Miguel Abellán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Miguel Abellán
Image illustrative de l'article Miguel Abellán
Présentation
Nom de naissance Miguel Abellán
Naissance
Madrid, Espagne
Nationalité Espagnol
Carrière
Alternative Alicante le 24 juin 1998
Parrain « Manzanares », témoin Enrique Ponce
Confirmation d'alternative 20 mai 1999 à Madrid
Parrain Enrique Ponce, témoin, Vicente Barrera, 8 novembre 1998 à Mexico
Parrain Federico Pizarro, témoin Fernando Ochoa

Miguel Abellán, né le 24 septembre 1978 à Madrid (Espagne), est un matador espagnol.

Présentationmodifier | modifier le code

Élève de l'École taurine de Madrid, il se distingue en 1996 en remportant le concours des écoles taurines nationale. Sa première novillada piquée a lieu le 2 février 1997 à Vinaroz. Il fait une saison de novillero remarquée avant de prendre l'alternative. A Nîmes, il paraît devant des taureaux de Baltasar Ibán le 19 septembre 1998 Stéphane Meca et de El Cordobés (Manuel Díaz González). Sa carrière se poursuit en Amérique latine à Valencia (Venezuela) en compagnie de Morenito de Maracay et Eduardo Dávila Miura. Il confirme son alternative à Mexico cette même année devant des taureaux de Teófilo Gómez1.

Le succès et les blessuresmodifier | modifier le code

Après sa confirmation d'alternative en 1999 à Madrid, sa carrière qui prenait un bel essor est interrompue par une blessure très grave reçue le 2 juin à Madrid. Ce qui ne l'empêche pas, l'année suivante, de terminer cinquième à l'escalafón de 2000 avec 75 corridas et de remporter 77 oreilles1. Il remporte dès lors des triomphes retentissants1 dans les Arènes de la Real Maestranza de Caballería de Séville et surtout à Las Ventas dont il sort a hombros le 2 juin 2000 avec deux oreilles1.

Il surmonte les séquelles d'une deuxième très grave blessure reçue le 16 juillet à Barcelone et continue sa carrière de torero styliste qui pourtant va accumuler les blessures graves. En 2001, il était encore à la huitième place de l'escalafón avec 62 corridas et 73 oreilles1.

Le 11 juin 2011, à Madrid, il fut encore victime d'une blessure spectaculaire2.

Carrièremodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont,‎ 2003 (ISBN 2-221-09246-5)

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Lien externemodifier | modifier le code

Voir aussimodifier | modifier le code

Liste de matadors








Creative Commons License