actif militant du Service d'action civique), proche de Jo Attia.
  5. L'article original a été republié sur le site web du magazine à l'occasion des 50 ans du Maroc : Les étranges coïncidences de l'affaire Ben Barka, paru dans l'Express du 8 novembre 1965
  6. Cet poste officiel qui lui permet d'embarquer certains produits et de connaître les différentes personnes transitant entre la France et le Maroc, masque d'autres activités : il rend des services à plusieurs ministres marocains, est honorable correspondant du « service 7 » du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE) dirigé par la colonel Le Roy-Finville, fréquente le truand Jo Attia
  7. « Un crime d'États », entretien avec Bachir Ben Barka publié par l'Humanité le 3 novembre 2005
  8. Affaire Ben Barka : 5 Marocains mis en cause par la justice française, Le Figaro, 23 octobre 2007
  9. Maurice Buttin, Hassan II - De Gaulle - Ben Barka - Ce que je sais d'eux, éd. Karthala, 2010
  10. La Gazette du Maroc : Ce qu'on ne vous a jamais dit sur l'affaire Ben Barka no 552.
  11. Ahmed Boukhari, Le Secret. Ben Barka et le Maroc : un ancien agent des services spéciaux parle, éd Michel Lafon, 2002, 303 p.(ISBN 2840987678)
  12. « L'Affaire Ben Barka n'est toujours pas élucidée » publié sur l'Humanité du 29 octobre 2005
  13. Ben Barka : le Maroc souhaite enterrer l’affaire Lefigaro.fr
  14. « Mon indic a flingué Pierre Goldman », entretien avec Lucien Aimé-Blanc publié par Libération le 20 avril, 2006
  15. « Affaire Ben Barka - Le pouvoir savait » publié par l'Express du 13 avril 2006
  16. « Quand “Cheikh” renseignait Prague », L'Express, 17 juillet 2007.
  17. « Un crime protégé par la raison d’État » sur l'Humanité du 29 octobre 2005
  18. « Nouvelles révélations dans l'affaire Ben Barka » sur lemonde.fr du 11 octobre 2009
  19. « Pour moi, Ben Barka a été incinéré dans l’Essonne » sur lejdd.fr du 10 octobre 2009
  20. Fiche Allociné du

Liens externesmodifier | modifier le code

Liens qui ne fonctionnent plus :








Creative Commons License