Mogadiscio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mogadiscio
Mogadiscio vers 1994
Mogadiscio vers 1994
Administration
Pays Somalie Somalie
Région Banaadir
Démographie
Population 1 353 000 hab. (2009)
Densité 2 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 2° 02′ 00″ N 45° 21′ 00″ E / 2.033333, 45.35 ()2° 02′ 00″ Nord 45° 21′ 00″ Est / 2.033333, 45.35 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 9 m
Superficie 63 700 ha = 637 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somalie

Voir la carte administrative de Somalie
City locator 14.svg
Mogadiscio

Géolocalisation sur la carte : Somalie

Voir la carte topographique de Somalie
City locator 14.svg
Mogadiscio

Mogadiscio (forme italienne, prononcée en français [Mogadicho], Muqdisho en somali, مقديشو (Maqadīshū) en arabe) est la plus grande ville et la capitale de la Somalie, sur l'océan Indien. Sa population était estimée en 2009 à 1 353 000 habitants1.

Depuis 1991 et la guerre civile en Somalie, Mogadiscio a connu 20 ans de combats entre milices rivales.

Histoiremodifier | modifier le code

Vue aérienne des côtes maritimes en 1993.

L'existence de Mogadiscio est attestée dès le Xe siècle. La ville a été fondée par les Arabes, dans le cadre d'échanges commerciaux avec la Corne de l'Afrique. Elle est considérée comme la ville la plus septentrionale de l'aire culturelle swahilie.

Ibn Battuta qui visite la ville en 1331, la décrit comme une très grande ville dotée de beaucoup de riches marchands et renommée pour la qualité du textile qu'elle exporte jusqu'en Égypte. La cité était alors gouvernée par un sultan somalien, parlant aussi bien le somalien que l'arabe.

Du XIIIe siècle au XVIIe siècle, Mogadiscio est une cité importante dans l'aire d'influence de l'État Ajuran. Elle est gouvernée par une dynastie cliente de cet État, la dynastie Muzaffar. Mogadiscio est l'une des rares villes de la côte de l'Afrique de l'Est à ne pas avoir été soumise par les Portugais au XVIe siècle 2. Le renversement au XVIIe siècle de la dynastie Muzaffar sera une étape importante dans la chute de l'État Ajuran. Les Muzaffar furent remplacés par des Hawiye.

À partir de 1871, la ville est soumise au sultan de Zanzibar et d'Oman.

À partir de 1892 et jusqu'en 1936, la ville est la capitale de la Somalie italienne. La ville est d'abord louée puis cédée aux italiens en 1905 par le Sultanat de Zanzibar, en 1905 sur pression des Britanniques qui ont alors établi leur protectorat sur le Sultanat. Avec la conquête italienne de l'Éthiopie en 1936, Mogadiscio perd son statut de capitale.

À partir des années 1930, des milliers d'italiens émigrent à Mogadiscio. Mogadiscio se modernise et voit quelques industries s'installer.

En 1941, pendant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques occupent la ville sans combattre. Ils occupent la ville jusqu'en 1952, date à laquelle le protectorat italien reprend.

Image prise dans un quartier résidentiel de Mogadiscio

La Somalie devient indépendante en 1960 et Mogadiscio y est consacrée capitale.

En 1990, Mogadiscio fut prise par des rebelles qui contraignirent le président Siad Barre à l'exil. Les rebelles se scindèrent alors en factions rivales, reconnaissant des dirigeants différents. En décembre 1992, les Nations unies expédièrent une force armée, sous commandement américain, pour assurer la sécurité des opérations humanitaires. À la suite de combats meurtriers, ces forces « se replièrent dans le désordre »3.

Mogadiscio demeura alors sous le contrôle de seigneurs de la guerre rivaux jusqu'en juin 2006, date à laquelle des islamistes formèrent une coalition avec des hommes d'affaires et prirent le contrôle de la capitale ; ils la dirigèrent sous le nom d'Union des tribunaux islamiques. Fin 2006, ils furent renversés par une intervention militaire éthiopienne, qui restaura le gouvernement somalien reconnu sur le plan international, longtemps demeuré en exil au Kenya. Les combats firent alors des centaines de victimes civiles. Un reporter de la BBC en octobre 2008 décrivit une ville « abandonnée par la moitié au moins de ses habitants », une « ville fantôme » où l’on constate, « rue après rue en ruines, des bâtiments évidés par des bombes dans le centre de Mogadiscio »3.

Les troupes éthiopiennes, parties de Somalie fin 2008 début 2009, ont depuis été remplacées par une opération de maintien de la paix de l'Union africaine, l'AMISOM, forte de 9 595 hommes au 13 septembre 20114. Cette mission, sous le commandement d'officiers ougandais, tente d'apporter la stabilité et la sécurité à la ville, et fournit des soins médicaux à la population3,5. Depuis 2010, les gains territoriaux opérés par cette mission ainsi que par le gouvernement fédéral de transition (le TFG) sont substantiels à Mogadiscio. Les islamistes Shebab ont dû se retirer de la plus grande partie de la ville après des combats importants ayant eu lieu notamment début août 2011 6.

