Mona Ozouf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mona Ozouf

texte=Importez l'image de cette personne

Biographie
Naissance 1931
Lannilis (Finistère)
Nationalité Drapeau : France Français
Vie universitaire
Formation École normale supérieure de jeunes filles
Titres Directrice de recherche au centre national de la recherche scientifique (CNRS)
Approche disciplinaire histoire culturelle, histoire de la Révolution française

Principaux travaux

  • La Fête révolutionnaire 1789–1799 (1976)
  • La République des instituteurs en collaboration avec Jacques Ozouf (1989)
  • L'Homme régénéré : essai sur la Révolution française (1989)
  • La Gironde et les girondins (1991)

Mona Ozouf, née Mona Sohier en 1931 à Lannilis (Finistère)1, est une chercheuse française, philosophe de formation, qui s'est dirigée vers l'histoire et spécialisée sur la Révolution française.

Biographiemodifier | modifier le code

Famille et étudesmodifier | modifier le code

Elle est la fille de Yann Sohier et d'Anne Le Den, deux instituteurs bretonnants et militants de la cause bretonne, qui l'élèvent en langue bretonne. Elle perd son père à l'âge de quatre ans.

Après sa scolarité en Bretagne, notamment au Lycée Chateaubriand de Rennes2, elle est élève à l'École normale supérieure de jeunes filles ; elle est agrégée de philosophie.

Elle est la veuve de Jacques Ozouf.

Carrière universitairemodifier | modifier le code

C'est par l'intermédiaire de Jacques Ozouf, devenu son mari en 1955, qu'elle fait la connaissance des historiens Denis Richet, Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet. De nombreux ouvrages sont nés de la collaboration avec celui-ci. Membre du centre de recherches politiques Raymond Aron à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), elle est, aujourd'hui[Quand ?], directrice de recherche au centre national de la recherche scientifique (CNRS). Elle écrit pour le Nouvel Observateur et participe à la revue Le Débat. Si elle s'est récemment[Quand ?] intéressée à la figure du roman de l'univers démocratique, ses travaux ont surtout porté sur les questions se rapportant à l'école publique et à la Révolution française. Les rapports qu'entretiennent pédagogie, idéologie et politique semblent l'avoir particulièrement intéressée.

Engagementmodifier | modifier le code

En 2003, elle est l'une des signataires de la pétition[réf. nécessaire] « Avec Washington et Londres, pour le soutien du peuple irakien » qui soutient la coalition anglo-américaine dans son intervention contre Saddam Hussein et récemment une promotrice de la pétition « Liberté pour l'histoire3 ».

Composition françaisemodifier | modifier le code

Dans le premier chapitre de son ouvrage Composition française, elle critique ouvertement le livre de Françoise Morvan, Le Monde comme si, qu'elle décrit comme « un injuste et talentueux pamphlet » qui s'en prend aux choix politiques de son père, Yann Sohier, ainsi qu'au mouvement breton et à la langue bretonne. Elle dénonce également le jacobinisme qui s'oppose à la différence.

Publicationsmodifier | modifier le code

Distinctionsmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Fiche biographique de Mona Ozouf sur le site de l'EHESS
  2. Page sur les anciens du lycée Chateaubriand
  3. Elle participe au conseil d'administration de l'association éponyme.
  4. Académie royale néerlandaise des Sciences et des Lettres.
  5. Prix-littéraires.net.
  6. Ouest-France des 3–4 octobre 2009, page « Bretagne ».

Voir aussimodifier | modifier le code

Article connexemodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License