Populationmodifier | modifier le code

Il n'y a pas eu à Mogadiscio de recensement récent de la population. On ne connaît que des estimations.

Évolution de la population
2001 2009
1 212 000 1 353 000
(Sources : Estimation de l'ONU en 20017, de la CIA en 2009 dans son World Factbook1)

Climatmodifier | modifier le code

Le climat de Mogadiscio est chaud et sec.

Relevé météorologique de Mogadiscio
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 23 23 24 26 25 23 23 23 23 24 24 24
Température maximale moyenne (°C) 30 30 31 32 32 29 28 28 29 30 31 30
Précipitations (mm) 0 0 1 5 7 14 20 11 7 5 5 2
Source : BBC Weather
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
30
23
0
 
 
 
30
23
0
 
 
 
31
24
1
 
 
 
32
26
5
 
 
 
32
25
7
 
 
 
29
23
14
 
 
 
28
23
20
 
 
 
28
23
11
 
 
 
29
23
7
 
 
 
30
24
5
 
 
 
31
24
5
 
 
 
30
24
2
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Administrationmodifier | modifier le code

Mogadiscio est situé dans le Banaadir, une région administrative de Somalie. Cette région ne comprend quasiment que la ville et est bien plus petite que la région historique du Benadir.

Mogadiscio est divisé officiellement en quatorze districts :

  • Abdiaziz
  • Bondhere
  • Dharkenley
  • Hamar-Jajab
  • Hamar-Weyne
  • Hodan
  • Howl-Wadag
  • Kaaraan
  • Shangaani
  • Shibis
  • Waabari
  • Wadajir
  • Wardhiigley
  • Yaaqshiid

Le maire actuel de la ville est depuis 2010 Mohamed Nur, un somalien ayant longtemps vécu à Londres et membre du Parti Travailliste.

L'Anglais est souvent utilisé dans l'administration, ainsi que l'Arabe, et l'Italien à disparu depuis 1991, la guerre civile ayant eté fatale pour cette langue, les casques bleus de l'ONU et les forces armées Africaines étant souvent Anglophones (Kenya, Ouganda).

Économiemodifier | modifier le code

Malgré la guerre, Mogadiscio est toujours le lieu d'échanges économiques informels importants. Le marché principal de Mogadiscio offre ainsi un grand nombre de produits, des produits alimentaires jusqu'aux gadgets électroniques les plus récents.

La ville compte par ailleurs un certain nombre d'entreprises relativement importantes dans la région comme Hormuud Telecom (téléphonie mobile) ou Jubba Airways (transport aérien).

Transportmodifier | modifier le code

La ville de Mogadiscio est desservie par l'aéroport international Aden Adde. Les compagnies Jubba Airways, Daallo Airlines et African Express Airways , Air Uganda , et Turkish Airlines , lient cet aéroport à d'autres villes notamment Djibouti, Istanbul ,et Kampala

Mogadiscio est par ailleurs historiquement un port important. Sous le contrôle des Shebabs, il avait un revenu de deux millions de dollars américains par mois. Fin 2013, celui-ci est de six millions avec un trafic de 500 camions par jour8.

Éducationmodifier | modifier le code

Mogadiscio est un centre éducatif en Somalie. S'y trouve notamment l’université de Mogadiscio9, université non-étatique qui a réussi, malgré la guerre civile, à se développer et établir des partenariats avec d'autres universités dans le monde. L'université du Benadir a par ailleurs été fondée en 2002 dans l'objectif notamment de former des médecins10.

Culturemodifier | modifier le code

La ville compte un certain nombre de médias, notamment des radios (dont Radio Shabelle et Radio HornAfrik) et la Télévision Nationale Somalienne qui a repris le service en avril 2011.

La ville compte un grand stade, le Stade de Mogadiscio construit en 1956, disposant de 35 000 places et où se jouaient notamment des matchs de football. Cependant, depuis 1991, le stade sert de base militaire et change régulièrement d'occupant.
Depuis les années 1990, le stade a d'abord été occupé par des soldats pakistanais des Nations Unies. Après leur départ et celui du président Mohamed Siad Barre, le stade est resté plusieurs années aux mains des shebab (rebelles islamiques issus de l'Union des tribunaux islamiques) auxquels le stade servait de stand de tir. Le stade a été repris en 2006 grâce à l'invasion de la Somalie par l'Éthiopie, destinée à renverser un mouvement islamique en place à Mogadiscio. L'édifice sportif est actuellement occupé par l'armée ougandaise et éthiopienne.

Personnalitésmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Voir aussimodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License